Boutique

boutique

Classement en relief

classement en relief

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)

Surprises sur prise

"Fin de saison électrique au PSG." (lemonde.fr)

Pablo prix cassé ?

"Bordeaux : l’avenir de Pablo en suspens." (footmercato.net)

Syntaxe à Rohr

"Dimitri Payet : 'Bien sûr qu'on a encore plus qu'avant pas le droit à l'erreur'." (lequipe.fr)

Kermit l'aigre nouille

"L'ancien Rennais Kermit Erasmus frappe violemment un adversaire en plein match." (lequipe.fr)

Benny Hill, le gif

"Rudi Garcia : 'On court encore plus derrière les autres'." (lequipe.fr)

Le forum

Et PAF, dans la lucarne !

aujourd'hui à 01h21 - Le déjeuner sur Hleb : (bon en revanche, sans surprise le doc sur Anelka n'a aucun intérêt. Allez on peut à la limite... >>


Aimons la Science

aujourd'hui à 01h16 - Le déjeuner sur Hleb : @sehwag Oui, en plus tu as raison, même en Chine, ce n'est pas forcément évident. Alors en... >>


Observatoire du journalisme sportif

aujourd'hui à 00h26 - PCarnehan : Quelqu'un sait quelque chose sur le docu diffusé actuellement sur RMC machin (TNT en clair) ? Il... >>


Lost horizons

aujourd'hui à 00h24 - Lucho Gonzealaise : En soi, la création de deux régions séparées avec Rennes en pôle breton et Nantes en pôle... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 00h13 - De Gaulle Volant : Question technique, Je lis que certains, ici, sont abonnés à OL TV et visionnent ainsi certains... >>


Qui veut gagner des quignons ?

05/08/2020 à 23h48 - FPZ : (Pas de regrets, non)(Pas de mots croisés non plus...) >>


CdF Omnisport

05/08/2020 à 23h30 - 2Bal 2Nainggolan : Christ en Gourcuffaujourd'hui à 22h38Pronostic vital engagé pour Jakobsen...la saison (carrière... >>


Le Ch'ti forum

05/08/2020 à 23h28 - Bof : Charles Boli, formé à Lens, est le fils de Roger et donc le neveu de Basile. Je le trouve très... >>


L'empire d'essence

05/08/2020 à 21h47 - Schpatz : Le problème c'est que le titre n'était pas en mauvaise posture après Jerez 1, maintenant oui.... >>


Paris est magique

05/08/2020 à 21h38 - M le Mendy : leoaujourd'hui à 18h58Verratti, plus ou moins important que Mbappé contre l'Atalanta... >>


Choucroute et bierstub: l'indigeste menu du RCS

05/08/2020 à 21h30 - Dédie mon Stück : 5 joueurs atteints de Covid-19, puis quatre autres cas "dans l'effectif professionnel" confirmés... >>


Les pseudos auxquels vous avez échappé ...

05/08/2020 à 21h28 - Pascal Amateur : Elou Kakou. >>


Y a pas que le foot à Auteuil !

05/08/2020 à 21h21 - Tonton Danijel : Edjiaujourd'hui à 10h18RIP tennis.C’est con, c’était pas mal quand même, ce sport.- - - - -... >>


Bréviaire

05/08/2020 à 19h24 - De Gaulle Volant : Bheeeh des cochons"Cubas veut « laisser une trace »" (lequipe.fr) >>


Scapulaire conditionné

05/08/2020 à 16h40 - cocobeloeil : Bah purée, ma brave dame, on est pas rendus..(Suite) >>


Ligue Europe, la coupe de l'UEFA

05/08/2020 à 16h32 - leo : As donne une comparaison amusante entre Getafe et l'Inter :- L'Inter a gagné 3 C1, Getafe a joué... >>


Foot et politique

05/08/2020 à 16h09 - suppdebastille : L'ennemi est plus diffus mais sur le fond je suis d'accord c'est même probablement pire car on... >>


Café : "Au petit Marseillais"

05/08/2020 à 13h22 - Le déjeuner sur Hleb : (et vous devriez mettre treize joueurs au frais, très loin des autres. Ca pourrait être décisif... >>


Foot et politique

Le fil politique est un fil du rasoir, alors évitons de s'y couper. Par ailleurs, n'oublions pas que son but est d'accélérer l'avènement du grand soir, un des ces quatre matins!

Portnaouac

15/10/2019 à 16h36

Sur le concept de langue globale, pourquoi pas le latin ?

