auteur
Jérôme Latta

 

Chef d'espadrilles.


Du même auteur

Éloge des éliminatoires

Une Balle dans le pied – Les phases qualificatives ont le charme âpre d'un football qu'on aime encore. Tant pis pour les exigences de "spectacle" des consommateurs.


Mik Mortsllak

01/04/2021 à 12h32

Éloge des éliminatoires tout court ou éloge des éliminatoires des Bleus ?
Je le partage en grande partie (notamment la conclusion), même si quelques 7 ou 8-0 montrent l'intérêt de la Ligue des Nations et de ses divisions.
Pas sûr que le 7-0 néerlandais à Gibraltar avec 0 tir concédé soit très utile aux deux équipes.

Johnny Ringo

01/04/2021 à 13h02

Gageons qu'outre-Rhin par exemple il y a des lecteurs die Fussball Notizbücher qui aiment les éliminatoires de la Mannschaft comme on peut aimer celles des Bleus. D'un point de vue internationaliste, je penche pour éloge des éliminatoires tout court.

Pour pinailler sur l'article, c'est surtout l'éloge du suspense contre le spectacle, non ? On pourrait développer le même argumentaire pour les matchs rugueux de championnat, si ces matchs avaient un enjeu, et si le favori pouvait y perdre beaucoup.

Julow

01/04/2021 à 13h15

Très beau, ce texte.

Espinas

01/04/2021 à 14h21

Johnny Ringo
aujourd'hui à 13h02
Gageons qu'outre-Rhin par exemple il y a des lecteurs die Fussball Notizbücher qui aiment les éliminatoires de la Mannschaft comme on peut aimer celles des Bleus. D'un point de vue internationaliste, je penche pour éloge des éliminatoires tout court.

Pour pinailler sur l'article, c'est surtout l'éloge du suspense contre le spectacle, non ? On pourrait développer le même argumentaire pour les matchs rugueux de championnat, si ces matchs avaient un enjeu, et si le favori pouvait y perdre beaucoup.
-----
Pour le coup, nos voisins d'outre-Rhin ont l'habitude historique de se qualifier sans trembler en mettant des raclées aux petits pays.

Sens de la dérision

01/04/2021 à 14h43

Merci, juste merci.

Qui est-il? Re : que dalle

01/04/2021 à 15h54

Article des plus pertinents, presque autant que l'éloge des 0-0 de je ne sais plus quel intellectuel (P. Boniface ?). Et en plus ça donne des idées de prénom, par exemple à M et Mme Rael, de Troyes...

José-Mickaël

01/04/2021 à 20h52

Pourquoi opposer suspense et spectacle ? Pour moi, le suspense fait partie du spectacle, de même que les rebondissements, la tension, la qualité du jeu (tactique, technique), les occasions ratées, etc.

Dernièrement, l'équipe de France est chiante. Il n'y a donc pas de suspense, pas de rebondissement, une qualité collective médiocre, etc. Bref, pas de spectacle.

Après, est-ce qu'on doit s'en inquiéter ? Est-ce que c'est révélateur d'une vraie faiblesse collective, par exemple ? Je ne sais pas.

Mais je ne comprends pas pourquoi vous voulez réhabiliter le jeu chiant.

Tonton Danijel

01/04/2021 à 21h01

Mik Mortsllak
aujourd'hui à 12h32
Éloge des éliminatoires tout court ou éloge des éliminatoires des Bleus ?
- - - - - - - - - - - - - - - - - -

A décharge, il était très rare de voir des matchs éliminatoires hors équipe de France jusqu'à ces quatre dernières années...

Jamel Attal

01/04/2021 à 22h50

@José-Mickaël

---
"Dernièrement, l'équipe de France est chiante."
---
Je ne sais pas ce que recouvre le terme "chiante" dans ce verdict définitif, ne m'étant pas ennuyé dernièrement, et n'ayant pas eu l'intention de "réhabiliter le jeu chiant" (mais les éliminatoires).

Non plus ce que signifie "dernièrement", mais depuis deux ans et 22 matches :
- l'équipe de France a passé quatre buts à six adversaires différents (dont la Croatie et la Suède), à quoi s'ajoute le 7-1 face à l'Ukraine ;
- n'a connu qu'un seul 0-0 (face un Portugal au jeu totalement négatif malgré des individualités de très haut niveau).
Le score ne fait pas le spectacle, mais je doute que ceux qui pensent par principe que l'édF est "chiante" aient ces éléments en tête.

