auteur
Gilles Juan

 

Footballeur du dimanche et philosophe de comptoir. @Gilles_Juan


Du même auteur

Peut-on enculer l’Europe sans être homophobe?

En PLS pour avoir cité PNL, les communicants de Winamax peinent à défendre leur dernier tweet provocant. Et pour cause. 


Classico

19/08/2020 à 13h18

La seule et unique chose qui fait fonctionner "enculer" comme métaphore de la victoire écrasante, c'est le viriarcat, tel qu'il a interprété les rapport pénétrant/pénétré.
———
D’une part, ce raisonnement est fortement contestable. Il n’est pas nécessaire qu’un « -isme » « interprète » pour percevoir dans la sodomie une forme mécanique de domination. Ça fait souvent mal d’un côté, jamais de l’autre. Les homos se répartissent eux-mêmes, à l’égard de cette pratique, entre « passifs » et « actifs ».

D’autre part, ce raisonnement fonctionne avec les autres exemples donnés par lemon.

« La seule et unique chose qui fait fonctionner "bâtard" comme métaphore de la brutalité sans nuances, c'est le primat discriminant du mariage dans la définition de la famille, tel qu'il a interprété la naissance hors mariage. »

« La seule et unique chose qui fait fonctionner "mort de faim" comme métaphore de l’effort bestial, c'est la société bourgeoise, tel qu'elle a interprété les rapports possédant / prolétaire. »

« La seule et unique chose qui fait fonctionner "missile" comme métaphore de la frappe magnifique et victorieuse, c'est le nationalisme, tel qu'il a interprété le recours à la guerre. »

Enfin, ce qui a fait de la surexploitation du virilisme son fond de commerce, c’est le rap, dont Winamax ne fait ici qu’une pâle (et désagréable) imitation.

Tonton Danijel

19/08/2020 à 13h25

En fait, dernier point sur Angèle, j'ai relu les paroles de la fameuse chanson, et il est très clair qu'elle ne fait que de reprendre les codes du rap pour s'en moquer, ce qu'elle annonce dès le premier couplet. Inclus la vulgarité qu'elle n'assume pas en ne prononçant pas le mot sacrilège ou en assimilant "chatte" à l'animal.

Je précise que je ne suis fan ni de cette chanson, ni d'Angèle, mais mettre Angèle au même niveau que les rappeurs qu'elle parodie, c'est comme si on mettait Desproges au même niveau que les antisémites.

damirez

19/08/2020 à 14h06

Classico
[...] le rap, dont Winamax ne fait ici qu’une pâle (et désagréable) imitation.
----------
Wow mais quelle mise en abyme! Le rap n'est il pas déjà qu'une pâle et désagréable imitation de courant musical?

(ok, on s'enfonce trop loin dans le troll là.)

lemon

19/08/2020 à 17h44

Gilles, aucune colère dans mon post, simplement un style un peu provoc qui se voulait humoristique.

Je vais principalement réagir aux deux paragraphes suivants :
"Je m'explique mal le fait que tu considères toutes les métaphores que tu listes comme équivalentes : tu fais comme si les métaphores n'étaient rien d'autre que des manière de dire, et puis voilà ; continuons de parler de "travail d'Arabe", alors, de "pédale" pour désigner les homos. Car ce sont des mots, de l'humour, chacun fait ensuite la part des choses... Obama avait-il eu tort ou raison de s'excuser après avoir déclaré publiquement, pour parler de son piètre niveau au bowling, qu'il "jouait comme un handicapé"?

Je pense, pour ma part, qu'il faut s'interroger sur les métaphores, comme sur les étymologies, les proverbes, surtout quand ça n'a l'air de rien, surtout quand c'est la manière spontanée de dire, surtout quand l'emploi est innocent, surtout dans certains contextes."

