Infos des cahiers


Boutique

boutique

Classement en relief

classement en relief

Sur le fil

RT @kivolanov: Petit thread sur les disques sortis sur l'O.M ( ou par des joueurs évoluant au club).

RT @Le_Corner_: NOUVEL ARTICLE Après les désillusions de Ronaldo et du Benfica ces derniers jours, revivons ensemble la carrière de l’un d…

RT @LucarneOpposee: 🌎 C'était un 1⃣9⃣ avril : en 1960, Peñarol accueillait Jorge Wilstermann pour le premier match de l'histoire de la @Lib…

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

Bjeurk

"Un maillot collector contre l'Islande." (lequipe.fr)

Décision de Lacour Martial

"La justice refuse le prénom Griezmann Mbappé." (lequipe.fr)

Gastrique Bertrand

"Comment le PSG a digéré ses éliminations." (lequipe.fr)

Flop chef

“L1-Gourvennec : ‘On n’a pas mis les ingrédients’.” (l’équipe.fr)

Ravons plus grand

“De l’ecstasy dans le drapeau du PSG.” (ouest-france.fr)

Balociné.fr

"Balotelli en réalisateur." (lequipe.fr)

Marco vers Mars

“JPP : ‘Verratti, un extraterrestre’.” (sofoot.com)

Tarzanien

"Un arbitre tanzanien suspendu à vie pour corruption par la FIFA." (football365.com)

Ligue des Lampions

"Hugo Rodriguez : de la Ligue 2 aux fêtes foraines." (lequipe.fr)

Les Temps modernes

"Getafe enchaîne." (lequipe.fr)

Le forum

MLS, c'est l'Amérique

aujourd'hui à 04h03 - Gouffran direct : Pozuelo a décidé de ne marquer "que" des bijoux.50 mètres à la course et lucarne... >>


Paris est magique

aujourd'hui à 03h52 - Gouffran direct : Sans oublier la statue pour Amara Diané. >>


Dans le haut du panier

aujourd'hui à 03h51 - Gouffran direct : Ils sont pas tous beaux Mevat, mais faut les gagner quand-même. >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 02h02 - cocobeloeil : Hin hin hin.Taquin, va...On en reparle après (ou pendant) le match à Nîmes.. >>


Festival de CAN

aujourd'hui à 01h31 - Gouffran direct : À l'occasion de la CAN, j'aime bien découvrir des chansons à la gloire des joueurs africains.Ya... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 00h19 - impoli gone : Une des meilleures heures de la saison, plutôt, parce que les dernières 20 minutes, on est... >>


Feuilles de match et feuilles de maîtres

aujourd'hui à 00h16 - axgtd : Bonjour les fins lettrés. Deux remarques sans intérêt.Je referme "La duchesse de Langeais".... >>


L2, National, CFA... le championnat des petits

19/04/2019 à 23h40 - L'amour Durix : Moravcik dans les présaujourd'hui à 21h536-5 pour Béziers à Valenciennes !----------Du coup ils... >>


Le Palet des Glaces

19/04/2019 à 23h33 - Gouffran direct : Mondial U18 masculin.Après la remontada face à la Finlande hier (0-3 et victoire 5-3 dont 1 but... >>


Sondages idiots

19/04/2019 à 23h09 - Mix Diskerud : A distribuer des ton-car >>


Etoiles et toiles

19/04/2019 à 23h07 - Danishos Dynamitos : Dean Stockwell, légende du cinéma et de la TV américaine. >>


Simply the Brest

19/04/2019 à 23h04 - Dan Lédan : Ca c est cool.enfin revoir des Brest/Rennes >>


World Cup, the road to Doha

19/04/2019 à 22h57 - leo : Gazieraujourd'hui à 22h47Il me semble bien que le grand Max était gaucher, mais avec un bon pied... >>


EAG, les paysans sont de retour

19/04/2019 à 22h57 - De Gaulle Volant : Vous avez une chance, nous sommes un club de gentlemen, on va pas en faire un Desplat. >>


Go Mouest !

