Boutique

boutique

Classement en relief

classement en relief

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)

Surprises sur prise

"Fin de saison électrique au PSG." (lemonde.fr)

Pablo prix cassé ?

"Bordeaux : l’avenir de Pablo en suspens." (footmercato.net)

Syntaxe à Rohr

"Dimitri Payet : 'Bien sûr qu'on a encore plus qu'avant pas le droit à l'erreur'." (lequipe.fr)

Kermit l'aigre nouille

"L'ancien Rennais Kermit Erasmus frappe violemment un adversaire en plein match." (lequipe.fr)

Benny Hill, le gif

"Rudi Garcia : 'On court encore plus derrière les autres'." (lequipe.fr)

Le forum

Absolutely UEFAbulous - absolutely FIFAbulous !

aujourd'hui à 19h54 - Pascal Amateur : Chié, je sombre de nouveau dans la perplexité d'un monde sans réponses. >>


Manette football club

aujourd'hui à 19h52 - Bio-Hazard : Danishos Dynamitosaujourd'hui à 19h14Ce que j’aime avec le 7 c’est que le scénario est... >>


Le joueur préféré

aujourd'hui à 19h51 - Tonton Danijel : "Le dernier des romantiques", c'est surtout que si tu tiens en compte que la génération de... >>


Dans le haut du panier

aujourd'hui à 19h43 - la menace Chantôme : Employer le terme "courir" pour parler de Blake Griffin, comme tu y vas.(Allez, j'arrête de... >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 19h34 - Nicordio : Ce qui est assez dingue en plus c’est que c’est pas un petit Poucet héroïque qui défend son... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 19h16 - Mik Mortsllak : Au delà des performances individuelles samedi, ce qui est un peu dommage c'est de ne pas avoir... >>


Bréviaire

aujourd'hui à 19h15 - Tonton Danijel : RavioEt sans coupe..."Sampaoli a pris ses fonctions"(lequipe.fr) >>


Foot et politique

aujourd'hui à 19h12 - OLpeth : Sens de la dérisionaujourd'hui à 18h23Ça a l'air bien cette idée de "fixer des lignes rouges",... >>


En rouge et noir !

aujourd'hui à 19h11 - rougénoir : Drôle d'article sur OF aujourd'hui ! >>


Le fil dont vous êtes le héros

aujourd'hui à 19h01 - Pascal Amateur : Les cavaliers utilisent Petrol Pawn, c'est contre la chute des chevaux. >>


Changer l'arbitrage

aujourd'hui à 18h43 - Danishos Dynamitos : FPZaujourd'hui à 17h42(Je crois que la nouvelle circulaire est pour une mise en application la... >>


Aimons la Science

aujourd'hui à 18h32 - Maurice Eculé : Il n'y a pas l'air d'y avoir encore de publication mais on trouve à peu près les mêmes... >>


Les pseudos auxquels vous avez échappé ...

aujourd'hui à 16h38 - MarcoVanPasteque : Gullit Good >>


Tout en haut du Nou Camp

aujourd'hui à 15h40 - Christ en Gourcuff : Comme prévu, Laporta a gagné. Messi l’a félicité, Laporta pense qu’il va rester, y’a plus... >>


Geste technique

aujourd'hui à 15h16 - Milan de solitude : Je trouve aussi que le plus beau but est celui des Colchoneros, quelques touches subtiles, des... >>


Festival de CAN

aujourd'hui à 13h50 - suppdebastille : "Cheikhou Boule à théaujourd'hui à 13h41 La libération de Sonko en elle-même ne devrait pas... >>


Le Ch'ti forum

aujourd'hui à 13h26 - Bof : Ah mais j'ai pas dit que kiplé nous avait porté la poisse, par contre peut-être que ces louanges... >>


CdF Omnisport

aujourd'hui à 11h45 - BIG : Une preuve de confiance raisonnée quand même : le salaire du Cav' est apparemment payé par un de... >>


Marinette et ses copines

Foot féminin, surtout chez les Bleues.

