Boutique

boutique

Infos des cahiers


Classement en relief

classement en relief

Sur le fil

RT @popandkop: Le "Last night a Didier saved my life" des @cahiersdufoot est dans le top 5 des t-shirts des Bleus selon @GALAfr . On peut m…

Toujours le même discours: trop de matches de sélections, mais pas trop de matches de clubs, bien entendu. Et les b… https://t.co/mkw4m4ejEE

"Emmanuel Macron a fini par saturer les images et nuire autant à la célébration qu’à son autocélébration" -… https://t.co/0Bel28eX4h

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

Pepe honni

"Reina, gardien de Naples, dénoncé pour ses liens avec la mafia italienne." (20minutes.fr)

Mendycité

"Mendy : ‘J’ai la dalle’.” (lequipe.fr)

Pas Metz que un club

"Metz : Un groupe amoindri." (lequipe.fr)

DSKudetto

“Maurizio Sarri : ‘On a perdu le titre dans un hôtel’.” (lequipe.fr)

Mousse à mazout

"Sarr : ‘Il ne faut pas nous enflammer’." (sofoot.com)

Le Sakhi chaud !

"AJA : Option levée pour Sakhi." (lequipe.fr)

Fin du clapping

"L’Islande se prépare à interdire la circoncision." (lemonde.fr)

Dead to be alive

"Le fantôme d'Hernandez." (lequipe.fr)

Sex friends

“Amicaux : déjà plein les yeux.” (lequipe.fr)

Rabbit enculé !

"23 Bleus : La carotte et le bâton." (lequipe.fr)

Le forum

Toujours Bleus

aujourd'hui à 02h22 - Jankulowski Desailly Galasek : Hé, d'ailleurs, si un bi-national est sélectionné pour une coupe du monde avec 0 sélections. Il... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 02h08 - Easy Sider : Nous sommes d'accord Run. >>


Tu sais ce qu'il te dit Casimir ?!

aujourd'hui à 02h06 - Tricky : Bon.Donc voilà qu’on descend encore une fois en L2, tu te dis, en tant qu’ex-L1 avec un peu... >>


Et PAF, dans la lucarne !

aujourd'hui à 01h58 - Tricky : Non(Ben quoi, I qualify) >>


Observatoire du journalisme sportif

aujourd'hui à 01h55 - cocobeloeil : Zizou?Le Grand?Sinon je vois pas. DD était un porteur d'eau, un destructeur de jeu adverse,... >>


Etoiles et toiles

aujourd'hui à 01h01 - Lionel Joserien : Featuring Carlo Ancelotti qui, comme au PSG, joue pour le Diable. >>


Paris est magique

aujourd'hui à 00h55 - C. Moa : Tu as oublié la vraie info de la semaine ! Hervin Ongenda a signé en Roumanie. >>


Dijonnais en paix

aujourd'hui à 00h22 - I want my Mionnet back : Putain cette équipe qu'est en train de constituer Dijon... Gourcuff-Sliti, si ça colle bien, ça... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 00h22 - LYon Indomptable : Si on bouge plus, je prends.Même avec notre défense centrale dégarnie.Au moins, Nénèse va... >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 00h17 - Josip R.O.G. : Il a fait une bonne heure contre Nantes avec plein d’extérieurs du pied dans la course des... >>


Espoirs, des bleus et des verts

20/07/2018 à 23h18 - Run : On sait pas sur quoi cela va deboucher mais Gouiri c'est 9 matchs en competitions estivales (5 euro... >>


Oh mon maillot

20/07/2018 à 22h55 - Run : Dans le meme ordre d'idee, ou pas, le club de Watford a decide de lancer ses maillota et les faire... >>


Les pseudos auxquels vous avez échappé ...