Interroger les expressions et faire de l'étymologie c'est très bien, ça éclaire sur plein de choses mais le langage étant ce qu'il est, il faut aussi et surtout regarder le sens des mots et leur utilisation actuelle. Quand l'insulte "con" est utilisé, plus personne ne fait référence au vagin, et tu peux librement remplacer tête de con par tête de gland par soucis d'égalité entre les sexes si tu veux.

Tu pourras défendre étymologie à l'appui que con est une insulte sexiste qui fait perdurer l'image négative du sexe féminin dans l'inconscient collectif mais il faudra alors expliquer pourquoi aujourd'hui "con comme une bite" existe alors que "con comme une chatte" non. Pourquoi un sale con est une personne mauvaise alors qu'un petit con est un insolent. En réalité le mot con a rompu tout lien avec le vagin et vit sa meilleure vie depuis.

Pour tes exemples de pédale ou de travail d'Arabe, leur soucis c'est justement que leur signification n'a pas varié et qu'une tarlouze est toujours une tarlouze. Y a pas de figuratif. Donc si on doit s'interroger sur l'utilisation de "enculé" ou de "je t'encule", c'est sur leur sens actuel que c'est pertinent, pas leur histoire. Le mot enculé peut aujourd'hui aussi bien être utilisé de manière admirative par exemple. Si je dis "Pavard décoche une frappe d'enculé", tout le monde comprend qu'il a décoché un missile. Si je dis "Pavard décoche une frappe de tarlouze", là, les gens vont comprendre qu'il a frappé mollement au but.

Est-ce que d'un côté ça fait circuler dans l’inconscient collectif qu'être un enculé c'est cool et valorisant ? Nope.

Est-ce que de l'autre ça fait circuler l'idée qu'un homosexuel est faible ? Oui.

Je reviens au point central de mon premier message : on peut faire la part des choses.

Qu'on trouve fâcheux de traiter un arbitre d'enculé me parait plus à voir avec le fait d'insulter un arbitre que l'intitulé de l'insulte. Si les tribunes se mettaient à scander "Arbitre Salopard", je n'y verrais pas un grand progrès, fut-il antisexiste.

Quant au viriarcat dans le monde du foot, pardon mais là le langage est quand même la cinquième roue du carrosse. Gagner, dominer, être le meilleur, battre l'adversaire, c'est le propre des compétitions sportives de haut niveau, peu importe le langage fleuri autour. Arrêter de poser ses couilles sur le terrain mais continuer à y laisser ses tripes me parait assez indolore pour la sainte virilité.

Si vraiment on veut s'attaquer au viriarcat dans le sport et la société, ce n'est pas en ayant des mots plus mignons ou respectueux, c'est en supprimant le concept de compétition, de classement, de victoire, de trophées, de records, etc.

Je serais assez d'accord pour tenter l'expérience (quoiqu'il suffirait d'interroger un supporter messin), mais en tant que supporter parisien, je vous saurais gré d'attendre lundi prochain.

leo

19/08/2020 à 18h15

lemon
aujourd'hui à 17h44

Si vraiment on veut s'attaquer au viriarcat dans le sport et la société, ce n'est pas en ayant des mots plus mignons ou respectueux, c'est en supprimant le concept de compétition, de classement, de victoire, de trophées, de records, etc.
---

Plutôt en cessant de voir ça comme des valeurs masculines, non ?

lemon

19/08/2020 à 18h24

@leo

Tout dépend si on pense que ces valeurs sont saines et vertueuses pour la société et dans ce cas tu as raison.

Si on pense que le problème de nos sociétés inégalitaires vient de ces valeurs dites masculines, alors ce sont à ces valeurs auxquelles il faut s'attaquer.

leo

19/08/2020 à 18h47

lemon
aujourd'hui à 18h24
---

D'accord sur les deux points.

Gilles Juan

22/08/2020 à 07h46

lemon
18/08/2020 à 18h25
____________

Je pense que tu as écrit sous le coup de la colère, je ne m'explique pas autrement ton refus de réfléchir aux sens des métaphores, de se questionner sur ce qui les fait fonctionner, d'y accorder de l'importance notamment quand on parle d'une communication publique, commerciale, voulant flatter une cible.

