Classement en relief

classement en relief

Déclarama

Yves Bontaz, sponsor de l’ETG (s’adressant par SMS à Pascal Dupraz) : "Je te donne un modeste conseil. On prend toujours un but en début de match. Ne faut-il pas mettre deux défenseurs de plus lors du premier quart d'heure?" (JDD, 31/08) 


précédente     

A la une

Lexique tactique / 1 : postes et rôles

Les Dé-Managers (avec J. L.)
2014-09-03

dernière réaction
aujourd'hui à 01h44


Lexique tactique / 2 : principes et philosophies

Les Dé-Managers (avec J. L.)
2014-09-03

aucune réaction


Ligue des Cahiers : un pack de 6

Le Board
2014-09-02

dernière réaction
aujourd'hui à 01h37


Dans les cartons des Dé-Managers : #30

Les Dé-Managers
2014-09-02

aucune réaction


2014/2015 : Ce qui va changer (ou pas) tactiquement

Les Dé-Managers
2014-09-01

aucune réaction


Sur le fil

Les Bleuettes à la Coupe du monde U20: le bilan par Ni Buts Ni Soumises - http://t.co/OQKGXBHoGi

RT @Raymond_Jacquet: Et si on jouait au Bing'Aulas pendant la conférence de presse de l'OL tout à l'heure ? http://t.co/m14gb1LNAu

RT @decodeurs: Foot : explosion des #transferts Quand le Real dépense autant pour 3 joueurs que l'Ajax en un siècle... @mvaudano http://t.c…

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

Fernando Cousteau

"L'ASM relance un gros bonnet pour son attaque !" (spacefoot.com)

challenge Makelele

"Gomis troisième à la longueur." (lequipe.fr)

contre son camp

"Kapo signe en Pologne." (lequipe.fr)

David Moïse

"MU bannit les tablettes d'Old Trafford." (lequipe.fr)

maïs que un club

"MLS : Dempsey donne maillot contre pop-corn." (lequipe.fr)

et alors, ces vacances ?

"Puel : ‘Deux minutes d'absence’." (lequipe.fr)

Pierluigi Gomina

"Arbitres : le spray approuvé et utilisé." (lequipe.fr)

yo no soy marine Hérault

"Bordeaux: sans Mariano à Montpellier." (lequipe.fr)

ralentir au rond-point central

“Alou Diarra : ‘Je n'étais pas prioritaire’.” (lequipe.fr)

10-location

"Mata s'éclate en n°10." (lequipe.fr)

Le forum

CdF Omnisport

aujourd'hui à 05h24 - Gouffran direct : spectateur assidu... mais équipe ardue... >>


La L1, saison 2014/2015

aujourd'hui à 04h54 - Jean-Noël Perrin : fabraf aujourd'hui à 02h11 Le Betis, en D2 espagnole aujourd'hui, fut éliminé en quart par son... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 04h03 - Hamlet : Non, je ne rigole pas. Je pose une question simple. >>


Parties de campagne, bières, et football...

aujourd'hui à 01h24 - balashov22 : Tel mon modèle Grégory Coupet, ce que je sais des trajectoires de balles et ce que ça amène... >>


Y a pas que le foot à Auteuil !

aujourd'hui à 00h20 - Mevatlav Ekraspeck : Les matches de Gilles Simon sont hypnotiques pour moi. Ca fait des années que je m'émerveille sur... >>


FFF et LFP, un univers (im)pitoyable

aujourd'hui à 00h15 - Giresse au bout de mes rêves : A noter en complément de l'intervention de Duga hier que l'Equipe apporte un correctif à son... >>


En Vert et contre tout

aujourd'hui à 00h01 - Yoop2804 : poiuyt 01/09/2014 à 13h07 Eh Oh, Yoop, Etienne a très bien résumé la chose il est SUD... >>


Toujours Bleus

02/09/2014 à 23h39 - Gold Digard : En ne fondant pas son jeu sur l'explosivité ou la vitesse, ce qui permet de moins se... >>


