auteur
Gilles Juan

 

Footballeur du dimanche et philosophe de comptoir. @Gilles_Juan


Du même auteur

Peut-on enculer l’Europe sans être homophobe?

En PLS pour avoir cité PNL, les communicants de Winamax peinent à défendre leur dernier tweet provocant. Et pour cause. 


Tonton Danijel

18/08/2020 à 17h57

Et la comparaison entre PNL et Angèle montre qu'une relecture de l'article est nécessaire...

lemon

18/08/2020 à 18h25

Alors oui, mais non.

Même sous couvert de bienveillance et de lutte contre l'homophobie et/ou la culture du viol, je suis au regret de vous dire que vous avez tout simplement vieilli. Oui, je vouvoie Gilles Juan, le gars est une sommité.

Je perçois même chez l'auteur les échos de la parentalité et de la tentative d'éducation au bon langage de sa marmaille indisciplinée. Car je retrouve dans ce texte les arguments de ma bourgeoise de mère jadis horrifiée devant les chants des tribunes et à qui je n'ai jamais expliqué l'acronyme de ce groupe de musique urbaine francilien que j'écoutais en boucle.

Alors ma mère avait peut-être raison, la sainte femme, mais elle adule le pape et a voté François Fillon. C'est vous qui voyez.

Plus sérieusement, on ne peut pas mettre un signe égal entre le langage figuratif et le langage propre puis s'offusquer que c'est inadmissible dans le deuxième.

Quand tu dis que t'emmerdes quelqu'un, tu ne stigmatises pas les adeptes de la scatophilie déjà opprimés par une société bourgeoise hygiéniste ni ne formule une critique orientaliste postcoloniale des Shaiva Nagas, peuple indien qui enduit ses dreadlocks de bouse de vache.

Quand tu dis que la défense du PSG a sombré, ce n'est pas un manque de respect à toutes les victimes de naufrages. Quand la même défense a explosé, ce n'est pas une métaphore déplacée et insultante envers les victimes des mines antipersonnelles. En plus, j'adore le Amok.

Quand Pavard place une frappe de bâtard, ce n'est pas pour se moquer des enfants nés hors mariage. Quand Kanté défend comme un mort de faim, on ne minimise pas les souffrances engendrées par la famine, quand Lewandowski décoche un missile ça n'a rien de militariste et quand un joueur est cramé, on n'injurie pas les cendres de Jeanne d'Arc.

On fait - dans ces exemples cumulables à l'infini - un truc foufou : la part des choses.

Et je voudrais bien qu'on m'explique en quoi on ne la ferait pas avec "enculer".

Donc non, cher Gilles, je suis en désaccord avec le fait que "garder ses cages inviolées" renverrait à une banalisation du viol ; en outre, violer quelqu'un et violer quelque chose n'a pas la même signification en français, sinon la loi ou les espaces aériens seraient en bien fâcheuse posture.

Et j'utiliserai en conclusion celle d'un article publié il y a plus de 10 ans sur un site que je suis sûr vous adoreriez :
"L’indignation – expression d’un pathos entraînant sa propre surenchère –, loin d’être un sursaut salutaire et la preuve de la préoccupation de ceux qui l’expriment, est devenue une manière de brider l’intelligence collective et réduire la conscience à la bonne conscience. Les incidents comme celui de samedi deviennent surtout des occasions d’occuper l’espace médiatique en profitant de la sensibilité de "l’opinion"."

http://www.cahiersdufootball.net/article-banderole-decomposition-2764

Jamel Attal

18/08/2020 à 18h37

Oh là là, lemon, tu te trompes dès le troisième alinéa (quand à celui qui précède, je crains que tu ne donnes à Gilles l'âge de son prénom).

Je laisserai ce dernier répondre, mais je trouve que la suite est une démonstration freestyle de stratégie d'évitement qui évoque le slalom d'un virtuose du Five qui va jusqu'à dribbler la cage et les spectateurs. Comme lui, tu ne veux pas voir le problème.

Même ton point final signe une autre erreur, avec une méthode bien connue, le collage d'étiquette (ici: "indigné", ce que l'auteur n'est pas une seconde dans ce texte) faute d'argumentation, en l'assimilant aux indignées ministérielles.

Mais ton post est drôle et habilement tourné, hein :)

Mallardeaufraiche

19/08/2020 à 09h17

@Sensdeladérision : Ok Boomer... quand je parlais de pauvreté du langage des paroles des chansons actuelles, ça se voit aussi dans ce genre d'insulte à deux balles digne des bas-fonds des réseaux sociaux... Allez, prends un Suze, une pastille Lajaunie et réécoute Brassens plutôt. Conseil de vieux...

