Boutique

boutique

Classement en relief

classement en relief

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)

Surprises sur prise

"Fin de saison électrique au PSG." (lemonde.fr)

Pablo prix cassé ?

"Bordeaux : l’avenir de Pablo en suspens." (footmercato.net)

Syntaxe à Rohr

"Dimitri Payet : 'Bien sûr qu'on a encore plus qu'avant pas le droit à l'erreur'." (lequipe.fr)

Kermit l'aigre nouille

"L'ancien Rennais Kermit Erasmus frappe violemment un adversaire en plein match." (lequipe.fr)

Benny Hill, le gif

"Rudi Garcia : 'On court encore plus derrière les autres'." (lequipe.fr)

Le forum

Qui veut gagner des quignons ?

aujourd'hui à 23h50 - OK Choucroute! : KArwat ou Sence dans les buts? >>


Foot et politique

aujourd'hui à 23h42 - Maurice Eculé : Pour un point complet sur le cadre de prescription de l'hydroxychloroquine... >>


Etoiles et toiles

aujourd'hui à 23h37 - forezjohn : Oui mais même si je suis d'accord sur le fait que les hommes sont mieux traités, je ne crois pas... >>


Libertadores / foot sud-américain

aujourd'hui à 22h12 - cachaco : Le soutien des paramilitaires colombiens (avec donc la bénédiction des forces armées, et donc... >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 21h59 - JL13 : KoolTrickyaujourd'hui à 21h53Alors là, tu as tout faux ! >>


Aimons la Science

aujourd'hui à 21h55 - JL13 : Chi Lo sa ? (Un film d’un autre grand marseillais.......) >>


Les pseudos auxquels vous avez échappé ...

aujourd'hui à 21h19 - Breizhilien : Lamouchique oui la musique! je le sais, sera la clé.Remis au goût du jour à l'époque par la... >>


FFF et LFP, un univers (im)pitoyable

aujourd'hui à 20h31 - gurney : Je ne suis pas médecin, ni scientifique. J'observe juste que les gestes barrières ne seront pas... >>


Ventre mou's League

aujourd'hui à 17h40 - Tricky : Tous pays (restant) confondus ?À nous St-Marteen et Aruba. >>


En rouge et noir !

aujourd'hui à 15h52 - Kireg : Très cool, en effet. Et il ne pleure presque pas ;) >>


Habitus baballe

aujourd'hui à 12h21 - impoli gone : Ce que dit l'article, c'est que justement, la taille de la maille est importante, et regarder chez... >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 10h41 - Gouff : J'ai vu passer que le transfert de Berardoni pourrait être assorti d'un bonus de 500.000€ à... >>


L'AJA, je te veux si tu veux de moi

aujourd'hui à 01h57 - Mevatlav Ekraspeck : Fabrice Lepaul est décédé, annonce RTL.fr >>


Le fil éclectique

23/05/2020 à 23h49 - Dan Lédan : Sur Paypal et Amazon tu peux enregistrer ta CB sans.le crypto.Si ils se font pirater un jour... >>


Fussball chez nos cousins germains

23/05/2020 à 23h31 - Tonton Danijel : Ah oui, tiens, le scénario d'un barrage entre les deux ennemis hanséatiques, je l'avais... >>


O TéFéCé

23/05/2020 à 23h22 - tes fessées : Je ne me souvenais pas de ça, tiens. Ce que j'avais retenu est que le stadium était trop cher et... >>


Et PAF, dans la lucarne !

23/05/2020 à 22h35 - forezjohn : Arrété après le 1er épisode the Eddy, scénario trop mince pour moi, alors que j'étais tenté... >>


Les jaunes, héros zen

23/05/2020 à 22h13 - Toni Turek : Pour en revenir à Pedro Chirivella, la piste est froide. Son nom a été annoncé à Glasgow, pour... >>


Foot et politique

Le fil politique est un fil du rasoir, alors évitons de s'y couper. Par ailleurs, n'oublions pas que son but est d'accélérer l'avènement du grand soir, un des ces quatre matins!

OLpeth

02/04/2020 à 10h17

Portnaouac
aujourd'hui à 00h15

OLpeth
aujourd'hui à 17h07

---------------

Tu sais, il y a un truc qui s'appelle "le langage diplomatique" ; une invitation, dans ce langage là, ça pourrait se traduire par "injonction" dans le langage courant.

On peut toujours jouer la carte misérabiliste du mépris de classe, en soulignant que n'est tout de même pas formellement interdit ; après tout, ça ne coûte pas cher et ça a le mérite de flatter la base, mais ça reste de la pure comédie politicienne.