Figurez-vous Bixente qu'il y a quelques années, j'ai participé (en tant que jury) à une session d'incubation de projets plutôt orientés "innovation", au sein d'une structure idoine locale ; et l'un des projet qui nous fut soumis visait à remplacer l'anglais par le latin dans les langages de programmation informatique.

D'où ma question : Et pourquoi pas le latin ?

Bon là, ça compte peut-être un peu moins tant il est vrai que le porteur du projet était un peu "barré" dans sa tête puisque son axe de développement à court terme était de rechercher des fonds (investisseurs ou subventions) pour pouvoir financer la procédure qu'il entendait mener contre l'UE pour la contraindre à imposer l'emploi du latin en lieu et place de l'anglais, dans les langages de programmation des logiciels utilisés au sein de l'UE.

Milan de solitude

15/10/2019 à 16h39

balashov22
aujourd'hui à 16h33
Toni fils brillant
aujourd'hui à 16h04

En dehors des Irlandais (à moins d'une grosse surprise d'ici deux semaines), qui parle anglais (ou même une forme d'anglais) en Union Européenne à ce jour ?
Certes, c'est une langue très enseignée aux enfants, mais qu'en reste-t-il concrètement passée la fin des études ?

---

L'anglais est aussi une langue officielle de Malte. De plus, en Europe du Nord (à partir de l'Allemagne), les gens le parlent globalement bien. (Mais je suis d'accord avec l'esprit de ton intervention.)

Dehu Sex Machina

15/10/2019 à 16h45

La grammaire de l'Espéranto tient en 3 pages.
La plateforme d'enseignement existe et s'appelle Duolingo. Internet change radicalement la donne en la matière et l'investissement serait proche de zéro pour la collectivité. Il reviendrait au citoyen de fournir l'effort, et c'est assez éloigné d'un calvaire (c'est même ludique).

Emil Cioran avait coutume de dire qu'on habite davantage un langage qu'un pays, lui qui avait "déménagé" du Roumain vers le Français, pour atteindre un niveau de langage d'une justesse incroyable.

Quand aux Britanniques, qui sont les Européens les moins polyglottes (mais quelle langue apprendre en priorité ?), le bénéfice pour eux serait maximum.

En outre, s'il s'agit d'écrire du droit européen, je vois mal comment on va s'en sortir à terme avec des traductions en 25 langues et plusieurs alphabets.

Accordez-lui quelques semaines et mon dealer de weed deviendra un excellent prof d'Espéranto.

Toni fils brillant

15/10/2019 à 16h48

Milan, tu m'as mal compris. Je n'ai pas dit qu'un homme d'affaires était libre, ou qu'un migrant était libre. Je dis que toutes choses égales par ailleurs, un homme qui parle anglais sur cette planète est plus libre qu'un homme qui ne le parle pas.

Un homme d'affaires français qui parle anglais est donc plus libre qu'un homme d'affaires français qui ne le parle pas.
Un migrant malien qui parle anglais est un petit peu plus libre qu'un migrant malien qui ne le parle pas.

Je ne sais pas dans quel domaine vous travaillez, mais s'agissant de culture, de sciences, ou de politique, les travaux d'influence sont tous en anglais et la langue de travail entre européens est systématiquement l'anglais, à l'exception des rares fois où on travaille non pas à l'échelle européenne mais en bilatéral ou en coopération transfrontalière.

De fait, l'anglais est déjà la langue commune des européens. Et je vois pas le problème à accepter que l'anglais prenne toute cette place, sachant que ce n'est de toutes façons plus vraiment de l'anglais puisque nous l'assimilons sans la majeure partie du bagage culturel qui est sensé allé avec.

Et c'est même le principe : se donner le pouvoir de contaminer un peu l'anglais avec nos références culturelles à nous qu'on a.

Do you know Peter Bourgod ?

Toni fils brillant

15/10/2019 à 16h54

Notez que c'est vrai de tout apprentissage de toute langue, que ce soit l'esperanto, le latin ou l'occitan. Chaque langue apprise vous rend plus libre.

Malheureusement, le cerveau humain ayant ses limites, il y a des choix à faire.

Et globalement l'apprentissage de l'anglais a plus d'impact sur votre empuissancement (empowerment) que l'apprentissage de l'esperanto parce que c'est la langue dominante, comme le français à l'époque de mon grand-père auvergnat ou le latin à l'époque de spartacus.

leo

15/10/2019 à 17h05

Toni fils brillant
aujourd'hui à 16h48

Milan, tu m'as mal compris. Je n'ai pas dit qu'un homme d'affaires était libre, ou qu'un migrant était libre. Je dis que toutes choses égales par ailleurs, un homme qui parle anglais sur cette planète est plus libre qu'un homme qui ne le parle pas.

