Boutique

boutique

Classement en relief

classement en relief

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)

Surprises sur prise

"Fin de saison électrique au PSG." (lemonde.fr)

Pablo prix cassé ?

"Bordeaux : l’avenir de Pablo en suspens." (footmercato.net)

Syntaxe à Rohr

"Dimitri Payet : 'Bien sûr qu'on a encore plus qu'avant pas le droit à l'erreur'." (lequipe.fr)

Kermit l'aigre nouille

"L'ancien Rennais Kermit Erasmus frappe violemment un adversaire en plein match." (lequipe.fr)

Benny Hill, le gif

"Rudi Garcia : 'On court encore plus derrière les autres'." (lequipe.fr)

Le forum

Au tour du ballon ovale

aujourd'hui à 01h42 - Moravcik dans les prés : Cette équipe sera championne du monde, c'est sûr.Mais le mieux c'est que même si elle ne l'est... >>


En rouge et noir !

aujourd'hui à 00h36 - Delamontagne est Belle : Oui mais ça manque de constance tout ça.On voit les défenseurs se lancer à l'abordage par... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 00h31 - Joey Tribbiani : John Six-Voeux-Berk31/10/2020 à 10h53Merci pour cette réponse courtoise et très intéressante à... >>


Manger (autre chose que) la feuille

aujourd'hui à 00h31 - Paul de Gascogne : Coupé en fine lamelles et frit dans l'huile d'olive. Assaisonné avec un peu d'ail et pas mal de... >>


Etoiles et toiles

aujourd'hui à 00h29 - OLpeth : Oui et c'est pas formidable. Une version réaliste et désabusée d'un Robin des bois âgé. C'est... >>


Qui veut gagner des quignons ?

aujourd'hui à 00h23 - Milan de solitude : Gagné. >>


Et PAF, dans la lucarne !

31/10/2020 à 23h52 - Mevatlav Ekraspeck : Le remâchage de prépuce, ça change ta vision des choses quand tu vas pisser. >>


Gerland à la détente

31/10/2020 à 23h16 - balashov22 : Merci des précisions.Chez les garçons, le groupe est tombé pour demain et ça fait peur en... >>


Marinette et ses copines

31/10/2020 à 23h13 - CHR$ : Échange tendu sur Canal+ entre Reynald Pedros en campagne de recrutement et Aline Riera qui... >>


Paris est magique

31/10/2020 à 23h06 - PCarnehan : Mevatlav Ekraspeckaujourd'hui à 22h23Votre maillot, je faisais le même avec « sensible soccer »... >>


Le fil éclectique

31/10/2020 à 22h23 - L'amour Durix : Merci à poiuyt, Dan et Pat pour leurs réponses au poêle. >>


CDF sound system

31/10/2020 à 22h10 - 2Bal 2Nainggolan : Ah non ! Fin de non-recevoir pour la création d'un fil biclou, alors là... >>


Café : "Au petit Marseillais"

31/10/2020 à 18h38 - Lucho Gonzealaise : Je vois que nos collègues lyonnais craignent de récupérer Galtier, perso j'en veux bien. Il a... >>


L'empire d'essence

31/10/2020 à 17h47 - poiuyt : Ah ben non, j’ai eu droit à un stream pourri comme d’hab >>


CdF Omnisport

31/10/2020 à 17h35 - 2Bal 2Nainggolan : Gros bluff de début de journée aussi.... >>


Flower of Scotland

31/10/2020 à 17h09 - Tonton Danijel : Dan Lédanaujourd'hui à 15h57Hé hé...Ceci dit, j'ai vu son hommage sur Le Point, et on ne va pas... >>


Bréviaire

31/10/2020 à 16h14 - Pascal Amateur : Grace de Monaco "Rennes dans le dur." (lequipe.fr) >>


Dans le haut du panier

31/10/2020 à 13h14 - Mevatlav Ekraspeck : J'irai poser un cierge pour mes Sixers.Je ferai gaffe en entrant dans l'église, promis. >>


Le fil dont vous êtes le héros

Amoureux des jeux de société & de plateau, qu'ils soient d'aventures, de rôles, de stratégies, de figurines, de cartes : ce fil est pour vous.

Pascal Amateur

09/09/2020 à 20h49

Label, je regarde ta partie et constate qu'il y a très peu de pièces prises lors de la mise en place ; est-ce à dire que pour apprendre, il convient de chercher à ne pas prendre trop facilement - j'ai tendance à échanger des pièces, parfois pour me donner un avantage ou casser la protection du roi adverse, mais le plus souvent pour ne pas avoir trop de pièces à gérer. J'ai le sentiment que c'est une solution de facilité - quelqu'un confirme ? Merci beaucoup.

