Infos des cahiers


Boutique

boutique

Classement en relief

classement en relief

Sur le fil

RT @Annie_Gasnier: L’Arabie saoudite, nouvelle Mecque du football globalisé https://t.co/fd21JhBBqZ

RT @FootballMuseum: #OnThisDay in 1927, fans tuned in to hear the first ever football radio broadcast: a Division One fixture between @Arse…

RT @LiberoLyon: Il n’encense pas Bruno Genesio après la victoire dans le Derby, sa carte de presse lui est retirée https://t.co/J6h2sAhkNR…

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

L'hutu sportif

"Le houblon rwandais derrière Arsenal." (lequipe.fr)

Un p'tit jaune, Wayne ?

"Rooney arrêté pour ivresse publique." (lequipe.fr)

L'origine du Mondial féminin

"Ada Hegerberg, Ballon d'Or féminin : 'Il y aura toujours des cons'." (lequipe.fr)

Saint Gland

"La cinglante réponse de Franck Ribéry à ses détracteurs." (lequipe.fr)

Et on baise à 13?

"Neymar et 'ses' 26 femmes : la photo polémique." (elle.fr)

Bélier droit

"Salah veut enfoncer Laporte." (lequipe.fr)

Super Mario Galaxy

“Balotelli, aiglon proche de l'envol.” (lequipe.fr)

Être près de ses saouls

"Didier Deschamps a déteint sur Hugo Lloris." (sports.fr)

Portier de service

"Ulrich Ramé déclassé à Bordeaux ?" (lequipe.fr)

Clara Morgane, le retour

"OM : les joueurs ont vidé leur sac." (onefootball.com)

Le forum

In barry we trust

aujourd'hui à 03h51 - leo : Gouffran directaujourd'hui à 01h00Bonds est le seul dopé avec Pete Rose.---Roger Clemens aussi... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 00h48 - Hok : Je serais assez étonné quand même. On a encore jamais vu un binational aux portes de l'équipe... >>


Les jaunes, héros zen

aujourd'hui à 00h44 - Yul rit cramé : C'est complètement dingue ces témoignages, comme s'il avait senti le danger, mais alors, le... >>


Tu sais ce qu'il te dit Casimir ?!

aujourd'hui à 00h39 - Hok : Votre équipe a été épatante ce soir, notamment les deux joueurs cités par Isaias, mais pas mal... >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 00h30 - Flo Riant Sans Son : Non, mais vendredi, je ne suis même pas sûr qu'on doive le jouer ce match. Je ne sais pas si je... >>


Scapulaire conditionné

22/01/2019 à 23h27 - Yul rit cramé : Il déclarait suite à sa signature il me semble :"Il y aura un deuxieme Sala en Premier League"... >>


Coupe de France

22/01/2019 à 23h27 - PCarnehan : Je viens de voir ça. Cette fois, Thierry Henry risque de se faire moins prolixe.A son crédit,... >>


CDF sound system

22/01/2019 à 22h34 - Pascal Amateur : Des contorsionnistes classiques. >>


Les pseudos auxquels vous avez échappé ...

22/01/2019 à 22h24 - De Gaulle Volant : Sala manque >>


EAG, les paysans sont de retour

22/01/2019 à 22h20 - De Gaulle Volant : Comme le PSG, nous avons fait respecter la hiérarchie.Au bout des prolongations, oui, mais Reims,... >>


Bréviaire

22/01/2019 à 22h15 - De Gaulle Volant : RavioEpique assaut "Ballack : 'Ribéry est sorti du cadre'." (lequipe.fr) >>


En rouge et noir !

22/01/2019 à 21h02 - Delamontagne est Belle : Selon les échos, absent entre quelques semaines et doutes sur la possibilité qu'il puisse... >>


Et PAF, dans la lucarne !

22/01/2019 à 20h56 - forezjohn : Ah Maniac c'est mon coup de coeur 2018.Mais clairement c'est très inhabituel et parfois foutraque.... >>


Choucroute et bierstub: l'indigeste menu du RCS

22/01/2019 à 17h22 - Knacklexander Vencel : Vu sur le stub:https://bit.ly/2HpXu4ZEt voilà comment on remet au goût du jour une vieille... >>


Rumeurs de transferts...

