Boutique

boutique

Classement en relief

classement en relief

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)

Surprises sur prise

"Fin de saison électrique au PSG." (lemonde.fr)

Pablo prix cassé ?

"Bordeaux : l’avenir de Pablo en suspens." (footmercato.net)

Syntaxe à Rohr

"Dimitri Payet : 'Bien sûr qu'on a encore plus qu'avant pas le droit à l'erreur'." (lequipe.fr)

Kermit l'aigre nouille

"L'ancien Rennais Kermit Erasmus frappe violemment un adversaire en plein match." (lequipe.fr)

Benny Hill, le gif

"Rudi Garcia : 'On court encore plus derrière les autres'." (lequipe.fr)

Le forum

Dans le haut du panier

aujourd'hui à 02h30 - Lucho Gonzealaise : C'est vrai, moi de même. Mais ce n'était qu'un des tous derniers maillons de la chaîne d'un... >>


Manette football club

aujourd'hui à 01h45 - magnus : En regardant 2 minutes, dans les 3 Souls la stat en anglais c'est "Attunement", traduite en VF par... >>


Tout en haut du Nou Camp

aujourd'hui à 01h12 - leo : suppdebastilleaujourd'hui à 00h18---Ça n'a rien de tiré par les cheveux, il y a des champions en... >>


Gerland à la détente

17/04/2021 à 23h53 - Lucho Gonzealaise : impoli goneaujourd'hui à 22h21Il est même assez impressionnant, son niveau en français, je... >>


Foot et politique

17/04/2021 à 23h24 - Tricky : Mevatlav Ekraspeckaujourd'hui à 20h35L’élément que je redoute le plus c’est le fait que... >>


Oh mon maillot

17/04/2021 à 23h20 - Run : Tu pourrais bosser pour eux, a justifier n'importe quoi... >>


Au tour du ballon ovale

17/04/2021 à 23h10 - Mevatlav Ekraspeck : Magique.. J'ouvre mon bec à 33-6 pour les rochelais, je loue leur solidité, et ça finit en 38-23... >>


Alpins perdus

17/04/2021 à 22h36 - Tonton Danijel : Déterrons ce fil pour faire un petit point:- Pas mal de points gâchés dernièrement à la... >>


Marinette et ses copines

17/04/2021 à 22h36 - CHR$ : Journée tronquée aujourd'hui puisque deux matchs de la 19e journée de D1 ont été remis à plus... >>


En rouge et noir !

17/04/2021 à 22h35 - Cris CoOL : Avec un coach comme Pep Genesio, je penche sans hésiter pour la seconde solution (et j'avoue que... >>


MLS, c'est l'Amérique

17/04/2021 à 22h14 - Run : Reprise de la MLS. Canadian Classic, Florida Edition.Méga honte pour le TFC qui s'est fait... >>


Paris est magique

17/04/2021 à 21h52 - gurney : Classicoaujourd'hui à 15h28Il manque le retour contre Manchester ou il avait été fabuleux ! >>


Fussball chez nos cousins germains

17/04/2021 à 21h39 - magnus : Diable! >>


Le fil dont vous êtes le héros

17/04/2021 à 21h21 - Le Meilleur est le Pires : Ca devient à la mode ce quart d'heure de battement, on se croirait au foot.(Mais ça m'a permis de... >>


Futebol lusitano

17/04/2021 à 20h55 - Pascal Amateur : Ah, ah, mignon. >>


Les pseudos auxquels vous avez échappé ...

17/04/2021 à 20h21 - De Gaulle Volant : Qui qu’a l’seum >>


Le fil de butte avec ses potes en croco

17/04/2021 à 20h13 - L'amour Durix : (Hi, hi !) >>


Feuilles de match et feuilles de maîtres

17/04/2021 à 19h32 - Milan de solitude : Rappel : la forme veut qu'un haïku français s'organise en trois vers de cinq, sept et cinq... >>


Habitus baballe

Pour causer socio, éco, sciences-po, anthropo, histoire-géo, philo, épistémo, Adorno, filporno, Bernard Pardo...

Pascal Amateur

06/03/2021 à 17h35

Rien à voir : comment écrit-on dieux/déesses en écriture inclusive ? Quelqu'un sait ?

Delio Onnisoitquimalypense

06/03/2021 à 17h37

Pascal Amateur
aujourd'hui à 17h35

Rien à voir : comment écrit-on dieux/déesses en écriture inclusive ? Quelqu'un sait ?
-------------
Nicolas Dieuze

Manx Martin

06/03/2021 à 17h42

Pascal Amateur
aujourd'hui à 17h35
Rien à voir : comment écrit-on dieux/déesses en écriture inclusive ? Quelqu'un sait ?
_________

Dieux et déesses

Pascal Amateur

06/03/2021 à 17h48

Ah cool, j'aime bien l'écriture inclusive en fait.

Di Meco

06/03/2021 à 21h06

On doit pouvoir dire divinités aussi ?

Pascal Amateur

06/03/2021 à 21h11

Comment tu sais zizi ou zézette ?

