Infos des cahiers


Boutique

boutique

Classement en relief

classement en relief

Sur le fil

RT @alexandrepedro: LCI qui invite le rédacteur en chef de Valeurs Actuelles pour commenter la victoire de l'Algérie. Je n'avais jamais fai…

RT @eddy_fleck: C’est rare mais j’ai rédigé quelques lignes sérieuses autour de Nabil Fekir avant de lui souhaiter bonne route. Avec l’aide…

RT @Horsjeu: [THREAD] 🔴Dîtes-donc, vous avez écouté le #RadioHorsjeu sorti lundi avec nos guests @charlotteprato et Chr$ des @cahiersdufoot…

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)

Surprises sur prise

"Fin de saison électrique au PSG." (lemonde.fr)

Pablo prix cassé ?

"Bordeaux : l’avenir de Pablo en suspens." (footmercato.net)

Syntaxe à Rohr

"Dimitri Payet : 'Bien sûr qu'on a encore plus qu'avant pas le droit à l'erreur'." (lequipe.fr)

Kermit l'aigre nouille

"L'ancien Rennais Kermit Erasmus frappe violemment un adversaire en plein match." (lequipe.fr)

Benny Hill, le gif

"Rudi Garcia : 'On court encore plus derrière les autres'." (lequipe.fr)

Le forum

CdF Omnisport

aujourd'hui à 17h04 - kelly : Pour se rendre compte :1 Alaf2 Thomas +1'353 Kruij +1'474 Pinot +1'505 Bernal +2'026 Buchmann +2'14 >>


Feuilles de match et feuilles de maîtres

aujourd'hui à 16h25 - Milan de solitude : Qui ose s'attaquer à "Guerre et Paix" et ses deux mille pages ? Il faut que ce soient des... >>


Le fil prono

aujourd'hui à 15h25 - Utaka Souley : M'sieur Portnaouac est demandé sur le fil prono. >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 15h15 - Kimlux : Mevatlav Ekraspeck20/07/2019 à 22h31J'ouvre une parenthèse de trolling gratuit :Je crois que le... >>


CDF sound system

aujourd'hui à 15h00 - Di Meco : Je te conseillerais alors l'écoute de l'album "Head carrier". Rien de transcendant, mais bien... >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 13h55 - Nicordio : Comme khwezi. Si on commence à mettre en doute la capacité de jugement du coach on est mal... >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 13h53 - Yul rit cramé : Merci, mais quand je compare la côte qu'avait Costil chez vous et ce qu'on a eu ici, je préfère... >>


Dans le haut du panier

aujourd'hui à 11h45 - le_merlu_frisé : Les Ricains découvrent Stéphanie Curry. https://tinyurl.com/y5jpuhpw >>


Bréviaire

aujourd'hui à 10h18 - emink : Ratage complet de fil. Toutes mes confuses et mes désoles. >>


Festival de CAN

aujourd'hui à 09h02 - Gilles et jeune : J'ai eu un doute quant même...Quand même quoi ! C'était trop gros !! >>


En rouge et noir !

aujourd'hui à 02h35 - Redalert : Depuis le 27 avril 2019, c'est effectivement une fin de série noire.Mais on a perdu André et... >>


Paris est magique

aujourd'hui à 02h02 - PCarnehan : Disons que pour la C1, on compte plus sur Léo que sur Jr. Même si ce dernier reste.Quant à la... >>


Y a pas que le foot à Auteuil !

20/07/2019 à 23h51 - Jean-Huileux de Gluten : D'aucuns diraient qu'il était bon, mais qu'il en était loin. >>


Foot et politique

20/07/2019 à 23h31 - Utaka Souley : Jean-Huileux de Glutenaujourd'hui à 22h20Ça m'a fait rigoler aussi. Et puis les bons élèves... >>


Libertadores / foot sud-américain

20/07/2019 à 19h24 - khwezi : Pour Boca, il me semble que l'objectif c'est de remplacer la moitié de l'effectif qui vient de se... >>


Premier League et foot anglais

20/07/2019 à 19h20 - khwezi : Leo, j'adore Varane (ou en tout cas je l'admire sincèrement en tant que footballeur). Mais sa... >>


Marinette et ses copines

20/07/2019 à 19h06 - CHR$ : Asllani au PSG c'est bien 45 buts en 78 matchs (39/43 en D1, 5/5 en Coupe et 1/11 en Europe). Comme... >>


Liga, prisma de luz

20/07/2019 à 18h35 - leo : C'est un règlement FIFA, il s'applique donc en Espagne aussi, qu'il y ait cluase de résiliation... >>


Etoiles et toiles

Non, ce n’est pas un forum sur le PSG, même si le titre aurait sans doute convenu, mais bien sur le cinéma, pour parler de tout ce qui touche de près ou de loin au septième art.

Tonton Danijel

11/07/2019 à 22h35

Ce qui est drôle, c'est que j'ai redécouvert les Kinks grâce à "Good morning England", un des films précédents de Richard Curtis...

Dan Lédan

11/07/2019 à 22h40

Le storyteller de Ray Davies (show /album melangeant chansons et anecdotes) est un vrai document à pas manquer..comme les Kinks : foutraque dans la forme , exceptionnel dans le fond...

André Pierre Ci-Gît Gnac

11/07/2019 à 22h41

Dan Lédan
aujourd'hui à 22h25

Oui, et bon nombres de chansons qui parlent de sujets sur lesquels les Beatles n'ont jamais osé s'aventurer (Lola, Fancy, See my Friends, Well Respected Man, Dandy, Mr Pleasant).

