Infos des cahiers


Boutique

boutique

Classement en relief

classement en relief

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)

Surprises sur prise

"Fin de saison électrique au PSG." (lemonde.fr)

Pablo prix cassé ?

"Bordeaux : l’avenir de Pablo en suspens." (footmercato.net)

Syntaxe à Rohr

"Dimitri Payet : 'Bien sûr qu'on a encore plus qu'avant pas le droit à l'erreur'." (lequipe.fr)

Kermit l'aigre nouille

"L'ancien Rennais Kermit Erasmus frappe violemment un adversaire en plein match." (lequipe.fr)

Benny Hill, le gif

"Rudi Garcia : 'On court encore plus derrière les autres'." (lequipe.fr)

Le forum

En Vert et contre tout

aujourd'hui à 21h06 - Jankulovic Hasek : Bon, on commence bien le match en prenant un pion dès la 2ème minute >>


Paris est magique

aujourd'hui à 21h06 - beltramaxi : Anne Hidalgo a sûrement des défauts en tant que Maire, et le coup de la Tour Eiffel était bien... >>


En rouge et noir !

aujourd'hui à 20h59 - Redalert : Bon ben c'était pas terrible et la fin de match encore pire.Et on peut aussi faire un mauvais... >>


Ligue Europe, la coupe de l'UEFA

aujourd'hui à 20h50 - Vas-y Mako! : Dudelange qui bat l'Apoel à l'extérieur 4-3, aprés un match à rebondissement, sympa et mérité! >>


L'empire d'essence

aujourd'hui à 20h45 - Perrin flirt avec toi : J'ai du mal à voir Hulkenberg faire mieux que ce qu'il a produit jusque là, je pense qu'avec une... >>


Au tour du ballon ovale

aujourd'hui à 20h42 - Label Deschamps : Je n'avais pas suivi les tentatives de qualification allemandes mais s'ils en sont à prendre des... >>


Coupe de la Ligue

aujourd'hui à 20h11 - 12 mai 76 : Charterhouse11aujourd'hui à 19h48Sans doute la banderole la plus drôle que j'ai pu voir.- - -Je... >>


Le fil prono

aujourd'hui à 20h02 - Jeremie Janette : Coty Week 3Titans@Jaguars 17-20Dolphins@Cowboys 10-35Bengals@Bills 17-23Lions@Eagles... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 19h28 - Charterhouse11 : Runaujourd'hui à 18h28En tout cas, on garde Cornet. 2 ans de plus. *******Je me dis que c'est pour... >>


Sondages idiots

aujourd'hui à 19h10 - De Gaulle Volant : En faisant assurer le commentaire des matchs par Pierre Sled. >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 19h09 - Flo Riant Sans Son : Je n'ai pas pu écouter le billet, mais si ça parle de la gentrification du centre-ville,... >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 18h42 - Casaque marine : J'ai été devancé... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 17h22 - Le Pobga du Coman : Josip R.O.G.aujourd'hui à 16h52OLpethaujourd'hui à 15h48Là, tout ce que souhaite Mélenchon... >>


La Ligue des champions

aujourd'hui à 16h41 - leo : Une "stat" marrante : lors des 5 dernières défaites du Real Madrid en Ligue des Champions... >>


Le Ch'ti forum

aujourd'hui à 14h42 - Monsieur Jo : Et ils ont donc raté le match. Heureusement les policiers, hilares, ont eu la gentillesse de leur... >>


Y a pas que le foot à Auteuil !

aujourd'hui à 13h41 - Toto le Zéro : Pôv Dan Added : foultitude de jeux de mots douteux (surtout en Anglais) l'attendent celui-là,... >>


Et PAF, dans la lucarne !

aujourd'hui à 12h49 - forezjohn : Mais pas pire que Profit. >>


CdF Omnisport

aujourd'hui à 12h26 - Delamontagne est Belle : L'élimination de la Macédoine, ca veut dire que Matjasevic sera de retour à Rennes un peu plus... >>


Etoiles et toiles

Non, ce n’est pas un forum sur le PSG, même si le titre aurait sans doute convenu, mais bien sur le cinéma, pour parler de tout ce qui touche de près ou de loin au septième art.

cocobeloeil

18/08/2019 à 16h22

Mmmmmh....

Je sais pas ou tu te baignes, Mais gaffe aux baïnes!

Ca emporte tout et ça noie tout sur son passage...

Bonne plage tout de même!

Moravcik dans les prés

18/08/2019 à 16h31

Oh non aucune intention de descendre le Couainetine. J'ai trouvé très agréables la plupart de ses films, et j'ai bon espoir pour celui-là, qui semble renouer avec l'élégance visuelle dont il fut capable.