20/07/2018 à 22h51 - Pascal Amateur : Oui, avec mes amis LR que la droite honore. >>


CdF Omnisport

20/07/2018 à 22h47 - 2Bal 2Nainggolan : OK j'ai ma réponse. J'ai pas vu l'arrivée du jour et j'ai chopé une vidéo du final où on voit... >>


Dans le haut du panier

20/07/2018 à 22h44 - Tricky : De manière générale, je ne suis pas complètement certain de comprendre exactement ce que veut /... >>


Conf de rédac'

20/07/2018 à 22h39 - Milan de solitude : On ne fait pas de bilan de la Coupe du monde ? Ce qu'on a aimé, ce qu'on racontera, ce qu'on... >>


Le Ch'ti forum

20/07/2018 à 20h28 - Bof : Mais il était déjà au LOSC avant l'Euro, Eder.Merci Brian, ça confirme le peu que j'ai pu lire... >>


Qui veut gagner des quignons ?

20/07/2018 à 18h40 - Pascal Amateur : C'est bien de penser aux lecteurs de plus de 60 ans. >>


Coupe du monde 2018 : le groupe E

Brésil, Suisse, Costa Rica et Serbie.

Edji

23/06/2018 à 08h02

Marrant, moi, le Brésil m'a beaucoup plus agacé contre la Suisse en reculant immédiatement après son but alors qu'il dominait très largement la Nati et pouvait plier l'affaire. Résultat, il se prend un but un peu con, bien fait pour la mentalité d'épicier.
A l'inverse, hier, j'ai aimé l'opiniâtreté de ma Seleção, qui a su hausser son niveau de jeu et ne pas céder au découragement face au mur costaricien/cain.
Aimé aussi que Neymar, encore loin de son meilleur niveau (2e match complet depuis fin février), sache adapter son jeu et ne s'enferre pas dans des dribbles inutiles.
Si la première mi-temps a été très poussive, la seconde fut beaucoup plus convaincante ; en dehors d'un soupçon de réalisme et d'un gardien adverse un peu moins bon que Navas, je ne vois pas trop ce qui manquait au Brésil, qui a joué comme il le devait.
Cette victoire difficile est peut-être ce qui lui manquait pour aller au bout, et je ne les vois absolument pas défaillir contre la Serbie.

le Bleu

23/06/2018 à 08h05

Justement, la Serbie m'a surprise par son écroulement physique en fin de match. Ils n'arrivaient parfois même plus à faire le pressing devant leur surface. Si les autres sélections, à l'inverse, montent en puissance, elle risque d'exploser en bout de course.

Tonton Danijel

23/06/2018 à 09h08

Relisez l'interview de Raï, pour ceux qui l'ont.

Il explique bien ce tournant du jeu brésilien dans les années 90: le beau jeu (porté par son frangin notamment) qui ne va pas au bout, ça fait plaisir à PC, mais cela reste surtout synonyme de frustration pour l'ensemble des Brésiliens. C'est pour cela que le Brésil de 1994 est devenu beaucoup plus pragmatique, sacrifiant Raï pendant la compétition.

Ce Brésil est pétri de talents individuels, et est bien plus complet qu'en 2014. Mais il présente quand même deux points faibles:
- le jeu collectif: j'ai l'impression que tout repose en attaque sur les exploits de Neymar et Coutinho, qui vont chercher la solution en solitaire plutôt que de chercher les décalages. Edji, je pense que tu es un de ceux ici à plus régulièrement suivre Neymar, c'est moi ou c'est vraiment un défaut qu'il a du mal à corriger?
- la défense: a prioi plus costaud qu'en 2014, j'ai trouvé quand même qu'elle s'est bien fait bouger sur les rares contres Costariciens.

En fait, je me demande vu ces deux faiblesses si ils peuvent s'en sortir contre une équipe qui ménera au score contre eux...