22/01/2019 à 16h19 - Marius T : On souhaite un krach du marché des transferts et on a un crash. On y est presque. >>


Foot et politique

22/01/2019 à 16h13 - OLpeth : Roger Cénisseaujourd'hui à 15h55Tonton Danijelaujourd'hui à 11h25_______Le problème de tout... >>


L'empire d'essence

22/01/2019 à 14h44 - Run : Mick Schumacher signe chez Ferrari. Fichtre. >>


En Vert et contre tout

22/01/2019 à 13h25 - balashov22 : Vous l'avez surtout gâché, leur petit Ricky, à en croire Monsieur Le Grand Govou. >>


Etoiles et toiles

Non, ce n’est pas un forum sur le PSG, même si le titre aurait sans doute convenu, mais bien sur le cinéma, pour parler de tout ce qui touche de près ou de loin au septième art.

Hyoga

22/10/2018 à 07h02

Oui dans le seigneur des anneaux, tout le monde est un héros et c'est prévu comme ça.

Hyoga

22/10/2018 à 07h13

Blade runner? (Rachael)

J'ai remis tout l'allant

23/10/2018 à 09h37

[Capharnaüm]

C'est la mer Noire...

Le film n'est pas si dur et larmoyant que laissent l'entendre certaines critiques. Même si la réalisatrice tombe dans certaines facilités, la sincérité est là.

Je vous invite par ailleurs à regarder l'histoire autour de ce film-documentaire, très inspirante.

blafafoire

25/10/2018 à 13h26

Beaucoup d'amour et d'admiration pour le sombre et viscéral First Man, de Chazelle.
Déguisé en mythe hollywoodien, celui de l'héroïque conquête spatiale américaine, le film diffuse un message qui nous est familier chez Chazelle, selon lequel le désir de réussite n'est peut-être rien d'autre qu'un désordre mental. Ryan Gosling excelle dans ce rôle de masochiste froid, enfermé avec les autres dans un pari qui semble n'avoir jamais eu le sens du dépassement des limites humaines qu'on lui a donné avant, pendant et après. Hermétique au sens et au monde réel, dans sa "tin can" comme dirait Bowie, le supposé conquérant finit par chercher, "beyond the infinite", une réponse à sa douleur.

C'est simple mais beau, et c'est du p... de vrai cinéma, et ca fait du bien.

Josip R.O.G.

26/10/2018 à 23h35

Film très élégant plein de tact et profondément émouvant.
Gosling, n’en déplaise à certains ici, est un comédien d’une rare subtilité.
Tout le casting est parfait.
Et Chapelle me fait l’effet d’un Terence Malick sans les délires pesants.
Je ne sais pas si c'est un auteur mais c’est un putain de cinéaste.

Josip R.O.G.

26/10/2018 à 23h35

Chazelle

blafafoire

27/10/2018 à 11h54

Mon seul regret dans ce film c'est que j'attendais plus de jazz alors que c'est plus un travail sur le silence.

SocRaïtes

27/10/2018 à 17h36

Dans Space Cowboy, T L Jones donne un bon coup de pied à la navette spatiale, pour la renvoyer sur Terre.
Par réaction, il se retrouve lui le cul sur la Lune, tout seul dans son scaphandre, à contempler le paysage de ses rêves.
C'est beau.
C'est héroïque certes, mais en fait il est condamné à court terme, cancer du pancréas (garantie décès à court terme, ce truc).
Donc un peu biaisé. Et dans le film, chacun des 4 héros sur le retour a son moment de bravoure.
Ça colle pas vraiment au truc cherché.
En pièce de théâtre, j'aurais dit En attendant Godot, mais connais pas le noms des rôles "secondaires" !

