Infos des cahiers


Boutique

boutique

Classement en relief

classement en relief

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)

Surprises sur prise

"Fin de saison électrique au PSG." (lemonde.fr)

Pablo prix cassé ?

"Bordeaux : l’avenir de Pablo en suspens." (footmercato.net)

Syntaxe à Rohr

"Dimitri Payet : 'Bien sûr qu'on a encore plus qu'avant pas le droit à l'erreur'." (lequipe.fr)

Kermit l'aigre nouille

"L'ancien Rennais Kermit Erasmus frappe violemment un adversaire en plein match." (lequipe.fr)

Benny Hill, le gif

"Rudi Garcia : 'On court encore plus derrière les autres'." (lequipe.fr)

Le forum

Observatoire du journalisme sportif

aujourd'hui à 02h04 - Balthazar : L'amour Durixaujourd'hui à 00h36---Ce qui lui permet de savoir qu'un brillant esprit a fait le... >>


CdF Omnisport

aujourd'hui à 01h25 - Label Deschamps : Oui, je crois me souvenir que c'est très exigeant pour les quadriceps surtout. >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 01h08 - LYon Indomptable : Exact Hyoga.Sur ce point comme sur tant d'autres, nous mettons des mots et des intentions dans la... >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 00h07 - Lionel Joserien : Nos meilleures Sané22/08/2019 à 22h34---D'après un vieux So Foot (à l'époque Tevez -... >>


Ligue Europe, la coupe de l'UEFA

aujourd'hui à 00h05 - Mevatlav Ekraspeck : Linfield - Qarabag: LE résumé à voir ce soir surtout si vous être un poil nostalgique du foot... >>


Aux Niçois qui manigancent

22/08/2019 à 23h37 - lyes : Ah ? Avec de l'intox de la part du club... Ce serait pas mal contre marseille à domicile.... >>


Choucroute et bierstub: l'indigeste menu du RCS

22/08/2019 à 23h28 - greenflo : actuellement, les strasbourgeois ont rapporté 4 points a la France au ranking Uefa.Je n'ai pas... >>


Dans le haut du panier

22/08/2019 à 23h27 - kelly : A propos de Team USA, les quatre Celtics sélectionnés (Tatum, Brown, Smart et Walker) ont l'air... >>


Paris est magique

22/08/2019 à 23h21 - kelly : Nos meilleures Sanéaujourd'hui à 22h29C'est pas les blessures le problème, c'est son niveau... >>


CDF sound system

22/08/2019 à 23h19 - Hydresec : Les live reports de mr.suaudeau, un régal chaque fois renouvelé. Merci.Je suis tout de même... >>


Scapulaire conditionné

22/08/2019 à 23h04 - Yul rit cramé : Il est italo-allemand, n'était pas chez nous à la période indiquée, et n'a même jamais... >>


MLS, c'est l'Amérique

22/08/2019 à 22h50 - Nos meilleures Sané : Run06/06/2019 à 16h16Du cote des Sounders, s'ils etaient 17, il n'y avait qu'un defenseur central,... >>


Foot et politique

22/08/2019 à 22h15 - Nos meilleures Sané : liquidoaujourd'hui à 10h17Pour balancer des liens bruts, il y a FB et twitter. Je pense qu'on peut... >>


Au tour du ballon ovale

22/08/2019 à 22h12 - Mevatlav Ekraspeck : Je rajeunis de trente ans... >>


Le Ch'ti forum

22/08/2019 à 21h09 - Bof : Florian Sotoca doit lire ce forum : il change et récupère le numéro 7 de Ba (c'est possible en... >>


Pognon, salaires, bilan comptable...

22/08/2019 à 20h31 - leo : Mais quand même moins que baseball reference ou fangraphs >>


Qui veut gagner des quignons ?

22/08/2019 à 18h26 - Citron Merengue : CELTIC BHOYaujourd'hui à 18h25Di Stéfano et Puskás ?=> voilà ! Quignon pour toi. >>


Et PAF, dans la lucarne !

22/08/2019 à 18h16 - Bale de jour : J'ai fini la saison 2 de Mindhunter, la série Netflix produite par David Fincher (avec quelques... >>


Les CdF : cahiers de doléances

Pour émettre des suggestions, se plaindre ou signaler des dysfonctionnements, c'est ici que ça se passe. En revanche, pour obtenir des réponses de notre part, c'est le formulaire de contact qu'il faut utiliser...