Pulp Fiction je m'en fous un peu. C'était marrant quoi.

beltramaxi

18/08/2019 à 16h53

cocobeloeil
aujourd'hui à 16h22
Mmmmmh....

Je sais pas ou tu te baignes, Mais gaffe aux baïnes
-------------
Après la moiteur tropicale asiatique je dois dire que ton coin est bien rafraîchissant.

Jean-Huileux de Gluten

20/08/2019 à 00h27

Les cinéphiles qui descendent en flèche Tarantino tous les deux ans, c'est quand même loin d'être une spécificité de ce forum, non ? J'ai l'impression de l'entendre un peu partout.

Sinon, je sors du film, et j'en ai donc profité pour vous lire. Je suis assez d'accord avec ce qui est dit de positif. Je comprends que son cinéma laisse indifférent, et que pour le coup, on ait l'impression d'avoir à faire à un réalisateur totalement surcoté. D'autant que l'exubérance et l'absurde qu'il met dans ce qu'il filme peut faire penser que ceux qui l'aiment ne font que donner de l'attention à un gosse qui gesticule, passant à côté des plus discrets qui auraient des choses à dire.

SPOILERS ONCE UPON A TIME... IN HOLLYWOOD

Mon avis maintenant : un chouette moment. Ce sera un peu à part dans sa filmographie. D'un côté, certains regretteront qu'il manque un peu de folie, mais pour ma part, j'ai l'impression qu'il a enfin fait ce dont il crève d'envie depuis le début de sa carrière. Manson est évidemment un écran de fumée pour qu'on ne sache pas ce que l'on va voir, et Tarantino a cette fois filmé ce qui le passionne réellement dans le cinéma : le cinéma.

manuFoU

22/08/2019 à 09h10

Once upon a time... in Hollywood, my two cents.

Grand amateur de Tarantino ayant fait l'impasse sur The hateful eight (un peu à cause des critiques, un peu par paresse), j'attendais impatiemment celui-ci, et pas seulement pour Margot Robbie. 2h40 après le générique, je suis sorti du cinéma le sourire aux lèvres, mais avec tout de même un léger sentiment de malaise.

Les 20/30 premières minutes m'ont tout d'abord, comme certains d'entre vous, un peu dérouté sans pour autant m'avoir déplu. Le film prend biennnn le temps d’installer les personnages (parmi lesquels, le 1er d'entre eux, Los Angeles) mais, paradoxalement pour un Tarantino, n'est pas très bavard, c'en est presque frustrant. La suite est plus vivante. Même si le film avance sans réel canevas, on profite à plein de la reconstitution de l'époque, des vrais et faux extraits de films et de séries que distille Tarantino, des très beaux numéros d'acteurs (my academy award goes to... Brad Pitt) et des apparitions plus ou moins longues de vieux copains (Madsen, Russell), j'ai adoré.

C'est à la fin que ça s'est légèrement corsé pour moi. Je ne spoilerai évidemment pas, mais bizarrement, autant voir Tarantino jouer avec la "grande" histoire ne m'avait pas (trop) gêné, autant j'ai eu beaucoup plus de mal cette fois bien que l'enjeu soit beaucoup plus mineur. Alors bien sûr, c'est un conte, once upon a time, tout ça, mais tout en profitant comme le reste de la salle du grand-guignol de LA scène violente du film, je n'ai pas pu me défaire complètement de l'idée que tout ça était quand même de très mauvais goût. Bref, chacun le vivra différemment (j'ai lu ou entendu des critiques qualifier le film d'ignoble, immonde ou nauséabond, je n'irai certainement pas jusque là), mais ce sera ma principale réserve sur un film que je conseille malgré tout à ceux qui ne l'ont pas encore vu.

blafafoire

22/08/2019 à 09h32

Vu Once upon a time in Hollywood.

Je suis plutôt sur la ligne Aristofan au plaisir près que j'ai eu à voir ce film.