Bréviaire

02/09/2014 à 23h35 - le cocorrézo-cocolombien : Bony aime "Swansea s’apprête à blinder Bony"(footmercato.net) >>


Les Princes de Louis II

02/09/2014 à 23h29 - Dinopatou : REMBOURSEZ NOS IN-VI-TA-TIONS ! >>


Aux Niçois qui manigancent

02/09/2014 à 23h20 - Pan Bagnat : nard aujourd'hui à 16h32 Des avis éclairés sur Charles Edouard, notre brésilien à nous... >>


Marinette et ses copines

02/09/2014 à 23h09 - CHR$ : On connaît les joueuses qui qualifieront la France dans la double confrontation contre la... >>


Déclarama

02/09/2014 à 23h04 - Fugazi : Evidemment le terme "petit" n'est pas approprié, mais le sens de son propos est de dire que les... >>


LdC : La Ligue des Cahiers

02/09/2014 à 22h42 - Hannibal : (COVOITURAGE) Yo yo, je ne pense pas que cela intéresse quiconque mais si ça peut aider, je... >>


I Havre a dream

02/09/2014 à 22h19 - dugamaniac : C'est surtout les caennais qui doivent flipper pour dans quelques mois s'il devient dirigeant du... >>


L2, National, CFA... le championnat des petits

02/09/2014 à 22h11 - Isaias : Et hop, presque à l'heure, la mise à jour du challenge ORRG L2 après la 5ème journée :... >>


Ligue Europe, la coupe de l'UEFA

02/09/2014 à 21h42 - grognon : Aulas,carotte ? http://www.past.is/gPWfX >>


Gerland à la détente

02/09/2014 à 21h22 - Hamlet : On ne sait pas, en effet. Il faudra attendre l'autopsie. >>


Latitude corsitude

Le fil du football corse — son Sporting, son ACA, son Gazelec, ses stades bucoliques avec vue sur la mer... Bombes agricoles interdites.

Julow

03/03/2013 à 12h36

A la gloire de Coco Michel
23/02/2013 à 14h10
L'Etat français a exercé et exerce encore un génocide culturel envers les langues minoritaires,
**
Waoh, fatche, comme on disait chez moi (au péril de notre vie)... tu comparerais la situation actuelle plutôt à l'arménien, au yiddish, ou à une langue aztèque ? Peut-être que ta plume t'a un poil emporté, et tu voulais juste comparer au kurde dans les années 70-80 ? Juste histoire de préciser, hein, et de voir comment mettre l'ONU sur le coup.

A la gloire de Coco Michel

03/03/2013 à 13h23

Pourquoi voudrais-tu "comparer" ?

Je ne sais pas à quel point tu es familier de l'histoire de l'instruction en Bretagne au 19e et 20e siècle, et de son influence sur la/les langue(s) bretonne(s).
Mais on peut en parler par mail, ça sera sans doute plus indiqué que sur ce fil
(guillaume17570 chez chaud mail point com).

Je t'invite à lire ce passage de l'ouvrage de Morvan Lebesque (Comment peut-on être breton ? Essai sur la démocratie française, p. 96-99), qui revient sur cette belle période.