CHR$

24/01/2021 à 17h02

La treizième journée de D1 était la journée retour de la première, ce qui permet de mesurer un peu l'évolution en une demi-saison. Le trio de tête continue à grandes enjambées et il est probable qu'il ne se passera pas grand chose d'ici la fin de saison en dehors du Lyon-PSG mi-mars mais la lutte pour le maintien reste plus incertaine que jamais.
Le PSG et Lyon, respectivement en déplacement à Guingamp et au PFC ont légèrement accentué leur marge sur leurs adversaires du jour en l'emportant 5-0 avec des doublés de Katoto et Parris. Les deux joueuses complètent le podium du classement des buteuses toujours mené par Khadidja Shaw qui continue de mener grand train avec cette fois un triplé contre Reims qui porte son total à 17 buts en 13 journées. C'est loin d'être un record puisque Marinette Pichon par exemple avait marqué 23 buts à ce moment de la saison 2005-2006 et qu'Ada Hegeberg avait aussi dépassé les 20 par deux fois. Mais la liste des devancières depuis vingt ans place quand même la Jamaïcaine en bonne compagnie : Ada Hegerberg (x3), Marinette Pichon (x2), Lotta Schelin, Katia, Sandrine Brétigny et Eugénie Le Sommer.
Comme à l'aller, la confrontation entre Bordeaux et Reims a vu 8 buts mais beaucoup moins équitablement répartie. Cette fois non seulement les Bordelaises n'ont pas encaissé l'ouverture du score d'entrée mais quand Reims est revenu à 4-1 juste avant la mi-temps, cela n'a pas été l'occasion d'une remontée mais seulement un intermède avant que les Girondines ne marquent trois autres buts après la pause. Maëlle Garbino a marqué son premier doublé en D1 et Claire Lavogez a marqué son retour en inscrivant en fin de match un pénalty en deux temps.

Bordeaux compte dix points de retard sur Lyon et six d'avance sur Montpellier, et peut donc déjà tranquillement préparer sa prochaine saison européenne.
Montpellier s'est éloigné encore un peu plus de l'Europe pour avoir concédé le nul 0-0 face à Fleury comme à l'aller. Si certaines mauvaises langues prétendent que Frédéric Mendy n'a pas d'influence sur le jeu de son équipe, l'expulsion de Dominika Skorvankova et la large avance de son équipe au classement du nombre de cartons et de suspensions montrent qu'il n'en est rien.
Contre Fleury, la défense était intégralement composée de joueuses françaises, une fois n'est pas coutume. Inès Belloumou prenait la place de Leonie Pankratz et Maelys Mpomé celle d'Anouk Dekker. Morgani Nicoli et Maëlle Lakrar semblent donc avoir perdu leur place, même comme premières solutions de rotation.
Du côté de Fleury, c'était le premier match de l'année après le report de la réception du Havre la semaine dernière et c'était l'occasion de voir les débuts des deux recrues arrivées après la fin des championnats scandinaves : la Danoise Kamilia Karlsen en défense arrivée de Brondby et la Suédoise Michelle De Jongh en attaque et en provenance de Vittsjö. Les deux joueuses flirtent avec leur sélection mais sans être encore internationales. Fleury accueille également une troisième recrue : la gardienne Émelyne Mainguy arrive de Naples où elle ne jouait plus et remplace Laetitia Philippe prêtée à Issy. Pour l'instant c'est encore Manon Heil qui était titulaire.
La politique Floriacumoise semble assez illisible puisque quatre joueuses régulièrement titulaires avant la trêve n'étaient même pas sur la feuille de match (Charlotte Fernandes, Julie Piga, Marine Dafeur et Hannah Diaz) sans compter Falonne Meffometou Tcheno, Jenna Dear ou Emma Checker (même s'il y a sans doute des blessures dans le lot). Toutefois cette politique porte ses fruits puisque les coéquipières de Léa Le Garrc sont cinquièmes à un points seulement de Montpellier et devant le Paris FC.