Label Deschamps

09/09/2020 à 20h56

En faisant le commentaire précédent sur ta partie je n'ai même pas réalisé que tu avais mis la manoeuvre Cd1-e3-g4 en pratique plus loin , c'est marrant. Mais effectivement ça paraissait bien tout de suite, alors que tes pièces ne sont pas spécialement placées pour renforcer la pression après la rupture a3-b4.

Sinon 10 h4 avec l'intention de jouer h5 et Dd2 et d'ouvrir la colonne était intéressant aussi, l'avantage du fou en h6 est que tu es sûr d'avoir un levier. Un peu ce que préconisait Fischer contre le dragon quoi, on ouvre la colonne, on échange les fous et on mate !

Dd2 parait quand même un peu plus dans l'esprit qu'en c1, à terme après f4 et un échange éventuel en e5 il y aura parfois des thèmes à base de d6, et puis ça lie les tours.

De même Ce1 me parait plus dans l'esprit de la variante, parce que le thème c'est de casser la structure en poussant b4 ou f4 ou les deux, et le cavalier est bien en d3 dans cette optique. Ceci dit c'est une autre raison pour préférer Dd2 à Dc1, parce que 12 Ce1 permet aux noirs de jouer b5 sans sacrifier, le cavalier ne peut prendre à cause de Fe2 qui gagne la qualité.

Label Deschamps

09/09/2020 à 21h12

Question très intéressante mais complexe Pascal, les ouvertures s'y prêtent plus ou moins.

On parle d'ailleurs de "jeux ouverts" pour 1 e4 e5 , de jeux semi-ouverts pour les autres réponses à e4, et de jeux fermés pour les ouvertures à base de d4 et autres débuts à l'aile-dame.

1 Cf3 est une bonne illustration des transpositions évoquées par Raspou soit dit en passant, ça retombe souvent dans les positions issues de d4.
Par exemple 1 d4 Cf6 2 c4 g6 3 Cc3 Fg7 4 e4 d6 5 Cf3 0-0 6 g3 Cbd7 7 Fg2 e5 est certainement un ordre de coups nettement plus fréquent pour retomber sur la même position, les quatre premiers coups ci dessus étant constitutifs de la défense est-indienne.

C'est une ouverture relativement moderne (par rapport à l'histoire des échecs) qui s'est beaucoup perfectionnée dans les années 40 et 50, et est devenue une des favorites du grand public quand Fischer puis Kasparov l'ont mise à leur répertoire.

Pour ne pas trop digresser par rapport à ta question, la structure de pions est fondamentale et détermine beaucoup de choses. En gros on cherche toujours à contrôler le centre, mais après avoir initialement cherché à l'occuper (1 e4 e5), les ouvertures ont cherché à le liquider en échangeant le pion (1 e4 d5 , 1 e4 e6 ou c6 avec l'intention de jouer d5 ensuite), puis à contre-attaquer directement en ouvrant un autre front, chacun prenant de l'espace d'un côté (1 e4 c5), et enfin le contrôle à distance en exerçant une pression (1 e4 g6, 1 e4 Cf6). L'évolution est un peu analogue sur d4, l'est-indienne entrant dans cette dernière catégorie.

Pascal Amateur

09/09/2020 à 21h18

Merci beaucoup ; ta dernière partie indiquée ici m'avait impressionnée dans cette conservation des pièces - que j'ai déjà constatée par ailleurs. Je sais que, pour l'instant, je suis dans l'incapacité de soutenir un feu nourri - autrement dit, un adversaire qui avance au moins trois sinon quatre pièces. Mais je suis patient. Merci en tout cas de ces éclairages.

Atli

09/09/2020 à 21h42

Pour rebondir sur le très bon post de Raspou (09/09/2020 aujourd'hui à 02h52), je vais tenter de donner des pistes de réflexions concernant la conduite d’une partie et les idées qui sous-tendent une ouverture. Ceci en un post (mon deuxième prénom est Mégalo et Mytho mon troisième…).

Pour commencer partons de la position initiale d’une partie d’échecs : c’est la seule que vous soyez absolument sûrs de rencontrer dans une partie. Pour simplifier nous allons nous placer du côté des Blancs.

