Classement en relief

classement en relief

Sur le fil

RT @richardcoudrais: En 2014, un obscur groupe australien envoie Zinedine Zidane sur les dancefloors. #Footichiste #vaudevillesmas https://…

RT @Martov: Le Qatar peut-il tout perdre dans le foot ? https://t.co/gzcnpvHO3V

RT @Demanagerscdf: Rendez-vous le 2 novembre. https://t.co/JQpVZAUvIg

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

No country for old Maine

"Sans Rivière à Angers." (lequipe.fr)

Kanté pas dans le disert

"Kanté a laissé un vide." (lequipe.fr)

La lettre du QI moqué

"La lettre émouvante de Cristiano Ronaldo à propos de son enfance." (lequipe.fr)

Kylian aime bipper

"PSG : C’est quoi la montre de Kylian Mbappé ?" (sportune.fr)

Joueur dudit manche

"Une star du porno sponsorise un club de district." (footamateur.fr)

Prend-six le Belge

"La faillite du milieu marseillais." (lequipe.fr)

Mathieu Débouché

"Mathieu Debuchy : 'Ils m'ont mis une carotte'." (lequipe.fr)

El Pibe de Ouzo

"Mitroglou pourrait coûter bien plus que 15 M€ à l’OM." (infomercato.fr)

Niang bang

"Un mercato orgiaque." (lemonde.fr)

Raymond Kipa

"Le capitaine israélien jette son brassard au sol et choque son pays." (libé.fr)

Le forum

Foot et politique

aujourd'hui à 11h01 - Easy Sider : olerougeaujourd'hui à 10h48Bah, on va pas épiloguer deux jours là-dessus, mais le coup de la... >>


Les CdF : cahiers de doléances

aujourd'hui à 11h01 - Radek Bejbl : Oui en effet. >>


Habitus baballe

aujourd'hui à 11h00 - Raspou : Il faut avoir du temps, mais un très bel article sur la "révolution de la réplication" qui a... >>


Paris est magique

aujourd'hui à 10h56 - la menace Chantôme : La friabilité défensive devient quand même une constante depuis la saison dernière (même si on... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 10h46 - Makentcho : Tout ceci fait résonner en moi le doux son du... >>


CdF Omnisport

aujourd'hui à 10h36 - La Metz Est Dite : Aux 30km de chrono individuel, n'oubliez pas le chrono par équipe de Cholet de 35 km.Même si les... >>


In barry we trust

aujourd'hui à 10h16 - manuFoU : COTY WEEK 7Chiefs@Raiders : 32-24Adrian Peterson réussira-t-il à parcourir 100 yards au sol?... >>


Dans le haut du panier

aujourd'hui à 09h50 - lyes215 : Non mais les Suns quelle misère mentale... Clairement une équipe fragile et sans expérience. Le... >>


Parties de campagne, bières, et football...

aujourd'hui à 09h28 - Sidney le grand Govou : [LYON]S-46 - Les vacances de la ToussaintPlaine des Jeux de Gerland, dimanche 22 octobre, *10h00*... >>


En rouge et noir !

aujourd'hui à 08h29 - McManaman : (avant demain 20h pardon, du coup ça vous laisse le temps de contacter leur staff aussi) >>


Les pseudos auxquels vous avez échappé ...

aujourd'hui à 08h08 - De Gaulle Volant : Le souverain Pontus >>


Lost horizons

aujourd'hui à 05h10 - Hayao Misaki : Merci Tricky pour l’info. On sera en train/bus donc je sais pas trop si on pourra s´arreter mais... >>


L'empire d'essence

aujourd'hui à 02h16 - Run : RP18/10/2017 à 22h48Le GP des Etats-Unis sera pour nous la dernière occasion d'admirer les... >>


La Ligue des champions

18/10/2017 à 22h46 - Tonton Danijel : L'Atletico est très mal ce soir, par contre. J'ai vu leur match disputé à 18h, et c'était très... >>


Observatoire du journalisme sportif

18/10/2017 à 22h23 - Lionel Joserien : Non, je pense qu'ils peuvent sereinement continuer à s'en foutre. JLE, n'oublie pas que les places... >>


Les jaunes, héros zen

18/10/2017 à 22h06 - Aurélien Kaput : Oui, Hanni pas mal aussi. Il me dit quelque chose, mais impossible de me souvenir où j’ai déjà... >>