Les deux derniers matchs de la journée concernaient la zone de relégation même si Dijon semble s'en être désormais assez éloigné. Les Bourguignonnes recevaient Soyaux qui avait emporté lors du match aller l'une de ses deux seules victoires de la saison. Dans un match assez enlevé, Dijon ouvrait le score en fin de première mi-temps par Sh'nia Gordon, Soyaux égalisait en réussissant enfin à marquer un pénalty par Marie-Charlotte Léger et prenait immédiatement l'avantage grâce à Nina Stapelfedt mais dans la foulée Sh'nia Gordon marquait à nouveau d'une frappe lointaine et Léa Khélifi donnait finalement la victoire à Dijon dans les dernières minutes.

Ce but encaissé en fin de match renvoie les Sojaldiciennes dans la zone rouge puisque pendant ce temps là, Le Havre et Issy faisaient match nul 0-0. Le match se déroulait dans l'historique stade de la Cavée verte (celui qu'occupait le HAC avant de déménager à Jules-Deschaseaux en 1971) puisque le Stade Océane était pris le soir par la réception de Guingamp par l'équipe masculine). Les deux équipes ont eu des occasions et le score final reflète plus le niveau des deux équipes que leur manque d'ambition. À l'aller, Le Havre avait parfaitement lancé sa saison en l'emportant 4-0 mais la suite de mauvais résultats qui a suivi semble avoir profondément affecté une équipe qui subit par ailleurs un très grand nombre d'absences depuis le début de saison : la capitaine Jesse McDonough n'a toujours pas repris après sa rupture des ligaments croisés en août, Lina Boussaha est sortie avant la demi-heure lors des deux matchs où elle a été alignée alors que Luce Ndolo et Melike Pekel commencent seulement leur saison.
Du côté Isséen la situation est à la fois très semblable et très différente : semblable parce qu'il s'agit aussi d'un promu en manque de points. Mais très différente parce que les moyens des deux clubs sont très différents et qu'à tout prendre, la place de dixième avec sept points au bout de treize journées semble plutôt au delà des espérances. Le point pris au Havre n'est toutefois sans doute pas une très bonne affaire même s'il permet de doubler Soyaux et de sortir de la zone rouge : c'est probablement plutôt dans les confrontations directes que les coéquipières de Gwenaëlle Butel pourront aller chercher le maintien (même si elles ont remporté la moitié de leurs victoires contre des équipes du podium, à savoir une victoire contre Bordeaux).
Reims (11 points) semble à portée des trois équipes visées par la lutte pour le maintien et les joueuses d'Amandine Miquel sont désormais bien décrochées de la huitième place (cinq points de retard sur Guingamp) mais lors de la phase aller, elles ont justement su l'emporter face à Issy, Soyaux et Le Havre.

La semaine prochaine, c'est Coupe de France mais uniquement entre équipe de D1 dont les 12 équipes s'affrontent pour fournir 6 qualifiés destinés à compléter les 10 rescapées des quatre tours encore à jouer pour les équipes des niveaux inférieurs.

CHR$

31/01/2021 à 18h34

Ce week-end, la D1 faisait relâche parce que c'était la Coupe de France. Mais avec la formule adaptée de la compétition, ça ressemblait quand même beaucoup à une journée de D1 : les 12 équipes de l'élite s'affrontaient pour donner les 6 qualifiées qui seront (peut-être) rejointes un jour en huitièmes de finale par 10 autres issues des divisions inférieures.

En dehors du PSG qui se déplaçait à Fleury (5e) et de Soyaux en visite à Guingamp (8e), les matchs opposaient des équipes de la première moitié de tableau à des équipes de la seconde. Et comme en plus de Guingamp qualifié et Fleury éliminé, deux matchs on vu la victoire de l'équipe la moins bien classée, les qualifiés de D1 se situent autant dans la première et dans la deuxième moitié de classement.