En tout cas, c'est clairement le genre d'invitation que celui à qui elle est adressée n'a vraiment pas intérêt à "oublier dans un coin" ; parce qu'en général, elles comportent toujours un gros "sinon..." en filigrane et que le "gars" qui les envoie, c'est justement celui qui fixe les règles et qu'il dispose d'une vraie capacité à pourrir la vie de celui qui voudrait jouer les francs-tireurs (ne serait-ce qu'en montant tous ses confrères contre lui...).
***********************

Tu me permettras de rigoler doucement au vu de la jurisprudence de la crise de 2008 on-allait-voir-ce-qu'on-allait-voir et les règles prudentielles risibles qui ont été demandées au banque et la spéculation débridée qui a repris de plus belle dès la poussière retombée.
Les menaces avec des sabres de bois et des pistolets à eau, les banques se les carrent où le soleil ne brille pas.

Sinon Mediapart s'avère le seul média à tenter de creuser un peu sur la gestion du gouvernement en ces temps de Garde à vous, silence dans les rangs !
Trois articles, qui demanderont d'autres sources concordantes mais quand même :

1) Un sur la gestion catastrophique des masques par le gouvernement.
"Basée sur de nombreux témoignages et documents confidentiels, auxquels nous avons pu avoir accès, notre enquête démontre que :
Fin janvier et début février, le ministère de la santé, conscient de la faiblesse des stocks d’État, n’a décidé de commander qu’une très faible quantité de masques, malgré des alertes internes. Le matériel a de surcroît mis plusieurs semaines à arriver.
Après ce premier fiasco, l’État a créé, début mars, une cellule interministérielle dédiée à l’achat de masques. Mais là encore, le bilan s’est avéré catastrophique : lors des trois premières semaines de mars, la cellule n’a pu obtenir que 40 millions de masques, soit l’équivalent d’une semaine de consommation au rythme contraint actuel. La cellule a notamment raté plusieurs possibilités de livraisons rapides.
Le gouvernement a caché cette pénurie pendant près de deux mois et, en fonction des stocks, a adapté ses consignes sanitaires sur le port du masque. Fin février, le directeur général de la santé préconisait un masque pour toute personne en contact avec un porteur du Covid. Un mois plus tard, la porte-parole de l’exécutif déclarait que c’était inutile…
Des entreprises dans des secteurs « non essentiels » de l’économie ont continué à consommer des masques, pour des raisons économiques. Exemple : l’avionneur Airbus, qui semble avoir bénéficié d’un traitement de faveur. Dans le même temps, des personnels soignants continuent à travailler sans ces masques protecteurs, faute de stocks suffisants.
Le gouvernement tente désormais de renflouer les stocks, avec une stratégie à 180° : il faut préparer la sortie de confinement, « où on sait qu’il faudra massivement équiper » la population, ainsi que l’a admis la secrétaire d’État à l’économie, Agnès Pannier-Runacher, dans une réunion dont Mediapart a obtenu l’enregistrement.

2) Une note interne de la CDC sur une proposition de plan pour l'hôpital public. "À la demande d’Emmanuel Macron, la Caisse des dépôts travaille à un plan pour l’hôpital public. Mediapart en révèle le contenu. Au lieu de défendre l’intérêt général, il vise à accélérer la marchandisation de la santé et sa privatisation rampante." Peut-être l'article le plus faible des trois, dans la mesure où même si les propositions de cette note sont à totalement à rebours des beaux nouveaux discours de Macron, ce ne sont que des propositions. Ça montre en tous cas qu'une partie de la technocratie reste adepte de la libéralisation de tout, y compris la santé.

3) Les Allemands nous mettent la misère à nouveau en matière d'industrialisation et d'organisation.
"Pour le microbiologiste berlinois Olfert Landt, également patron de TIB Molbiol, la principale entreprise allemande de fabrication de tests de dépistage viral, la réponse se trouve sans doute dans une réaction précoce, une politique massive de dépistages et des structures sanitaires qui tiennent encore bien le coup : « Nous testons beaucoup et nous avons commencé très tôt. Nous avons eu un signal d’alerte avec la contamination d’une dizaine de personnes chez l’entreprise Webasto en Bavière au mois de janvier. Les laboratoires allemands ont alors commandé suffisamment tôt. Ils étaient en mesure de proposer rapidement des tests. »
[...]À la fin du mois de mars, le ministère fédéral de la santé, qui s’appuie sur les chiffres de l’Institut Robert Koch, annonçait l’exécution d’un minimum de 300 000 tests par semaine. Le professeur Drosten évoquait pour sa part une capacité hebdomadaire de 500 000 tests. Entre les deux chiffres, l’Allemagne offre donc depuis un certain moment une capacité quotidienne de tests comprise entre 42 800 et 71 500 tests. À titre de comparaison, le ministre de la santé français Olivier Véran a annoncé samedi 28 mars que la capacité de tests classiques en France, passera de 12 000 à 30 000 par jour d’ici « une grosse semaine », avant d’être portée à 50 000 fin avril."