OhVertige

07/03/2021 à 19h36

là zizette

Balthazar

07/03/2021 à 19h47

Je te veux si tu veux de mouette.

inamoto

28/03/2021 à 00h59

Un mot sur le rapport de la commission présidée par l'historien Vincent Duclert "La France, le Rwanda et le génocide des Tutsi (1990-1994)" remis hier au Président de la République.

Je ne sais pas si c'est le bon endroit, mais j'ai peur que le fil politique noie le sujet entre les polémiques du jour, il y a peut-être ici un espace pour en parler de façon plus apaisée. Je sais qu'il y a des cédéfistes beaucoup plus experts que moi sur le sujet.

Évidemment, je n'ai pas eu le temps de le lire encore, je me suis contenté de la conclusion de douze pages et des (excellents) articles publiés par Le Monde pour en couvrir les principaux enseignements.

La conclusion du rapport peut être synthétisée dans cet extrait :

"La crise rwandaise s’achève en désastre pour le Rwanda, en défaite pour la France, écrivent-ils. La France est-elle pour autant complice du génocide des Tutsi ? Si l’on entend par là une volonté de s’associer à l’entreprise génocidaire, rien dans les archives consultées ne vient le démontrer. La France s’est néanmoins longtemps investie au côté d’un régime qui encourageait des massacres racistes. Elle est demeurée aveugle face à la préparation d’un génocide par les éléments les plus radicaux de ce régime. Elle a adopté un schéma binaire opposant d’une part l’ami hutu, incarné par le président Habyarimana, et de l’autre l’ennemi qualifié d’“ougando-tutsi” pour désigner le FPR [Front patriotique rwandais]. Au moment du génocide, elle a tardé à rompre avec le gouvernement intérimaire qui le réalisait et a continué à placer la menace du FPR au sommet de ses préoccupations. Elle a réagi tardivement avec l’opération Turquoise, qui a permis de sauver de nombreuses vies, mais non celles de la très grande majorité des Tutsi du Rwanda, exterminés dès les premières semaines du génocide. La recherche établit donc un ensemble de responsabilités, lourdes et accablantes."

Sans être universitaire spécialiste du sujet, je l'observe néanmoins de près depuis des années en me documentant auprès de nombreuses sources, et que je vis très difficilement le décalage que je perçois entre la vérité et la position officielle de mon pays sur un sujet aussi grave.

Ce qui me frappe sur ma réaction à chaud à ce rapport est un paradoxe : à la fois cette conclusion ne nous apprend rien - ces faits sont en réalité sur la place publique depuis des années - mais que pour autant j'ai la conviction de voir pour la première fois la France marquer un authentique pas en avant dans le chemin vers la vérité et, peut-être, vers la justice. Ai-je tort d'avoir ce regain d'optimisme ? Je serais curieux d'avoir vos avis.

Ce qui se joue là c'est la dissipation d'un brouillard savamment entretenu par les autorités françaises elles-mêmes, élites intellectuelles, hauts fonctionnaires, justice aux ordres, journalistes en service commandé, depuis vingt-cinq ans que le génocide a eu lieu. Face à la clarté des faits, malgré des archives difficilement accessibles (la mission Duclert montre bien qu'elle-même a rencontré les pires difficultés à les obtenir), la France n'a cessé de tenir un discours ambigu qui m'a toujours mis en colère. Ce qu'apporte le rapport Duclert, c'est une parole sérieuse, claire, documentée venant du sommet même de l'Etat. Et cela fait du bien.

Emmanuel Macron a eu raison de s'attaquer à ce dossier. Il incarne un changement de génération bienvenu dans le monde politique, tant ses prédécesseurs étaient tous liés de beaucoup trop près à des acteurs directs du dossier, qu'il s'agisse des ex-mitterrandistes ou des balladuro-juppéistes. A noter qu'à gauche le sujet avait commencé à sérieusement frémir également : en pleine campagne européenne 2019 Raphaël Glucksman, investi par le PS, avait eu le courage de s'attaquer au sujet. Que ne lui avait on pas reproché à l'époque... C'est pour cela que je suis optimiste : l'avenir va vers l'affaiblissement de toutes ces compromissions.

Cette dissipation n'est qu'une étape, car avec la clarté vont se poser de nombreuses questions. J'en vois deux qui à mon avis doivent être posées à très court terme :

- tout d'abord le sujet de la recherche en responsabilité, si ce n'est juridique, au moins morale, intellectuelle, autour de certains acteurs clefs. Si Mitterrand n'est plus, certains de ses principaux collaborateurs sur cette affaire continuent de sévir et de nuire, considérés encore aujourd'hui comme des observateurs pertinents d'un sujet dont ils sont des acteurs confondus : je pense que leur indignité, notamment dans la défense de thèses négationnistes et leur obstination à créer du brouillard et à retarder l'émergence de la vérité, doit nous conduire collectivement à les écarter de toute responsabilité officielle, de toute prise de position publique, de tout honneur nationale. En attendant que la justice, s'il y a lieu, fasse son travail ;

- ensuite le sujet de la façon dont la France a continué, après 1994, à se compromettre auprès des génocidaires : comment est-il possible que des acteurs majeurs du génocide continuent à vivre des jours paisibles en France en 2021 ? Que Félicien Kabuga, acteur majeur du génocide, était encore en liberté à Asnières jusqu'à son arrestation le 16 mai dernier ? Idem pour Agathe Habyarimana, et tant d'autres ? Il me semble qu'une collaboration totale avec les autorités rwandaises serait aujourd'hui la moindre des choses, puis il faudra retracer le tissu des responsabilités qui a conduit tant de personnes à être protégées en notre nom pendant tant d'années...