Tarantino semble, une fois de plus, s'être pris à son propre piège. Englué dans ses décors, sa musique et la banalité voulue de son scénar et de ses personnages, il oublie, ce coup-ci, de faire un film.
Si on considère que son génie était justement de parvenir à faire quelque chose de tout cela, de faire surgir du cinéma à partir de tout le matériau standard de la série B/Z, des fameuses "pulp fictions", alors on est forcé de constater qu'on a bien, ici, la première partie du contrat : l'acteur moyen, le cascadeur passé à côté de sa vie, l'actrice de troisième rang, etc. Mais on n'a pas la tension ou si peu. On ne demande pas un scénar (quoique ses meilleurs films en avaient un), mais au moins une certaine convergence dans les vues des différents personnages.
Tarantino pense peut-être que le film (2h40) se fera de lui-même. Or les dialogues sont ennuyeux, l'humour est très inégal. On sourit dans la scène "Bruce Lee" mais c'est quand même laborieux et les scènes entre Brad et son chien, comment dire... La musique est balancée au kilomètre, sans doute pour donner cette impression rétrospective de vomissement musical devenue la marque des films sur les 60's. Sauf qu'on l'a compris dès le début, lors du premier "road trip" de Brad Pitt. La séquence est pas mal, d'ailleurs, comme un certain nombre de petits moments esseulés dans tout ce vide. D'ailleurs on pourrait ironiser en constatant que le beau Brad se balade dans ce film un peu comme dans sa carrière. Tout est prometteur mais raté. Tous ses choix sont mauvais et au final, les seules choses qu'il puisse vraiment mettre en valeur sont ses poings et son torse de mâle... Di Caprio s'en sort à peine mieux. Comme quoi le pari de prendre des stars pour jouer des types moyens peut être complètement raté. Bruce Willis qui a toujours eu un côté beauf, s'en sortait bien. Mais son personnage était bien mieux écrit.
Dans les premiers Tarantino, on pouvait presque parler de films musicaux. Dans Pulp fiction, notamment, un certain nombre de scènes sont fondées sur la musique. A contrario, ici, le bruit semble à peu près constant, à peu près neutre, à peu près chiant.

Certains parlaient ici de nostalgie, moi c'est celle des années 90 qui m'a saisi devant ce film. Si, aux trois premiers films de Tarantino, on ajoute The big Lebowski et Fargo des frères Cohen, on a une chouette démonstration de ce que le cinéma peut outrepasser l'apparente banalité des choses.
Dans Once upon a time in Hollywood, c'est clairement un échec.

BoblaFlamb

22/08/2019 à 09h35

Je regardais hier soir The Naked Kiss de Samuel Fuller et le film m'a rappelé la discussion d'il y a quelques jours sur le Nouvel Hollywood. Et en un sens, on peut vraiment dire que Fuller est l'un des - sinon le - chaînons manquants entre le cinéma classique des années 1950 et le Nouvel Hollywood. Aussi bien par les thèmes (la folie, l'Amérique raciste et va-t-en guerre) qu'il aborde que par le traitement qu'il leur réserve (les effets visuels, la distance ironique), il a vraiment ouvert la voie vers un autre cinéma loin des studios et hors du carcan du code Hays. Fuller a moins la cote que Robert Aldrich ou Sam Peckinpah mais il est beaucoup moins classique que le premier et le deuxième est à mon goût davantage l'observateur d'un monde fini que d'un monde qui s'ouvre. Fuller avait sûrement moins de talent que les deux auteurs précédemment cités mais il a vraiment quelque chose de spécial qui lui permet de sentir l'époque qui vient et qui lui confère une place assez unique. Ce que j'écris n'est sûrement pas très nouveau mais cela m'a tellement frappé en regardant The Naked Kiss qu'il fallait que je le dise.

Bale de jour

22/08/2019 à 11h43

manuFoU
aujourd'hui à 09h10
_____________________________

SPOILERS ONCE UPON A TIME

La réécriture de l'Histoire par Tarantino dans celui-ci m'a semblé plus fondée que dans Inglourious, quand on sait le poids des Tate murders à Hollywood, souvent considérés comme étant le tournant et la fin d'une époque, et la perte d'une innocence (innocence certainement fausse, fondamentalement, mais toujours est-il que cet événement marque un tournant). Je ne m'attendais pas du tout à ça, mais je trouve qu'il y a un vrai sens à l'approche de QT de ce point de vue (là où la fin d'IB était plus un gros kif adolescent).

Sinon, j'ai trouvé le film excellent, même si je ne le reverrai pas immédiatement. L'ambiance que Tarantino arrive à installer au fil du film est superbe, et il reste l'un des maîtres pour installer une tension croissante à l'écran (superbe scène du campement de la famille Manson). Tous les acteurs sont bons, voire très bon, et leur lente progression et leurs trajectoires jusqu'au dénouement final, très tarantinesque, est plaisant à suivre dans cet Hollywood superbement reconstitué, aux multiples clins d'oeil (chouette petite surprise que de voir Damian Lewis en Steve McQueen).

Je ne suis pas un inconditionnel de QT mais je trouve qu'il a réussi à pondre un film plus mature globalement, où l'hommage à son plus grand amour, le cinéma, se fond bien dans son approche fantastique et fantasmée d'un "what could have been..."

