Boutique

boutique

Classement en relief

classement en relief

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)

Surprises sur prise

"Fin de saison électrique au PSG." (lemonde.fr)

Pablo prix cassé ?

"Bordeaux : l’avenir de Pablo en suspens." (footmercato.net)

Syntaxe à Rohr

"Dimitri Payet : 'Bien sûr qu'on a encore plus qu'avant pas le droit à l'erreur'." (lequipe.fr)

Kermit l'aigre nouille

"L'ancien Rennais Kermit Erasmus frappe violemment un adversaire en plein match." (lequipe.fr)

Benny Hill, le gif

"Rudi Garcia : 'On court encore plus derrière les autres'." (lequipe.fr)

Le forum

Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 03h20 - Redalert : J'en reste coi... Mes condoléances aux amoureux de l'OM et de la langue française. >>


Toujours Bleus

aujourd'hui à 02h23 - Milan de solitude : Décidément, c'est Petit Bateau qui te remercie. >>


Foot et politique

aujourd'hui à 01h54 - Tricky : Hmmm, je ne dis pas que c’est ce qu’il faudrait faire, mais ça a pas mal marché sur Microsoft... >>


En rouge et noir !

aujourd'hui à 00h34 - rougénoir : La saison ne verra pas son terme à cause du convinement ! A votre santé ! >>


CDF sound system

aujourd'hui à 00h33 - leo : Je viens de m'inscrire et de voir la liste complète et... y'a pas de jazz ou presque.Korn, Deep... >>


Observatoire du journalisme sportif

31/03/2020 à 23h40 - JL13 : La une de l’Equipe:https://twitter.com/teamom_officiel/status/1245101551502471174?s=21 >>


Feuilles de match et feuilles de maîtres

31/03/2020 à 23h33 - Utaka Souley : Balthazaraujourd'hui à 17h14Utaka Souleyaujourd'hui à 17h06D'ailleurs, El-leu n'a, comme tu dis,... >>


Présentons-nous...

31/03/2020 à 23h00 - Balthazar : Bienvenue Gérard! Joli pseudo. >>


Scapulaire conditionné

31/03/2020 à 22h54 - Gérard Scolaire : Bonjour camarades cofilaires,je passe dire bonjour en coup de vent (en mettant les patins, on n'est... >>


L'Atelier du Diaporama

31/03/2020 à 22h50 - Tonton Danijel : La rédac avait fait un best of en hommage à Loulou Nicollin, peut-être pourrait-elle faire de... >>


Gerland à la détente

31/03/2020 à 22h25 - Mik Mortsllak : Ce graphique n'est pas très flatteur pour le peloton de poursuivants de la... >>


Pharmacie Football Club

31/03/2020 à 21h29 - impoli gone : Si vous voulez vous changer les idées, vous pouvez zieuter le docu d'Arte sur la naissance du... >>


Habitus baballe

31/03/2020 à 21h07 - L'amour Durix : Ouais, si c'est ça, je ne pourrai cacher une certaine déception. À la rigueur, Habemus Paname... >>


Festival de CAN

31/03/2020 à 19h59 - suppdebastille : Moins connu que Manu Dibango et Pape Diouf.rfi.fr"L'ancien président congolais Jacques Joachim... >>


Le fil dont vous êtes le héros

31/03/2020 à 19h56 - Label Deschamps : Je n'ai pas de souvenir de Bacrot dans le top 10, mais il y a peut-être fait un passage fugace qui... >>


Aimons la Science

31/03/2020 à 19h10 - Dédie mon Stück : ULFaujourd'hui à 17h24@Dédie mon Stückaujourd'hui à 15h00Ce n'est pas du tout une bonne... >>


Reliquaire

31/03/2020 à 18h29 - l'homme de la pampa : Le maillot "No drugs" de Maradona au jubilé de Platini. >>


Histoire Football Club

31/03/2020 à 17h56 - suppdebastille : Räï , Weah, Ricardo , Valdo en 93-94.Raï après sa vilaine saison est en tribune à ArsenalCa... >>


CDF sound system

Critiques d'albums, révélations, concerts et auto-promotion...

Di Meco

06/10/2018 à 09h57

N'y connaissant pas grand-chose en musique classique, veuillez pardonner la naïveté de ma question, mais comment sait-on que le compositeur souhaitait que ce genre de détail soit exécuté de telle manière ?
C'est lisible dans les partitions ?
D'autres écrits en attestent ?
C'est transmis par les interprètes à travers les siècles ?
Où c'est simplement évident que c'est mieux comme ça ?