Le trio de tête s'est qualifié sans douleur. C'est le PSG qui eu le plus de mal puisqu'il a fallu une demi-heure avant que Sara Däbritz ne trompe Emmeline Mainguy qui jouait son premier match sous ses nouvelles couleurs. Et une demi-heure plus tard, Signe Bruun doublait la mise pour une victoire courte mais tranquille.
La veille, Lyon s'était imposé plus largement 5-0 à Reims avec un triplé de Dzsenifer Marozsan et les débuts de Damaris Egurrola à l'heure de jeu. Le premier but a été incrit par la meneuse allemande d'un coup franc consécutif à une erreur de la gardienne rémoise Audrey Dupupet, s'emparant de la balle un bon mètre hors de sa surface avant de faire un petit saut en arrière en en prenant conscience.
Bordeaux n'a également fait qu'une seule bouchée du Havre 5-0 aussi avec des doublés de Khadidja Shaw et Katja Snoeijs. Pas grand chose d'autre à signaler si ce n'est qu'entre les recrues (Hauksdóttir, Maoulida et Sangaré) et les retour de blessure (Pekel, Ndolo et peut-être un jour Boussaha et même McDonough), les Havraises sont parties pour jouer la deuxième moitié de saison avec une équipe presque entièrement renouvelée (et avec un nouvel entraîneur puisque Thierry Uvenard a déjà été remercié pendant la trêve et remplacé par Michael Bunel).

Guingamp est huitième de D1 mais était évidemment favori face à Soyaux classé trois rangs derrières avec neuf points de moins. Toutefois on aurait pu envisager que la rencontre soit un peu disputée. Mais au bout d'un quart d'heure les Bretonnes menaient 3-0 avec en particulier des buts de deux avant-centres Sarah Cambot et Alison Peniguel pour une fois alignées ensemble. Le score ne bougeait plus ensuite.
Visiblement malgré les déclarations - sans doute surtout maladroites - du nouvel entraîneur sojaldiciens Laurent Mortel, l'équipe charentaise n'est pas vraiment remise à l'endroit. Et ce, alors qu'il a obtenu ce que demandait son prédécesseur en terme de recrutement (Léger, Perea et Gadea, absente du match de Coupe) et d'équipements, la démission surprise de Sébastien Joseph ayant provoqué une révolution de palais à la tête du club et la reprise en main par l'actionnaire principal.

Historiquement, le Paris FC devrait être largement favori face à Dijon : les premières visent ouvertement l'Europe alors que les secondes ne parlent que de maintien. Mais actuellement, il n'y a que deux points d'avance pour les Essonniennes et encore avec un match en retard pour les Bourguignonnes, à jouer à Boulogne-Billancourt contre Issy donc avec une perspective de ne pas revenir les mains vides.
Finalement la logique de deux équipes assez proche a donc été respectée : Linda Sällström a ouvert le score en première mi-temps et Desire Oparanozie a égalisé en seconde. Les prolongations n'existant pas dans cette compétition, on est passé directement à la séance de tirs aux buts où Maryne Gignoux-Soulier, habituelle remplaçante de Mylène Chavas dans la cage dijonnaise, a arrêté le tir de Tess Laplacette et vu passer à côté celui d'Anaig Butel. Les coéquipières d'Ophélie Cuynet ayant réussi toutes leurs tentatives, c'est Dijon qui jouera les huitièmes de finale alors que le Paris FC n'ouvrira vraisemblablement pas encore son palmarès cette saison.
Parmi les anecdotes sans intéret du match, le numéro 10 était porté dans les deux camps par une défenseuse centrale. Et ce n'est même pas la faute à la numérotation de 1 à 11 en vigueur en Coupe de France puisqu'Ophélie Cuynet et Anaig Butel le portent aussi en D1.

