Classement en relief

classement en relief

Le forum

Paris est magique

aujourd'hui à 13h51 - Pier Feuil Scifo : L'amour Durixaujourd'hui à 13h44beltramaxiaujourd'hui à 13h48--- Deux choses que le PSG pouvait... >>


En Vert et contre tout

aujourd'hui à 13h46 - 12 mai 76 : Les nuits sont fraîches dans les deux et on y boit comme des chameaux sinon aucun rapport. >>


Ventre mou's League

aujourd'hui à 13h44 - Alain Delon? Non Alain Deroin. : Mais nous ne sommes pas à l'abri d'une surprise… >>


Le fil dont vous êtes le héros

aujourd'hui à 13h42 - Pascal Amateur : Merci petit prince ! Il est vrai que j'ai de la joie à simplement voir que ce type de jeux... >>


La Ligue des champions

aujourd'hui à 13h24 - Pascal Amateur : OK, un je sais pas et un réponse D. Je vais finir devant NRJ12 moi. >>


Bréviaire

aujourd'hui à 13h12 - vertigo : Ce bon poto Pavard"Pavard va encourager le PSG." (lequipe.fr) >>


Manette football club

aujourd'hui à 13h02 - Danishos Dynamitos : Je doute qu’ils soient détruits moi.Mais oui c’était bien le rôle des fileurs en tout cas. >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 12h50 - dugamaniac : Petit joueur par joueur partiel:Costil: fait la gueule. Parce qu'il a perdu son brassardKoscielny:... >>


Le fil prono

aujourd'hui à 12h42 - L'amour Durix : [Annonce de service MPG]Jean H, il te reste quelques minutes pour te manifester sur la multiligue... >>


Et PAF, dans la lucarne !

aujourd'hui à 12h40 - OhVertige : Les commentaires dithyrambiques sur The Shield,font que l'attente est grande. Et le début est... >>


Arash Derambarsh, avocat de Pierre Ménès : "Dans le foot amateur, beaucoup parlent de façon relâchée, sans la compréhension de l’impact et du sens de ces mots. Négro, pédé, gros porc, vous l’entendez souvent… Sans volonté de blesser ou d’être insultant. C’est un gentleman agreement." (Mediapart, 25/03) 


Mourad Boudjellal : "J’ai l’intime conviction que si vous mettez Ronaldo en N2, il va faire trente minutes et le reste à l’hôpital." (RMC Sport, 17/03) 


Noël Le Graët : "Aucun match perdu, dons elles [les Bleues] peuvent se tirer les cheveux, ça m'est égal." (BFMTV, 03/03)


Rudi Garcia : "On est le parent pauvre du VAR. Il ne peut être que masculin. Si c'était une femme, il serait plus objectif, plus doux." (28/02) 


Antoine Kombouaré : "Je n'ai jamais rêvé d'entraîner Nantes. Quand on a des rêves, ils peuvent ne pas se réaliser, donc il faut mieux pas en avoir. Mais je suis content d'être là." (11/02) 


Geoffroy Garétier : "Est-ce qu’il faut que ça soit des arbitres qui soient aux commandes de la VAR? (…) Pourquoi pas des journalistes?" (Canal+, 08/02) 


Geoffroy Garétier : "Ça s’inscrit dans une logique d’ensauvagement sociétal. Ça fait deux-trois ans qu’il y a la litanie, chaque samedi, dans toute la France, de violences dans des manifestations, de violences très importantes : les gilets jaunes, la réforme des retraites, la défense de l’hôpital public. C’est comme ça maintenant : les minorités agissantes imposent un discours de violence quel que soit le sujet." (Canal+, 02/02)


Mélisande Gomez : "Quand on est un supporter, on supporte. On supporte, et c'est tout." (édito de L'Équipe, 31/01) 


Andrea Agnelli : “J’ai cinq enfants d’âges différents et je regarde leur comportement. Ils n’ont pas la patience de rester quatre-vingt-dix minutes à regarder un match, on doit s’adapter aux habitudes des futurs supporters.” (@vpauluzzi, 28/01)


Michel Moulin, candidat à la FFF : "Didier Deschamps, c'est un salarié de la FFF. Si au-dessus de lui, on lui dit de faire jouer Benzema, il doit le faire jouer." (Le Figaro, 08/01) 


Raymond Domenech : "J’aurais aimé prendre Maradona, mais il est mort. C’est comme ça." (09/01) 


Anthony Lopes : "Quand les adversaires rentrent dans les seize mètres de Lopes, il faut qu'ils assument ce qui se passe, parce que moi j'assume ce qui se passe." (OL Plus, 19/12) 


Rudi Garcia : "Y a plein de choses qui sont bafouées, mais on n'est pas là pour parler politique. On voit combien l'ordre aussi est secoué. C'est un peu le monde à l'envers. C'est les policiers qui sont dans la mire des médias, et pas les casseurs." (conférence, 15/12) 