Je m'explique mal le fait que tu considères toutes toutes les métaphores que tu listes comme équivalentes : tu fais comme si les métaphores n'étaient rien d'autre que des manière de dire, et puis voilà ; continuons de parler de "travail d'Arabe", alors, de "pédale" pour désigner les homos. Car ce sont des mots, de l'humour, chacun fait ensuite la part des choses... Obama avait-il eu tort ou raison de s'excuser après avoir déclaré publiquement, pour parler de son piètre niveau au bowling, qu'il "jouait comme un handicapé"?

Je pense, pour ma part, qu'il faut s'interroger sur les métaphores, comme sur les étymologies, les proverbes, surtout quand ça n'a l'air de rien, surtout quand c'est la manière spontanée de dire, surtout quand l'emploi est innocent, surtout dans certains contextes.

Concernant le sujet précis de l'article, j'ai presque envie de me contenter de cette question: pourquoi dit-on "enculer l'Europe" et pas "sucer l'Europe", quand on veut partir à sa conquête?

La seule et unique chose qui fait fonctionner "enculer" comme métaphore de la victoire écrasante, c'est le viriarcat, tel qu'il a interprété les rapport pénétrant/pénétré. Est-ce qu'on a envie de s'inscrire dans cette tradition, dès lors qu'elle est maintenant décrite et que sa violence est documentée, dès lors qu'elle continue (et c'est ça le problème) à avoir des effets directement néfastes, que les catégories classées dans les pénétrées continues d'être discriminées pour cette seule raison, notamment dans le contexte concerné? Est-ce qu'on a envie d'employer, sans faire gaffe, un symptôme de cette tradition, en communiquant publiquement dans un milieu sexiste et homophobe? Ou bien est-ce que ce n'est "pas grave", que plus personne ne pense à mal s'il écrit publiquement "on va les enculer, le Bayern"?

Chacun fait comme il veut, et sincèrement, je regrette les appels à la censure du tweet, qui donnent bonne conscience aux indignés (et je te remercie de ta définition du mot, qui permettra à chacun de constater que je ne le suis pas, sauf à assimiler "critiquer" et "s'indigner", ce qui me parait aussi superficiel que d'assimiler "tentative de pédagogie" et "éducation bourgeoise"), indignés qui, eux, se dispensent d'argumenter, évidemment. Les censures sont toujours paternalistes et contre productives, en plus.

Gilles Juan

22/08/2020 à 08h32

Hello,

Je pense que ce n'est pas la même chose de parler des insultes et des métaphores, comme je pense que ce n'est pas la même chose de parler des mots qui nous sortent spontanément, et d'un slogan de com', comme je pense que ce n'est pas pareil d'employer des expressions, ou blagues, ou références, en situation (pour le dire schématiquement) de dominant ou en situation de dominé (par exemple, pour changer de contexte, si des artistes qui se sentent exclus du monde de l'art se réclament ironiquement d'un "art dégénéré", ce n'est pas la même chose que si le Ministère de la culture les compare à de l'art dégénéré pour justifier le refus d'une subvention).

OK pour l'esprit de compétition nécessairement associé au sport, mais je ne suis pas d'accord avec "peu importe le langage fleuri autour" ; je constate que comme par hasard, dans les milieux virilistes, on continue d'affectionner des métaphores virilistes, voilà tout.
De même, je pourrais écrire un article sur le ahou des Lyonnais - ce serait davantage sur le ton d'un troll, mais quand même - pour me questionner sur la valeur que le film 300 a pu prendre aux yeux des supporters, comme par hasard de Lyon...

Et en effet, je préférerais qu'un journaliste (ton exemple est très bon) choisisse "laisser ses tripes" que "poser ses couilles".

