Boutique

boutique

Classement en relief

classement en relief

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)

Surprises sur prise

"Fin de saison électrique au PSG." (lemonde.fr)

Pablo prix cassé ?

"Bordeaux : l’avenir de Pablo en suspens." (footmercato.net)

Syntaxe à Rohr

"Dimitri Payet : 'Bien sûr qu'on a encore plus qu'avant pas le droit à l'erreur'." (lequipe.fr)

Kermit l'aigre nouille

"L'ancien Rennais Kermit Erasmus frappe violemment un adversaire en plein match." (lequipe.fr)

Benny Hill, le gif

"Rudi Garcia : 'On court encore plus derrière les autres'." (lequipe.fr)

Le forum

Histoire Football Club

aujourd'hui à 02h08 - Hyoga : Comme quoi les allemands n'ont pas toujours gagné au foot à la... >>


Premier League et foot anglais

aujourd'hui à 00h38 - Özil paradisiaque : khwezi : tu en fais trop.Liverpool est très fort ok. Pas la peine de bitcher sur les autres pour... >>


CdF Omnisport

aujourd'hui à 00h17 - Vas-y Mako! : Roglic a quand même déclaré qu’il aurait « préféré que Van Aert soit champion plutôt... >>


Y a pas que le foot à Auteuil !

aujourd'hui à 00h06 - Moravcik dans les prés : Je crois que ça n'est jamais arrivé (dans l'ère Open). >>


Dans le haut du panier

aujourd'hui à 00h02 - Lucho Gonzealaise : Bon par contre si c'est pour le remplacer par Ty Lue... >>


L'empire d'essence

28/09/2020 à 23h58 - OhVertige : et digital, on en parle de digital hein?encore un combat perdu, et le prochain est celui de la... >>


Gerland à la détente

28/09/2020 à 23h38 - LYon Indomptable : Bref,On est quand même dans une sorte de tunnel d'incertitude. De long tunnel. Et la lumière... >>


Scapulaire conditionné

28/09/2020 à 22h45 - Sos muy Grosa, Adli bitum : Avec les recrutements de Palencia et Pardo a Leganes, on va enfin pouvoir savoir si nous serions... >>


CDF sound system

28/09/2020 à 22h31 - diabaté vous, que diable ! : Allo, ici feu 1975 ! Est ce que mes ex coéquipiers coéquipieraient encore à propos de l'année... >>


Le fil éclectique

28/09/2020 à 22h14 - Balthazar : Un bloqueur de pubs n'en viendrait pas à bout ? >>


Le fil prono

28/09/2020 à 21h41 - Obit ure : MIA-LAL 4-3Tie-breaker #2 : Bam AdebayoTie-breaker #3 : Lebron James >>


Aux Niçois qui manigancent

28/09/2020 à 21h21 - Roger Cénisse : Je vous conseille le visionnage des insides sur le club qui passe sur la télé du club et sur... >>


Bréviaire

28/09/2020 à 21h08 - El Mata Mord : RavioJ’ai râté telefoot"Anne-Laure Bonnet rigole de son lapsus tant attendu" (footradio.com) >>


Aimons la Science

28/09/2020 à 19h59 - Maurice Eculé : Une étude sur la séroprévalence dans les régions espagnols au 11 mai, avec intervalle de... >>


Le fil dont vous êtes le héros

28/09/2020 à 17h10 - Julow : Foutaises et calomnies, Schweinerei !C'est la traduction littérale d'un poème de l'immense Paul... >>


Festival de CAN

28/09/2020 à 15h51 - LYon Indomptable : Quand on gagne 50€ par mois (pour les 30% de la population qui ont un revenu mensuel, les autres,... >>


La L1, saison 2020/2021

28/09/2020 à 15h41 - cocobeloeil : A jamais les premiers! >>


En rouge et noir !

28/09/2020 à 15h10 - Dan Lédan : Absolument , et comme on dit chez moi .Le linge qui sèche mouille les cordes ! >>


Foot et politique

Le fil politique est un fil du rasoir, alors évitons de s'y couper. Par ailleurs, n'oublions pas que son but est d'accélérer l'avènement du grand soir, un des ces quatre matins!

