Boutique

boutique

Classement en relief

classement en relief

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)

Surprises sur prise

"Fin de saison électrique au PSG." (lemonde.fr)

Pablo prix cassé ?

"Bordeaux : l’avenir de Pablo en suspens." (footmercato.net)

Syntaxe à Rohr

"Dimitri Payet : 'Bien sûr qu'on a encore plus qu'avant pas le droit à l'erreur'." (lequipe.fr)

Kermit l'aigre nouille

"L'ancien Rennais Kermit Erasmus frappe violemment un adversaire en plein match." (lequipe.fr)

Benny Hill, le gif

"Rudi Garcia : 'On court encore plus derrière les autres'." (lequipe.fr)

Le forum

La L1, saison 2019/2020

aujourd'hui à 17h36 - cocobeloeil : Nan, mais "réaliser des affaires", JL 13 parlait juste de l'OM, hein...On sait bien qu'ailleurs,... >>


Qui veut gagner des quignons ?

aujourd'hui à 17h36 - narcoleps : le buteur, ce devait être Platon ou Archimède (j'ai le souvenir que celui-ci s'écrie "Eurêka"... >>


Les CdF : cahiers de doléances

aujourd'hui à 17h15 - Redalert : https://youtu.be/0YAAi-L4c4I >>


Parties de campagne, bières, et football...

aujourd'hui à 17h14 - balashov22 : Si ça se fait, je suis partant aussi, mais ça me semble mal engagé, même quand on aura à... >>


Les stats, levant pire

aujourd'hui à 15h43 - Dédie mon Stück : Il y a une catégorie "playmaker" que j'ai mise dans les milieux, ça doit brouiller un peu... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 15h35 - Manx Martin : Tu parles de Daniel Cordier ? Effectivement, parcours exceptionnel. Dans 'Alias Caracalla', il... >>


Observatoire du journalisme sportif

aujourd'hui à 15h28 - Manx Martin : ... >>


Etoiles et toiles

aujourd'hui à 14h01 - Jah fête et aime dorer Anne : Le genre de gueule que tu n'oublies pas mais dont tu ne te rappelles pas le nom (rentre ici, Paul... >>


L'empire d'essence

aujourd'hui à 13h59 - Sidney le grand Govou : Ça me fait de la peine pour Claire Williams cette histoire. >>


Aimons la Science

aujourd'hui à 13h45 - JL13 : Oh ! J’ai été prudent et annoncé mon second degré......quoique, pour le premier pekin venu,... >>


Habitus baballe

aujourd'hui à 13h13 - Jah fête et aime dorer Anne : On peut aussi noter qu'il esquive complètement la question des contrôles au faciès pourtant... >>


Premier League et foot anglais

aujourd'hui à 12h58 - Bale de jour : C'est City - Arsenal, à l'Etihad - ce qui a son importance, car pour une reprise, on ne sera pas... >>


Le fil éclectique

aujourd'hui à 12h07 - Dédie mon Stück : C'est l'inconvénient quand on débarque dans un truc bien établi, rien n'est intuitif. Bon en... >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 12h03 - Mallardeaufraiche : Nan, ils écoutaient religieusement l'interview de Longuépée, garantie 100% impertinence (je... >>


Bréviaire

aujourd'hui à 10h39 - MarcoVanPasteque : raviosigne gastrologique"Sagnol : "J'attends quelque chose qui me prenne aux tripes"" (lequipe.fr) >>


CDF sound system

28/05/2020 à 23h35 - Milan de solitude : C'est gentil Le génie. Je me pressentais d'avance perdant sur cette manche, mais ce morceau indien... >>


Café : "Au petit Marseillais"

28/05/2020 à 19h03 - Josip R.O.G. : d'arriver >>


Le Ballon d'Or (ne pas le réveiller)

28/05/2020 à 13h16 - KL : Ah oui je me souviens de cette prolongation spécialement pour prendre en compte les barrages...... >>


Libertadores / foot sud-américain

De l'exotisme, du soleil, des tacles rageurs, des techniciens surdoués, des supporters fous: tout le foot sud-américain!

Etienne Mattler

27/03/2020 à 08h09

En parlant d'évangélistes, l'usurpatrice bolivienne se débrouille comment avec le virus ?