Pascal Amateur

06/10/2018 à 09h58

Merci beaucoup, c'est chouette. Le site classicstoday permet régulièrement (pour les abonnés) de comparer des extraits et se faire une idée - qui me reste souvent opaque quand même. Comme tu le dis, c'est en général le cœur qui me guide vers certaines versions.

Pascal Amateur

06/10/2018 à 10h12

En général, oui, l’œuvre est accompagnée d'indications, le plus souvent quant au rythme à adopter : fortissimo, andante, etc. D'autres sont plus mystérieux, le pompon en revenant peut-être à Satie.
Lu sur France Musique : "« La musique de Satie est très difficile à interpréter. il n’y a pas de barres de mesures, c’est aux interprètes de trouver leur propre chemin », rappelle l’auteur Romaric Gergorin. En effet, les partitions d’Erik Satie sont remplies d’annotations, mais pas celles que l’on trouve habituellement. Pour Satie, il faut jouer « avec étonnement » ou faire un accord « très luisant ». Autant de mots qui trompent l’interprète et brouillent les pistes de réflexion autour de sa musique."
A propos de Scarlatti, Alexandre Tharaud notait : "Chez Scarlatti, il existe des ornements, mais ses partitions ne portent aucune indication précise d’exécution qui donne à comprendre ce qu’il voulait. Pour adapter sa musique au piano, l’interprète est donc libre de ses faits et gestes."
L'intervention du compositeur est donc souvent précieuse.
Mais comme le disait Khalil, il y a aussi des choix de la part du chef d'orchestre. Celui-ci peut imposer un rythme plus vif ou plus lent selon ta perception de l'oeuvre - je dis chef d'orchestre, mais ce peut être évidemment le choix de l'ensemble, tel un quatuor. Certains y verront une dramatisation à outrance, comme les Talich qui lisent avec de la furie le dernier quatuor de Mendelssohn. Dans la 9e symphonie de Bruckner, l'excessive lenteur de Giulini a dérouté, mais cela reste une de mes versions préférées - du moins que j'ai entendues, car in y en a une centaine au disque !

Pascal Amateur

06/10/2018 à 10h18

Sur Satie, personnage fuyant le sérieux de la vie et des succès possibles, cette anecdote à propos d'une pièce nommé "Vexations", qui fait écho aux messages précédents :
"Cette pièce pour clavier est composée en 1893 mais sera interprété dans son intégralité plus d’une vingtaine d’années plus tard. En effet, l’œuvre en elle-même est structurée de manière assez formelle puisque composée d’un thème, d’une première variation de celui-ci, d’une reprise du thème et d’une seconde variation pour finir. Seulement Erik Satie précise sur la partition : « Pour se jouer 840 fois de suite ce motif, il sera bon de se préparer au préalable, et dans le plus grand silence, par des immobilités sérieuses ». Les 839 répétitions du motif initial portent la durée variable de l’œuvre entre 14 et 24h selon le tempo choisi par le – ou les – musiciens (aucune indication métronomique n’est précisée sur le manuscrit, seulement l’indication Très lent). N’ayant pas été publiée du vivant du compositeur, ce n’est qu’en 1963 que Vexations est jouée à New-York dans son intégralité (18heures) à l’initiative de John Cage."

Cush

06/10/2018 à 10h25

Très intéressant, merci Khalil.
Sympa de voir s'inviter par ici la tribune des critiques de disques du dimanche après-midi sur France Musique (anciennement Pavé dans la Mare mené par Lodéon!). Ils avaient consacré une émission à Guillaume Tell d'ailleurs, où c'est Riccardo Chailly qui l'avait emporté: https://tinyurl.com/y847or9c

Dans les versions que tu as proposées je préfère aussi Gergiev, ce qui est amusant sachant qu'il est de plus en plus critiqué récemment et pas seulement pour ses positions politiques.

Pas d'accord avec ce que tu dis sur le fil politique par contre. Je pense que tu sous-estimes largement la qualité de l'écoute du public du classique, qui est composé en grande partie de passionnés très au fait des différentes possibilités d'interprétation d'une oeuvre. Pour avoir pas mal écumé les salles parisiennes à une époque pour les récitals de piano en particulier, et continuer de le faire un peu en été lors des festivals, il y a une bonne proportion de spectateurs capables de déterminer si l'interprète est en forme ou s'il fait n'importe quoi, et je ne parle même pas de la secte des Wagnériens à l'affut de chaque micro-trahison de la partition du maître.

