Boutique

boutique

Classement en relief

classement en relief

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)

Surprises sur prise

"Fin de saison électrique au PSG." (lemonde.fr)

Pablo prix cassé ?

"Bordeaux : l’avenir de Pablo en suspens." (footmercato.net)

Syntaxe à Rohr

"Dimitri Payet : 'Bien sûr qu'on a encore plus qu'avant pas le droit à l'erreur'." (lequipe.fr)

Kermit l'aigre nouille

"L'ancien Rennais Kermit Erasmus frappe violemment un adversaire en plein match." (lequipe.fr)

Benny Hill, le gif

"Rudi Garcia : 'On court encore plus derrière les autres'." (lequipe.fr)

Le forum

Le fil éclectique

aujourd'hui à 20h04 - jeronimo : Merci du conseil !! >>


Feuilles de match et feuilles de maîtres

aujourd'hui à 19h50 - Le déjeuner sur Hleb : *Dans ce que >>


Bréviaire

aujourd'hui à 19h41 - De Gaulle Volant : Magnifique cette dernière De Laurent Barre >>


Foot et politique

aujourd'hui à 19h40 - Jah fête et aime dorer Anne : Edjiaujourd'hui à 14h34Ah mais tu prêches un convaincu sur ce point.Je croise à ce sujet les... >>


Paris est magique

aujourd'hui à 19h32 - ORRG : kelly**Puisque tu es par ici, petit message perso.Le soir du PSG-Atalanta, je serai dans la ville... >>


L'empire d'essence

aujourd'hui à 19h27 - Run : Quand tout va bien, 3 places de penalites pour Leclerc. P10 & P14. C'est pas la joie. La voiture... >>


Lost horizons

aujourd'hui à 19h23 - Dan Lédan : Si tu veux des precisions simkamille chez le google mail >>


In barry we trust

aujourd'hui à 19h11 - leo : En plus, avec une saison raccourcie de 60 matchs, tout peut arriver ! Viendez ! >>


Habitus baballe

aujourd'hui à 17h32 - Classico : (Mais c’est sûrement un détail) >>


Histoire Football Club

aujourd'hui à 17h29 - chapoto : Toni Turek13/06/2020 à 17h54Sur Libération, un article sur le plus autrichien des gardiens de but... >>


Aimons la Science

aujourd'hui à 15h09 - Sens de la dérision : Moi j'ai fini et j'ai bien aimé. Je n'ai pas ressenti ce côté "on a tout bien réussi" mais... >>


La Route de l'Orient

aujourd'hui à 14h14 - Jah fête et aime dorer Anne : Pour le comportement de la Chine, il faut peut-être aussi mettre ça en lien avec le fait que Xi... >>


Qui veut gagner des quignons ?

aujourd'hui à 13h50 - maDoudou Makhosa-Cisse : (quignon au petit prince !)Né un 12 juillet, j'ai fréquenté tous les échelons du football... >>


Etoiles et toiles

aujourd'hui à 13h40 - Jah fête et aime dorer Anne : Sinon, pour les films plus rares, y'a la plateforme Henri de la Cinémathèque Française, où on... >>


LdC : La Ligue des Cahiers

aujourd'hui à 12h31 - RabbiJacob : Des nouvelles qui n'en sont pas vraiment du projet #LDCXII à Caen mi-octobre : la Ville attend les... >>


La revue des Cahiers du football : saison 2 !

aujourd'hui à 12h30 - Milan de solitude : la rédactionaujourd'hui à 12h26@leoMarre du virtuel, on veut de la chair et de l'os.---Je... >>


Les pseudos auxquels vous avez échappé ...

aujourd'hui à 11h57 - De Gaulle Volant : Rudi menteur >>


Le Peuple de Malherbe

aujourd'hui à 11h11 - Le déjeuner sur Hleb : Domenech, comme toujours visionnaire. >>


Feuilles de match et feuilles de maîtres

Qui a dit que football et littérature étaient incompatibles ? Voici le forum où vous pourrez parler de vos lectures récentes et anciennes, liées ou non avec le ballon rond.