Rudi Garcia : "Ce ne sont plus les réseaux sociaux, mais les réseaux des cas sociaux." (lequipe.fr, 15/12) 


Hervé Mathoux : "Il me semble que les Cahiers du football, au lieu de donner des leçons de morale et de stigmatiser les confrères qui ne pensent pas comme vous. Vous feriez mieux de traiter ce sujet des différentes cultures de supporters qui est passionnant. Vous préférez donner des bons points." (Twitter, 07/12) 


Mino Raiola : "Je travaille actuellement pour supprimer la FIFA." (07/12) 


Sinisa Mihajlovic : “Si je vais changer de schéma de jeu demain contre l’Inter ? Non, c’était une feinte hier pour voir qui parlait aux journalistes. Si je trouve le joueur, je le colle au mur et il ne jouera plus au foot […] Quand je vais le trouver, ça va être son putain de problème. S’il fait ça pour avoir une meilleure note…” (04/12) 


Régis Debray : "Si le 14 juillet 1789, le ballon rond ou ovale avait existé, on n'aurait jamais pris la Bastille." (France Inter, 27/11) 


Adrien Hunou : "À Krasnodar, il faudra qu'on soit des morts-vivants." (Téléfoot, 27/11) 


El-Hadji Diouf : "C’est le prophète du football qui est parti. Il m’estimait beaucoup. Quand il m’a vu jouer, je ne sais pas comment il a eu mon numéro de téléphone mais, il m’a contacté pour me féliciter et m’encourager." (26/11) 


Laurent Nicollin, à propos des Lyonnaises critiques envers Corinne Diacre: “Qu’elles aillent torcher le cul des malades du Covid, après elles pourront parler!" (France Football, 24/11)

 


Claudio Lotito (président de la Lazio): "Qu'est ce que cela veut dire «positif»? Ça veut dire qu'on est contagieux? Et alors? Dans le vagin de toutes les femmes du monde il y a des bactéries, on ne dit pas pour autant qu'elles sont pathogènes." (La Reppublica, 07/11) 


André Villas-Boas : "Pour faire de la merde en Ligue des champions, il faut quand même être là. On est là et on fait de la merde.” (03/11)


Rudi Garcia : "Si on avait su que le championnat s'arrêterait, on l'aurait gagné évidemment. Mais comme on ne le savait pas..." (30/10)


Manuel Amoros (à propos de la corruption au sein de l'OM) : "Nous, on n'était pas au courant. De temps en temps, Bernard Tapie nous le disait, mais on n'était pas au courant." (RMC Sport, 16/10) 


Jordi Moix (vice-président du Barça) : "L'échange Pjanic-Arthur a été fait pour équilibrer la comptabilité, mais nous avions consulté le staff technique et il a donné son accord." (06/10)

 


Jean-Marc Furlan (à propos de la défaite de l'AJA face au TFC) : "Ça, ça vaut pour vous, la presse, les journalistes, l’environnement, ça ça vous fait kiffer, ça vous donne des érections, les supporters pareil, mais moi je m’en bats les couilles grave." (28/09) 


Jocelyn Angloma (à propos de Pascal Olmeta) : “Sur l’autoroute, il s’amusait à nous poursuivre dans une voiture improbable qu’il avait dû construire lui-même et il tirait en l’air. (…) Quand il ne venait pas avec un flingue, il venait avec des poignards. Des trucs immenses qu’il prenait pour aller à la chasse, chez lui, en Corse, et il nous les mettait dans le dos pour voir notre réaction.” (L'Équipe, 28/09)


Gianni Infantino : "Plus jamais nous n’aurons de corruption dans le football. Nous l’avons exclue et nous ne la laisserons pas revenir." (18/09) 


Noël Le Graët : "Quand un black marque un but, tout le stade est debout. Le phénomène raciste dans le sport, et dans le football en particulier, n’existe pas ou peu." (BFM Business, 15/09) 


Le sondage idiot

Jean-Michel Aulas a confié qu'on le surnommait Steve McQueen quand il était jeune. À quelles autres révélations de ce genre faut-il s'attendre?

Roland Romeyer : "On m’appelle Marlon Brandy".
Gervais Martel : "On m’appelle Mike Hammer".
Luis Suarez : "On m'appelle Russell Crocs".
Loris Karius : "On m'appelle Sean Conneries".
Cristiano Ronaldo : "On m'appelle Benicio Del Pectoraux".
Alou Diarra : "On m'appelle Christopher Walker".
Yoann Gourcuff : "On m'appelle Patrick de verre".
Nasser Al-Khelaifi : "On m’appelle Al Padchénou".
Olivier Létang : "Mediapart m’appelle Robert de Nigro".
René Girard : "On m'appelle le philosophe, jamais compris pourquoi".