Sens de la dérision

19/08/2020 à 09h59

Quand j'étais petit, mes parents n'écoutaient pas Brassens mais Claude François, Sheila ou Richard Anthony. Quand j'étais ado, j'écoutais Lagaff ou Début de soirée. Quand j'étais un peu plus vieux, j'ai entendu Yannick ou DJ Fou. Dire que le niveau de la chanson francophone actuel est moisi, c'est à la fois oublier qu'il y a toujours de la chanson francophone avec des paroles et oublier qu'il y avait de la chanson francophone moisie "avant".
C'est un comportement typique de ce que les jeunes résument par OK Boomer. Et, en passant, c'est rigolo qu'on ne cite QUE Brassens (allez, à la limite, parfois on rajoute Brel et Ferré, voire Barbara) mais un seul artiste, ça fait un peu léger pour parler de chanson francophone de qualité. On peut parler de tout ça sur le fil CDF Sound System si ça t'intéresse.

Gilles Juan

19/08/2020 à 10h01

lemon
18/08/2020 à 18h25
____________

Je pense que tu as écrit sous le coup de la colère, je ne m'explique pas autrement ton refus de réfléchir aux sens des métaphores, de se questionner sur ce qui les fait fonctionner, d'y accorder de l'importance notamment quand on parle d'une communication publique, commerciale, voulant flatter une cible.

Je m'explique mal le fait que tu considères toutes toutes les métaphores que tu listes comme équivalentes : tu fais comme si les métaphores n'étaient rien d'autre que des manière de dire, et puis voilà ; continuons de parler de "travail d'Arabe", alors, de "pédale" pour désigner les homos. Car ce sont des mots, de l'humour, chacun fait ensuite la part des choses... Obama avait-il eu tort ou raison de s'excuser après avoir déclaré publiquement, pour parler de son piètre niveau au bowling, qu'il "jouait comme un handicapé"?

Je pense, pour ma part, qu'il faut s'interroger sur les métaphores, comme sur les étymologies, les proverbes, surtout quand ça n'a l'air de rien, surtout quand c'est la manière spontanée de dire, surtout quand l'emploi est innocent, surtout dans certains contextes.

Concernant le sujet précis de l'article, j'ai presque envie de me contenter de cette question: pourquoi dit-on "enculer l'Europe" et pas "sucer l'Europe", quand on veut partir à sa conquête?

La seule et unique chose qui fait fonctionner "enculer" comme métaphore de la victoire écrasante, c'est le viriarcat, tel qu'il a interprété les rapport pénétrant/pénétré. Est-ce qu'on a envie de s'inscrire dans cette tradition, dès lors qu'elle est maintenant décrite et que sa violence est documentée, dès lors qu'elle continue (et c'est ça le problème) à avoir des effets directement néfastes, que les catégories classées dans les pénétrées continues d'être discriminées pour cette seule raison, notamment dans le contexte concerné? Est-ce qu'on a envie d'employer, sans faire gaffe, un symptôme de cette tradition, en communiquant publiquement dans un milieu sexiste et homophobe? Ou bien est-ce que ce n'est "pas grave", que plus personne ne pense à mal s'il écrit publiquement "on va les enculer, le Bayern"?

Chacun fait comme il veut, et sincèrement, je regrette les appels à la censure du tweet, qui donnent bonne conscience aux indignés (et je te remercie de ta définition du mot, qui permettra à chacun de constater que je ne le suis pas, sauf à assimiler "critiquer" et "s'indigner", ce qui me parait aussi superficiel que d'assimiler "tentative de pédagogie" et "éducation bourgeoise"), indignés qui, eux, se dispensent d'argumenter, évidemment. Les censures sont toujours paternalistes et contre productives, en plus.

Pascal Amateur

19/08/2020 à 10h32

Mais du coup, pourquoi Angèle peut-elle nous envoyer nous faire enculer ? Parce que biologiquement elle n'est pas un homme ? Mais l'opposition actif/passif, pénétrant/pénétré n'a rien à avoir avec la biologie.
Vraie question, je précise.

Tonton Danijel

19/08/2020 à 11h24

Peut-être parce que son intention est la même que celle de Blanche Gadin, renvoyer les machos à leur insulte préférée?

Pascal Amateur

19/08/2020 à 11h43

OK. Donc, si je croise un macho, je pourrais lui dire : "Va te faire enculer" ? Ou faudra-t-il nécessairement que je lui dise en chantant ?

dugamaniac

19/08/2020 à 12h06

Et que dire de l'adjonction fréquente du terme "gros" pour amplifier à peu près toute les insultes.
Grossophobie assez évidente.

Je n'ironise même plus en me posant la question.



 

Tonton Danijel

19/08/2020 à 13h11

(Tu noteras Pascale que techniquement, Angèle ne le dit pas, ce qui rend le texte bien plus subtil que ne l'a interprété notre boomer préféré).

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)