"
Lui aussi voué à l’Idée Simple, que je l’envie, l’instituteur de la Troisième République ! Le progrès, cette longue ligne droite, il le tient par le bon bout, comme une règle. Ces petits bretons qu’on lui à confiés, il s’agit d’en faire des hommes, donc des français : en conséquence, le premier qui patoise, le symbole au cou (on appelait le symbole ou la vache un sabot percé d’un trou ou tout autre objet, bobine, ardoise cassée, sou rouillé, etc., qu’on accrochait au cou de l’enfant coupable d’avoir laissé échapper un mot de breton), et tu le garderas, mon bonhomme, jusqu’à ce que tu dénonces à ton tour un de tes petits camarades. Il court, il court, le furet de la colonie.
Un jour, la Bretagne aura son musée colonial où le symbole figurera en bonne place. Mais les Bretons qu’il indigne aujourd’hui, leur science est facile : ils sont passés dans la salle suivante de l’histoire. Le maître d’école, lui, ne connaissait que la vérité de son temps, et elle lui commandait d’écraser pour leur bien la personnalité ethnique de ses élèves. Il en avait d’ailleurs reçu la consigne formelle. Dès 1845, le sous-préfet de Morlaix commence par ces mots son adresse aux instituteurs du Finistère : « Surtout, rappelez-vous, messieurs, que vous n’êtes établis que pour tuer la langue bretonne. » Notons la précision des termes : à la différence des ministres parisiens qui, de Guizot à M. Peyrefitte, préféreront dialecte ou idiome, ce fonctionnaire sait de quoi et à qui il parle : c’est bien une langue qui doit disparaître. Quelles méthodes ? La plus sournoise, la plus efficace, le Comité d’instruction publique de Quimper l’indique aux enseignants : « Favoriser par tous les moyens l’appauvrissement et la corruption du breton jusqu’au point où d’une commune à l’autre on ne puisse plus s’entendre » (précieux aveu : c’est bien le colon qui tribalise. Mais un siècle plus tard, on reprochera encore au breton ses différences dialectales). En 1881, enfin, l’ordre est donné de parachever ce génocide culturel. Les inspecteurs de l’enseignement public – la chronique a retenu le nom des principaux : Carré, Dosimont, Dantzer – exigent l’interdiction du breton à l’école, « règle inviolable », « principe qui ne saurait fléchir », « plus un mot de breton en classe ni dans les cours de récréation ». Pourquoi l’instituteur leur désobéirait-il ? Fils de la Révolution, il garde en mémoire l’adresse de la Convention du 16 prairial an II : « Citoyens, qu’une sainte émulation vous anime pour bannir de toutes les contrées de France ces jargons qui sont encore des lambeaux de la féodalité et des monuments de l’esclavage » (et, certes ! le jargon ne peut être qu’une langue façonnée par les siècles et non ce texte indigne du marbre). Et puis, il y a une autre raison, immédiate, viscérale, la guerre de l’école et de l’église : guerre quotidienne et sans merci, obscurcissant le but lointain sous la querelle théologique.
Voltaire ne connaissait qu’un infâme : que le peuple subisse le joug pourvu que ce ne soit point celui des prêtres. Un siècle plus tard, les démocrates respectent encore cette priorité. Dans son Histoire de Louis XIV, Michelet consacre six longs chapitres à la révocation de l’édit de Nantes et neuf lignes aux révoltes de Guyenne et de Bretagne ; les Bonnets Rouges ne sont pas nommés, le Code Paysan ignoré : c’est qu’aux yeux des bourgeois libéraux du XIXe siècle pour qui le social est encore une science à naître, toute rébellion populaire se réduit à une jacquerie sans doctrine. Tout, comme la chouannerie, leur est « grande chose obscure » : ils ne voient pas des peuples divers, animés de passions contradictoires, brassés en des temps différents, mais une seule masse pathétique, infiniment adorable, il est vrai : Peuple à majuscule, incréé comme la France des manuels qu’il assume ; sacralisé, divinisé ; « pierre philosophale » (Barthes, Michelet) à quoi s’oppose, magie noire contre magie blanche, l’Eglise. Pour Michelet qui fait de l’histoire une épopée miltonienne, les protestants revêtent une importance capitale : ils sont sa légion sainte, par leur intermédiaire il guerroie contre le parti prêtre ; en revanche, les révoltés de Le Balp ne concernent pas son poème : leur combat ne se livre pas au ciel mais sur terre, ils ne se battent pas pour la « tolérance » mais pour du pain. Peuple déifié mais ignoré en ses mouvements intérieurs, Messie appelé à passer sans transition de la nuit au règne, l’instituteur d’avant 1914 ne s’évadera jamais tout à fait de cette vision michelettiste et hugolienne (pour Victor Hugo -Quatre-Vingt-Treize- les Bretons « parlent une langue morte qui fait habiter une tombe à leur pensée ». Pourquoi morte, puisqu’on leur parle ? Et pourquoi, une tombe ? Y a-t-il donc des langues où l’on pense et des langues où l’on ne pense pas ?). Non sans excuses : la « guerre de l’ombre et de la lumière », il la mène aux avant-postes. Humble fantassin du laïcisme, il affront chaque jour l’énorme bêtise cléricale, le curé qui maudit en chaire son « école des cochons », le hobereau, not’ maître, qui gouverne contre lui le village. Or l’ennemi encourage la différence ethnique – du moins, on le croit – et voilà bien la preuve : le breton ne peut être que la langue de la superstition. Pour l’instituteur, pour les esprits éclairés du canton, le progrès suppose une rupture des racines, un saut de la Bretagne à la France. Deviens un autre pour être.
"

