Boutique

boutique

Classement en relief

classement en relief

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)

Surprises sur prise

"Fin de saison électrique au PSG." (lemonde.fr)

Pablo prix cassé ?

"Bordeaux : l’avenir de Pablo en suspens." (footmercato.net)

Syntaxe à Rohr

"Dimitri Payet : 'Bien sûr qu'on a encore plus qu'avant pas le droit à l'erreur'." (lequipe.fr)

Kermit l'aigre nouille

"L'ancien Rennais Kermit Erasmus frappe violemment un adversaire en plein match." (lequipe.fr)

Benny Hill, le gif

"Rudi Garcia : 'On court encore plus derrière les autres'." (lequipe.fr)

Le forum

La Ligue des champions

aujourd'hui à 12h01 - Flo Riant Sans Son : Sur la différence entre El/LdC, je n'avance pas qu'on la joue à fond. Je dis que c'est la... >>


Bréviaire

aujourd'hui à 11h55 - vertigo : Deutschland Uber Eats"Flick: 'Pavard nous apporte tout ce dont on a besoin'." (lequipe.fr) >>


Observatoire du journalisme sportif

aujourd'hui à 11h48 - Lucho Gonzealaise : Quand je vois la dernière pub de Canal, je constate qu'il n'y a pas que dans leurs émissions que... >>


Smells like Argentine spirit

aujourd'hui à 11h14 - dugamaniac : Je regarde pleins de vidéos de Maradona au grès des anecdotes que je lis ou j'entends. Sur et... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 10h36 - AKK, rends tes sets : Ok, j’ai. Bilel « a donné » à un moment donné de mauvaises infos, donc, tu remettais en... >>


CdF Omnisport

aujourd'hui à 10h02 - 2Bal 2Nainggolan : C'est pas tout ça mais là coupe du monde de ski-panpan débute aujourd'hui à Kontoliahti.Une... >>


Dans le haut du panier

aujourd'hui à 09h55 - Mevatlav Ekraspeck : Favors a tout de même une plus grande intelligence de jeu que Whiteside pour pouvoir s'adapter à... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 09h38 - Pascal Amateur : Toujours. Ensemble. Hey ! Hey ! >>


Et PAF, dans la lucarne !

aujourd'hui à 01h42 - kelly : Divulgâchage Mandalorian *** Divulgâchage Mandalorian *** Divulgâchage Mandalorian ***... >>


Le fil prono

aujourd'hui à 01h36 - Westham : Coty Week 12 suiteChargers@BillsTitans@ColtsPanthers@Vikings... >>


Choucroute et bierstub: l'indigeste menu du RCS

27/11/2020 à 23h59 - Hydresec : On n'a pas le même maillot, mais on a la même déprime. >>


Marinette et ses copines

27/11/2020 à 23h54 - CHR$ : Je les ai trouvées tellement conformes à ce que je pense d'elles que ça ressemble surtout à du... >>


Manette football club

27/11/2020 à 23h16 - Jah fête et aime dorer Anne : ----------Spoiler Bloodborne----------------------Spoiler Bloodborne----------------------Spoiler... >>


Sport et santé

27/11/2020 à 22h15 - JeanLoupGarou : Et c'est donc un abandon après une dizaine d'heures.On en saura plus demain, mais il semblait... >>


Le fil dont vous êtes le héros

27/11/2020 à 21h56 - Balthazar : C'est tout en anglais, on comprend rien. >>


In barry we trust

27/11/2020 à 20h07 - Westham : Une action résume la défaite des Boys. Il reste plus de 12 minutes à jouer et Dallas mené de 4... >>


Le joueur préféré

27/11/2020 à 19h35 - Marius T : Neymar serait encore en train de se rouler parterre. >>


Festival de CAN

27/11/2020 à 18h20 - suppdebastille : ... >>


Foot et politique

Le fil politique est un fil du rasoir, alors évitons de s'y couper. Par ailleurs, n'oublions pas que son but est d'accélérer l'avènement du grand soir, un des ces quatre matins!

Tricky

21/11/2020 à 22h46

Luis (j’ignorais que tu étais Sanderite à ce point), tu gagnerais sans doute à donner des exemples.
Michael Froman par exemple.