Sans doute le viriarcat et la compétition ont-ils des liens, je pense pourtant qu'on peut garder la compétition et choisir ses métaphores. Ce ne sont peut-être pas des grands progrès pour la cause féministe, mais ma foi, on est responsable de ce qu'on publie, on a le choix entre plein d'expressions, et à partir du moment où on comprend la raison d'être d'une métaphore, eh bien on peut en choisir d'autres (par exemple, est-ce qu'on dira, si on est commentateur de match, qu'un joueur qui n'ose pas tirer un penalty qu'il est "une vraie gonzesse" ? Ou, changement de contexte mais même statut de "détail qui ne change pas grand chose", est-ce qu'on veut traduire clickbait par pute-à-clic ou incitaclic ?)

C'est exactement parce que je pense comme toi que chacun fait la part des choses que je suis contre la censure ; on doit avoir le droit de penser autrement, de penser, par exemple, que c'est justement en employant "enculer" pour dire "défoncer" pour dire "écraser" qu'on finira par dire enculer comme on dt "con", c'est-à-dire sans penser du tout au référent initial (même si je n'y crois pas, car "con" n'est plus utilisé autrement que comme insulte), ou même on doit pouvoir s'en foutre, et arrêter de penser que les idées infusent à ce point dans le langage et sont relayées par lui, penser que les mots restent des mots, et qu'employer enculer l'arbitre n'est en rien un symptôme de virilisme réel.
Mais je n'ai pas compris en quoi, si je m'interrogeais sur la pertinence d'une métaphore en milieu hostile aux sources de la métaphore, je m'indignais !

Eh merde, je m'indigne si on me dit que je m'indigne :/

lemon

22/08/2020 à 18h02

Hey,

Je sens bien que c'est ma référence à l'indignation qui te chagrine, alors je la retire bien volontiers.

Je ne conteste pas que "je t'encule" vient du virilisme et renvoie à la domination sexuelle. Ca veut dire littéralement "je te domine avec mon saint chibre". Ce que je conteste c'est toute l'analyse que tu fais autour, sur ses implications et sur ses éventuelles conséquences.

Quand tu écris : "Dire qu’on va enculer quelqu’un pour faire image, c’est relayer l’approche du viriarcat, sexiste et homophobe par voie de conséquence, en ceci qu’elle prête à la pénétration anale la faculté d’exprimer la victoire écrasante, faisant du sodomisé une victime par définition"

Si on doit rester dans l'analytique, la sodomie dont il est question ici, c'est le viol, pas la pénétration anale librement consentie. Ça fait écho à ta note de bas de page sur l'univers carcéral, où sodomiser ton co-détenu n'est pas un acte homosexuel mais un acte de domination (pirouette que seule une forte dissonance cognitive permet). On est dans le registre du viol comme arme de guerre. Et justement, le registre de la guerre dans le foot, il est ... partout ; dans le contre assassin, dans le but qui tue le match, dans la crucifixion du gardien, dans le siège de la surface de réparation, dans la perforation des défenses, ...

Du coup, là où je t'interroge moi, c'est pourquoi le registre guerrier ne semble pas poser spécifiquement de soucis, dans le sens où tout le monde ferait la part des choses ... sauf dans sa dimension sexuelle. Je vais faire un lien tordu mais on trouve ce même distinguo dans les jeux vidéos, où la possibilité de violer un adversaire serait un absolu scandale, mais où enchaîner les headshots, les exécutions discrètes et les égorgements est tout à fait encouragé. Et tous ceux qui ont tenté de faire un lien, un continuum, entre violences des JV et violences réelles se sont fait renvoyer à leurs chères études, alors que le continuum entre les violences sexuelles "virtuelles" (au sens d'imagées, langagières etc.) serait établi.