Video gagas

18/10/2017 à 21h30 - Jankulovic Hasek : On reconnait bien Lloris sur le 14, lors du dernier Suède France.C'est marrant car le 4, j'ai cru... >>


La L1, saison 2017/2018

18/10/2017 à 21h13 - balashov22 : Et d'une, a priori (c'est du doigt mouillé mais disons que c'est le cas de la grande majorité des... >>


Foot et politique

Le fil politique est un fil du rasoir, alors évitons de s'y couper. Par ailleurs, n'oublions pas que son but est d'accélérer l'avènement du grand soir, un des ces quatre matins!

syle

22/09/2017 à 09h59

Knacklexander Vencel
21/09/2017 à 17h27

syle
aujourd'hui à 17h14

Effectivement, on est bien d'accord, pas besoin de faire plusieurs orientations jusqu'au lycée inclus. Je trouve complètement aberrant que ce soit le cas, avec des élèves forcés de prendre des décisions trop tôt (ou de subir celles de leurs parents).


------------------------

Tu vas être rassuré, parce que justement ce n'est pas le cas...

Le problème c'est justement qu'il n'y a pas, sauf pour les élèves en échec scolaire, de politique d'orientation des élèves.

D'où un nombre trop important de bacheliers en filières générales et d'inscrits en facultés malgré des débouchés faibles voir quasi-inexistant.
C'est bien ce qui me chagrine en fait.

A mon sens, des quotas par filières, calculés en fonction des débouchés seraient une bonne chose.
Reste à savoir, si on est prêt à sacrifier les aspirations de certains au profit de leurs intêrets. Là on touche effectivement à l'idée que ce fait chacun de ce qu'est le développement personnel.


------------------


En fait, ce n'est même pas au développement personnel que je pense en premier lieu, mais au niveau culturel moyen dans la société.
C'est bien mignon de ressasser constamment le vote des bas du front - sans les nommer - à chaque élection, mais à un moment donné, il faudrait peut-être songer à faire quelque chose.
Et autant je trouve que ce n'est absolument pas le rôle de l'école de former de la main d'oeuvre gratuite pour Gataz, autant je trouve que ce serait pleinement son rôle de permettre à nos jeunes de comprendre la société, son origine, son histoire, ses mécanismes... Bref, de comprendre le monde dans lequel ils vivent.

Actuellement, et depuis des décennies, on fait une sélection arbitraire par les mathématiques. Moi, ça m'a arrangé durant ma scolarité, vu que les maths sont une matière de fainéants - jusqu'au niveau bac, tant que t'écoutes en cours et que tu piges, t'as très très peu de travail à fournir en dehors. Mais ça n'a à mon avis absolument aucun sens.
Bref, j'aimerais un socle commun jusqu'à au moins 16 balais. Un socle qui consisterait à donner à tous les élèves des bases solides dans les savoirs de base, en prenant le temps qu'il faut pour le faire, sans nécessairement aborder es parties les plus pointues des programmes actuels. Ecrire français, comprendre les bases des mathématiques et de la géométrie, apprendre l'Histoire et la géographie, comprendre un peu le Monde, s'éveiller à la culture, ça me semble à la portée de l'immense majorité des élèves tant qu'on ne tente pas de faire de ces matières un outil de sélection (qui, par définition, a vocation à laisser du monde en chemin).

Ensuite, une fois ces savoirs de base acquis, une fois les bases de la culture inculquées, une fois la curiosité intellectuelle éveillée, alors on peut sereinement orienter les minots vers leur futur job sans arrière pensée, sans état d'âme.
Et là, on peut le faire sans jugement de valeur, sans hiérarchie débile, en valorisant autant le futur menuisier que le futur toubib (d'autant que pragmatiquement, des menuisiers gagneront autant de thune dans leur vie que certains toubibs).
Ca ne me poserait pas de problème que cette orientation se fasse alors de façon moins libre, plus pragmatique, sur la base de résultats aux tests de fin d'étude. Il n'y a pas forcément de raisons de tout ouvrir à tout le monde à partir du moment où l'on entre réellement dans l'orientation professionnelle. Ce serait aussi la fin de l'histoire inepte de la "voie royale" des filières scientifiques qui ouvrent à tout. Et l'idée, c'est qu'à ce stade, le développement personnel et culturel appartiennent désormais aux élèves eux-mêmes, parallèlement à leur formation professionnelle.
Ca ne rimerait pas non plus avec baisse de niveau, car à partir du moment où on entre dans la spécialisation et la professionnalisation, il n'y a plus à traîner d'élèves qui ne peuvent plus suivre ou qui ne sont pas intéressés quand les programmes deviennent trop pointus dans certaines matières. Du coup, passé le tronc commun universel, les apprentissages plus pointus peuvent aller très très vite.

