auteur
Richard N

 

Pionnier du foot sur le Web avec Kick'n'Rush, historien pour les Cahiers et Footichiste pour son compte.


Du même auteur

Djorkaeff 1995, coup franc avec sursis

Un jour, un but - Le 16 août 1995 au Parc des Princes, Youri Djorkaeff marque dans les dernières minutes d’un France-Pologne qualificatif pour l’Euro 1996. Son échec aurait changé l’histoire. 


gimlifilsdegloin

04/04/2020 à 19h42

Bel article ! Ce coup franc m'était revenu récemment en mémoire, d'ailleurs, en me disant que si Djorkaeff l'avait mis à côté, les Bleus n'auraient jamais gagné la coupe du monde.

Par contre, petite correction : le duo Zidane-Djorkaeff d'entrée de jeu n'a été mis en place qu'à partir du match contre l'Azerbaïdjan. Lors du France-Slovaquie fondateur, Zidane était seul milieu offensif derrière le duo Loko-Ginola.

Citron Merengue

04/04/2020 à 21h19

En fait quand on regarde les classements finaux de ce groupe de qualification, si tous les autres résultats avaient été les mêmes, nous aurions quand même été qualifiés en cas de défaite puisque nous aurions quand même fini 2èmes du groupe, et parmi les meilleurs 2èmes devant les Pays Bas, évitant les barrages.
Mais en vrai j'ai le souvenir de ce coup franc qui fut un vrai soulagement, avant les historiques France-Azerbaïdjan et surtout Roumanie-France. Grâce à ce coup franc nous étions encore à égalité à 11 pts avec la Pologne à la fin du match.
D'ailleurs ce coup franc fit visiblement très mal à la Pologne qui ensuite s'effondra sur les 3 derniers matches de qualif (2 nuls dont un contre les azéris et une défaite). Alors que nous avons enchaîné 3 victoires.
D'ailleurs dans mon souvenir, Roumanie-France à Bucarest ce fut LE match fondateur de la génération Zizou avec un match de gros costaud face sans doute à la meilleure génération roumaine d"histoire. Avec notamment un match incroyable de Karembeu et Zizou.

Citron Merengue

04/04/2020 à 21h42

Bref cet article m'a replongé dans les débuts de mon suivi fanatique d'inconditionnel Bleu.
Je n'ai commencé à suivre régulièrement les Bleus (avant, vivant en Espagne, je n'ai suivi que les phases finales et quelques matches de qualif comme la double confrontation victorieuse face à l'Espagne pour l'Euro 92 et le France-Bulgarie dont on ne cite plus le score) qu'à partir de la campagne de qualif de l'Euro 96. Qui fut dure et laborieuse avec beaucoup de 0-0 dans mon souvenir. Mais je vous remercie pour cet article qui rappelle combien cette campagne de qualification fut importante dans le sacre de 98. Et combien notre qualification à l'Euro 96, finalement une phase finale réussie pour les Bleus, fut laborieuse mais fondatrice. Certains éléments clé de la campagne 98 sont entrés dans le 11 titulaire à ce moment là (Zizou, Karembeu, Djorkaeff, Liza).
Cette phase de qualification est aussi l'illustration de la volonté de Jacquet de reconstruire l'équipe de France sur une base défensive extrêmement solide. 2 buts encaissés en qualification (1 à Bucarest, 1 face à la Pologne). Solidité défensive qui se confirmera à l'Euro (2 buts encaissés) puis lors de la coupe du monde 98 (2 buts encaissés aussi). Bref, entre 94 et 98, la France encaissera 6 buts en match officiel sur 22 matches (10 de qualif, 5 à l'Euro et 7 en cdm). Ce qui nous rappelle que la France de 98 c'est au moins autant la France de Blanc Deschamps et Desailly que celle de Zizou et Djorkaeff.

José-Mickaël

05/04/2020 à 00h59

Merci Citron Merengue pour le rectificatif : il me semblait bien que la France n'aurait pas encore été éliminée. Il restait quand même trois matchs (Azerbaïdjan, Roumanie, Israël).

Et en effet, le match fondateur est Roumanie-France. L'ayant enregistré au magnétoscope, je me le suis très souvent revisionné et le connais presque par coeur. Je me souviens notamment de l'accueil de l'équipe de France : les Roumains qui sifflent la Marseillaise, inaudible, puis qui chantent à plein poumons leur hymne (on n'entendait plus la fanfare). Quelle ambiance ! Peut-être que ça a surmotivé les Bleus, qui ont joué comme des morts de faim, réalisant une première mi-temps inoubliable. Karembeu en voulait tellement qu'il a marqué un but en accompagnant le ballon dans les filets.