"Dernièrement" (il y a cinq matches), l'équipe de France a battu le Portugal avec une très belle prestation, contre – probablement – la meilleure équipe rencontrée durant cette période. Avec le souvenir de la période 1996-1998, à mon avis, c'est le genre de rencontres (comportant un enjeu au moins symbolique) auxquelles il faut accorder une portée.

---
"l'équipe de France est chiante. Il n'y a donc pas de suspense"
---
Je ne vois pas le lien de cause à effet. Sachant qu'il fallait gagner ces trois matches éliminatoires, ils comportaient nécessairement du suspens (d'autant qu'on a eu un nul et deux victoires étroites). Or tu ajoutes "Bref, pas de spectacle", alors que le suspens est un élément du spectacle…

---
"une qualité collective médiocre"
---
Là encore, ça me semble relever d'un postulat si puissant qu'il est capable de résister à la vision des matches. Les approches tactiques extrêmement négatives des adversaires (qui cherchent les "coups" et les jouent parfois bien) posent des problèmes à n'importe quelle (bonne) équipe dont l'expression a d'autant moins de chance d'être accomplie – sauf quand le match se débloque vite et qu'en face ça se décompose.

Malgré cela, j'ai régulièrement vu l'équipe de France développer un jeu intéressant, maîtriser son sujet et marquer sur de très jolies phases. Pas constamment bien sûr, mais suffisamment pour qu'on ne conclue pas à une "qualité collective médiocre". Ce n'est plus seulement noircir le tableau, c'est en découper des parties entières.

J'ai essayé de rappeler que l'exercice même des éliminatoires, en plus des conditions d'exercice actuelles des sélections, ne favorisent pas le "spectacle". Mais aussi que l'exigence de spectacle a partie liée avec le football qu'on nous vend aujourd'hui (et de moins en moins à voir avec le sport et la compétition).

En parallèle, il y a ce que je considère comme une détestation de l'équipe de France pathologique et manquant terriblement de discernement, au sein d'une frange pourtant "éclairée" des amateurs de foot qui, visiblement, semblent plus régler des comptes qu'analyser avec un tant soit peu de recul.

Non pas qu'on ne pourrait pas porter de critiques fondées sur le jeu des Bleus. Mais si on effectue vraiment ce *travail* critique, c'est-à-dire si on veut bien dépasser le dénigrement de principe et l'épanchement d'une rancune troublante, prendre en compte ce que sont devenus le football de sélection et le travail des sélectionneurs, s'appuyer sur des éléments observables, jamais on arrive à des condamnations aussi délirantes. Je trouve que ces dernières en disent beaucoup plus sur leurs auteurs et sur l'état actuel du football que sur l'équipe de France.

Jankulowski Desailly Galasek

02/04/2021 à 00h16

J'aime bien.

 

José-Mickaël

02/04/2021 à 01h36

Je parlais des trois derniers matchs : ceux des éliminatoires, puisque c'était le sujet.

Je me suis ennuyé (contrairement à certaines rencontres de la Ligue des nations), et même si les scores étaient serrés, je ne trouve pas qu'il y avait vraiment du suspense, pas dans le sens où j'aurais tremblé pour les Bleus. Chacun son impression...

> Mais aussi que l'exigence de spectacle a partie liée avec le football qu'on nous vend aujourd'hui (et de moins en moins à voir avec le sport et la compétition).

Ça dépend ce qu'on appelle le spectacle. Le suspense, les rebondissements, la beauté du jeu, les buts, sont tout autant des éléments du sport. Le foot, ce n'est pas que les trois points ! (J'aime bien cette phrase. C'est la seule à retenir de ton mon texte.)

Personnellement je n'exige pas de spectacle. Je sais que c'est difficile avec des joueurs qui se voient rarement et je suis habitué. Je trouve juste que les premiers matchs éliminatoires de la France ne sont pas vraiment de bons exemples pour défendre les éliminatoires (il y a eu de bons exemple dans le passé). Sinon je trouve que ça a un côté "on réhabilite le jeu chiant". Voilà quelle était ma pensée.