Quand tu t'interroges de façon rhétorique sur pourquoi on dit pas "sucer l'Europe", ça procède de la même logique. On n'a pas eu vent de grandes épopées militaires où les vainqueurs ont taillé une petite pipe aux survivants adverses pour bien asseoir leur domination (alors qu'en terme d'efficacité militaire, ça pourrait se discuter afin de convaincre qu'une reddition serait plus intéressant qu'une résistance). Mais ça n'a rien à voir avec la fellation librement consentie où - et tous ceux qui ont eu la joie de l'expérimenter le confirmeront - le dominant n'est pas celui qui ânonne dans un murmure suppliant "oh steplé t'arrêtes pas, steplé, steplé, steplé." Le dominant dans le cas présent c'est bien la personne qui tient tes bourses dans ses mimines et a ses dents à une distance millimétrée d'une vive douleur et dont le libre arbitre va décider de t'envoyer au nirvana ou te laisser comme un con.

Là où je veux en venir, c'est que ta réflexion - qui s'inscrit dans l'époque très centrée sur le langage et sur la sexualité et sur les rapports de domination et de pouvoir - pour moi ne questionne pas du tout ce que tu appelles le viriarcat. Elle questionne uniquement le champ lexical du sexuel et, in fine, cherche à fixer ce qui se dit / ne se dit pas (ce qui le rapproche d'une approche très bourgeoise), avec une croyance forte que la maîtrise de la forme (le langage) aura un impact sur le fond (les violences sexuelles, le sexisme, l'homophobie ...).

Bon, ça c'est une discussion pour le fil sociologie, parce que, vous l'aurez aisément compris, je n'adhère pas du tout à cette croyance dans le pouvoir du langage sur le réel.

 

Balthazar

25/08/2020 à 00h28

lemon
22/08/2020 à 18h02

Je vais faire un lien tordu mais on trouve ce même distinguo dans les jeux vidéos, où la possibilité de violer un adversaire serait un absolu scandale, mais où enchaîner les headshots, les exécutions discrètes et les égorgements est tout à fait encouragé.
---
Ton lien est peut-être tordu, mais ton observation est très troublante.

Le forum

Bréviaire

aujourd'hui à 21h51 - vertigo : Pas si Vieille Dame"Affaire Suarez: la Juventus 'dans les règles'." (lequipe.fr) >>


Paris est magique

aujourd'hui à 21h47 - PCarnehan : La percée en dribbles de Neymar aurait vraiment mérité un meilleur sort. Si le ballon entrait,... >>


Dans le haut du panier

aujourd'hui à 21h46 - coach_mimi : Ha bah là, on est pas d'accord.LeBron tout seul à Cleveland, il gagne pas. Donc il fait quoi, il... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 21h35 - gurney : Gazieraujourd'hui à 20h57C'est clair, j'avais oublié que ce mercato tout chelou allait bientôt... >>


Le fil dont vous êtes le héros

aujourd'hui à 21h24 - khwezi : Dernièrement (c'est à dire il y a deux jours), c'est le petit Raunak Sadwani, 14 ans, qui a battu... >>


CdF Omnisport

aujourd'hui à 21h24 - Le déjeuner sur Hleb : Gazieraujourd'hui à 20h53Je vais essayer de revoir ça ce soir, j'ai loupé le dernier tour à... >>


Y a pas que le foot à Auteuil !

aujourd'hui à 21h21 - Mevatlav Ekraspeck : Ah oui dis donc, j'avais pas fait le rapprochement. >>


Premier League et foot anglais

aujourd'hui à 21h19 - khwezi : Et je continue de me ballonner devant les supporters d'Arsenal qui faisaient la fine bouche devant... >>


En Vert et contre tout

aujourd'hui à 20h50 - Zouma Zouma Zouma Yeah : C'est amusant, je n'ai pas eu l'occasion d'intervenir hier mais un truc qui m'a marqué dans ce... >>


L'empire d'essence

aujourd'hui à 20h43 - Run : Avant chaque course, apres chaque FP aussi. Ils le font tres souvent. C'est tellement crucial. >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)