En observant la disposition des Noirs, il y a un élément remarquable : le pion f7, celui qui est à gauche du Roi noir. C’est en effet l’un des seuls pions (en fait plus la case que le pion lui-même mais passons pour l’instant) qui ne soit protégé que par une pièce, de surcroit le Roi lui-même. C’est donc une faiblesse qui peut être exploitée.
Pour exploiter cette faiblesse, il faut l‘attaquer. Imaginons que nous sommes tout-puissants et que nous pouvons bouger nos pièces sans que l’adversaire puisse réagir. Par exemple, si notre Fou de cases blanches était en ç4 et un Cavalier en g5, les blancs introduisent une menace directe, Fxç7 mat. Mieux, il y a une autre menace possible, Cxf7 qui fait une fourchette sur la Dame et la Tour roi des Noirs. Deux menaces en une, c’est le graal parce que l’adversaire pourrait parer l‘une de ces menaces mais plus difficilement les deux à la fois. Par exemple nous pourrions envisager un Fou en ç4 et une Dame en h5 mais cela ne créerait qu’un type de menace, F ou D xf7, si l’une est parée l’autre le sera très probablement aussi.

A ce stade nous avons donc une menace : donc le plan consistera à mettre en œuvre cette menace c’est-à-dire de placer ses pièces et pions pour pouvoir l’exécuter. Autant que possible cette mise en place doit prendre le moins de coups possibles afin de laisser aussi peu que possible le temps à l’adversaire de réagir lorsqu’il le pourra.

Pour atteindre ç4, le Fou du Roi blanc doit avoir un passage : donc le pion e2 doit bouger. Afin, d’occuper autant d’espace que possible et profiter du privilège accordé aux pions pour leur premier mouvement il parait utile de le bouger de deux cases, donc en e4. En outre à cette case, le pion sera en mesure d’empêcher ou, du moins, contrarier l’avancée d’un pion noir en d5 ce qui bloquerait la diagonale du fou situé en ç4.
Ensuite, il faut qu’un Cavalier blanc atteigne la case g5 pour créer notre menace. Le candidat naturel parce que le plus proche, est le Cavalier du Roi situé sur la case g1. Les deux chemins les plus courts sont Cg1-f3-g5 et Cg1-h3-g5. Nous privilégions le premier à ce stade sans rentrer dans les détails (essentiellement parce que placé sur le côté de l’échiquier le Cavalier peut atteindre moins de cases et en particulier il ne peut atteindre celles du centre qui vont devenir cruciales dès que notre adversaire pourra jouer).

Nous avons tous les coups nécessaires pour exécuter notre menace : e2-e4, Ff1-ç4 et Cg1-f3-g5 soit quatre coups consécutifs, le minimum possible pour atteindre cette disposition de pièces. Nous pourrions être plus économes pour créer une menace avec l’exemple plus haut de la Dame en h5 qui gagne un coup mais comme vu, cela présente d’autres désavantages (et avantages…).

Reste à déterminer dans quel ordre faire ces coups.

Il est logique de commencer par e2-e4, sinon les noirs seront en mesure de l’empêcher lorsqu’ils auront le droit de jouer (en e4 un pion blanc n’est protégé ni par une pièce ni par des pions aux premiers coups de la partie) et donc d’empêcher toute notre séquence, votre « plan ».
Ensuite, il faut choisir de déplacer d’abord le Fou ou le Cavalier. Entrer dans les détails du choix nous emmènerait trop loin, à ce stade nous pouvons nous contenter d’un des principes généraux (bien utiles même s’ils ne constituent pas des règles intangibles) de l’ouverture qui recommande de déplacer ses Cavaliers avant ses Fous (essentiellement parce que la portée limitée du Cavalier impose les premières cases sur lesquels il pourra atterrir alors que la longue portée du Fou laisse plus de choix).

Nous obtenons donc l’ordre de coups suivant :
e2-e4
Cg1-f3
Ff1-ç4
Avec comme perspective éventuelle 4. Cf3-g5 : félicitations, nous venons d’inventer l’ouverture italienne !!

Maintenant nous rentrons dans la phase la plus délicate : notre adversaire va avoir le droit de bouger, donc d’introduire des éléments d’incertitudes et de menaces dont nous allons devoir tenir compte dans notre plan et son exécution. Il se trouve dans la même situation que nous à un détail essentiel près : il n’est pas le premier à bouger ses pièces. Ce qui signifie que si nous ne voulons pas perdre cet avantage, nous ne devons pas faire coups inutiles ne contribuant pas à la réalisation du plan sauf pour parer ses menaces qu’il est en mesure d’exécuter. Sinon il pourrait être en mesure d’adopter le même plan que le nôtre en visant le pion/case f2.