Delamontagne est Belle

18/01/2020 à 23h28

En effet, c'est autre chose.
Un est: sorti d'une grande école, dans le sérai depuis toujours, de droite et ancien militaire.
J'ai tendance à douter de l'intégrité et l'honnêteté de mecs proches d'un corrompu malhonnête notoire comme Fillon (qui semble ne même pas se rendre compte de ce qui peut être illégal et malhonnête dans tout ce qu'il a fait, c'est grave quand même).

L'autre est: journaliste indépendant/pigiste, de gauche.
Le gars qui a sorti l'histoire Benalla. D'utilité publique donc.
N'en déplaise à certains contempteurs des idées et méthodes macronistes.


Josip R.O.G.

18/01/2020 à 23h28

Giles et jeune, ton petit ton condescendant est parfaitement insupportable.
Réserve ça aux boites qui font appel à ta science.
"Restituer des conceptions", mais qu'est-ce que ça veut dire?
Je te remercie pour François Sureau mais je crois connaître merci et je suis content que tu le découvre.
Tu noteras que je suis parfaitement en accord avec la plupart de ses positions y compris sur nos dirigeants actuels, positions qui sont d'un tout autre niveau que tes diatribes caricaturales sous des dehors à la fois cauteleux et hautains.

Josip R.O.G.

18/01/2020 à 23h37

Delamontagne, c'est cadeau, pour tes tendances:

https://youtu.be/i1u16BdE8tQ

Gilles et jeune

19/01/2020 à 00h15

Josip et Edji
Puisqu'il apparaît qu'on peut se retrouver sur de nombreux points à travers Sureaux, je saurai m'en rappeler dans nos prochains échanges sur des questions touchant aux libertés. On s'épargnera de l'énergie.
Car il m'apparaît, en reprenant les citations ci-dessous, que ce Monsieur répond aux questions que je posais, dans ma morgue hautaine, ce matin.
Merci Sureau de nous réconcilier, un peu.

"Le projet de loi "anticasseurs" du gouvernement, qui continue de susciter l'émoi avec notamment la voix discordante du député LREM Aurélien Taché, est très durement critiqué par l'avocat François Sureau dans une interview publiée ce lundi 4 février dans le quotidien "le Monde". Considéré comme proche du président de la République Emmanuel Macron, l'écrivain estime que le texte, qui doit être voté mardi à l'Assemblée nationale, "établit un véritable contrôle administratif du droit de manifester".

L'article 2 du projet de loi permet notamment aux préfets de prononcer des interdictions de manifester à l'encontre d'individus représentant "une menace d'une particulière gravité pour l'ordre public", sous peine de six mois d'emprisonnement et 7.500 euros d'amende en cas d'infraction."

"Si l'on est attaché aux libertés, on ne peut pas l'admettre", affirme François Sureau, qui dénonce "un fort courant hostile aux libertés" et dit avoir donné son avis à Emmanuel Macron.

"Une liberté fondamentale a disparu. Il n’y aurait aucune raison d’ailleurs de ne pas étendre ce beau système, et sans doute y viendra-t-on un jour. Les digues ont sauté. Tout est désormais possible."

"Aujourd’hui, on vise les 'gilets jaunes' sous prétexte de réprimer des casseurs que le droit pénal ordinaire permet tout à fait de réprimer. Ce sont les manifestations qu’on veut limiter, pas les actes violents. C’est le citoyen qu’on intimide, et pas le délinquant", déclare-t-il.

"Je ne sais pas où est le 'progressisme' dans cette majorité ou dans ce gouvernement, mais il n’est sûrement pas dans le domaine des libertés publiques. Ces gens osent des choses venues tout droit du XIXe siècle répressif. Que personne ne voie la contradiction politique entre la lutte revendiquée contre le 'populisme' et ce genre de législation est proprement stupéfiant."
François Sureau dit également avoir ressenti un "serrement de cœur" en voyant l'accueil réservé à l'avertissement du député centriste Charles de Courson, qui dénonçait dans l'Hémicycle un texte digne du "régime de Vichy" :

"J’ai eu un serrement de cœur, je l’avoue, lorsque j’ai vu cinquante nains de jardin ricaner en entendant M. de Courson les mettre en garde. Un abîme se creusait entre deux mondes, non pas l’ancien opposé au nouveau, mais celui de la conscience opposé à celui de l’inconscience."