Les gouvernants allemands ont réagi dès fin janvier et avaient les capacités industrielles pour suivre la fameuse stratégie sud-coréenne de test. En France ? Le 7 mars, soit un mois et demi plus tard, Emmanuel et Brigitte Macron allaient au théâtre « pour inciter les Français à sortir malgré le coronavirus ».

En Allemagne, leur austérité dogmatique bornée a malgré tout épargné le secteur de la santé (avec une population vieillissante, pas fou) et ça fait une sacrée différence en chiffres :

Dépenses santé dollars/habitant (source OMS)
4'508 en France
5'182 en Allemagne

Indicateur OCDE dépenses de santé 2018 par habitant en dollar
France 4'141$
Allemagne 5'056$


Médecins pour 1000 habitants (source OCDE 2019)
France 3,4 ?
Allemagne 4,3

Infirmières /1000 habitants
France 10,8
Allemagne 12,9

Allemagne : 300 000 lits d’hôpital, 28 000 lits de soins intensifs dont 20 000 lits de réanimation
En France selon Jérôme Salomon 7000 lits de réa.

Donc oui les dirigeants de la start up nation semblent bien être des crétins diplômés, aussi forts en gueule qu’incompétents. C'est lors des tempêtes qu'on juge les capitaines, et le bilan est déjà accablant, et on a fait que commencer à creuser !

Ça me rappelle ce mythe entretenu par le grand patronat français pour justifier leurs salaires délirants : c'est le marché mondial, si on garde pas nos talents, ils partiront à l'étranger. En réalité les boîtes étrangères s'arrachent pas du tout nos cadres dirigeants, ils ont les leurs dont ils sont très contents. Et je pense pas que les Allemands échangeraient un baril de Merkel contre un paquet de Macron.

Tonton Danijel

02/04/2020 à 10h31

Par contre, on a loué la pratique des tests massifs allemands, mais le Financial Times montre qu'ils suivent néanmoins la même tendance que la France et l'Italie (pour l'instant, certes).

Gérard Scolaire

02/04/2020 à 10h42

Mevatlav Ekraspeck
aujourd'hui à 09h50

On devrait avoir des nouvelles des examens scolaires ce soir...
-------
Pour les examens universitaires (bac compris), l'ordonnance qui permet ça est sortie au JO :

https://tinyurl.com/qsanqkp

En gros, c'est open bar. Pour les modalités concrètes, chaque fac va faire ce quelle veut dans son coin.

«Nonobstant toute disposition législative ou réglementaire contraire, les autorités compétentes pour la détermination des modalités d'accès aux formations de l'enseignement supérieur [...] ainsi que pour la détermination des modalités de délivrance des diplômes de l'enseignement supérieur, y compris le baccalauréat, peuvent apporter à ces modalités les adaptations nécessaires à leur mise en œuvre.

S'agissant des épreuves des examens ou concours, ces adaptations peuvent porter, dans le respect
du principe d'égalité de traitement des candidats, sur leur nature, leur nombre, leur contenu,
leur coefficient ou leurs conditions d'organisation, qui peut notamment s'effectuer de manière
dématérialisée.

Les adaptations [...] sont portées à la connaissance des candidats par tout moyen dans un délai
qui ne peut être inférieur à deux semaines avant le début des épreuves.»

Gérard Scolaire

02/04/2020 à 10h43

(quelle -> qu'elle)

gimlifilsdegloin

02/04/2020 à 11h22

OLpeth, ou quand la FI recommande le modèle allemand tant décrié...

OLpeth

02/04/2020 à 11h45

Je recommande pas leur modèle ô que non. Mais en matière d'industrialisation, de cogestion des entreprises et de qualité du personnel politique on pourrait s'inspirer oui. Parce que la France a bien copié l'austérité. Mais le reste...

Edji

02/04/2020 à 11h51

Il y a désormais entre 9 et 10 jours d'écart sur le nombre de décès Covid entre l'Allemagne et la France, avec + 25 % de décès entre décès du 1er et décès du 2 avril (et + 20 % de hausse sur le chiffre global) pour eux.
Avec ce décalage temporel, cela suit donc la même tendance qu'en France, mais de manière un peu moins marquée.

et alors

02/04/2020 à 12h20

Tricky
aujourd'hui à 02h11

A propos des enseignants (qui par ailleurs continuent à bosser), ça y est, on commence à avoir des États qui annoncent que l’école ne reprendra pas avant l’année scolaire prochaine.