On peut imaginer une suite de coups, parmi d’autres :
e2-e4 e7-e5 les Noirs cherchent logiquement à libérer leurs pièces et en même temps bloquent une éventuelle avancée du pion blanc en e4 tout en exerçant un contrôle sur la case d4 afin d’empêcher l’arrivée d’un pion sur cette case qui constituerait avec le pion e4 un centre de pions contrôlant beaucoup de cases centrales et libérant toutes ses pièces blanches.
Cg1-f3 Cb8-ç6 le coup blanc prévu mais qui prend encore plus de force puisqu’il attaque le pion noir en e5 et oblige plus ou moins les Noirs à le défendre : les derniers coups, Noirs et Blancs, sont bons dans la mesure où ils remplissent plusieurs objectifs à la fois : développement, contrôle et pour les Blancs, menace, défense pour les Noirs. Si nous arrivons à donner à chacun de nos coups un ou mieux, plusieurs objectifs, nous aurons facilement une bonne partie. A contrario un coup qui ne sert aucun objectif nous met en difficulté et au mieux nous fait perdre un temps précieux.
Ff1-ç4 Cg8-f6 Les Blancs poursuivent leur plan et en plus permettent de faire le roque dans un avenir proche. Nous sommes au troisième coup de la partie et les possibilités de variations sont infinies ; les Noirs peuvent parfaitement jouer 3. … Ff8-ç5 et rester dans l’Italienne, ce qui empêche la réalisation de notre plan à ce stade (la case g5 est contrôlée par la Dame noire) et oblige soit d’adapter notre plan initial soit d’en changer. Néanmoins, en poursuivant notre plan nous avons eu une conduite avantageuse de la partie (pièces développées avec un bon rayon d’action, pion au centre roque et nous avons contraint les Noirs à réagir à nos coups) et son abandon n’est pas une défaite, juste une nécessaire adaptation.
Et 4. Cg5 peut-être joué !

Voilà, j’espère ne pas avoir été trop didactique voire élémentaire, mais cette analyse sommaire et à rebours de la réflexion logique de la conduite d’une ouverture et donc d’une partie, avait l’ambition de répondre aux questions de certains d’entre vous concernant ces deux sujets qui ne sont pas si différents que ça. Il y a bien sur beaucoup d’autres éléments dans une partie d’échecs…
Si ça peut vous aider, j’en serais ravi sinon, acceptez mes excuses pour le dérangement.

Cush

09/09/2020 à 21h43

Merci Label pour ton retour.
Je note que 10.h4 est jouable: le genre de coup que j'adore mais que j'évite un peu récemment car il contribue à laisser le roi exposé, et c'est un problème récurrent dans mes parties. Cela dit dans cette position c'est vrai qu'il n'y a aucune menace immédiate et que le cavalier adverse est cloué pour la défense de h5.
Sinon tu m'as convaincu aussi sur Dc1, décidément très moche. J'avais zappé la possibilité de pousser en d6 dans certaines variantes avec le soutien de la dame, d'où l'intérêt de la placer en d2 en plus de parer la menace de perte de la qualité avec le fou qui vient cueillir la tour (ce petit coup vicieux et gratifiant je l'ai placé à pas mal de reprises, je serais vexé de le subir du coup!).

lalizou

09/09/2020 à 21h49

Pascal Amateur
aujourd'hui à 20h49
j'ai tendance à échanger des pièces, parfois pour me donner un avantage ou casser la protection du roi adverse, mais le plus souvent pour ne pas avoir trop de pièces à gérer. J'ai le sentiment que c'est une solution de facilité
————
C’est une question intéressante. Il se trouve que je n’aime pas trop ce genre de joueur car je l’avoue les « échangeurs » me mettent souvent en difficulté. J’ai le sentiment qu’il se cache derrière une stratégie bien élaborée et qui au fond m’échappe.
Et je songe souvent à Capablanca. Son jeu était (me semble-t-il, je n’ai pas étudié depuis longtemps) très porté sur les échanges, notamment les dames dont il s’en débarrassait au plus vite. Il en résultait des parties faussement simplistes et diablement belles… Un très très léger petit avantage et hop il poussait ses échanges jusqu'à sa petite finale qu'il dominait tranquillou.

khwezi

09/09/2020 à 22h21

Perso ça dépend, ça dépasse. Il m'arrive parfois de me lancer directement dans des variantes d'échange, et parfois au contraire, j'ai envie de positions plus fermées pour cogiter un peu (j'aime la forêt plus que les jardins japonais).