Et au final, tu as éduqué et formé des citoyens capables s'adapter aux futurs changements professionnels / sociétaux qui seront vraisemblablement de plus en plus rapides et profonds.

Ou alors, on continue de former du quadragénaire au chomdu qui vire lepéniste pour faire plaisir à Gattaz.

Knacklexander Vencel

22/09/2017 à 10h50

Je trouve ta vision de l'école un peu utopique et trop influancée par ta vision politique de la société.

D'abord, croire que prolonger le socle commun d'enseignement fera s'améliorer le niveau global me paraît très optimiste.
On se heurtera toujours aux limites individuelles d'une partie des élèves. L'instruction ou l'éducation ce n'est l'intelligence.

Ensuite, faire le lien entre "augmenter le niveau d'instruction" et "le vote des bas du front", ça ressemble un peu à du mépris de classe, non ?
On pourrais traduire ça par : ils votent pas comme moi parce que ce sont des abrutis d'analphabètes.
Un cadre du FN et des LR estimera peut-être que "si classes populaires étaient mieux instruites (ou plus intelligentes), elles ne voteraient plus FI ou PS", et ce raisonnement ne serait pas moins valable que le tient.

Enfin, ta phrase de conclusion me fait sourire, parce que si tu en enlèves la fin, ce pourraît être la suite de l'affiche du MEDEF sans que cela en change le sens :

"Si l'école faisait son travail, j'aurais du travail, ou alors, on continue de former du quadragénaire au chomdu qui vire lepéniste"


Portnaouac

22/09/2017 à 11h02

Jean Luc Etourdi
21/09/2017 à 23h21

Et j'apprends ce soir, à la faveur d'une accusation de fraude fiscale, que Bruno Bonnell est député Enmarchiste dans une circo du Rhône. [...]

---------------

"Une circo du Rhône", oui, on peut dire ça comme ça.

Ou alors, on peut dire "la circonscription du Rhône sur laquelle Najat Vallaud-Belkacem, ancienne protégée de Gérard Collomb, avait jeté son dévolu et sur laquelle ils se sont donc affrontés lors des dernières législatives".

Ce qui fait que l'identité du candidat EnMarchiste sur cette circo, ainsi que les résultats des premier tour et deuxième tour, n'ont pas du tout été passés sous silence dans la presse nationale.

Tu devrais vérifier si tu n'as pas fait un micro-comas à l'époque ; si ça se trouve, il te manque un pan entier de souvenirs...

Sens de la dérision

22/09/2017 à 11h19

syle
aujourd'hui à 09h59
[..]
Ensuite, une fois ces savoirs de base acquis, une fois les bases de la culture inculquées, une fois la curiosité intellectuelle éveillée, alors on peut sereinement orienter les minots vers leur futur job sans arrière pensée, sans état d'âme.
----
Faudrait définir ce que sont les savoirs de bases. Nul doute que écrire français et savoir calculer sont les savoirs de base, à 16 ans, tout le monde devrait y arriver. Si c'est plus, c'est plus compliqué puisqu'il faut de toute façon rattraper tout le retard accumulé au cours des années.
En ce qui concerne la curiosité intellectuelle, je me trompe peut-être mais si tu ne l'as pas avant 10 ans, j'ai du mal à croire que tu vas la développer à l'école après... (certes il y aura toujours des contre-exemples). J'ai dans mes connaissances des gens qui ont fait pas mal d'études et qui, pourtant, non pas vraiment de curiosité intellectuelle.
Enfin je serai aussi curieux de savoir quelles seraient les bases de la culture. C'est tellement vaste la culture ! (sans compter les inégalités territoriales qui fait qu'un gamin des cités pourra aller à l'opéra mais pas un gamin de la cambrousse, ce qui est, certes, un autre problème)

Mevatlav Ekraspeck

22/09/2017 à 11h28

Knacklexander Vencel
aujourd'hui à 10h50

D'abord, croire que prolonger le socle commun d'enseignement fera s'améliorer le niveau global me paraît très optimiste.
On se heurtera toujours aux limites individuelles d'une partie des élèves.

