Boutique

boutique

Classement en relief

classement en relief

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)

Surprises sur prise

"Fin de saison électrique au PSG." (lemonde.fr)

Pablo prix cassé ?

"Bordeaux : l’avenir de Pablo en suspens." (footmercato.net)

Syntaxe à Rohr

"Dimitri Payet : 'Bien sûr qu'on a encore plus qu'avant pas le droit à l'erreur'." (lequipe.fr)

Kermit l'aigre nouille

"L'ancien Rennais Kermit Erasmus frappe violemment un adversaire en plein match." (lequipe.fr)

Benny Hill, le gif

"Rudi Garcia : 'On court encore plus derrière les autres'." (lequipe.fr)

Le forum

Qui veut gagner des quignons ?

aujourd'hui à 15h37 - Le déjeuner sur Hleb : Relance rapideQui sont les quatre derniers joueurs à avoir marqué un doublé contre l’équipe... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 15h35 - lemon : Trickyaujourd'hui à 15h18*****C'est très flatteur Tricky de me mettre comme un leader de la cause... >>


Aimons la Science

aujourd'hui à 15h33 - Dédie mon Stück : La distinction avec un réservoir animal n'est pas anodine : si tu as un réservoir animal... >>


Le fil dont vous êtes le héros

aujourd'hui à 15h31 - Balthazar : Petite question pour les joueurs d'échecs : est-ce que par hasard certains d'entre vous auraient... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 15h27 - LYon Indomptable : Et puisque chaque match est une petite finale, on va peut-être gagner 3 Champion's League cette... >>


La Ligue des champions

aujourd'hui à 15h22 - Nos meilleures Sané : pourquoi vous mettez "real-city" et pas "OL-juve"? >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 15h18 - Si vis pacem, para Bellion : Sos muy Grosa, Adli bitumaujourd'hui à 14h41La différence majeure, c'est que ce n'est pas moi qui... >>


Le Peuple de Malherbe

aujourd'hui à 15h08 - RabbiJacob : Vos messages quotidiens sur ce forum témoignent d’un attente forte d’informations sur notre... >>


La Route de l'Orient

aujourd'hui à 14h54 - OLpeth : Ce qui est étonnant c'est ce basculement complet par rapport au temps long des habitudes de... >>


Bréviaire

aujourd'hui à 14h02 - De Gaulle Volant : Vacances âpres à Nantes"Dans les écoles les enfants apprennent l'hymne du Vitoria Guimaraes" ... >>


Paris est magique

aujourd'hui à 14h00 - cocobeloeil : Haaa c'est mieux..Kiplé vient d'afficher une deuxième photo de Tourelle qui affiche un air... >>


Premier League et foot anglais

aujourd'hui à 13h08 - Özil paradisiaque : Pour Vardy, moi non plus... mais au final il prend pas rouge (plutôt le cas n'est même pas revu... >>


L'empire d'essence

aujourd'hui à 12h40 - Run : Mise a jour calendrier. Mugelo, le 13 septembre et 1000emem GP Ferrari, et Sotchi, le 27, sont... >>


Le Ch'ti forum

aujourd'hui à 12h21 - Seven Giggs of Rhye : Non c'est un oubli de ma part, à priori c'est toujours d'actualité. Et ça ne serait pas de trop... >>


Tu sais ce qu'il te dit Casimir ?!

aujourd'hui à 11h37 - Isaias : En attendant d'en savoir plus, France Bleu Lorraine réussit un grand coup en recrutant l'immense... >>


Festival de CAN

aujourd'hui à 11h02 - LYon Indomptable : Je ne sais que penser de cet article bien écrit.Ici au Cameroun, j'ai relevé ce dernier mois un... >>


Etoiles et toiles

aujourd'hui à 10h22 - MarcoVanPasteque : Burp... >>


J'ai raté ma vie...

aujourd'hui à 09h36 - J'ai remis tout l'allant : (C'est vrai que le crâne de Blanquer fait penser à une taupe) >>


Feuilles de match et feuilles de maîtres

Qui a dit que football et littérature étaient incompatibles ? Voici le forum où vous pourrez parler de vos lectures récentes et anciennes, liées ou non avec le ballon rond.