Edji

23/06/2018 à 09h41

Le tournant du jeu brésilien, on aime bien le schématiser avec la victoire de 1994, mais ce n'est évidemment pas aussi simple.
D'une part, entre 1970 et 1982, il y a aussi eu 1974 et 1978 et un Brésil très décevant et pas vraiment joga bonito => toute génération, même au Brésil, n'engendre pas nécessairement des Pelé, Garrincha, Socrates ou Zico.
D'autre part, il faut aussi voir que c'est à compter du milieu/fin des années 80 que l'exode systématique vers l'Europe des meilleurs joueurs brésiliens commence, pour prendre une ampleur complètement folle depuis les années 2000, tout joueur vaguement prometteur étant susceptible de se barrer dès ses 17 ans => le championnat local ne vaut plus rien, et le déploiement d'un style de jeu original devient mission quasi-impossible.
C'est aussi à cette aune qu'il faut comprendre (quand on en a les capacités intellectuelles, ce qui exclut d'office certains cédéfistes) l'importance de Neymar au Brésil : il se révèle à Santos, est immédiatement starifié, mais choisit de rester de longues années dans son club avant de rejoindre le Barça + il assume de manière incroyable ses responsabilités de "grand" joueur depuis sa première sélection (56 buts en 87 sélections pour un mec de 26 ans, seulement devancé par Pelé et Ronaldo, c'est quand même ahurissant quand on y pense).
Et je ne trouve pas qu'il cherche systématiquement la solution en solitaire ; hier, constatant l'improductivité de ses dribbles (on ne peut revenir si vite à son meilleur niveau, a fortiori après une fracture du 5e méta), il a su trouver des décalages et davantage se démarquer. On a d'ailleurs trop tendance à oublier que Neymar est aussi un passeur hors pair, qui sent le jeu comme personne.

lyes

23/06/2018 à 09h52

Edji je crois que les qualités de footballeur de Neymar personne ne va venir les discuter ici. Pareil pour le fair d'assumer son statut. Il était très attendu en Ligue 1 et il a semblé largement au-dessus du lot.

Ce qui me gêne avec lui c'est le story-telling permanent. Les pleurs, les blessures, les célébrations, les interviews, tout semble calculé et marketé à l'extrême. C'est finalement le premier joueur produit, même Ronaldo ou Pogba à côté sont de petits joueurs sur ce terrain médiatique la.

Ces larmes à la fin du match hier je ne crois pas une seconde qu'elles soient sincères ou spontanées.

beltramaxi

23/06/2018 à 09h53

Les ballons de Neymar hier :
https://is.gd/3kZVis

Pas l'impression qu'il se soit entêté dans des dribbles hier. Après il tombe là-dedans à partir du moment où il n'y a pas de solutions dans sa zone. Il n'est pas encore ce joueur qui peut éclairer régulièrement le jeu dans la construction et ce serait dommage qu'il ne le devienne pas. Et si un jour il arrêtait de faire son petit numéro de conservation de balle dos au but (une seule fois hier !), on retiendra d'avantage l'essentiel.

Par contre pour moi sur son penalty annulé il y a bien faute. Comme souvent le ralenti fausse complètement la donne (marrant que des anti-var s'en servent) mais permet d'avoir l'information sur le geste du défenseur (au moment d'une reprise d'appui du brésilien). Suffit de revoir à vitesse réelle pour revenir sur la première impression de l'arbitre. D'ailleurs, on ne juge pas là-dessus certes, mais le défenseur s'arrête tout net de jouer en levant la main, du genre pour s'excuser. Cela dit la tronche de Neymar qui en rajoute peut influencer dans le mauvais sens.

O Gordinho

23/06/2018 à 10h08

Je pense qu'en 2014 le Brésil s'est présenté avec son équipe la plus faible en coupe du monde depuis... très très longtemps. C'est un miracle d'être allé en demi-finale et le déroulement du match contre l'Allemagne a altéré les mémoires.

Cette année, l'équipe est beaucoup plus solide à tous les postes, c'est incomparable. La ligne d'attaque est géniale et très complémentaire. Il y a suffisamment de joueurs laborieux pour faire le taf au milieu et il y a Marcelo pour tout le reste.

