Boutique

boutique

Classement en relief

classement en relief

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)

Surprises sur prise

"Fin de saison électrique au PSG." (lemonde.fr)

Pablo prix cassé ?

"Bordeaux : l’avenir de Pablo en suspens." (footmercato.net)

Syntaxe à Rohr

"Dimitri Payet : 'Bien sûr qu'on a encore plus qu'avant pas le droit à l'erreur'." (lequipe.fr)

Kermit l'aigre nouille

"L'ancien Rennais Kermit Erasmus frappe violemment un adversaire en plein match." (lequipe.fr)

Benny Hill, le gif

"Rudi Garcia : 'On court encore plus derrière les autres'." (lequipe.fr)

Le forum

Observatoire du journalisme sportif

aujourd'hui à 05h47 - Lucho Gonzealaise : Metzallica31/03/2020 à 17h24--------Je pense que ton postulat de départ n'est pas bon, on parle... >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 03h20 - Redalert : J'en reste coi... Mes condoléances aux amoureux de l'OM et de la langue française. >>


Toujours Bleus

aujourd'hui à 02h23 - Milan de solitude : Décidément, c'est Petit Bateau qui te remercie. >>


Foot et politique

aujourd'hui à 01h54 - Tricky : Hmmm, je ne dis pas que c’est ce qu’il faudrait faire, mais ça a pas mal marché sur Microsoft... >>


En rouge et noir !

aujourd'hui à 00h34 - rougénoir : La saison ne verra pas son terme à cause du convinement ! A votre santé ! >>


CDF sound system

aujourd'hui à 00h33 - leo : Je viens de m'inscrire et de voir la liste complète et... y'a pas de jazz ou presque.Korn, Deep... >>


Feuilles de match et feuilles de maîtres

31/03/2020 à 23h33 - Utaka Souley : Balthazaraujourd'hui à 17h14Utaka Souleyaujourd'hui à 17h06D'ailleurs, El-leu n'a, comme tu dis,... >>


Présentons-nous...

31/03/2020 à 23h00 - Balthazar : Bienvenue Gérard! Joli pseudo. >>


Scapulaire conditionné

31/03/2020 à 22h54 - Gérard Scolaire : Bonjour camarades cofilaires,je passe dire bonjour en coup de vent (en mettant les patins, on n'est... >>


L'Atelier du Diaporama

31/03/2020 à 22h50 - Tonton Danijel : La rédac avait fait un best of en hommage à Loulou Nicollin, peut-être pourrait-elle faire de... >>


Gerland à la détente

31/03/2020 à 22h25 - Mik Mortsllak : Ce graphique n'est pas très flatteur pour le peloton de poursuivants de la... >>


Pharmacie Football Club

31/03/2020 à 21h29 - impoli gone : Si vous voulez vous changer les idées, vous pouvez zieuter le docu d'Arte sur la naissance du... >>


Habitus baballe

31/03/2020 à 21h07 - L'amour Durix : Ouais, si c'est ça, je ne pourrai cacher une certaine déception. À la rigueur, Habemus Paname... >>


Festival de CAN

31/03/2020 à 19h59 - suppdebastille : Moins connu que Manu Dibango et Pape Diouf.rfi.fr"L'ancien président congolais Jacques Joachim... >>


Le fil dont vous êtes le héros

31/03/2020 à 19h56 - Label Deschamps : Je n'ai pas de souvenir de Bacrot dans le top 10, mais il y a peut-être fait un passage fugace qui... >>


Aimons la Science

31/03/2020 à 19h10 - Dédie mon Stück : ULFaujourd'hui à 17h24@Dédie mon Stückaujourd'hui à 15h00Ce n'est pas du tout une bonne... >>


Reliquaire

31/03/2020 à 18h29 - l'homme de la pampa : Le maillot "No drugs" de Maradona au jubilé de Platini. >>


Histoire Football Club

31/03/2020 à 17h56 - suppdebastille : Räï , Weah, Ricardo , Valdo en 93-94.Raï après sa vilaine saison est en tribune à ArsenalCa... >>


Feuilles de match et feuilles de maîtres

Qui a dit que football et littérature étaient incompatibles ? Voici le forum où vous pourrez parler de vos lectures récentes et anciennes, liées ou non avec le ballon rond.