Un conseil de lecture ? Une bonne librairie ? =>> "You'll never read alone", le Gogol Doc: http://bit.ly/11R7xEJ.

CELTIC BHOY

20/05/2019 à 22h57

De tous les petits coins, on peut voir la lune.

"La lune était en son plein, le Ciel était découvert, et neuf heures du soir étaient sonnées, lorsque, revenant de Clamart près de Paris (où Monsieur de Cuigy le fils, qui en est Seigneur, nous avait régalés plusieurs de mes amis et moi), les diverses pensées que nous donna cette boule de safran, nous défrayèrent sur le chemin : de sorte que les yeux noyés dans ce grand Astre, tantôt l'un le prenait pour une lucarne du Ciel par où l'on entrevoyait la gloire des bienheureux, tantôt un autre, persuadé des fables anciennes, s'imaginait possible que Bacchus tenait taverne là-haut au Ciel, et qu'il y avait pendu pour enseigne la pleine lune, tantôt un autre assurait que c'était la platine où Diane dresse les rabats d'Apollon ; un autre, que ce pouvait bien être le Soleil lui-même, qui s'étant au soir dépouillé de ses rayons, regardait par un trou ce qu'on faisait au monde quand il n'y était pas. « Et moi, leur dis-je, qui souhaite mêler mes enthousiasmes aux vôtres, je crois sans m'amuser aux imaginations pointues dont vous chatouillez le Temps pour le faire marcher plus vite, que la Lune est un monde comme celui-ci, à qui le nôtre sert de Lune. »

Josip R.O.G.

21/05/2019 à 00h10

Cyrano de Bergerac ?

Milan de solitude

21/05/2019 à 00h13

C'est très beau. Français de la deuxième moitié du XVIIIe ?

Josip R.O.G.

21/05/2019 à 00h17

Fin XVIIe.
Savinien Cyrano de Bergerac.
Des États de la Lune

CELTIC BHOY

21/05/2019 à 04h12

C'est bien ça, le vrai Cyrano.

Pascal Amateur

21/05/2019 à 07h46

Moi j'aurais répondu ça au pif.
Oui, bon, ça va.

Utaka Souley

21/05/2019 à 08h45

Tout le monde ici sait que tu as le nez creux.

Joule

21/05/2019 à 09h25

[INTERLUDE JEUNESSE]
Cinquième tome de Jo Champion de Foot, et toujours aussi cool selon mon fiston qui l'a dévoré.
Pour les prochains anniversaires de ses potes, le premier samedi prochain, il demande même qu'on achète les premiers tomes pour qu'ils découvrent et puissent en parler entre eux.

Nous allons te couvrir d'or, Pascal Amateur, mais c'est mérité. Bravo.

Pascal Amateur

21/05/2019 à 10h20

Ah, ah, vous avez vu, j'en avais pas parlé, je deviens hyper modeste. Merci à lui d'avoir aimé ! Ça fait hyper plaisir. Surtout que ce tome 5 est pas mal tourné "filles", à la demande de l'éditeur qui voulait et veut marquer le coup pour la Coupe du monde féminine en juin, avec une promo renforcée. Le 6 sera pour octobre !