Il y a d'ailleurs vraiment un avant et un après ce match : avant, l'équipe de France doute et fait beaucoup plus de matchs nuls que de victoires. Après, c'est un superbe enchaînement en vue de l'Euro : la victoire facile contre Israël, puis le chef-d'oeuvre offensif contre le Portugal (je me souviens m'être dit, devant ma télé : ça faisait depuis France-Brésil 86 que je n'avais pas vu une telle qualité de jeu), la victoire facile contre la Grèce (une fois Zidane entré), la promenade en Belgique (ça faisait longtemps qu'on n'avait pas gagné là-bas, et là il y avait une impression de force tranquille : je savais qu'on allait gagner), encore une victoire contre la Finlande je crois, et même un victoire de prestige contre les futurs champions d'Europe chez eux - un peu chanceuse quand même. Et après l'Euro c'est reparti sur les mêmes bases avec notamment le 4-0 contre la Turquie et le but magique de Pirès...

Brusquement on était devenu une des meilleures équipes du Monde. Et c'est Roumanie?France, je trouve, qui est le match charnière.

pipige

05/04/2020 à 10h27

Merci pour cet article.

Je me souviens de ce match qui a vraiment failli tout changer. La France avait dominé la Pologne de la tête et des épaules, et une défaite aurait été catastrophique.

J'avais je crois hurlé de bonheur sur l'égalisation (oui j'exagère)

Notons que ce match est aussi le (vrai) début de (l'excellente) carrière de Djorkaeff en équipe de France. A jacquet sera reconnaissant à son milieu offensif en lui offrant une place de titulaire indiscutable jusqu'à sa retraite internationale.


Toto le Zéro

05/04/2020 à 10h51

Été 1995, en vacances au Portugal (pays de mes parents) ce mois d'août là, je suivais le match sur un vieux poste radio qui datait sûrement de l'ère pompidolienne... Je pestais contre la fatalité bien plus que contre ces fichus Polacs (le buteur Juskowiak jouait justement au Sporting du Portugal mais allait passer à l'Olympiakos).
Que le soulagement fut grand au coup franc de Youri!
Mine de rien, après le France-Bulgarie de sinistre mémoire, l'EDF n'a plus loupé de compétition à partir de cet Euro 1996.

Tonton Danijel

05/04/2020 à 12h40

Oui, Roumanie-France dut le match fondateur des années Jacquet, mais que ce coup-franc de Djorkaeff fut un soulagement... (Djorkaeff qui avait également marqué le premier but des bleus de Jacquet lors du premier match amical post-Bulgarie en Italie, permettant une victoire historique sur la pelouse des futurs finalistes de la World Cup américaine...).

Surtout qu'après le pénalty raté de Lizarazu (repris par un autre joueur mais également repoussé par le gardien) ça sentait vraiment mauvais... Bruno Masure avait dit le lendemain du bourreau Andrzej Wo?niak: "Si le pape est polonais, Dieu est gardien de but..."

gimlifilsdegloin

05/04/2020 à 16h04

On peut aussi se dire que si la Pologne avait battu la France, elle aurait eu de meilleurs résultats lors des trois derniers matchs, car encore en bonne position pour se qualifier. Et oui, le grand match qui manquait à l'équipe de France, c'est la victoire en Roumanie (à l'aller, les Bleus avaient largement dominé, mais sans marquer). N'empêche que le match contre la Slovaquie, après l'indigent nul en Israël, était un premier tournant et est d'ailleurs celui qui a permis à Zidane de s'installer comme titulaire et à Jacquet d'expérimenter son 4-3-1-2, qui deviendra 4-3-2-1 à partir de l'Azerbaïdjan.

Özil paradisiaque

06/04/2020 à 10h20

C'est drôle de voir l'évolution des commentaires télé : je m'attendais à une critique immédiate des 2 gardiens (qui il est vrai ne sont pas inoubliables).

Moi ça me vend du rêve, ces maillots qui brillent, ce legging pour Lama : les images de l'enfance!

lyes

06/04/2020 à 14h29

Je me souviens de ce coup franc, à 13 ans c'était pour moi une sorte de petit antidote de France Bulgarie, match qui semblait perdu, impossible de marquer même en dominant.
J'avais dis à mon père "on dirait un coup franc de Platini", le ballon qui rentre presque au sol, facile, intelligent.
J'ai quand même eu le droit à un monologue paternel explicatif Platini vs Djorkaeff.

25 ans plus tard je persiste, c'est du pur Platoche ce coup franc.

 

José-Mickaël

06/04/2020 à 18h45

À propos de l'évolution des commentaires télé, on peut voir la différence sur ceux de Roumanie-France. Quand les Roumains marquent, il y a un gros soupçon de hors-jeu, même depuis sa télé. En tout cas je me suis souvent repassé l'action au magnétoscope, et il me semble bien qu'il y a hors-jeu. Bien sûr, la réalisation roumaine n'a rien montré. Mais ce qui apparaîtrait complètement abracadabrantesque aujourd'hui, c'est que ni Th. Roland ni J.-M. Larqué n'ont abordé la question. Il y a un but, l'arbitre l'a validé, donc ils ne font aucune allusion à un éventuel hors-jeu. Inouï !

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)