Un conseil de lecture ? Une bonne librairie ? =>> "You'll never read alone", le Gogol Doc: http://bit.ly/11R7xEJ.

Etienne Mattler

15/02/2020 à 13h20

Eduardo Sacheri (y a pas de larves bleues dans La nuit de l'usine, pourtant) ?

l'angle Oma

15/02/2020 à 14h02

Cesar Aira ? (c'est le Bolaño qui oriente ma réponse, je l'ai découvert par ce biais ce petit rigolo)

richard

15/02/2020 à 16h21

Oui, c'est bien Cesar Aira ! L'extrait est tiré du Congrès de littérature, où le narrateur essaie (entre autres) de cloner Octavio Paz.

Balthazar

25/02/2020 à 12h43

Ça faisait un moment que je voulais évoquer quelques livres qui m’ont été conseillés ici, mais je me suis rappelé en essayant de me lancer là-dedans ce matin que je n’étais pas doué pour les fiches de lecture. Je vais donc faire simple.

1 – « Oui », de Thomas Bernhard
Mentionné par Julow.
Plutôt déçu.
Pas mécontent de l’avoir lu, cela dit ; je n’aurais pas pu sans cela mesurer la justesse du rapprochement, qui m’intriguait, entre le style de Bernhard et celui de Kertész dans « Kaddish pour l’enfant qui ne naîtra pas ».

2 – « Brefs entretiens avec des hommes hideux », de David Foster Wallace
Conseil de Julow ratifié par khwezi, je crois, ou peut-être l’inverse.
Ce n’est pas le genre de livre que je préfère, c’est très froid, je trouve, très abstrait, mais c’est évidemment très, très bien. Disons que ça m’a plus donné un plaisir intellectuel qu’autre chose.

3 – « Eugène Onéguine » de Pouchkine
Suggéré par Loscoff au moment de la discussion sur Markowicz.
Un mot sur la traduction de ce dernier, justement : de mon point de vue elle est irréprochable. Fidèle ou pas, je n’en sais rien, mais je n’y ai vu aucun des problèmes qui m’avaient frappé dans celle du « Double ».
Quant au livre, il m’a enchanté. Le ton, en particulier. Pour en donner une idée :

« Il ne s’éprenait plus des dames,
Les courtisait un peu, pas trop ;
Prenait l’échec sans aucun drame,
La trahison comme un repos.
Il les cherchait sans nulle ivresse,
S’éloignait d’elles sans tristesse,
Sourd à leur rage ou leur amour.
Ainsi un hôte passe, un jour,
Pour faire un whist quand on l’invite ;
Il joue, puis, la partie finie,
Il rentre dans son petit nid,
Tranquille, et il s’endort bien vite
Et ne sait pas en se levant
Où il ira le soir suivant. »

(Parfois j’ai pensé au Georges Perros d’« Une vie ordinaire ».)

À part ça, Loscoff, je n’ai pas pu réagir sur le moment, mais qualifier Kundera et Gary de « grands écrivains » m’a paru excessif. Je n’ai lu de chacun d’eux qu’un ou deux livres, mais je n’ai vu ni chez l’un ni chez l’autre de trace de génie. C’est d’ailleurs pour ça que je ne les ai pas fréquentés davantage. « Bons écrivains », je trouve que c’est assez. On est loin d’un Gogol, d’un Poe, d’un Kafka, d’un Borges (qui ont encore eux-mêmes, à mon sens, une catégorie au-dessus d’eux).

Peut-être ne s’agit-il que d’une divergence taxinomique. Si tu n’utilises que deux classes, celle des grands écrivains et celle des seconds couteaux, nous tomberons d’accord sur le classement de Gary et Kundera. Mais on peut utiliser une classification plus fine (on l’appellerait l’échelle de Balthazar).

khwezi

25/02/2020 à 20h57

Tout est question d'opinion, mais pour ma part, du génie chez Gary j'en ai relevé au kilomètres, caché sous sa grande gueule et ses rodomontades. Autant Kundera, je veux bien qu'on y voit un "C'est pas Sorcier" meet BHL, mais Gary, merde.

Ne serait ce que que son mot d'adieu ("Rien à voir avec Jean Seberg") est une pièce de génie à mon sens.