M.Meuble

14/07/2018 à 21h27

Pas evident vu que j'ai toujours pas compris le format (je parle pas l'interet)...

McManaman

14/07/2018 à 21h34

La Ligue des Nations.
Aussi simple et efficace que la société du même nom.

Tricky

14/07/2018 à 21h36

Ah le format est assez basique :
4 divisions, des groupes de trois (sauf en D3), un système de promotion relégation, les quatre vainqueurs de groupe de la première division en demi-finale, puis en finale.

Le problème, c’est de savoir ce qui est qualificatif pour d’autres compétition, mais la compétition en elle-même, ça va.

AKK, rends tes sets

14/07/2018 à 21h43

Les vainqueurs (en finale donc) de chaque division sont qualifiés je crois.

Ce qui permettra à une petite équipe d'être à l’Euro (Malte, Saint Marin, Luxembourg, Gibraltar, etc.)

vertigo

14/07/2018 à 22h50

Toni Turek
aujourd'hui à 21h22

J'avais fait je crois la même demande il y a quelque temps.
En fait, le plus simple pour que nos rêves deviennent réalité est de fournir titre + chapô.

Si vous avez des idées...?
----------
Pour le chapô:

La coupe Moustache de l'UEFA. On la détestera jusqu'à ce qu'on la gagne.

Mevatlav Ekraspeck

14/07/2018 à 22h59

AKK, rends tes sets
aujourd'hui à 21h43
Les vainqueurs (en finale donc) de chaque division sont qualifiés je crois.

Ce qui permettra à une petite équipe d'être à l’Euro (Malte, Saint Marin, Luxembourg, Gibraltar, etc.)

——————-

C’est encore un coup à se que les anglais s’imaginent aller loin...

Redalert

14/07/2018 à 23h20

Ou un coup à se retrouver dans un groupe injouable du fait de résultats « au dessus » de leur niveau réel comme pour cette coupe du monde.

Tricky

15/07/2018 à 01h22

Pas d’idée pour le titre, mais j’ai l’hymne officiel du fil :
https://m.youtube.com/watch?v=OoXcX0JVrZ8

Josip R.O.G.

17/07/2018 à 16h26

Pas une doléance mais une demande.
Quelqu'un pour une traduction des récents articles du New Yorker et du NY Times sur nos vaillants petits bleus?
Ce que j'en ai pigé laisser augurer une belle qualité à tous points de vue.

plumitif

17/07/2018 à 16h38

Josip, je n'arrive pas à le faire sur mon smartphone mais google traduction en anglais/français arrive sur certains textes à une qualité acceptable.

 

Manx Martin

18/07/2018 à 13h20

Josip R.O.G.
17/07/2018 à 16h26
-------------

Cadeau. Un peu à l'arrache mais ça me fait plaisir (le titre est intraduisible, alors j'ai gardé tel quel)


LA FRANCE TROLLE SA ROUTE VERS LA FINALE

A la toute fin de la demi-finale entre la France et la Belgique mardi soir, alors que la France menait 1-0, le jeune attaquant français Kylian Mbappé a sorti la balle en touche près du poteau de corner belge, côté gauche. Le quatrième arbitre venait d’annoncer le temps additionnel sur son panneau lumineux, et il en avait annoncé beaucoup : six minutes, largement assez pour que les Belges égalisent. Mais pour ça il fallait commencer par récupérer le ballon puis parcourir toute la longueur du terrain – plus de cent mètres – jusqu’à Hugo Lloris, qui les attendait dans le but français.

Ça n’aurait pas dû leur poser problème. Pendant tout le match, les Belges avaient eu le contrôle du ballon, ils l’avaient tenu, fait circuler en passes courtes tout autour des dix-huit mètres, atteignant presque 60 % de possession de balle et réussissant 90 % de leurs six-cent-trente passes, presque le double du total français. Ils avaient joué un match élégant, rythmé, sans se hâter, ponctué par les courses tranchantes d’Eden Hazard le long de l’aile gauche. Il y avait quelque chose d’aristocratique dans leur jeu, quelque chose qui rappelait l’Espagne quand l’Espagne était l’Espagne ; en regardant cinq minutes du match sans voir le score, on aurait pu croire que la Belgique maîtrisait la partie.