Joey Tribbiani

28/10/2018 à 00h08

Pour Toto sur film / héros : The Game

Joey Tribbiani

28/10/2018 à 00h12

The First Man : âpre, émouvant, visuellement magnifique.
L’aventure Apollo 11 dans tout ce qu’elle a d’heroique, un peu dingue parfois, et d’humain.
Il était temps de faire un film sur ce type incroyable qu’etait Armstrong.

 

Dino Dini

29/10/2018 à 16h15


J'ai trois minutes, je vais donc parler de trois films qui interpellent ma tête de moineau. C'est plus ce que c'était les listes.



*"Jésus, l'enquête": années 70, un journaliste et sa femme voient leur fille mourir (l'accident de la petite est, attention moment de gêne, l'accident le plus fréquent dans le cinéma américain. Je vous laisse deviner lequel...)quand une femme sauve la gamine et leur parle de Jésus qui a guidé ses gestes. Madame plonge la tête en première dans l'eau bénite et monsieur, plus dubitatif, décide de mener l'enquête du siècle afin de prouver que le saint homme n'est qu'une invention. Narré comme des films-enquêtes tels que "les hommes du président" ou le plus récent "Spotlight", ce long métrage laisse perplexe. La cohérence des investigations amène à penser que le type bosse au Gorafi ou à Valeurs Actuelles et pire encore, on a l'impression d'assister à une énorme opération de prosélytisme made-in-les-Cieux. On passe donc de la perplexité, à la gêne pour terminer par le mépris presque absolu pour un film qui ment à son spectateur puisque d'enquête, il n'est pas vraiment question, mais de Jésus, un peu trop. No offense mes amis religieux, no offense. Etonnant de voir un tel long métrage distribué.



*"La traque": un vieux film de Serge Leroy de
1975 au scénario inimaginable aujourd'hui en dehors du circuit indé américain. Une femme (Mismy Farmer), victime d'un viol par deux chasseurs psychopathes (Jean-Pierre Marielle et Philippe Léotard) tente de fuir les deux hommes et leurs amis, empêtrés eux aussi dans cette sombre affaire et qui n'ont d'autres choix que de l'éliminer au plus vite. Michael Londsale, Michel Constantin ou l'excellent Jean-Luc Bideau complètent ce groupe qui traquera au bout de la folie une proie fragile mais qui tient farouchement à la vie. Rarement un film avec une distribution aussi prestigieuse n'aura offert un spectacle d'une telle violence psychologique, violence accentuée par l'ambiance glauque de la forêt et une photo sombre qui rendent chaque scène angoissantes au possible. Le film fut très mal reçu lors de sa sortie, trop violent pour la France de Giscard, sans aucune concession à la morale pour des spectateurs peut-être par encore prêt pour cela. C'est peut-être pour cela que "la traque" reste aussi méconnu et pourtant, pourtant, c'est un monument qui vous retournera le bide. Violemment.



*"En guerre": autant vous prévenir, depuis que j'ai vu ce film de Stéphane Brizé, déjà réalisateur des excellents "la loi du marché" et de l'adaptation de Guy de Maupassant, "une vie", je saoule mon entourage pour qu'il se jette sur cette oeuvre de combat. Sans succès pour l'instant, une histoire de lutte syndicaliste, ça ne botte personne. Mais je poursuis, je vais y arriver, quitte à me ruiner en offrant le DVD à tour de bras. Laurent (le plus grand rôle de Vincent Lindon, il y est exceptionnel, EXCEPTIONNEL) un porte-parole de salariés de l'usine Perrin à Agen, lutte pour maintenir les emplois face à une direction fermée aux dialogues. Malgré les sacrifices, les souffrances personnelles et les dissensions internes, il est bien décidé à ne rien lâcher. Il décide de partir en guerre. Cinéma-vérité dans ce que le terme a de plus passionnant, réalisé avec une colère et une énergie folles, le film est porté par des acteurs habités au plus profond de leur être et par une justesse dans l'écriture qui rend caduque la plupart des oeuvre traitant d'un sujet similaire. Si ce n'est la fin, maladroite, je ne peux conseiller qu'une chose: préparez votre équipement et au combat pour une magistrale démonstration de cinéma social.