Un conseil de lecture ? Une bonne librairie ? =>> "You'll never read alone", le Gogol Doc: http://bit.ly/11R7xEJ.

le petit prince

05/04/2020 à 23h35

Live score !

https://tinyurl.com/RGpoesieCDF

Julow

05/04/2020 à 23h51

T'es complètement gueudin.
C'est beau.

Aristofan

06/04/2020 à 00h07

Incroyable, arbitre en or massif, merci !

Pascal Amateur

06/04/2020 à 06h38

[aparté] Encore une fois ému et émerveillé - émurveillé - par tout ce qui se fait ici, j'en serai, de cet aparté. Merci à tous.

Dan Lédan

06/04/2020 à 08h19

Rattrapage du week end

9 : Emaz
10 : Roche
11 : Savitzkaya
12 : Giovanonni
13 : Metz
14 : Biga

Balthazar

06/04/2020 à 09h23

le petit prince
05/04/2020 à 23h35

Live score !

https://tinyurl.com/RGpoesieCDF
---
Du beau travail. On sent que tu as regardé le tableau que nous avait concocté Cush, pour le tournoi d'échecs au cours duquel j'ai fait nulle contre Raspou.

Aristofan

06/04/2020 à 09h25

Pascal, deux poètes par exemple aujourd’hui me semble accompagner la citation que tu donnais à propos du rapport mélancolique :

Eric Sautou (tu peux lire « La Tamarissière »)
Ludovic Degroote (tu peux lire « La Digue »)

Aristofan

06/04/2020 à 09h34

ROLAND GARROS POÉTIQUE

Suite et fin du premier tour aujourd'hui, avec les deux matches restants, hauts en couleur.

Match 15 : Hocquard VS Fano
Hocquard part très vite lier des liens aux Etats-Unis, d’où il importera nombre de coups qui enrichissent sa panoplie, à la fois de joueur et de passeur. Joueur de mouvement, il n’aura de cesse de fédérer d’autres groupes de joueurs autour de lui (Albiach, Daive, Royet-Journoud), en produisant un jeu influencé par la modernité américaine, tentant une synthèse délicate entre l’élégie et la littéralité. Il est opposé à un véritable trublion du circuit, le belge Daniel Fano, véritable chef d’orchestre d’un monde connu de lui seul, sorte de parc d’attraction burlesque (mais aux grincements inquiétants) qui recycle vieux polars, starlettes hollywoodiennes, acteurs pornos, et Charles Darwin évidemment.


Place au match : Hocquard au service


À présent nous voici au cœur de l’hiver
Un lieu doublement enfoncé dans (effacé de) l’histoire
Tout juste un point cartographique
pour cigognes et vent d’est
sur les plages (les plages)
les champs d’iris (les bosquets d’arbres morts)
les jours de pluie.
Ô chère tête aux cheveux noirs
Exactement là où nous avions commencé.

Emmanuel Hocquard (1940-2019)
Les Elégies, P.O.L, 1990

*

Après l’éternité

J’ai le sentiment que les gens ont
tendance à nous prendre pour beaucoup
plus sérieux que nous sommes
en réalité.
En fait, nous préférons la musique de cartoon
et nous adorons quand on vient
nous parler d’une technique de pêche hallucinante
qui se pratique dans l’État d’Oklahoma.
Mick Jagger et Tracy Lords, même combat.
Cet homme élégant possède
pour première qualité de toujours incarner
la souveraine
bêtise, l’éternelle jeunesse et le perpétuel
recommencement.
Cette femme, en aucun cas, ne peut être belle
au second degré.
Ding, dong, arrêtez de confondre la critique
artiste et la critique sociale.
Attention, voici les robots, le remords
sournois d’être encore éveillé.
Quelque chose vas craquer.