Le nombre de locuteurs aujourd'hui (article OF) http://minilien.fr/a0m71m

Julow

03/03/2013 à 13h57

Je veux comparer parce que le mot "génocide" a un sens, historique et juridique (je t'en cite donc des exemples) que tu l'utilises pour la situation actuelle, et que ça me fait bondir.
IL ne s'agit pas nier l'histoire de la repression linguistique, ni la volonté passée (et planifiée, comme dit l'extrait que tu postes) de voir certaine langues disparaître - ni, si on parle d'aujourd'hui les freins/l'absence d'encouragement à leur survie (qu'effectivement je connais mal).
Mais "génocide", c'est vraiment autre chose, même "culturel envers une langue"; si cette expression a un sens.
On peut (on doit) défendre sa cause sans tout mettre sur le même plan et ici, puisqu'on cause langue, les mots - les qualifications, en vérité, puisqu'on parle de crimes de la pire espèce - sont décisifs.

Cela dit, le tacle d'Eysseric hier soir, c'est un crime contre l'humanité.

Julow

03/03/2013 à 14h02

Les fautes de frappe et d'orthographe vous sont offertes par le COSDAF, Comité de sabotage des diktats de l'Académie française.

Julow

03/03/2013 à 14h09

J'ajoute (et j'arrête, promis) que je te suggère des comparaisons parce qu'en vérité, utilisant le mot génocide, c'est toi qui compares - la force de ce mot étant de mettre sous la même espèce, de construire une équivalence entre ce dont tu parles et les évènements historiques les plus universellement condamnables. Et je pense, puisque tu n'es pas inculte, que tu le sais très bien.

Maurice Eculé

03/03/2013 à 14h13

"Cela dit, le tacle d'Eysseric hier soir, c'est un crime contre l'humanité."
--------
Certes, mais l'opprobre, les descentes en flamme, les lynchages, les appels au bagne voire au cassage de jambe par respect de la loi du Talion sont un peu excessifs.

A la gloire de Coco Michel

03/03/2013 à 14h21

Julow
aujourd'hui à 13h57
Ok je comprends mieux. Je suis désolé je pensais que la notion de "génocide culturel" existait, grâce à toi je sais maintenant que c'est considéré comme un abus de langage.

Fugazi

04/03/2013 à 16h11

Il y avait déjà les savoureux communiqués officiels de l'OL, voici désormais ceux du SC Bastia, mention spéciale à la "leçon de corsitude" : http://tinyurl.com/cdjfsb5

George Worst

04/03/2013 à 19h36

"...la famille du Sporting n’a aucune leçon de corsitude à recevoir de personne."

De syntaxe, par contre...

le Bleu

16/04/2013 à 11h38

Douze.

Et si Anthony Modeste était le nouveau Pierre-Yves André ?

 

sansai

03/06/2013 à 15h41

Keserü sur le point de s'engager avec le SC Bastia, de sources proches du staff de Fred Hantz.

Prenez-en soin. C'est un garçon charmant avec un pied gauche en or.

Marseille vu du ciel

Marseille vu du ciel

Le Banquet de reprise

Ni buts ni soumises

Ni buts ni soumises

La relève