Mais ça ne marchait pas. La Belgique faisait circuler le ballon côté français avec fluidité, mais dès qu’il s’agissait de marquer un but, il manquait toujours quelque chose : un léger déséquilibre de De Bruyne, un ballon qui tombe dans la surface quelques centimètres devant le pied de Lukaku, la tignasse de Fellaini qui envoie le ballon un peu trop à droite. Ce n’était pas toujours la même chose, mais il manquait toujours quelque chose. Les Belges ont fini avec seulement neuf tirs – contre dix-neuf tirs français – et seulement trois tirs cadrés. Les Belges ont passé leur match à préparer une offensive qui n’a jamais commencé.

La France, deuxième équipe la plus jeune du tournoi, a joué au contraire un match pragmatique, arythmique et – pour les Belges – terriblement frustrant. Étrangement, on aurait dit que les Bleus n’avaient jamais le ballon mais qu’ils n’arrêtaient pas de frapper au but. Ils se repliaient, coupaient les lignes de passes, absorbaient la pression, et puis bam, pim, poum, le ballon fusait vers le but belge en laissant derrière lui une traînée d’étincelles. Les joueurs français ne jouaient pas vraiment de manière défensive, parce que le spectre de leur puissance offensive hantait chacun de leurs gestes : on sentait que les Valkyries pouvaient surgir du ciel à tout moment. Mais ils jouaient avec malice, avec une prudence patiente à laquelle les Belges ne s’étaient pas attendus. Ils ne jouaient pas tant en affirmant leur propre jeu qu’en capitalisant sur la subversion de celui de leur adversaire. Et quand leur moment viendrait – et il est finalement venu, sur un corner à la 51e minute permettant à Samuel Umtiti de battre Thibault Courtois au premier poteau – on sentait qu’ils ne le laisseraient pas passer.

Le mélange des styles rendait le match étrange. Ça aurait pu ressembler à un match du dimanche entre un favori qui attaque et un Petit Poucet qui défend, mais ce n’était pas vraiment ça. C’était plutôt comme si la France avait découvert une nouvelle manière de jouer au football, irrationnelle et ironique, que les Belges ne pouvaient contrer qu’avec des démonstrations de logique brillantes mais finalement inutiles et prétentieuses. Pendant toute la deuxième mi-temps, les Belges ont joué comme s’ils voulaient argumenter sérieusement contre des trolls. N’interrompez jamais l’ennemi quand il fait une erreur, disait Napoléon. La Belgique avait beaucoup d’idées, mais une fois démontré que les idées seules étaient inutiles, ils se retrouvaient sans rien.

Et donc, la 91e minute. Kylian Mbappé est au poteau de corner. Mbappé a 19 ans. Il a marqué trois buts dans cette Coupe du monde, plus que n’importe quel joueur de son âge depuis Pelé en 1958. Il est la révélation du tournoi. Il est l’auteur du plus beau moment du match, une talonnade insensée à 56e. Là, avec maîtrise, avec arrogance, il assène le coup de grâce de ce match de trolls : il empêche les Belges de jouer le ballon. Il regarde l’équipe qui a eu la possession tout le match, et qui a besoin de la possession pour égaliser, et il dit : « Patience, passe science. » Il pointe du doigt. Il réclame instamment quelque chose à l’arbitre. Il dribble et sort de nouveau le ballon en touche. Il finit par accepter avec grâce un carton jaune pour être parti avec le ballon alors que l’arbitre avait sifflé.
Ce n’était pas la première fois qu’un joueur cherchât à perdre du temps, évidemment – Mbappé se sentirait chez lui en milieu de tableau de Serie A. Mais c’était brutalement efficace : deux des six minutes d’arrêts de jeu passées au poteau de corner belge.

L’habileté n’est rien sans la chance, disait Napoléon. Le moment était à la fois totalement contraire au déroulement du match et totalement conforme au chemin que la France s’était tracé jusqu’à la demi-finale. La raison est un mensonge. Le talent crée ses propres règles. La France est en finale de la Coupe du monde. Vive l’anarchie !

Brian Phillips, The New Yorker, 10 juillet 2018