Daniel Fano (1947-2019)
La nostalgie du classique, Le Castor Astral, 2004

Aristofan

06/04/2020 à 09h35

Match 16 : Tarkos VS Hanea
C’est le mythe foudroyé en plein élan du joueur vocal qui ouvre son tournoi aujourd’hui. Héritier d’Artaud, de Ghérasim Luca, de Julien Blaine ou de Bernard Heidsieck, Tarkos impose un jeu physique, où la voix module la répétition des coups, dans une intensité inédite. Un jeu qu’on éprouve, qui se crée au fil de sa formulation, affranchi de toute tradition, dans un acte de défiance lancé au mot écrit. Face à lui, la wild card de l’organisateur (tous ceux qui regrettent l’absence de tel ou tel poète dans le tableau peuvent reporter leur rancœur sur elle), la jeune poète Hanea, francophone mais venue de Roumanie. Son jeu fragile est un déferlement kaléidoscopique qui bombarde son adversaire de stimulations sensorielles, en images comme reflétées sur du verre brisé. Evoluant en équilibre entre intelligibilité et évocation, ses coups semblent dictés par la charge de la vibration, issus d’une langue intérieure.


Place au match : Tarkos au service


Le vent et moi sommes liés pour la vie parce que nous nous aimons nous nous sommes aimés nous nous aimions parce que nous avons passé des nuits à parler sur la Digue de mer, à l’hôtel Belle-Vue, à Petite-Scynthe, dans nos chambrettes, dans le vase clos de nos autos, sur les sentiers et les petites routes de Creuse et de l’Ardèche, à nous offrir des bijoux, à nous offrir des sentiments et du courage, à préparer la guerre, parce que nous étions deux combattants nocturnes, sa dureté, ma folie, ma dureté, sa précision, parce que nous étions seuls au monde dans les rues de Dunkerque, parce nous ne pouvions pas nous séparer, que nous faisions des milliers de kilomètres pour nous retrouver, pour se revoir, pour se voir une nuit, parce que nous ne pouvions pas parler sinon nous parler, parce que nous ne pouvions pas aimer sinon nous aimer, parce que nous nous écrivions, parce que nous nous échangions nos plaintes, nos perditions, nos croyances, nos fois, nos tripes, nos adresses, nos discours, nos essais, nos brouillons, nos sangs, nos couettes et nos poèmes.

Christophe Tarkos (1963-2004)
Caisses, P.O.L, 1998

*

c’est où nous ramassons le cours du rêve
nous donne aussi de brefs visages
soignant leur vie de porcelaine

dans une certaine égalité
nous apprenons à nuancer
poupée-couperet
parfaitement calme

dans chaque version
attachée de force survivre à sa lenteur

forme de peau sur les os
succombe et peut se délier

Raluca Maria Hanea (1982)
Retirements, Unes, 2018

John Six-Voeux-Berk

06/04/2020 à 10h17

15 : Hocquard
16 : Tarkos

Hocquard ; je lis ici un poème qui ménage délicatement le lieu d’où pourra s’envoler son élégie. Le « ô », que certains cdfistes semblent détester comme on déteste un beau gosse trop sûr de sa beauté, ce « ô » donc, est conquis. Hocquard reconquiert l'élégie ; cette élégie en laquelle on soupçonne toujours de la pose et du stéréotype.

Tarkos ; rouleau compresseur ; d’une parole si peu sûre de ses moyens qu’elle est obligée de larguer son tapis de bombes. Cela me fait l’impression de ces gens qui ne supportent pas de laisser du silence dans leurs phrases ; tout le contraire des poètes qui laissent le vide et les marges gagner du terrain sur la page. Je vois là un aveu de faiblesse qui me touche, finalement.

En face, la fragilité directement avouée de Hanea me fait paradoxalement moins d’effet.

 

Etienne Mattler

06/04/2020 à 10h27

Match 15 : HOCQUARD

Aucun des deux poèmes ne me touche, ni même ne m'intéresse. Hermétique à triple tour, je choisis quand même Hocquard pour le singulier "les plages (les places)".
Je vois bien le coté chantre feint du lolcat de Fano (enfin, je me comprends), mais ça m'indiffère parce que je ne retrouve pas une once de moi dedans (et ça, pour le coup, c'est ce que je préfère dans la poésie, qu'elle me parle de moi en parlant comme je parlerais si je savais me faire parler)

(le "vas craquer" chez Fano n'est évidemment pas une faute de frappe, cher Aristofan ?).

Match 16 : TARKOS

Le poème de Trakos me brasse et m'emorte, je trouve celui d'Hanéa précieux, à tous les sens du terme. Et là, j'ai plus besoin de me rouler dehors que d'enluminer des porcelaines.