19/04/2019 à 22h56 - Mevatlav Ekraspeck : Et Tours perd à Drancy...On va inventer le concept de descentada... ou de relegation molle. >>


Foot et politique

19/04/2019 à 22h24 - khwezi : #NoCollusion“The Office learned that some of the individuals we interviewed or whose conduct we... >>


Le Ch'ti forum

19/04/2019 à 21h56 - Brian Hainaut : City-Tottenham, match de l'année ? Non, VA-Béziers. >>


Merlus, Tango et Friture

19/04/2019 à 21h51 - Nicordio : Ça fait plaisir de pouvoir voir le match ensemble en tous cas Christ, et merci pour la tournée... >>


Etoiles et toiles

Non, ce n’est pas un forum sur le PSG, même si le titre aurait sans doute convenu, mais bien sur le cinéma, pour parler de tout ce qui touche de près ou de loin au septième art.

Hyoga

22/10/2018 à 07h02

Oui dans le seigneur des anneaux, tout le monde est un héros et c'est prévu comme ça.

Hyoga

22/10/2018 à 07h13

Blade runner? (Rachael)

J'ai remis tout l'allant

23/10/2018 à 09h37

[Capharnaüm]

C'est la mer Noire...

Le film n'est pas si dur et larmoyant que laissent l'entendre certaines critiques. Même si la réalisatrice tombe dans certaines facilités, la sincérité est là.

Je vous invite par ailleurs à regarder l'histoire autour de ce film-documentaire, très inspirante.

blafafoire

25/10/2018 à 13h26

Beaucoup d'amour et d'admiration pour le sombre et viscéral First Man, de Chazelle.
Déguisé en mythe hollywoodien, celui de l'héroïque conquête spatiale américaine, le film diffuse un message qui nous est familier chez Chazelle, selon lequel le désir de réussite n'est peut-être rien d'autre qu'un désordre mental. Ryan Gosling excelle dans ce rôle de masochiste froid, enfermé avec les autres dans un pari qui semble n'avoir jamais eu le sens du dépassement des limites humaines qu'on lui a donné avant, pendant et après. Hermétique au sens et au monde réel, dans sa "tin can" comme dirait Bowie, le supposé conquérant finit par chercher, "beyond the infinite", une réponse à sa douleur.

C'est simple mais beau, et c'est du p... de vrai cinéma, et ca fait du bien.

Josip R.O.G.

26/10/2018 à 23h35

Film très élégant plein de tact et profondément émouvant.
Gosling, n’en déplaise à certains ici, est un comédien d’une rare subtilité.
Tout le casting est parfait.
Et Chapelle me fait l’effet d’un Terence Malick sans les délires pesants.
Je ne sais pas si c'est un auteur mais c’est un putain de cinéaste.

Josip R.O.G.

26/10/2018 à 23h35

Chazelle

blafafoire

27/10/2018 à 11h54

Mon seul regret dans ce film c'est que j'attendais plus de jazz alors que c'est plus un travail sur le silence.

SocRaïtes

27/10/2018 à 17h36

Dans Space Cowboy, T L Jones donne un bon coup de pied à la navette spatiale, pour la renvoyer sur Terre.
Par réaction, il se retrouve lui le cul sur la Lune, tout seul dans son scaphandre, à contempler le paysage de ses rêves.
C'est beau.
C'est héroïque certes, mais en fait il est condamné à court terme, cancer du pancréas (garantie décès à court terme, ce truc).
Donc un peu biaisé. Et dans le film, chacun des 4 héros sur le retour a son moment de bravoure.
Ça colle pas vraiment au truc cherché.
En pièce de théâtre, j'aurais dit En attendant Godot, mais connais pas le noms des rôles "secondaires" !

Joey Tribbiani

28/10/2018 à 00h08

Pour Toto sur film / héros : The Game

Joey Tribbiani

28/10/2018 à 00h12

The First Man : âpre, émouvant, visuellement magnifique.
L’aventure Apollo 11 dans tout ce qu’elle a d’heroique, un peu dingue parfois, et d’humain.
Il était temps de faire un film sur ce type incroyable qu’etait Armstrong.