Mais bon soyons honnêtes, ils nont pas faits que des chefs d'œuvre et n'ont peut être pas atteint un niveau d'inventivité technique et artistique du niveau de Sgt Pepper ou du Magical Mystery Tour.

Petit bonus pour ceux qui ont le Temps. Allez lire la critique qu'avait fait Ray Davis de l'album Revolver c'est délicieux.

Dan Lédan

12/07/2019 à 06h54

Je la mets la , elle est effectivement très Daviesienne ..https://tinyurl.com/yxnkhxr2

Il faut lire ses interviews récents , c'est pas piqué des hannetons (ni des scarabés) ..

blafafoire

12/07/2019 à 10h52

J'ai remis tout l'allant
11/07/2019 à 17h29

Du coup la fin ? Pied de nez pour qui ? Je suis sur la ligne liquido sur ce point, TINA.


------ SPOILER PARASITE -----

Je te rejoins sur l'interprétation.
Sur la question purement sociale, je pense qu'il ne faut pas extrapoler le comportement familial. Il est décrit ou compris comme une sorte de subversion mais fondamentalement c'est un comportement de survie, pas un comportement militant, ce n'est politique que dans l’œil du réalisateur et du spectateur. À la fin le geste meurtrier du reclus envers la fille, imité ensuite par le père envers le dominant est un geste de circonstance, peut-être fondateur, mais c'est surtout, à la différence d'un employé de FT qui se suicide, une réaction de survie, pour moi.

Le fils, qui projette de racheter la maison pour libérer son père, c'est, là aussi un comportement de survie. En dehors du système, pas d'alternative, effectivement. Il est comme obligé, mentalement, de faire cette promesse. Il ne peut tout de même pas imaginer d'abandonner son père. A noter au passage qu'il ne le juge pas et qu'il semble donc le comprendre.

Mais ce qui m'a particulièrement intéressé, c'est le pied de nez cinématographique. L'image nous fait croire à l'ascension sociale dans le système (avec un discours en creux sur le happy end), mais très vite (et la question du rythme, presque instinctif, du film, mériterait des tartines à elle seule), le spectateur est rappelé à la réalité et au fait que la richesse n'existe pour le pauvre qu'à l'état de fantasme...

liquido

12/07/2019 à 11h32

blafafoire
aujourd'hui à 10h52
J'ai remis tout l'allant
11/07/2019 à 17h29

------ SPOILER PARASITE -----

C'est parfaitement exprimé.
D'une l'ascension sociale est moralement odieuse car elle implique littéralement de buter ses pairs pauvres pour prendre leur place, de deux elle est vouée à l'échec. Soit on vivote à l'autre bout de la chasse d'eau (la scène de l'inondation), soit on franchit la ligne rouge et on se retrouve à la cave. Le père ne fait que remplacer le mari de la gouvernante, lui aussi cramé par sa tentative d'ascension (criblé de dettes). Mais effectivement l'exploit du film c'est le traitement cinématographique de sa théorie implacable de la société. Rarement vu une telle efficacité visuelle et narrative au service d'un propos politique.

liquido

12/07/2019 à 11h38


--- spoilers Parasite (suite) ---

Au passage, la noirceur totale aurait été de dépeindre la famille comme autre lieu de délabrement social. Or, bizarrement, si la solidarité de classe est rendue impossible, la solidarité familiale semble survivre. Chouettes scènes de bienveillance réciproque entre les 4, culminant dans le génial lancer de marteau dans le jardin.

blafafoire

12/07/2019 à 11h49

liquido
aujourd'hui à 11h38

Oui mais il y a quelque chose du refuge dans la famille qui n'est pas vraiment un choix. C'est décrit effectivement comme un bastion de solidarité, mais là aussi c'est une question de survie, pas vraiment un choix.
D'ailleurs on voit qu'il y a solidarité familiale mais pas du tout solidarité de classe.

Cush

12/07/2019 à 11h58

La famille c'est tout ce qu'il reste lorsque les autres types de solidarité volent en éclat. Encore heureux dans une société aussi marquée par le confucianisme que la société coréenne, et la famille comme refuge ultime face aux bouleversements sociaux est aussi un thème très présent dans le Japon voisin par exemple chez Kiyoshi Kurosawa (Tokyo Sonata) ou Kore-Eda (à peu près tous ses films).

liquido

12/07/2019 à 12h03

Cush
aujourd'hui à 11h58
La famille c'est tout ce qu'il reste lorsque les autres types de solidarité volent en éclat.

---

Oui voilà mais c'est pas automatique. (Et je ne connais rien à la société coréenne mais si j'en crois un mémoire d'étudiante que je viens de corriger sur le système de protection sociale, le sort des vieux y est terriblement déprimant et en constante dégradation).

 

Cush

12/07/2019 à 12h11

Sinon il y aurait aussi plein de trucs à dire sur la relation entre maîtres et serviteurs, qui n'est pas qu'un simple rapport de subordination mais une vraie relation de dépendance affective. Les pauvres donnent en plus de leur service un peu de substance à ces riches qui sont tellement déconnectés de tout qu'ils semblent tous au bord de la dépression. La fille diplômée en art qui met des mots savants sur les gribouillis du gamin (et celui-ci semble se stabiliser un peu), le fils qui prend des airs de maître zen pour préparer son élève au concours d'entrée (et elle tombe évidemment amoureuse)... On est dans une sorte d'échange "sens vs moyens de subsistance" qui fonctionne tant que chacun reste à sa place, et la domination des uns s'exerce finalement en grande partie dans le regard et la reconnaissance qu'offrent les autres (sans être rémunérés pour ce service gracieux, ils auraient au moins dû demander une augmentation).