Tonton Danijel

27/03/2020 à 15h58

Pour l'instant, ce qui limite les dégâts au Brésil (comme aux USA) c'est qu'il s'agit d'états fédéraux, et que des états ont appliqué les mesures de confinement sans rien attendre du débile qui préside le pays... Vu sur Courrier International qu'un éditorialiste (certes de gauche) prédisait déjà la fin de Bolsonaro qui aura du mal à se remettre de sa légèreté...

cachaco

27/03/2020 à 16h56

La situation sanitaire au Brésil ne peut pas être déconnectée de son contexte politique. Bolsonaro est en guerre ouverte depuis des mois avec la presse, la justice, le parlement, son ancien parti (PSL) et ses anciens alliés de circonstance devenus des rivaux ambitieux (parmi lesquels les gouverneurs des Etats de São Paulo (Doria) et de Rio de Janeiro (Witzel)). Grisé par son surnom de « Trump tropical », Bolsonaro et son clan ont pour unique tactique d’emboiter le pas à son exemple nord-américain, jusqu’à en devenir une imitation grotesque.

D’abord dans une posture négationniste trumpienne face à la pandémie, Bolsonaro s’est fait critiquer de toute part pour son inaction, depuis la gauche jusqu’à ses soutiens. Le pays étant fédéral, ce sont uniquement certains gouverneurs qui ont pris leurs responsabilités dès le début de la contagion communautaire en décrétant progressivement la quarantaine puis le confinement dans leurs Etats (en particulier São Paulo et Rio de Janeiro, portes d’entrée du virus au Brésil).

A São Paulo par exemple, un fonds spécial d’urgence a été alloué à la Santé, des hôpitaux de campagne montés dans les stades et des milliers de nouveaux lits ouverts dans les postes de santé. Une campagne de vaccination contre la grippe saisonnière a également été lancée pour anticiper l’arrivée de l’automne et limiter autant que possible les afflux dans les centres hospitaliers.

Forcé de prendre le train en marche, Bolsonaro s’est vu contraint de rappeler les médecins cubains (Lula et Cuba avaient signé un accord de coopération pour envoyer des soignants dans les déserts médicaux) qu’il avait expulsés à son arrivée au pouvoir, et a émis en début de semaine son décret-loi pour protéger les entreprises touchées par le confinement : la fameuse possibilité de suspendre pendant quatre mois les contrats de travail et le versement des salaires. Décret retiré le jour même après l’indignation général qu’il avait suscité.

Et le lendemain même, allocution officielle absolument surréaliste dont je vais tenter de résumer les points :
1)La pandémie a été anticipée depuis longtemps par le gouvernement, ce que vous pensiez être de la passivité et de l’inaction était en fait un moyen de ne pas générer de panique ; 2) le danger réel de l’épidémie est exagéré par les médias et les gouverneurs qui utilisent ce prétexte pour l’atteindre politiquement ; 3) ce virus n’est qu’une « gripette » et le président Trump a assuré que la chloroquine permettait de le traiter efficacement ; 4) de toute façon ne sont réellement menacées que les personnes âgées, donc il est inutile de fermer les écoles et les entreprises ; 5) il suffit donc de protéger soi-même ses parents âgés et reprendre une vie normal 6) Appel solennel aux gouverneurs à abandonner toutes les restrictions adoptées pour éviter la propagation du virus.

Peu dire que cette allocution, dans la droite ligne des déclarations de certains politiques américains (« mieux vaut sacrifier nos vieux que l’économie ») a eu un succès total, que beaucoup ont vu comme un suicide politique.

Son propre vice-président, le général Mourão, s’est démarqué du contenu du discours. Les gouverneurs des 27 Etats se sont eux entretenus par visio-conférence et ont publié une lettre ouverte enjoignant le Président à faire preuve de responsabilité et à les accompagner dans la lutte contre la pandémie. Plusieurs ont annoncé qu’ils privilégieraient la vie de leurs administrés aux injonctions du président de la République. Certains gouverneurs du Nordeste ont même contacté directement la Chine pour demander une aide technique et matérielle, court-circuitant le gouvernement fédéral.
Le Parlement, à l’initiative de la gauche, a lui fait voter hier une loi pour assurer un revenu d’urgence aux chômeurs, travailleurs informels, travailleurs indépendants et micro-entrepreneurs.

On se retrouve donc avec des responsables politiques d’échelons inférieurs préférant prendre leurs responsabilités, au risque d’entrer en opposition ouverte avec un gouvernement fédéral qui ferait finalement bien moins de tort au pays en restant inactif et silencieux.

Pour couronner le tout, Bolsonaro a continué ses déclarations irresponsables en affirmant que la chloroquine était un traitement-miracle sans danger ni effets secondaires, et que le Brésil ne serait jamais dans la situation catastrophique actuelle des Etats-Unis car « le Brésilien est de nature bien plus robuste ». Sans compter son opposition acharnée à toute fermeture temporaire des lieux de culte, sous la pression du lobby évangéliste qui compte parmi ses derniers soutiens, alors que toutes les études pointent vers ces églises comme vecteurs principaux de contamination.