Et franchement, ça ne me semble de toute manière pas idiot. Je ne sais pas comment tu peux faire la transition immédiate après autant de jour de confinement.
----------

Pour le coup, je vais faire mon Mev, mais c'est idiot. Ca me semble au contraire important que les gamins, et en particulier les plus fragiles/éloignés de l'école, y remettent les pieds, ne serait-ce que deux semaines ; plutôt de rester dans la nature pendant six mois. C'est justement la meilleure manière d'organiser la transition, parce que si on passe par les parents, une fois de plus on creuse l'écart.

Edji

02/04/2020 à 12h28

Gérard Scolaire
aujourd'hui à 10h42
Pour les examens universitaires (bac compris), l'ordonnance qui permet ça est sortie au JO :

https://tinyurl.com/qsanqkp

En gros, c'est open bar. Pour les modalités concrètes, chaque fac va faire ce quelle veut dans son coin.
---
Je confirme, et c'est tant mieux, pour autant que les instances fac par fac soient à la hauteur et sachent tenir compte des spécificités de chaque UFR.
De notre côté, la voie des examens à distance va s'imposer, avec toutes ses imperfections qu'on essaie de limiter autant que possible...

(pour les concours d'accès aux grandes écoles, là, j'avoue que je ne sais pas du tout comment ils vont s'y prendre)

sehwag

02/04/2020 à 12h37

Ca va être rigolo pour le recrutement des enseignants aussi...qui a dit vague miraculeuse de titularisation des contractuels....?

 

Gérard Scolaire

02/04/2020 à 12h49

OLpeth
aujourd'hui à 10h17
[...]
En Allemagne, leur austérité dogmatique bornée
[...]
-------

Il y a recommander et recommander... :-) Ceci dit je n'aime pas la forme «énervée» non plus (même si je la comprends, elle nuit au message) et les chiffres bruts n'ont pas trop de sens isolés : on pourrait rapporter au PIB ou au prix du burger aussi... C'est un peu la faiblesse de l'explication par TINA : ceux qui font «mieux» que nous (sur tel critère ad hoc) font pourtant (d'après l'explication même) essentiellement la même chose.

Pour revenir à la situation française. Beaucoup de communiquants sont mauvais, soit. Dans la majorité comme dans l'opposition (merci Méluche sur Raoult...) même s'il est normal que la majorité soit beaucoup plus sévèrement jugée : eux ont les moyens d'action.

Mais je trouve l'article de The Conversation / La Tribune (partagé hier) sur les masques bien plus intéressant : par quels mécanismes, en 10 ans et sur 3 majorités différentes, un ensemble d'optimisations techniques locales (sous contrôle voire sous direction parlementaire) conduit le système de santé à changer de doctrine sur un point potentiellement critique. Sans que la conséquence politique ne soit actée et justifiée (par la majorité) ou combattue (par l'opposition qui pourrait en faire un point de programme pour alternance à venir). Ce qu'on entend maintenant, c'est de la (perfectible) gestion de crise et du théatre. Post hoc.

Donc, différentes administrations réalisent les objectifs qui leurs sont assignés, en centralisant / mutualisant au passage dans des soucis d'«efficience», de «rationalisation», de «responsabilisation». Toutes choses administrativement raisonnables et nécessaires. De nouvelles entités / acronymes fleurissent, accomplissant théoriquement les mêmes missions. Les projections et l'(auto-)évaluation sont bonnes, les powerpoints et les organigrammes sont convaincants. Et au final, quand on considère le résultat global, tout le monde s'est défaussé sur le voisin et on obtient un résultat (très) sous-optimal alors que chacun a bien fait ce qu'il fallait, d'après les critères choisis pour évaluer.

Ça n'a rien à voir avec Sarkozy, Hollande ou Macron; plus à voir avec des dogmes managériaux qu'économiques. Indépendamment de la com' ou des figures de proues, on voit les tendances lourdes d'un management administratif centralisé, qui a toute les difficultés du monde à s'évaluer ou s'améliorer continûment (sans parler d'atteindre l'excellence) tout en n'ayant que ces mots à la bouche. Le parallèle entre cette étude de cas très spécifique avec l'université ou l'Éducation nationale est fascinant.

On va me dire que je joue sur les mots et que les dogmes néo-libéraux sont seuls responsables de tout ça, que toutes ces majorités suivent toutes la même politique. Mais on touche plutôt la manière dont l'impulsion politique va se décliner dans un mille-feuille administratif en multiples sous-systèmes pyramidaux, chacun avec des attributions et des objectifs propres (ou se marchant sur les pieds), mais sous contrainte centralisée permanente, ne serait-ce que par l'attribution et le fléchage de l'essentiel d'un budget annuel sans visibilité, ou la prolifération règlementaire (arbitraire et d'ailleurs changeante). En perdant la vision d'ensemble et le lien avec la réalité : trop compliqué. Pas vraiment une question de pognon de dingue à injecter ou récupérer.