"Je n'aime pas les désordres", ajoute l'avocat, qui rappelle les actes "répréhensibles" qui ont eu lieu en marge des manifestations de ces dernières semaines. "Mais on ne peut juger du droit de manifester seulement en fonction des débordements auxquels il peut entraîner."

"Parfois aussi, le gouvernement donne l’impression d’être devenu l’otage de sa propre police", accuse François Sureau.

" Les faits sont connus pour qui veut bien les voir?: restriction des libertés liée à l’état d’urgence, présence dans nos rues de forces de l’ordre dotées d’armes de guerre, loi anti-casseurs conduisant à considérer le citoyen libre comme un délinquant en puissance, loi anti-fake news sanctionnant les contenus a priori, loi contre les «?contenus haineux?» encourageant les opérateurs privés d’Internet à la censure…

Autant de dispositions législatives témoignant d’un climat général, celui «?d’un pays où les libertés ne sont plus un droit mais une concession du pouvoir, une faculté susceptible d’être réduite, restreinte, contrôlée autant dans sa nature que dans son étendue?»

Josip R.O.G.

19/01/2020 à 00h30

Je crois savoir que la disposition de la loi anti-casseur restreignant la faculté de manifester a d'ailleurs été retoquée par le Conseil Constitutionnel

Gilles et jeune

19/01/2020 à 00h33

J'ai gardé une dernière citation de Sureau pour John sur les syndicats réformistes et le rapport de force.

"On voit bien que le pouvoir préférerait des manifestants propres sur eux et agréés par le préfet de police", conclut-il. "Peut-être un jour devra-t-on passer un permis de manifester qui ne sera délivré qu’à ceux qui auront fait la preuve de l’innocuité de leurs opinions et de l’excellence de ce 'comportement' dont parle le projet de loi. Alors oui, c’est sûr, nous serons au bord de l’insurrection véritable."

Sur ce point, il en va de même avec le syndicalisme en entreprise de ce que je constate. Un certain nombre de dirigeants veulent bien du syndicalisme, à condition qu'ils les aient agréés, expurgés de toutes revendications et formes de luttes non voulues.

Le patron de la CFE Cgc dans l'interview transmise sur Médiapart faisait l'analyse d'une volonté de ces dirigeants (internationalistes) de transformer le modèle français de dialogue social et sa culture propre en allant puiser à l'étranger les ingrédients qui leur conviennent. Ce qui l'a conduit à se qualifier (avec FO et la CGT) de syndicats de l'ancien monde, ceux ayant signés au départ les réformes issues du conseil de la resistence.
On peut en déduire à rebours que la CFDT se conçoit comme le syndicat du nouveau monde, ce qui sans doute permet à un élu LREM de dire que la réforme, c'est à plus de 80% le projet de la CFDT.

Ainsi peut on penser que cette CFDT s'accommode tout à fait de l'absence de rapports de force. D'ailleurs, sans rapport de force, sans doute ne l'aurait on pas ou peu entendue.
Pas sûr que toutes les troupes suivront.

Pour le reste, je te suis des deux mains.

beltramaxi

19/01/2020 à 00h34

Delamontagne est Belle
18/01/2020 à 23h28
L'autre est: journaliste indépendant/pigiste, de gauche.
-----------
Taha Bouhafs, "de gauche"...

Gilles et jeune

19/01/2020 à 01h01

Petite revue de presse sur l'arrestation de ce journaliste :

Déclaration de l'Elysée :
"Du côté de l'Elysée, on assure que "le président continuera à se rendre à des représentations théâtrales comme il en a l'habitude. Il veillera à défendre la liberté de création, afin qu'elle ne soit pas perturbée par des actions politiques violentes".(lci)