-------

Exactement. Ce fait est étayé par les études de l'UNESCO, ou PISA, ou autre machin qu'on nous ressort à chaque pleine lune pour nous expliquer que notre système scolaire est nul.

On ne redira pas assez l'urgence qu'il y a à sortir du système classique ces enfants, de plus en plus nombreux, qui n'y trouvent pas leur compte et qui, à grands coups d'acharnement éducatif, tournent progressivement le dos aux valeurs portées par ce même système. Et qui par ricochet tournent le dos à la R2publique, soit dit en passant.

L'affichette du MEDEF est honteuse, ceci dit, comme m'a gentiment fait remarquer madame, attendre mieux d'eux relève de la naïveté ou de la connerie.

L'école fait son travail. Mal pour certains, c'est vrai, mais elle le fait. Le fait que les jeunes diplômés post-bac se retrouvent pour 1/4 (chiffre balancé au doigt mouillé, à étayer pour débattre) sans emploi est une catastrophe, mais il faut aller plus loin et comprendre que les inégalités par type de formation et par secteur d'offres sont monstrueuses.

Dans un établissement cher à mon coeur, 5 formations BTS - tous industriels - , 6 divisions de classes préparatoires et un BTS en alternance - industriel lui-aussi. Le taux de chômage de tous ces gens, une fois leur diplôme en poche ou leur intégration en école obtenue, est de 9%. Et parmi ceux qui n'ont rien, il y a rarement des surprises : le niveau obtenu ou la capacité à respecter les choses essentielles pour rester dans une entreprise (assiduité, ponctualité, notion de hiérarchie, notion de com' avec la clientèle) n'étaient déjà pas en place. Jeudi encore, j'ai envoyé bouler un pov' RH qui me demandait deux gars en maintenance, CDI à la clef : ils sont tous pris, j'ai personne en stock.

Commune d'en face, même bassin d'emploi, même population, mais pas même filières, on est sur du tertiaire type vente ou management et des BTS qui suivent la filière technologique STMG : un sortant de BTS sur deux est sur le carreau. Secteur surchargé, besoins en main d'oeuvre inexistant, poursuites d'études compliquées, réorientations impossibles sauf à perdre deux ans, c'est un carnage.

La faute à l'école, msieur Gattaz? Je suis prêt à en discuter, j'ai envie de dire responsabilités partagées. Nous ne sommes pas assez réactifs pour adapter les formations aux besoins des entreprises, et pas assez dissuasifs pour empêcher des cohortes entières de bacheliers de se jeter dans des filières qui ressemblent de plus en plus à des couloirs de la mort professionnelle.

Mais msieur Gattaz, ce que vous oubliez de dire, c'est que tout ça vous arrange bien.

Ca vous permet de sous-payer vos embauchés, sur l'air du "c'est à prendre ou à laisser, j'en ai 15 autres qui lorgnent votre contrat".

Ca vous permet, à poste équivalent, de prendre un non qualifié, donc moins cher pour vous, plutôt qu'un jeune diplômé à qui il faudra balancer 100 euros plus à chaque 28 du mois.

Ca vous permet de rejeter la faute du chômage sur d'autres, sur la thématique du "de toute façon ils savent rien faire quand ils sortent de l'école, faut les former et ça coûte une blinde". Argument fallacieux et démonté par la réalité du terrain, surtout dans les filières industrielles et technologiques, hélas bien impactées par vos délocalisations dans des pays où il est encore possible de sous-payer les gens .

Les BTS dans les lycées, les IUT, les grandes écoles ou assimilées font leur job, et ils le font bien. Le problème de ceux qu'on perd en route, lui, n'est pas résolu, et ce sont ceux-là qui sont sans emploi, faut pas nous raconter des salades.

Le cas de l'université est plus complexe, mais ne saurait être résumé par l'infâme slogan.

Bien heureusement que dans mon quotidien, j'échange avec une écrasante majorité de chefs d'entreprise ou de RH qui sont des mecs biens, des femmes loyales avec des valeurs qui vont au delà de celle de votre comptabilité mesquine, parce que j'aurai pu finir par croire que tous les patrons sont comme vous : des *** hors charte, mais vraiment beaucoup ***.