Jeune Mavuba Vaincu

23/08/2019 à 12h17

Vu à mon tour Once upon a time hier soir, et si j'ai beaucoup aimé les 2 premières heures disons, j'en suis quand même sorti mitigé.

#####SPOILERS ONCE UPON A TIME######

En fait, avec le recul, et pas uniquement pour la façon dont elle est traitée (j'y reviendrai), je suis perplexe sur ce qu'apporte au film de traiter l'histoire de Sharon Tate.

L'essentiel du plaisir de ce film pour moi était dans la reconstitution du Hollywood des 60s, l'ambiance, l'hommage aux films de genre et aux acteurs de cette époque, avec un Di Caprio en grande forme (cette scène où il oublie ses répliques mon dieu. Et celle avec la petite fille aussi), un Brad Pitt plus charismatique que jamais, Margot Robbie en star en devenir est aussi très convaincante, et le tout est porté par la maestria dans la réalisation du Tarentin (les plans sont superbes évidemment) qui fait largement oublier que le scénario tourne à vide une bonne partie du film.

Alors oui, la menace sur Sharon Tate fait peser une tension sur l'ensemble (enfin, si on connaît l'histoire, parce que sinon ça doit être assez différent), et en particulier la scène dans le ranch Stahl, même si j'ai trouvé le côté fausse piste/"gotcha" un peu gros, permet de revenir un peu à la zone de confort de Tarantino.

Du coup c'est peut-être cette tension qui est nécessaire au fonctionnement du film, pour nous tenir en haleine alors que le film lui même ne raconte finalement pas grand chose.

Mais surtout j'ai trouvé que la tension se dégonflait brusquement au passage en Italie, et je n'ai pas été vraiment ré-embarqué au retour pour la scène finale ce qui l'a rendue un peu déplaisante. Alors bien sûr c'est du grand guignol, mais d'une part, et contrairement à Inglorious Basterds par exemple, je ne détestais pas encore assez les "méchants" pour me réjouir franchement de les voir dézingués de cette manière (peut-être parce que je ne connaissais pas suffisamment leur histoire et depuis assez longtemps pour les avoir au côté des nazis dans mon imaginaire).
Et d'autre part, comme manuFou, cette réécriture de la petite histoire sur le principe même, m'a gêné, notamment parce que je me suis demandé comment l'interpréter et que les interprétations qui peuvent venir à l'esprit sont un peu déplaisantes. Et je n'ai pas pensé une seconde au côté "what could have been" mentionné par Bale de Jour (dans ce cas là, ça aurait été le point de départ du film, pas sa conclusion).
En vrai, je ne crois pas qu'il y ait une interprétation particulière à chercher, mais même dans ce cas là, jouer avec une histoire sordide juste pour le divertissement ne me parait pas non plus de très bon goût. Qu'en penserait Roman Polanski? Et même sans être Roman Polanski, ça donne je trouve un côté "tout ça pour ça". A quoi bon convoquer une histoire aussi puissante pour en faire juste une scène d'action dépourvue de sens?

Bref, c'est dommage parce que ça me laisse un petit goût amer dans la bouche, alors que je reverrai franchement avec grand plaisir tout ce qui précède l'Italie. Mais, un peu comme Game of Thrones d'ailleurs, je constate qu'une fin insatisfaisante réduit significativement l'envie de revoir même les 80% qu'on a aimé.

#####SPOILERS ONCE UPON A TIME######

Bale de jour

23/08/2019 à 12h28

Jeune Mavuba Vaincu
aujourd'hui à 12h17

#####SPOILERS ONCE UPON A TIME######

Je pense que Roman Polanski détesterait la conclusion du film et probablement lui ferait beaucoup de peine (du moins, je pense qu'à sa place, j'aurais ce sentiment), mais à vrai dire on s'en fiche un peu de ce que pense Polanski. Et Tarantino n'a jamais été particulièrement connu pour son bon goût.

Je suis un peu surpris que le final fasse autant polémique, moi ça m'a semblé être dans la droite lignée de ce qu'on peut attendre de QT.

#####SPOILERS ONCE UPON A TIME######

 

lemeu

23/08/2019 à 12h38

@JeuneMavuba

#####SPOILERS ONCE UPON A TIME######

Bizarrement, je suis de l'avis contraire sur la fin, qui m'a semblé ultra-rationnelle et démonstrative.

Si l'idée du film, c'est de dire : 'Hollywood est une usine qui transforme la réalité en divertissement / conte de fée', alors le film applique sa théorie à lui-même. Il prend un fait divers réel et marquant, et le retourne à 180°. La conclusion du film, c'est froidement 'CQFD'.