Le dernier match, disputé ce dimanche, ne devait être qu'une formalité : même en petite forme, Montpellier ne devait faire qu'une bouchée d'Issy. Privé d'Iva Landeka et de Dominika Skorvankova suspendues (ainsi que d'Anouk Dekker et Marija Banusic blessées de plus ou moins longue date), Frédéric Mendy concoctait une amusante composition à six défenseuses, Torrent et Pankratz étant avancées au milieu.
Julie Rabanne, ancienne de Juvisy et de Fleury (sous le nom de Julie Machart) ouvrait le score au bout d'un quart d'heure. Maëlle Lakrar égalisait en seconde mi-temps en reprenant un corner de Marion Torrent et alors qu'on s'acheminait vers les tirs aux buts, Laurie Teinturer marquait le but vainqueur.
Montpellier est donc éliminé de la Coupe de France et ne profitera pas de cette compétition pour sauver sa saison.

Je ne suis pas sûr d'avoir vu passer une annonce de la date des huitièmes de finale. Il faut dire qu'avant cela, il faut solder la "voie des autres clubs" (par distinction de la "voie clubs D1" dans laquelle il reste à finir le dernier tour régional reporté en octobre, jouer les deux premiers tours fédéraux et les 16e de finale. Bref d'ici à ce que ça se finisse en juin en repêchant deux des éliminés de ce week-end pour faire des quarts de finales, il n'y a sans doute pas très loin.

La semaine prochaine, c'est la D1 qui reprend, la vraie avec un remake de Fleury-PSG et un Lyon-Montpellier où Lyon aura plus de suspendues (Renard) que Montpellier (encore quatre cartons jaunes aujourd'hui). Mais le match le plus important sera sans doute Issy-Soyaux, crucial pour le maintien.

Gustavo

31/01/2021 à 20h16

Bonsoir CHR$, tout d'abord merci pour vos retours sur chaque journée, c'est toujours très intéressant. Concernant la 13e journée de D1, j'apporte quelques précisions sur Fleury : Falonne Meffometou Tcheno est actuellement en congé maternité comme Le Parisien l'a rapporté il y a quelques semaines, tandis qu'Emma Checker a quitté le club en octobre ;)

CHR$

01/02/2021 à 11h57

Autant pour Neymar, on est informé dans la minute s'il a passé une mauvaise nuit et qu'il va être 15 minutes en retard à l'entraînement, autant pour les joueuses on a parfois du mal à avoir des infos. Par exemple j'avais supposé le départ d'Emma Checker puisque son numéro 15 a été réattribué à Kamilla Karlsen, mais ça m'avait échappé pour Falonne Meffometou Tcheno.
Donc merci beaucoup pour les infos.

Gustavo

01/02/2021 à 16h38

En effet, à part pour le PSG et Lyon, les médias nationaux ne rapportent malheureusement que très peu d’infos sur le quotidien des clubs de D1. Sinon il y a les médias locaux mais ce n’est même pas pour tous les clubs. Il y a Le Progrès pour l’OL, Le Parisien pour le PSG, Paris-Normandie pour le HAC, Le Bien Public pour Dijon, L’Union pour Reims, Charente Libre pour Soyaux. Mais qu’en est-t-il pour Fleury, le Paris FC, Guingamp ou encore Issy ? On peut seulement se référer à la communication souvent épisodique des clubs. Bordeaux et Montpellier, pourtant des gros du championnat, ne sont suivis régulièrement que par des sites de supporter...
C’est dire les gros progrès à faire encore sur ce niveau là pour développer le championnat.

Gustavo

01/02/2021 à 16h51

Parlons même pas des conférences de presse d’avant match... on a le PSG et Lyon régulièrement (seulement en version écrite), et en vidéo on a Soyaux qui a un point presse régulier avec Charente Libre ou encore le HAC. Sinon c’est le néant...