 

Dino Dini

29/10/2018 à 16h15


J'ai trois minutes, je vais donc parler de trois films qui interpellent ma tête de moineau. C'est plus ce que c'était les listes.



*"Jésus, l'enquête": années 70, un journaliste et sa femme voient leur fille mourir (l'accident de la petite est, attention moment de gêne, l'accident le plus fréquent dans le cinéma américain. Je vous laisse deviner lequel...)quand une femme sauve la gamine et leur parle de Jésus qui a guidé ses gestes. Madame plonge la tête en première dans l'eau bénite et monsieur, plus dubitatif, décide de mener l'enquête du siècle afin de prouver que le saint homme n'est qu'une invention. Narré comme des films-enquêtes tels que "les hommes du président" ou le plus récent "Spotlight", ce long métrage laisse perplexe. La cohérence des investigations amène à penser que le type bosse au Gorafi ou à Valeurs Actuelles et pire encore, on a l'impression d'assister à une énorme opération de prosélytisme made-in-les-Cieux. On passe donc de la perplexité, à la gêne pour terminer par le mépris presque absolu pour un film qui ment à son spectateur puisque d'enquête, il n'est pas vraiment question, mais de Jésus, un peu trop. No offense mes amis religieux, no offense. Etonnant de voir un tel long métrage distribué.



*"La traque": un vieux film de Serge Leroy de
1975 au scénario inimaginable aujourd'hui en dehors du circuit indé américain. Une femme (Mismy Farmer), victime d'un viol par deux chasseurs psychopathes (Jean-Pierre Marielle et Philippe Léotard) tente de fuir les deux hommes et leurs amis, empêtrés eux aussi dans cette sombre affaire et qui n'ont d'autres choix que de l'éliminer au plus vite. Michael Londsale, Michel Constantin ou l'excellent Jean-Luc Bideau complètent ce groupe qui traquera au bout de la folie une proie fragile mais qui tient farouchement à la vie. Rarement un film avec une distribution aussi prestigieuse n'aura offert un spectacle d'une telle violence psychologique, violence accentuée par l'ambiance glauque de la forêt et une photo sombre qui rendent chaque scène angoissantes au possible. Le film fut très mal reçu lors de sa sortie, trop violent pour la France de Giscard, sans aucune concession à la morale pour des spectateurs peut-être par encore prêt pour cela. C'est peut-être pour cela que "la traque" reste aussi méconnu et pourtant, pourtant, c'est un monument qui vous retournera le bide. Violemment.



*"En guerre": autant vous prévenir, depuis que j'ai vu ce film de Stéphane Brizé, déjà réalisateur des excellents "la loi du marché" et de l'adaptation de Guy de Maupassant, "une vie", je saoule mon entourage pour qu'il se jette sur cette oeuvre de combat. Sans succès pour l'instant, une histoire de lutte syndicaliste, ça ne botte personne. Mais je poursuis, je vais y arriver, quitte à me ruiner en offrant le DVD à tour de bras. Laurent (le plus grand rôle de Vincent Lindon, il y est exceptionnel, EXCEPTIONNEL) un porte-parole de salariés de l'usine Perrin à Agen, lutte pour maintenir les emplois face à une direction fermée aux dialogues. Malgré les sacrifices, les souffrances personnelles et les dissensions internes, il est bien décidé à ne rien lâcher. Il décide de partir en guerre. Cinéma-vérité dans ce que le terme a de plus passionnant, réalisé avec une colère et une énergie folles, le film est porté par des acteurs habités au plus profond de leur être et par une justesse dans l'écriture qui rend caduque la plupart des oeuvre traitant d'un sujet similaire. Si ce n'est la fin, maladroite, je ne peux conseiller qu'une chose: préparez votre équipement et au combat pour une magistrale démonstration de cinéma social.