Dan Lédan

21/11/2020 à 23h08

Sinon les flics qui nassent les correspobdants de presse en fin de manif (pour les proteger hein faut pas deconnner) on en parle ou pas ?
C est n importe quoi..et commele disait un pote ils vont finir par nousfaire regretter Sarko..pour dire..incompetence et malveillance...je peuxvous dire que le front republicain ils peuvent s asseoir dessus...

Dan Lédan

21/11/2020 à 23h09

J ai deja donné (et 2 fois comme un con)

Luis Caroll

21/11/2020 à 23h40

"On pouvait pas faire autrement" c'est en effet pratique quand l'argent avait été voté spécifiquement pour d'autres buts, qu'il est donné sans la moindre contrepartie, et qu'il ne sert in fine même pas à ce que les banques devaient en faire.

A l'origine le TARP devait racheter les créances douteuses. Ca a été approuvé de manière bipartisane par le congrès.

Sauf que. Paulson (le secrétaire au trésor de Bush) a finalement décidé que plutôt que de les racheter, ce qui 1/ pouvait protéger les emprunteurs et 2/ pouvait même rapporter un peu d'argent pour les créances les moins douteuse dans le tas, il allait plutôt filer plein d'argent directement à Goldman Sachs et Citigroup. Comme ça. Plus simple.

Le congrès à hurlé - des deux côtés. Deux sénateurs républicains ont proposé une loi pour bloquer les 350 milliards qui restaient à dépenser après la première salve.
On est en janvier 2009, C'est Larry Summers qui a pris le relais (le conseiller eco principal d'Obama) qui supplie le congrès de rejeter la loi proposée.
Il promet que tout l'argent donné aux banques sera prêté par elles, il promet que ce sera la condition sine qua non aux versements. Il promet que les bonus seront interdits. Et il a promis que l'argent servirait aux emprunteurs.

Grace aux promesses de Summers, TARP a fini par repasser au congrès, comme en 40, et absolument rien de ce qu'avait promis Summers n'est arrivé.

Le programme d'aide aux emprunteurs (le HAMP) a été annoncé par Obama dans la foulée.
Des 1000 milliards dépensés par le seul TARP, ce sont finalement 4Mds qui ont été versés aux emprunteurs. Ce que Joey qualifie de "pas fléché suffisamment" tournait donc autour de 0,4% des dépenses. Championnat du monde d'euphémisme gagné haut la main.

C'était pourtant annoncé comme l'essentiel du programme "de gauche" d'Obama en réponse à la crise. S'occuper des prêts plutôt que des banques pouvait tout aussi bien maintenir le système à flot. S'ils l'avaient vraiment fait.

Pour l'argent qui a été versé aux banques, non seulement personne n'a exigé que celui-ci soit prêté pour faire vivre l'économie. Personne n'a même osé leur demander de rapporter ce qu'elles en avaient fait. C'est l'administrateur même du TARP qui a refusé l'idée en disant que les banques "refuseraient le dispositif s'il y avait trop de conditions" (si vous avez ri nerveusement, c'est normal).

Le fait que les banques aient utilisé l'argent pour absolument tout ce qu'elles voulaient, sauf l'intention d'origine, laisse très dubitatif sur le fait qu'il s'agissait d'une protection contre un risque "systémique". Le système bancaire sauvé par une erreur d'aiguillage de l'argent ? J'y crois moyen.

Un autre truc qui, c'est con, file beaucoup de doutes sur les intentions derrière le programme:
La Fed demande aux banques de lui laisser du cash pour s'assurer que ces dernières soient solvables. En 2006 les banques ont obtenu que la Fed pays des intérêts dessus. La mesure devait être effective en 2011 mais le TARP a avancé la date à 2009. "Parce qu'elles en avaient besoin"

Avant le TARP le montant "mis de côté" par les banques était de 2Mds. En janvier 2009 il est monté à plus de 800 milliards. C'est à dire qu'il y avait plus d'argent des banques rangé à ne rien faire à la Fed que d'argent versé par les contribuables aux banques.
Ce montant est monté à 2800 milliards en 2015. Même avec les intérêts minimes, les banques recevaient, chaque année, deux fois plus en intérêts de la part du pays que ce que le pays avait payé aux emprunteurs en une fois avec le HAMP.

Remplies jusqu'à la gueule, les banques n'ont toujours pas prêté, certaines qui venaient de recevoir des fonds fédéraux s'en sont servi pour aller racheter les proies les plus faciles parmi leurs concurrents.