Balthazar

25/02/2020 à 21h44

Suis peut-être tombé sur un mauvais échantillon... C'était "Lady L." et je me souviens d'une lecture plaisante, mais dispensable. Trop d'ironie, trop de légèreté. Et un style sans grand relief. Pas le souvenir d'une seule belle image, par exemple. Et moi je suis comme les enfants, j'aime bien quand il y a des images.

Pour le mot d'adieu, je veux bien que tu en dises plus.

(Je me rends compte que je n'ai pas dit assez clairement, plus haut, que le rapprochement entre "Oui" et le "Kaddish" n'était pas de moi, mais de Julow.)

Loscoff-Plage

25/02/2020 à 21h47

Ravi que la traduction d'Eugène Onéguine t'ait plu ! Je crois qu'on s'imagine mal la difficulté immense que cela a dû représenter pour Markowicz. Sa maîtrise du texte original laisse rêveur le russophone non-natif que je suis... et ce n'est encore rien en comparaison des grands commentateurs de Pouchkine qu'ont été Nabokov et Lotman.

Je ne vais pas défendre la cause de Romain Gary, car je l'ai trop peu lu pour être bon avocat. J'ai beaucoup aimé La Promesse de l'aube, et j'y ai vu un grand écrivain.

En revanche, selon moi, Kundera est un immense écrivain (pas seulement grand, immense !), l'un des plus grands du XXe siècle. L'Insoutenable légèreté de l'être est l'un des très rares livres que j'ai recommencés immédiatement après les avoir finis. Ses réflexions musico-philosophiques prout-prout sont tout à fait mon truc, je relirai ce livre jusqu'à ma mort avec un plaisir coupable. En plus, ce n'est même pas son meilleur. La Vie est ailleurs et La Plaisanterie sont au moins aussi bons. Milan Kundera a vécu à Rennes. J'ai été tellement sous le choc quand j'ai découvert Kundera que j'ai fait semblant d'aimer la Pilsen pendant 6 mois et que je me suis mis à apprendre le tchèque. Il m'a aussi fait découvrir la musique de Janacek.

Si aujourd'hui on le sous-estime, c'est parce qu'on le catalogue trop vite dans la case "écrivain dissident" qu'il était de bon ton de lire dans les années 70, mais qui n'a plus rien à nous apprendre depuis la chute du communisme. C'est le syndrome Soljenitsyne. Grave erreur à mon sens, Kundera parle de toute le monde post-45 et de la place impossible de la culture dans celui-ci (comme un autre de mes chouchous, Brodski).

Kireg

25/02/2020 à 22h11

Exact. Il a vécu à Rennes. Il avait un appart dans une des tours Horizons, si je me souviens bien.

Loscoff-Plage

25/02/2020 à 22h38

Oui, la moitié des quinquagénaires rennais affirme l'avoir eu comme prof à Rennes II.

Ce qui est impossible : Rennes II est en grève depuis 1917.

khwezi

26/02/2020 à 09h02

(Ne serait ce que pour son "Livre du rire et de l'oubli" je suis assez d'accord avec Loscoff en fait)

@Balthazar: cette note de suicide est publique / publiée depuis longtemps, mais je t'évite un googlisage:

"30 août 1979. Pour la presse. Jour J. Aucun rapport avec Jean Seberg. Les fervents du cœur brisé sont priés de s’adresser ailleurs.
On peut mettre cela évidemment sur le compte d’une dépression nerveuse. Mais alors il faut admettre que celle-ci dure depuis que j’ai l’âge d’homme et m’aura permis de mener à bien mon œuvre littéraire. Alors, pourquoi? Peut-être faut-il chercher la réponse dans le titre de mon ouvrage autobiographique, La nuit sera calme, et dans les derniers mots de mon dernier roman: "Car on ne saurait mieux dire". Je me suis enfin exprimé entièrement."

Note de moi-même aux inconnaissants de Gary: Jean Seberg, actrice hollywoodienne célèbre et militante de la cause des droits civiques et Gary vécurent deux décennies d'amours turbulentes et de divorces suivis de remises ensemble, et qui s'était defenestré, ainsi que le fit Gary, un an auparavant le "Jour J".

 

khwezi

26/02/2020 à 09h06

(et bien évidemment, juger Gary sans avoir lu "Chien Blanc" ou "la vie devant soi" me semble futile)