Pendant ce temps, les services de santé de São Paulo ont déjà annoncé une fréquentation pour problèmes respiratoires dix fois supérieure à l’an dernier à la même époque, et craignent l’arrivée du mois de mai (hiver local), pic habituel des syndromes grippaux, qui risque de totalement saturer les centres hospitaliers si l’épidémie de COVID-19 n’est pas jugulée d’ici là.

Koller et Thil

27/03/2020 à 17h01

Merci pour le compte-rendu, c'est absolument fascinant.

cachaco

27/03/2020 à 20h25

Etienne Mattler
aujourd'hui à 08h09

En parlant d'évangélistes, l'usurpatrice bolivienne se débrouille comment avec le virus ?
----

Elle n'y va pas de main morte. Report des élections présidentielles prévues en mai, fermeture totale des frontières, patrouilles policières et militaires dans les rues pour faire respecter le confinement (autorisation de sortir de chez soi qu'une fois par semaine, par roulement fixé administrativement).

D'aucuns diraient que la pandémie tombe à pic, mais ce seraient des mauvaises langues.

Mevatlav Ekraspeck

27/03/2020 à 20h37

Merci Cachaco, c'est édifiant.

Y a moyen que l'autre ahuri ne survive pas à ça, politiquement parlant j'entends?

cachaco

27/03/2020 à 21h07

Pour le moment, ses soutiens ne se limitent plus qu'aux fachos et aux évangélistes hardcore.

Dès que la crise leur explosera concrètement en pleine figure, avec des personnes refusées à l'hosto ou décédant dans les couloirs, les familles ne pouvant ensuite même pas pouvoir faire un enterrement décent, même ses soutiens finiront par se souvenir de la "gripette" et du sacrifice assumé d'une partie de la population pour le bien de l'Economie.

Quand bien même l'épidémie soit par miracle moins grave que prévue, le simple fait d'avoir eu toutes les institutions ignorer ostensiblement le président de la République et le court-circuiter autant que possible affaiblirait encore plus sa position, déjà très fragilisée.

Sa tentative désespérée de cliver de nouveau la population pour reprendre la main ("les gauchistes paresseux qui veulent rester à la maison sous le moindre prétexte" contre "les gens bien et courageux qui veulent continuer à faire tourner le pays") ne tiendra pas longtemps.

Bolsonaro était déjà agonisant avant la pandémie, isolé politiquement et asphyxié par la crise économique, et au lieu de profiter de la crise sanitaire pour se poser en figure rassembleuse, sa propre incompétence a terminé de l'achever.

A court terme, la situation est mure pour l'impeachment, mais le vice-président qui irait prendre sa place (Mourão, un général d'extrême-droite loin d'être stupide, lui) tend à effrayer un peu tout le monde.

A moyen-long terme, c'est João Doria, le gouverneur de São Paulo, qui sortirait le grand gagnant de cette crise. Bien que lui-même de droite dure et cordialement haï par la gauche, il gagnerait ses galons de "moindre mal" après la catastrophe bolsonariste et aurait une autoroute vers la présidence en 2022.

cachaco

28/03/2020 à 00h34

Nouvelle claque reçue ce soir de la part des institutions: la justice fédérale casse le décret de Bolsonaro définissant les activités religieuses comme "essentielles" et devant rester ouvertes.

Le juge suit les recommandations émises par l'OMS et indique que "les églises et lieux de culte favorisent les regroupements et la circulation des personnes", et doivent donc rester fermées pendant la période d'isolement social.

Finalement, on va finir par éliminer directement le poste de président de la République à force de voir qu'on peut très bien se passer de ses décisions.

Espinas

28/03/2020 à 04h35

Fascinant de voir la trajectoire du Brésil.
J'y suis allé en 2014 pour la copa do mondo sous Dilma Roussef. On a donc eu un gouvernement de gauche qui a dilapidé les fonds pour CdM 2014 et JO 2016 dans l'espoir (outre celui des entrepreneurs en BTP, des commissions et retro commissions) de développer l'image du pays pour gagner des recettes via le tourisme, et il y avait deja des aberrations dans les choix d'investissement.

Mais tu rajoutes Jair le facho même pas 4 ans après Rio 2016 et lá tu peux vraiment dire que l'argent ne produira pas le retour escompté.
Et que les choix de dirigeants sont très compliqués pour les auriverde.

Espinas

28/03/2020 à 04h41

Le secteur du tourisme va être durablement impacté, je ne connais pas l'actionnariat des compagnies aériennes sud américaines mais ça va être compliqué et va attirer des voyageurs étrangers fortunés avec un gouvernement qui ne prend pas les mesures de base de protection.

 

Gilles et jeune

28/03/2020 à 05h38

Je suis tombé sur ce site "Autres Brésils" pour avoir des news sur le Brésil en période corona, en complément des apports de cachaco :
https://miniurl.be/r-2wtm