Echanger les pièces pour éclaircir, c'est bel et bon, si on est sur de soi sur la petite finale. A mon niveau, encore trop de risques de faire un blunder sur un mouvement de roi qui part dans le zig cher à Jean Mimi au lieu d'aller dans le zag, qui fait passer la partie de gagnante à perdante en moins de temps qu'il ne faut pour dire mat.

Je travaille l'aridité de la finale, aussi bien dans les exercices, par vidéos et dans les parties, ayant compris que cet exercice d'apparence simple est en réalité le plus dur.

Mais dans un premier temps pour progresser je me concentre encore sur l'ouverture et le middle game. J'ai progressé en tactique, mais il faut encore que je consolide tout ça avec un peu de logique et beaucoup d'attention.

Raspou

10/09/2020 à 11h29

@Cush
09/09/2020 à 17h25

Oh la la, tu me mets une Benoni tchèque (BT), c'est un appeau! Je vais avoir du mal à ne pas en faire des tartines:

5.g3 est un des plans principaux contre la BT. Ou 5.e4 et 6.g3, car de toute façon les Blancs vont pousser e4.

Du coup, parenthèse sur les finesses d'ordre de coups: l'avantage de jouer 5.e4, c'est que tu attends de voir ce que jouent les Noirs: s'ils jouent 5...Fe7, tu peux jouer 6.g3 et ça va transposer vers la partie. En revanche, ils peuvent jouer aussi 5...g6, l'autre façon de jouer la BT, qui ressemble à une Est-Indienne avec c5. Sauf que cette variante avec g6 est peu jouée à cause d'un schéma blanc parfois appelé le "Spassky grip", où les Blancs jouent avec Cf3-h3-g4-Fd3, empêchant le f5 des Noirs, faisant ensuite grand roque et balançant tout à l'aile-Roi. Le "Spassky grip" peut se jouer contre 5...Fe7 aussi, mais il y a des schémas noirs à base de Cd7-Cf8-Cg6 et h5-h4 qui le contrecarrent assez bien, c'est moins fort.

Donc en gros tu joues 5.e4 en te disant: s'il joue 5...g6 je joue Cf3-h3 etc., mais s'il joue 5...Fe7 je joue 6.g3 et le développement qu'on va voir.

A finesse, finesse et demie: les joueurs expérimentés de BT, comme Aronian, jouent souvent 5...Cbd7, pour justement garder les deux options: sur 6.g3 ils jouent 6...g6, sur 6.Fd3 ou Cf3, ils jouent 6...Fe7. Donc le 5...Fe7 de ton adversaire n'est évidemment pas une faute, mais il ne t'envoie pas le message "attention, je suis pointu sur la BT" que t'envoie 5...Cbd7 (et la suite va le confirmer).


7.Cf3: OK, c'est possible, je ne peux pas dire que c'est un mauvais coup... Mais généralement le plan avec g3-Fg2, c'est de jouer e4-Ce2 et f4... Il y a des joueurs qui préfèrent Cf3-Ce1-Cd3 et f4, mais c'est quand même plus lent.

7...Ce8 est complètement normal dans cette position et dans beaucoup de BT. L'idée va toujours être de pousser f5, avec un g6 préparatoire ou non (généralement oui). De toute façon, tu n'as pas le choix: avec c5, tu as stabilisé le centre mais tu t'es privé d'un levier pour attaquer le centre blanc avec c6... Jouer pour b5 est possible (surtout quand les Blancs ont joué Fg2, qui affaiblit le contrôle sur b5), mais f5 est la poussée naturelle. Dans les est-Indiennes, Ch5 est souvent joué (mais Ce8 existe aussi), mais ici le Ch5 serait en l'air après e4. Une autre idée de Ce8 peut être de jouer Fg5 avec les Noirs, pour échanger le mauvais Fou.