Il y a plein d'autres exemples atterrants, comme le SBLF qui devait permettre à des plus "petites" entreprises d'accéder à un fonds de 4 milliards: la moitié du fonds a été utilisé pour repayer des prêts du TARP, pour en obtenir de moins chers. L'économie réelle était ravie.

Un des pires mensonges de cette période reste d'avoir promis que cet argent ne permettrait pas de pays des salaires faramineux aux dirigeants.
Ce ne sont pas "ces salauds de banquiers qui ont trahi la confiance du pays". Les bonus étaient interdits avec un trou dans le système tellement béant qu'il aurait aussi bien pu y avoir marqué "vous devez passer par là" en néon tout autour.
Il s'agissait de pouvoir donner des actions à prix préférentiel, actions dont le prix a explosé... grâce aux fonds du bailout.

Ils ont laissé tellement de trous qu'en 2011 Citigroup a payé plus cher en parachute doré à son CEO qu'en impôts à l'état.

Quant à l'excuse pour n'avoir poursuivi personne au pénal, pas même les dirigeants qui ont acheté des millions d'actions de leur propre banque à vil prix juste avant que les bailout soient officiels, ils n'avaient peut-être pas leur numéro de téléphone. Je n'ai pas d'autres explication.

Si "s'assurer que ça ne se reproduira pas" c'est, avec autant d'insistance, démontrer aux banques que quoi qu'elles fassent, de légal ou d'illégal, l'état les couvrira y compris en mentant, y compris si elles sont sur le point de mourir, j'ai probablement encore des trucs à apprendre sur l'autorité et l'enseignement.

Et pour la bonne bouche: tout ceci a été rendu possible grâce à la levée du Glass-Steagal act (qui interdisait de mélanger banque de détail et banque d'investissement) par Bill Clinton.

Utaka Souley

22/11/2020 à 00h12

Tous vos arguments aux uns et aux autres sont intéressants, même si je n'ai pas tous les pré-requis pour en profiter pleinement.

Si j'ai bien suivi, on renvoie dos à dos des républicains et des démocrates en les prétendant aussi destructeurs de la démocratie les uns que les autres. Il y a quand même un niveau de gravité d'écart entre celui qui (tente) de truander des élections nationales et celui qui truande (?) les résultats de la primaire de son propre parti non ?

Tricky

22/11/2020 à 00h27

Sur le fond pas tellement en fait. C’est ce qui est assez intéressant d’ailleurs, les uns le font dans des limites acceptables (qu’on peut trouver), l’autre de manière absolument scandaleuse, hors limite du concevable.
Bon, mais le problème de Trump, c’est que c’est le clou d’un cercueil bien avancé.

Tricky

22/11/2020 à 00h30

(Luis, il n’y a pas eu un obscur banquier indien de huitième zone qui a été poursuivi au pénal tout de même ?)

Tricky

22/11/2020 à 00h50

Pardon, mais, cachaco ou autre, des nouvelles du Guatemala?

Pier Feuil Scifo

22/11/2020 à 08h42

Perso, je passe la tête pour dire que je suis bien d'accord avec Luis. Obama et les banques c'est un bon gros foutage de gueule des familles.
(D'ailleurs Obama et le prix Nobel de la paix aussi).
Obama et son administration bénéficie d'une mansuétude que je ne m'explique pas.
Je vous laisse pour vous lire à nouveau.

Edji

22/11/2020 à 10h22

« Et pour la bonne bouche: tout ceci a été rendu possible grâce à la levée du Glass-Steagal act (qui interdisait de mélanger banque de détail et banque d'investissement) par Bill Clinton. »
—-
Juste sur ce point, les raisons de la crise financière ont bien davantage à voir avec de l’endettement immobilier excessif des ménages favorisé par la politique fédérale et la complaisance des établissements de crédit, une titrisation galopante desdits crédits à risque et une supervision prudentielle fort insuffisante, qu’avec cette tarte à la crème de la levée du Glass-Steagall Act (les établissements les plus touchés par la crise n’étant précisément pas de ceux qui entremêlaient les deux modèles).

 

Henri Désiré Landreau

22/11/2020 à 10h38

Pour le coup, l'endettement immobilier excessif est aussi le fait de Bill Clinton qui a encouragé les ménages modestes à devenir propriétaire. Ça partait d'un bon sentiment mais ça a conduit des gens peu solvables à devoir assumer des crédits à long terme.