En ce qui concerne Neymar... Il est insupportable. Il l'a été toute l'année avec Paris et je ne connais pas beaucoup de Catalans qui le regrettent. Il simule, il joue pour lui, il est agressif régulièrement. Mais il est assez talentueux pour faire des différences tout seul face à n'importe quelle équipe, il est assez malin pour faire marquer les autres lorsque c'est nécessaire. Neymar est comme un adulte obsédé par la victoire qui joue avec des enfants et contre des enfants. Ses défauts font partie de son jeu. C'est un mec assez indéchiffrable, il est difficile de savoir comment évoluera son jeu.

Enfin, l'aspect psychologique du jeu brésilien est fondamental. Si les "faits de jeu" vont dans le bon sens et si ces joueurs-là prennent confiance, ils seront injouables. Mais le moindre grain de sable peut tout foutre en l'air. C'est un groupe qui vit le football comme son pays, avec un trop d'émotions, pour le pire et pour le meilleur.
Désolé d'avance pour la psychothérapie de comptoir mais la plupart des joueurs brésiliens (particulièrement cette année) sont des types profondément fragiles, qui ont grandi seuls avec leur mère dans une relative misère. Ces hommes n'ont jamais vécu une vie simple et stable avant d'être envoyés en Europe avant tout pour y gagner de l'argent. Au Brésil on leur met une pression monumentale et aucun d'eux n'a la ressource pour prendre du recul vis-à-vis de ce contexte. Cela explique un peu les psychodrames à répétition, les larmes, les visages des joueurs pendant les hymnes. Ils jouent beaucoup plus avec leur cœur qu'avec leur tête et ça se voit parfois pendant les matches.

Edji

23/06/2018 à 10h16

O Gordinho
aujourd'hui à 10h08
En ce qui concerne Neymar... Il est insupportable. Il l'a été toute l'année avec Paris et je ne connais pas beaucoup de Catalans qui le regrettent. Il simule, il joue pour lui, il est agressif régulièrement. Mais il est assez talentueux pour faire des différences tout seul face à n'importe quelle équipe, il est assez malin pour faire marquer les autres lorsque c'est nécessaire.
---
Il joue pour lui, mais il est assez malin pour faire marquer les autres lorsque c'est nécessaire...OK :-)
(meilleur passeur de Ligue 1 en ayant joué 20 matchs, pour rappel)
Quant aux simulations, elles existent mais sont infiniment moins nombreuses que les fautes qu'il subit, et pour lesquelles on est bien trop souvent complaisant.

dugamaniac

23/06/2018 à 10h22

D'où l'idiotie de simuler et en rajouter autant alors qu'il y a effectivement déjà assez souvent faute sur lui.
Et ceux que les consultants anciens joueurs disent, c'est que Neymar préfère provoquer une faute sur lui que de passer le ballon après avoir créer le déséquilibre grâce à son dribble.
Ça s'entend.

La Metz Est Dite

23/06/2018 à 10h26

O Gordinho
aujourd'hui à 10h08

"Désolé d'avance pour la psychothérapie de comptoir mais la plupart des joueurs brésiliens (particulièrement cette année) sont des types profondément fragiles, qui ont grandi seuls avec leur mère dans une relative misère. Ces hommes n'ont jamais vécu une vie simple et stable avant d'être envoyés en Europe avant tout pour y gagner de l'argent."

--> je ne connais pas les biographies des joueurs brésiliens mais j'ai l'impression que tu caricature un poil, non ? Et puis, ce genre de situation a toujours plus ou moins exister pour des joueurs brésiliens.

A ce que je sache, Ronaldo est né dans un quartier pauvre, a été envoyé à peine majeur en Europe et subissait une pression monstre. Ça ne l'a pas empêché d'être plein de sang-froid et par exemple, de porter le Brésil en 2002 après avoir fait une bonne CdM 98 (finale exceptée).

Puis bon, Neymar est très loin de la situation que tu décris (père présent, famille non défavorisée), ça ne l'empêche pas d'être assez sensible émotionnellement.

 

Pascal Amateur

23/06/2018 à 10h57

Oui, c'est de la psychologie de comptoir, mais c'est bien d'en être conscient.