10...Fg4?: L'ordi ne donne pas ça comme une erreur, mais l'ordi comprend très mal les positions fermées, surtout les Benoni. D'ailleurs son estimation à +1.7 ne veut rien dire, elle va toujours diminuer au fil des coups même si les Blancs jouent les meilleurs coups.
Bref, Fg4 est un coup de Benoni moderne, que tu combines avec la possibilité de mettre un Cavalier en e5, mais dans une BT, c'est débile. Ton Fc8 est ton bon Fou, tu ne veux pas l'échanger contre le Cf3, et il y a un pion en e5. Son idée est probablement de jouer pour Fg5, mais si les Blancs ne sont pas débiles ils vont jouer Dd2 ou Dc1, et ton Fg4 est aux fraises.
Ici, le plan noir traditionnel est rigolo, quoique logique: tu veux pousser f5, donc tu veux dégager le Fh6 qui t'emmerde: tu joues Cd7-Cf6-Rh8-Cg8, et après f5... Bon, c'est lent... C'est pour ça que contre les schémas avec g3-Fg2, jouer g6-Fg7 dès le début est mieux.

11.Dc1?!: Dd2 est mieux. Je comprends l'idée de Cd2, mais ce n'est pas comme une Benoni moderne où tu peux le mettre en c4 et où il y a une pression sur e4... Ici, la case de ton Cf3, c'est d3, tu ferais mieux de jouer Ce1-Cd3. D'autant que 12.Cd2?! donne gratuitement 12...Fg5 aux Noirs, qui se libèrent tranquillement.


Bon, je dois m'arrêter là, j'essaierai de te dire encore 2-3 trucs cet après-midi... En tout cas le tableau de mat final "mat arabe amélioré" est très beau!

Raspou

10/09/2020 à 13h50

Je continue sur la partie de Cush:

12...Dd7? est horrible: tu as l'occasion gratuite de jouer Fg5, échangeant ton mauvais Fou et te libérant, une des idées majeures de la BT, et tu vas jouer pour échanger le Fou de cases blanches... Incompréhension stratégique complète de l'ouverture qu'il joue.

Sur les coups suivants:
- ton plan a3-b4 est bon, c'est souvent joué dans les BT pour ouvrir la colonne "b" et essayer d'envahir... sa réaction avec b6 est la bonne, mais comme il n'a pas de jeu à l'aile-R, tu as un avantage clair
- à un moment, il aurait fallu considérer f5 pour punir son f6 bien moche, quitte à échanger ton Fh6 en g7 pour jouer de la supériorité du Cavalier contre le Fe7
- c'est hyper dommage d'avoir à reprendre en f4 du Fou, on a envie de jouer gxf4... mais pour ça il faut probablement jouer h3 asse vite pour enlever la case g4 à la Dame noire

20.h4: je ne dis pas que c'est mauvais, mais je ne vois pas bien l'idée... Il a un retard de développement, tu peux jouer bxc5 bxc5 Tb1, il va avoir des problèmes à l'aile-Dame. A partir de là, tu te mets à jouer du mauvais côté de l'échiquier (h4-g4-g5?), alors que ton jeu n'est pas d'attaquer à l'aile-Roi mais d'envahir l'aile-Dame.

Tu critiques ton 27.bxc5, mais le problème ce n'est pas de le jouer (il faut bien prendre en c5 à un moment, la poussée b5 ne sert à rien), c'est de le jouer 10 coups trop tard, à un moment où il te conteste facilement la colonne "b". A ce moment de la partie, je ne sais pas si tu as encore un avantage: ton Fou est meilleur mais f4 est plus accessible à son Cavalier que f6 au tien, tes pièces lourdes ne sont pas vraiment meilleures, et ton Roi est dans les courants d'air... Ca doit être assez égal, probablement plus facile à jouer pour les Noirs. La suite de la partie est rigolote à voir, mais sans intérêt particulier en termes d'analyse...

 

khwezi

10/09/2020 à 20h01

Et maintenant, on descend de l'Olympe. Retour aux débiles qui jouent: je voulais mentionner un truc particulier.

J'en suis à ma cinquième partie (3 live, 2 différées) contre le même adversaire qui n'est pas un cédéfiste. Il me surclasse très largement en terme d'ELO (1260 contre 750 en rapide, 800 contre 670 en Blitz).

Et je le torche avec une constance attristante ; je lui ai concédé une nulle, pour trois victoire et là je vais lui coller une branlée.

Le secret de cette branlée (et d'au moins une précédente): Je n'ai pas roqué immédiatement. Au contraire, je retarde le roque.

Evidemment, pour les pros, cela n'a rien de surprenant, donc le haussement d'épaule qui accompagne ma découverte est justifié.

Mais pour un néophyte dans mon genre, c'est la reconnaissance de l'importance du choix stratégique de (re)gagner un tempo avant les premiers échanges.

Apparemment, c'est dangereux mais ça peut être dévastateur je crois.

https://www.chess.com/daily/game/278125842