Un homme d'affaires français qui parle anglais est donc plus libre qu'un homme d'affaires français qui ne le parle pas.
Un migrant malien qui parle anglais est un petit peu plus libre qu'un migrant malien qui ne le parle pas.

Je ne sais pas dans quel domaine vous travaillez, mais s'agissant de culture, de sciences, ou de politique, les travaux d'influence sont tous en anglais et la langue de travail entre européens est systématiquement l'anglais, à l'exception des rares fois où on travaille non pas à l'échelle européenne mais en bilatéral ou en coopération transfrontalière.

De fait, l'anglais est déjà la langue commune des européens. Et je vois pas le problème à accepter que l'anglais prenne toute cette place, sachant que ce n'est de toutes façons plus vraiment de l'anglais puisque nous l'assimilons sans la majeure partie du bagage culturel qui est sensé allé avec.
---

Un problème que ça pose, c'est que ça amplifie la domination anglo-saxonne.

Dans la recherche, tu fais une demande de financement international, le dossier sera en anglais. Il y a de bonnes chances qu'un britannique écrive mieux qu'un européen continental et fera donc meilleure impresison.
Pareil dans les colloques où toutes les présentations (et les conversations autour du café) se font en anglais et où les britanniques et américains s'en sortent fatalement mieux que les non-natifs.

Si tu veux vendre ton produit et que tu parles pas bien, tu vas aussi, toutes choses égales par ailleurs, faire moins bonne impression sur ton client qu'un locuteur natif...

Milan de solitude

15/10/2019 à 17h06

Toni fils brillant
aujourd'hui à 16h48

De fait, l'anglais est déjà la langue commune des européens. Et je vois pas le problème à accepter que l'anglais prenne toute cette place, sachant que ce n'est de toutes façons plus vraiment de l'anglais puisque nous l'assimilons sans la majeure partie du bagage culturel qui est sensé allé avec.

---

L'anglais dont tu parles, c'est-à-dire pas celui de Blake ou de Faulkner, nous l'assimilons avec des références de bourgeois urbain "américanisé par le bas". Ceux qui sont le plus entichés de globish, par exemple, regardent les séries américaines dès qu'elles sortent sur internet.
Je pense qu'on est plus libre quand on a développé le goût de lire Blake (même dans une traduction française) que lorsqu'on se pâme pour un slogan dont un mot sur deux est anglo-américain.

Utaka Souley

15/10/2019 à 17h10

balashov22
aujourd'hui à 16h33

En dehors des Irlandais (à moins d'une grosse surprise d'ici deux semaines), qui parle anglais (ou même une forme d'anglais) en Union Européenne à ce jour ?
------------------------
Malta, one point.

Toni fils brillant

15/10/2019 à 17h21

Oui, je suis complètement d'accord avec ça, leo et milan.

Disons que, pour ma part, je défends une réponse pragmatique au constat de la domination de la langue anglaise au niveau européen.

Et paradoxalement, je vois le Brexit comme une opportunité d'acter le globish, comme langue commune, à enrichir de nos propres références et visions du monde.

Je le dis pour avoir beaucoup travaillé dans des réseaux culturels européens, dont les français étaient absents (ou incompris/mal vus car incapables de bien s'exprimer en anglais), des réseaux qui étaient, en effet, souvent dominés par des anglo-saxons ou des scandinaves.

Utaka Souley

15/10/2019 à 17h31

Quelques expériences multinationales (mon enfance, 6 mois à bosser dans un projet scientifique européen, et 10 ans dans une multinationale) m'ont amené à la conclusion, toute personnelle certes, que les Français n'étaient pas, et d'assez loin, les moins disants universels en matière linguistique.

Ma génération, en particulier, m'a fourni des cas d'espèces de beaucoup de nationalités un peu sinistrés en matière de langues étrangères.

Quant-à l'Anglais (le globbish, si vous voulez) comme viatique ultime, un petit tour dans l'Espagne un peu reculée, ou dans pas mal de quartiers de Kuala Lumpur, ou dans un aéroport excentré de Corée du Sud, voire dans une rue de Rotterdam pourrait achever de déconstruire le mythe.

Les seuls qui maîtrisent vraiment l'Anglais comme langue étrangère, ce sont les Américains.

 

Toni fils brillant

15/10/2019 à 17h34

Il faudrait que je retrouve ces chiffres, mais selon une étude de 2014, de mémoire, 38% des européens déclaraient pouvoir tenir une conversation en anglais.