Enfin j'ai la conviction que le plus important c'est de remettre ce génocide à sa juste place dans le débat public. Je me trompe peut-être mais j'ai toujours le sentiment qu'il est méconnu, lointain, distant. L'Afrique offre tant de drames, qui nous paraissent si lointain et confus, que la singularité de ce qui s'est passé au Rwanda en 1994 semble échapper à l'opinion publique. Le brouillard dont je parlais plus haut n'y est pas pour rien.

Le propre d'un génocide est qu'il porte une vérité universelle, peu importe les dates ou les lieux : celle des limites de notre humanité. Et il est quand même assez insupportable - en tout cas à mes yeux - que la France soit aussi directement liée au dernier génocide connu sur la planète, un des plus atroces dans ses modalités, et qu'elle mette autant de temps à ouvrir les yeux sur ce que ces faits révèlent de ses failles. La démocratie n'est pas un état de fait mais un processus, et il nous reste bien du chemin à parcourir...



Jah fête et aime dorer Anne

28/03/2021 à 01h59

Oui, ce rapport est intéressant et bienvenu. Espérons que maintenant que les portes se sont ouvertes, le travail continuera. Et pour cela, il va falloir libéraliser l'accès aux archives, car malgré les discours publics, l'application au pied-de-lettre d'un récent décret a rendu extrêmement difficile l'accès aux archives anciennement classifiées.

Effectivement, que Macron n'ait pas de lien avec cette époque a permis de donner cette impulsion. Bon, tout n'a pas été simple, rien qu'avec la composition de la commission, comportant notamment initialement deux membres problématiques.

Par contre, je suis plus pessimiste que toi sur les conséquences. En dehors de la justice, je ne vois pas de disqualifications arriver pour ces gens. Par contre celles de la justice peuvent être importantes.
Je les vois encore moins arriver quand au soutien post-94, car celui-ci implique tous les dirigeants jusqu'à aujourd'hui.

Je les vois encore, encore moins arriver quant à un des problèmes majeurs révélé par le rapport : le fonctionnement des institutions françaises où le Président peut n'avoir de fait aucun contre-pouvoir, ce qui permet le désastre si cette personne est défaillante. Car finalement, il a suffit de la volonté d'un seul homme pour que cela soit possible (et que les suivants mettent ça sous le tapis).

Et sur le processus démocratique, je suis là encore pessimiste. Il suffit de regarder ce qu'il se passe au Yemen. L'Arabie Saoudite et les Emirats Arabes Unis mènent une guerre dégueulasse (ils visent par exemple les hôpitaux) et un blocus du pays qui provoque famine et maladies. C'est une famine volontaire qu'ils commettent, touchant des millions de personnes, et elle s'aggrave. L'Onu estimait en 2020 à plus de 200.000 le nombre de morts provoqués par cette guerre.
Or la France soutient l'Arabie Saodite et est un partenaire privilégié de Emirats Arabes Unis. La France continue notamment à leur vendre des armes qui servent pour leurs actions militaire et le blocus.
Et quand des journalistes ont révélé en 2019 ces ventes d'armes et leurs emplois, ils ont été interrogés par les services de renseignement français.
Mais bon, dans 25ans, on en saura peut-être plus.

 

sansai

28/03/2021 à 07h21

Ça n'est pas très sciences sociales mais quand j'ai été hospitalisé il y a un peu plus d'un an j'ai rencontré un Tutsi qui avait à peu près mon âge et vécu le génocide. Avalé ses papiers d'identité, traversé les forêts détrempées du Congo, puis navigué de centres de rétention en centres de rétention pour migrants en Afrique, où il a subi de nombreuses maltraitances qu'il ne m'a pas détaillées mais qui semblait pour le moins désagréables.
Avant d'atterrir en Europe puis en France dans les conditions d'accueil que vous connaissez.

Ce qui n'était évidemment pas sans rapport avec sa propre hospitalisation.

Si avant de le rencontrer j'avais eu la moindre hésitation sur la nécessité encore aujourd'hui de reconnaître pleinement la responsabilité de la France dans le génocide des Tutsis et de leur offrir des réparations sous les multiples formes susceptibles de convenir elle se serait rapidement dissipée à son contact tellement son récit était écœurant, dans tous les sens du terme.

Sur ce je retourne écouter Gaël Faye en espérant qu'on arrête un jour de tourner autour du pot.