Pascal Amateur

06/10/2018 à 11h21

Sur les comparaisons des interprétations, j'ai retrouvé un lien, qui évoque le mot "fanatique" employé plus haut. On y cause de Mahler.
https://vagnethierry.fr/mahler-symphonie-n1-ecoutes-comparees/

Milan de solitude

06/10/2018 à 12h01

Di Meco
aujourd'hui à 09h57

N'y connaissant pas grand-chose en musique classique, veuillez pardonner la naïveté de ma question, mais comment sait-on que le compositeur souhaitait que ce genre de détail soit exécuté de telle manière ?
C'est lisible dans les partitions ?
D'autres écrits en attestent ?
C'est transmis par les interprètes à travers les siècles ?
Où c'est simplement évident que c'est mieux comme ça ?

---

Pascal t'a répondu de manière générale. Mais quant à tout ce qu'a dit Khalil sur les trombones dans Guillaume Tell, bien que je n'en aie jamais vu la partition, je suppose qu'aucune indication n'est écrite et que c'est le simple bon goût qui exige que les trombones se détachent bien et non pas qu'ils se fondent dans la masse. Ou alors les trombones sont notés avec un volume un cran au-dessus du reste des instruments (fortissimissimo "fff" par rapport à fortissimo "ff", par exemple).
Donc, pour résumer, en l'occurrence je ne sais pas ; mais, généralement, de nombreux détails dans les partitions sont devinés sans être notifiés, de la même façon qu'en littérature certains sous-entendus sont pigés par tous les lecteurs subtils sans que l'auteur doive appuyer le trait.

Di Meco

06/10/2018 à 14h55

@Pascal et Milan, merci pour ces éclaircissements.
À votre avis, on peut être sûr que les interprétations actuelles sont très proches de celles du vivant du compositeur, ou du moins pas plus lointaines que d'une autre interprétation contemporaine ?
Peut-être a-t-on plus ou moins de certitudes selon l'époque ?

Pascal Amateur

06/10/2018 à 15h11

Question trop complexe pour moi. Je dirais qu'il y a quand même un élément qui joue dans la balance : l'amélioration technique des instruments, qui a nécessairement bouleversé les sonorités. A moins bien sûr d'en revenir à du jeu sur instruments d'époque, pour le meilleur et pour le pire (sonner "vrai", c'est aussi sonner possiblement "moche"). Une initiative intéressante était celle du Chopin Institute, qui joue le compositeur comme il "sonnait" à l'époque - et c'est fait avec grande intelligence. Leur projet discographique s'intitule "The real Chopin" - tout un programme.
Il y a tout un débat sur le jeu piano d’œuvres écrites pour clavecin - Bach, Rameau... Rien que là, il y a nouveauté, sinon stupeur ou joie, c'est selon.
Sur l'interprétation en elle-même, quand les compositeurs ont clairement annoté leurs partitions, je ne vois pas pourquoi ce serait si différent. Des modes peuvent trahir une œuvre - je pense au somptueux "Requiem allemand" de Brahms, qui est une partition optimiste, et qui a été longtemps transformé en œuvre tragique, lourde - d'où aussi le désamour qu'à longtemps connu Brahms, comme bien d'autres compositeurs. Chaque chef d'orchestre projette son ambition, sa lecture, se réapproprie. Les flonflons yiddishisants de Mahler dans sa première symphonie seront accentués de façon grotesque, ou avec tristesse, ou encore autrement.
Il me semble que la vie des œuvres tient là : dans les marges de manœuvre laissées, plus ou moins grandes. Des réappropriations, oui.

Milan de solitude

06/10/2018 à 15h13

Là, je ne suis pas assez compétent.
Ce que je peux ajouter, c'est que, de façon générale, plus on avance dans le temps, plus il y a d'indications sur la partition. (Et, chose paradoxale et amusante, plus on accorde au musicien de liberté dans son interprétation.) En résumé, Bach annotait peu ; Chopin beaucoup. On en arrive même à des indications mystérieuses comme Pascal en a citées chez Satie, comme on en trouve aussi chez Poulenc par exemple. Mais je ne saurais dire comment les interprétations varient au fur et à mesure des époques.

 

Di Meco

06/10/2018 à 15h14

Merci encore, c'est très intéressant.