Rappel du cadre légal mobilisé et des faits de violences relevés
"L'article 222-14-2 est bien connu des pénalistes qui ont ferraillé devant les tribunaux en défense des Gilets jaunes. Il sanctionne le fait pour une personne de participer sciemment à un groupement, même formé de façon temporaire, en vue de la préparation, caractérisée par un ou plusieurs faits matériels, de violences volontaires contre les personnes ou de destructions ou dégradations de biens. Dans ce même contexte, les violences psychologiques font l'objet de la même répression pénale. La peine maximale encourue est d'un an d'emprisonnement et 15 000 euros d'amende. Vendredi soir, le « journaliste militant » Taha Bouhafs a été interpellé pour participation à « un groupement en vue de commettre des violences ». (...)
"Avant l'intervention des CRS pour repousser les quelques manifestants tentant d'entrer dans le théâtre, une compagnie d'intervention de la direction de l'ordre public et de la circulation avait d'abord essuyé les plâtres. Jets d'œufs et rasade de bière ont ponctué leur soirée."
(le point)

Déclaration d'acteurs du journalisme demandant la libération du sieur
" Arrêter un journaliste – ou n’importe quel autre citoyen qui aurait agi de la sorte – pour un tweet, pour avoir donné une information, est une mesure insensée, inacceptable dans un État de Droit.
Il est inconcevable que le procureur de la République de Paris, Rémy HEITZ, prenne la décision de priver ce journaliste de sa liberté à la demande de l’Elysée et du GSPR alors même qu’il n’a commis aucune infraction et ne faisait qu’exercer son droit d'informer.
Depuis hier soir, ce journaliste est transféré de commissariat en commissariat sans que son avocat ne puisse le voir conformément aux règles du Code de Procédure Pénale. Cette garde à vue et son défèrement sont abusifs. Les charges qui pèsent contre Taha doivent être abandonnées. Informer n’est pas un délit, nous n’aurons de cesse de le rappeler. "
(...)
La Fédération Européenne des Journalistes (FEJ) saisit dès aujourd’hui la Plateforme du Conseil de l’Europe pour la Protection du Journalisme face à cette violation manifeste de la liberté de la presse. Le gouvernement français devra répondre de cette violation de l’article 10 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme.
Pour que vive la liberté de la presse ! Pour que vive le droit d’informer ! Les charges contre Taha doivent être abandonnées !"
(acrimed)

Ah. Et le monsieur a été libéré il y a une heure.

Chacun en déduira ce qu'il veut.

Gilles et jeune

19/01/2020 à 01h16

Pour finir ma revue

Qui est le sieur :
https://miniurl.be/r-2rhw
Du coup pourquoi beltra tu lui refuses l'étiquette de gauche ?

Un rappel des événements le plus complet lu jusqu'à présent :
https://miniurl.be/r-2rhx

On y apprend qu'il "a été déféré en vue de l'ouverture d'une information judiciaire pour "organisation d'une manifestation non déclarée sur la voie publique" et "participation à un groupement formé en vue de commettre des violences ou des dégradations"

Déclarations de l' avocat du sieur :
« C'est un dépassement inédit des atteintes à la liberté d'informer et aux droits des journalistes, à la demande de l'Elysée », a réagi auprès de l'AFP Me Arié Alimi, l'avocat de Taha Bouhafs, pour qui « ce n'est que le début d'une affaire d'Etat ».
« Par cette demande, l'objectif du Parquet est de garder le portable de Taha Bouhafs et le bénéfice du secret de l'instruction, pour masquer le vide du dossier… », avait déclaré Me Arié Alimi. . « C'est un message adressé par l'exécutif et le parquet à tous les journalistes. Si vous informez, vous risquez la prison », a ajouté l'avocat.

Gilles et jeune

19/01/2020 à 01h27

Enfin, le Figaro parle de colère populaire au Liban où les formes d'expression se ressemblent étrangement.

 

Brian Hainaut

19/01/2020 à 01h58

Gilles et jeune

aujourd'hui à 01h01
------
"Je ne sais pas où est le 'progressisme' dans cette majorité ou dans ce gouvernement, mais il n’est sûrement pas dans le domaine des libertés publiques. Ces gens osent des choses venues tout droit du XIXe siècle répressif. Que personne ne voie la contradiction politique entre la lutte revendiquée contre le 'populisme' et ce genre de législation est proprement stupéfiant."

-----------
Yo Sureau j'te kiffe man !