Gustavo

02/02/2021 à 21h08

Dijon-Bordeaux reporté ! C'est le premier match de D1 reporté pour cause de cas de Covid-19. La fin d'une exception dans les grands championnats.
https://twitter.com/FutFemdelMundo/status/1354462142901194755

CHR$

06/02/2021 à 15h10

Reporté pour un seul cas de Covid dans l'effectif de Dijon d'ailleurs. Et Reims-PFC reporté aussi puisque les joueuses du PFC sont cas contact depuis leur match contre Dijon la semaine dernière.
C'est toujours amusant de comparer : en D1, 1 cas de Covid, 2 matchs reportés, en L1, une dizaine de cas (genre à Saint-Étienne), on joue quand même.

CHR$

07/02/2021 à 22h23

La 14e journée était donc tronquée avec seulement quatre matchs sur six.
Les deux premiers ont joué et l'ont emporté. Comme cette fois le PSG jouait le premier, ça n'a pas été "Lyon reprend la tête puis le PSG repasse devant" mais "le PSG met la pression sur Lyon puis Lyon parvient à recoller". Heureusement il ne reste plus qu'une journée de ce discours avant l'opposition directe qui aura lien à la suivante (mais dans plus d'un mois).
Donc les deux équipes l'ont emporté conformément à la marche normale d'un championnat où chacune sait que pour viser le titre il faut plus ou plus viser vingt victoires et de prendre l'avantage dans les confrontations directes.

Cette fois, le PSG était à nouveau au Stade Auguste-Gentelet de Fleury-Mérogis après la Coupe de France la semaine dernière mais cette fois avec son équipe type. Les trois joueuses de l'impressionnante ligne d'attaque on marqué, deux fois même pour Sandie Baltimore et la capitaine Irene Paredes a conclu le score dans les arrêts de jeu.

Le lendemain, Lyon recevait une équipe de Montpellier qui en est réduite à viser le haut du ventre mou. Les coéquipières de Marion Torrent ont été infiniment plus convaincantes que la semaine dernière à Issy mais l'opposition était également nettement plus élevée et le résultat a été le même, une défaite 2-1.
Lyon est naturellement meilleur qu'Issy mais le match n'a pas levé tous les doutes sur la qualité de jeu des coéquipières d'Eugénie Le Sommer, titulaire et capitaine en l'absence de Wendie Renard, suspendue. Globalement dominatrices, elles ont été particulièrement inefficaces et ont eu besoin d'un pénalty Var (sans Var) pour une main d'Elisa De Almeida (Lisa Schmitz a repoussé la frappe de Dzsenifer Marozsan mais Amandine Henry a été la plus prompte pour reprendre) et d'une frappe de Sakina Karchaoui déviée par la même Elisa De Almeida pour l'emporter. Et entre temps, Clarisse Le Bihan avait égalisé à la suite d'une série de passes molles de la défense lyonnaise dans sa propre surface.
L'Histoire retiendra peut-être qu'il s'agissait du premier match de Catarina Macario avec l'OL, et de son premier match professionnel en club tout court. L'Américaine est entrée avant la mi-temps à la place d'Amandine Henry, blessée à trois jours de la liste de l'équipe de France pour le prochain Tournoi de France. Passeuse sur le but de Sakina Karchaoui, elle n'a pas montré grand chose par ailleurs. Il est sans doute encore un peu tôt pour qu'elle révolutionne le jeu de son équipe.