Ah puis un jour faudra qu'on cause de l'embauche ethnique, tiens...

Milan de solitude

22/09/2017 à 11h31

Réparer un moteur, un tuyau, boucher une fuite, poncer... Ce ne sont pas des savoirs de base ? Le mépris pour la formation et le travail manuels dans ce pays sont vertigineux.

Mevatlav Ekraspeck

22/09/2017 à 11h52

A qui le dis-tu. Dernière histoire en date d'un pote qui gère un lycée pro des métiers de la mécanique (là encore, taux de chômage ridicule pour les gamins qui vont au bout des 3 années de bac pro) : un élève revient le voir en lui demandant ce qu'on appelle "la banque de stage" : il en peux plus du garage où il est embauché. La faute du patron? Non, il est sympa. Pas de travail? Nada, ils sont en sous-effectifs. Racisme ambiant? Certainement pas. C'est juste qu'ils sont deux francophones à l'atelier, tout le reste parle lituanien. Pour l'ambiance de travail, c'est moche.

Appel pour vérification, réponse du patron (aussi lituanien que vous et moi) : "bah oui mais mon bon monsieur, c'est la seule main d'oeuvre qualifiée que je trouve et qui bosse bien. Sauf à ce que vous me trouviez 5 autres gamins comme le vôtre, pas le choix".

Mais effectivement, Milan, le mépris...

Jean Luc Etourdi

22/09/2017 à 13h28

Knacklexander Vencel
aujourd'hui à 10h50

Ensuite, faire le lien entre "augmenter le niveau d'instruction" et "le vote des bas du front", ça ressemble un peu à du mépris de classe, non ?
On pourrais traduire ça par : ils votent pas comme moi parce que ce sont des abrutis d'analphabètes.

_________________________

Exactement, c'est plutôt n'importe quoi. Quand on regarde les secteurs où le FN cartonne, on réalise qu'il y a plusieurs facteurs et l'un d'eux est : les perspectives socio-économiques, quand on s'en sort on est davantage enclin à l'optimisme et à la bienveillance à l'égard de son prochain. En gros si on veut avoir un maximum de citoyens progressistes et cosmopolites, concrètement les inciter à penser comme vous, ben faut leur donner l'occasion d'avoir votre mode de vie et les avantages associés (et c'est pas uniquement valable pour les lepénistes, c'est aussi valable pour les gens des cités tentés par le raidissement religieux réac). Ce qui implique des choix politiques disons très... résolus, en tous cas bien plus radicaux que le Centre-Gauche mou qui a avalisé les tendances économiques mortifères à l'oeuvre (je vise ici les hamonistes). Quand on est indifférent ou méprisant envers des individus, faut pas s'attendre à ce qu'ils trouvent nos valeurs formidables.

Easy Sider

22/09/2017 à 14h07

Mev,

Je suis plutôt d'accord avec toi.

Par expérience, je dirais aussi que la complainte des patrons sur la formation nulle des futurs salariés, il faut se rappeler que dans le tertiaire et certains types de postes en usine, il y a une écrasante majorité de boulots qui ne nécessiteraient qu'une formation sur le tas qui ne durerait qu'une semaine. Par contre si tu as pas fait la bonne formation, paf t'es pas embauchable.

Le jour où les patrons comprendront que bosser chez eux c'est pas dur et pas le Saint Graal, ils embaucheront des licenciés de socio pour faire des RH, par exemple.

Easy Sider

22/09/2017 à 14h10

Pour traduire mon propos quelque peu confus : une énorme part des boulots ne requièrent que du savoir être et très peu de savoir faire de base, juste d'être un peu dégourdi.

Et des mecs dégourdis sans formation qu'on ne reçoit même pas parce qu'ils n'ont pas fait la bonne école, y en a un tas.

 

Françoise Jallet-Maurice

22/09/2017 à 14h28

Quand on lit posément les deux pavés de cette page, on se rend compte que les visions de syle et de Mev' ne sont pas incompatibles. L'un parle d'acquérir des savoirs de base jusqu'à 16 ans, et on peut très bien imaginer d'y inclure des savoir-faire manuels. L'autre parle de BTS et d'IUT, soit des formations professionnalisantes post-bac.