Balthazar

22/05/2019 à 20h06

"Il y a entre vous et nous une assez considérable élévation de terrain qu’il faut franchir, elle aussi. Et il se trouve enfin que si, de votre côté, on s’y engage peu à peu, par des pentes très douces et d’abord insensibles, par de vastes plateaux superposés, par des étages successifs et dont la succession même fait oublier la superposition : de notre côté, à nous, c’est une pente brusque, c’est une descente presque à pic, de sorte qu’il n’y a pas symétrie, ni continuité dans la conformation du sol, mais rupture et rupture soudaine ; – et nous sommes ici comme dans un nid, nous autres Vaudois, c’est-à-dire au fond de ce nid qu’on découvre tout à coup, une fois la crête du Jura franchie. Longtemps on s’est traîné presque à plat dans des gorges ou à travers des pâturages à l’herbe courte comme du feutre ; on s’engage ensuite dans un long tunnel (l’un des plus longs de l’Europe), – tout à coup on est dans le haut des airs, tout à coup on se met à planer, tout à coup c’est comme si on était en avion, ayant autour et au-dessous et au-dessus de soi une même immensité bleue, au-dessous et autour de soi ce grand trou percé dans l’air où déjà on est engagé à toute vitesse par une suite de lacets et de tournants, vous portant tour à tour et sans préparation tantôt vers le nord, tantôt vers le sud, de sorte que les quatre points cardinaux finissent par se confondre dans un renversement général.
(...)
Il se tient au-dessous de vous tout entier blotti dans un nid, vers lequel on descend par une série de vols circulaires, comme l’oiseau regagnant sa couvée, bordé de bleu, de blanc, de gris, – dans un air vif, dans un air clair et pur (un de ces beaux matins du commencement de l’été, par exemple), quand il y a encore de la neige sur les sommets voisins du lac ; et, plus en arrière, un instant, on peut apercevoir tout un alignement de glaciers placés l’un à côté de l’autre dans le fond du ciel comme des assiettes sur un râtelier. En bas, il y a du bleu, au-dessus de quoi il y a du bleu, et autour de quoi il y a du bleu : c’est le lac, c’est le ciel, puis ce sont les montagnes. On descend entre deux azurs où on voit les sommités balancer comme des anges dans des robes bleues, dans des robes blanches ; et c’est le Canton de Vaud, mais c’est encore le Pays de Vaud, comme il s’est appelé dans les vieux temps et il le mérite ; car il est avant tout un pays, quoique tout petit : on veut dire qu’il est complet, qu’il connaît toutes les productions et qu’en cas de besoin, il pourrait entièrement se suffire à lui-même. Ce qu’il y a de beau, c’est qu’en même temps qu’on y est dans de l’azur, on y est sur de la terre et de la très bonne terre ; qu’en même temps que ses montagnes balancent dans le ciel, ses prés, ses vergers, ses champs, ses fermes, ses villages défilent tout à côté de vous ; et on voit qu’il est riche en pâturages, on voit qu’il produit une herbe abondante, on voit que le blé y est cultivé ; on voit qu’il a des fruits de toute espèce, la pomme et la pêche, la figue et les myrtilles – cependant que déjà les premières vignes se montrent – de sorte qu’il a encore du vin et il en a plus qu’il ne lui en faut ; étant étagé sous le ciel devant une nappe d’eau qui l’éclaire et qui le réchauffe, de 400 à 3000 mètres, résumant ainsi en hauteur les climats les plus variés, rassemblant et réconciliant en quelque sorte sur ses étages les apports du sud et du nord. Il est complet, c’est pourquoi je l’aime. Il peut se lire d’un coup d’œil, c’est pourquoi je l’aime. Il est un tout petit pays et, en même temps, c’est un très grand pays en réduction, par une chance particulière. Il se présente à vous, tandis qu’on se penche sur lui, comme une page si clairement écrite que son sens tout entier apparaît d’une seule fois dans sa richesse et sa diversité. Enfin, et j’y reviens, aux marches de la France, on y parle français, on n’y parle que le français, on n’y a jamais parlé que le français ; – dernière chance, suprême réussite, couronnement à tout le reste, et c’est pourquoi je l’aime plus encore."

J'ai suivi le conseil qu'Étienne a donné à Pascal il y a deux pages. Pas regretté.

 

Balthazar

22/05/2019 à 20h07

À la page précédente, plutôt.