Les deux autres matchs concernaient la lutte pour le maintien, tout aussi indécise que celle pour le titre mais pour laquelle les matchs du jour participaient au suspense.
Le Havre recevait Guingamp, à nouveau à la Cavée Verte puisqu'au même moment le Stade Océane était occupé par la victoire des garçons sur le PFC. Et les joueuses du club doyen ont ajouté une unité à leur collection de défaites par un but d'écart, la cinquième, complétée de quatre par deux buts d'écart. Pourtant Le Havre avait aligné ses trois recrues de l'hiver, l'Islandais Andrea Hauksdóttir déjà vue contre Issy à la journée précédente ainsi qu'Assimima Maoulida prêtée par Lyon et Hawa Sangaré prêtée par le PSG. Il ne manque sans doute pas grand chose pour ramener des résultats mais il ne faudra plus trop tarder puisque le maintien est déjà cinq points devant, soit autant que le nombre de points déjà pris jusque là.
Le but de Guingamp a été marqué par Faustine Robert qui passe ainsi devant Nadia Nadim, Wendie Renard et Évelyne Viens au classement des buteuses avec neuf réalisations. Cela permet à son équipe de revenir à un point seulement de Montpellier et de la quatrième place à égalité avec Fleury et un point devant le Paris FC. Les deux équipes Franciliennes ont toutefois un match en retard.

Enfin Issy recevait Soyaux, contre qui elle avait obtenu l'une des ses deux victoires des matchs aller et qu'elle devançait au classement pour cette raison. L'équipe charentaise était elle aussi emmenée par ses recrues de l'hiver même si Kelly Gadea qui avait été préservée la semaine dernière en Coupe est sortie blessée au bout de cinq minutes. Mais c'est au contraire par une ancienne qu'elle a obtenu la victoire. Laura Bourgouin est arrivée du Mans en 2013, elle jouait samedi son 143e match de D1 avec Soyaux et elle a marqué d'un merveilleux lob sur Laetitia Philippe.
Ce résultat permet aux Sojaldicienne de sortir de la zone rouge en prenant trois points d'avance et même de revenir à un point seulement de Reims qui ferait bien d'arrêter de faire du surplace (même si cette fois, le fait de ne pas avoir joué est une excuse recevable). Les deux promus Issy et Le Havre continuent de faire figure de favoris à la descente mais Soyaux et Reims n'ont pas beaucoup de marge, au contraire de Dijon qui occupe la 8e place avec neuf points d'avance sur le maintien (et deux matchs de retard).

La semaine prochaine, ce sera le début de la trêve internationale à trois jours de l'ouverture du Tournoi de France avec France-Islande au stade Louis-Dugauguez de Sedan (et Norvège-Suisse à Saint-Symphorien à Metz). Ce sera aussi l'occasion de rattraper les deux matchs de la 12e journée remis à cause de la neige : Fleury-Le Havre et Issy-Dijon, des matchs essentiels dans la lutte pour le maintien donc même si Fleury pourrait en profiter pour prendre la quatrième place, deux points devant Montpellier. Pour Le Havre et Issy, l'occasion sera en tous cas meilleure que lors de la journée suivante avec des déplacements à Bordeaux et au PSG.

Le retour de la Ligue 1 sur Canal+ va avoir des conséquences directes sur la Division 1 : désormais les cases de 15h le samedi et de 13h et 15h le dimanche vont être beaucoup trop embouteillées donc les matchs de D1 qui ne seront pas sur Multisports (ceux du PSG et de l'OL donc) auront lieu soit l'un le vendredi en fin d'après-midi comme c'était déjà souvent le cas et l'autre le dimanche à 17h30 et seront principalement sur "Canal+ Sport Week-end", le nom de Canal+ Décalé le week-end (pour ne pas donner trop l'impression aux sports qui y sont diffusés, souvent des sports mécaniques) qu'ils sont relégués sur une chaîne de rattrapage.
Paradoxalement, le retour de toute la L1 sur Canal+ avec certains matchs exclusivement sur Multisports pourrait améliorer la visibilité de la D1 disponible exactement avec les mêmes abonnements.

Claude quand j'sais pas

08/02/2021 à 11h50

Comme toujours, merci pour ces compte-rendus, très intéressants. L’OL n’est pas impérial, et le titre est loin d’être acquis.

Mon seul espoir est que les nouvelles changent la donne, mais ce sera plutôt pour la saison prochaine j’imagine.

 

Gustavo

08/02/2021 à 19h55

Surtout avec ce PSG qui garde constamment son rythme impérial