auteur
Nadine Zamorano

Du même auteur

L'invention du consultant

Comment s'est imposé le "consultant" de foot, dont le nom et le principe viennent du monde de l'entreprise et du conseil, et dont la fonction n'est pas toujours allée de soi?


Raspou

18/04/2019 à 11h37

Avec un peu de mauvais esprit, on pourrait inverser la question: pour commenter les matchs, à quoi servent les journalistes sportifs à côté des consultants?

Pour faire une comparaison foireuse mais amusante: aux Echecs, les retransmissions en direct des grands événements se sont beaucoup développées ces dernières années. Il y a souvent une paire de commentateurs, qui reproduit un peu la paire "journaliste - consultant", sauf que le "journaliste" est au minimum Maître international, et le "consultant" un Grand maître qui a généralement été au moins Top100 à un moment de sa vie. Ca semblerait complètement incongru de faire commenter à quelqu'un qui n'a pas une expérience du haut niveau. Ca a été poussé à son comble au dernier championnat du monde, commenté en direct par trois mecs du Top15 mondial actuel.

Il semble assez évident que le commentaire de football est en moyenne assez nul, en tout cas pour ce qui est de la transmission d'un savoir sur le jeu (il y a des commentateurs aptes à transmettre une émotion, mais ça c'est un autre registre, qu'on apprécie ou pas, peu importe). Je pense qu'il y a plusieurs explications possibles à ça, pas toutes contradictoires, mais je ne sais pas bien laquelle privilégier:

Explication 1: le football est un sport simple
Peut-être que le commentateur de foot ne transmet aucun savoir parce qu'il n'y a en fait rien à transmettre. Quiconque a pratiqué un peu le foot même à niveau ultra amateur et a vu quelques dizaines de matchs a toutes les connaissances requises pour comprendre ce qui se passe.

Explication 2: les bons commentateurs sont inaccessibles
Contrairement aux Echecs où une somme raisonnable te permet d'avoir un Peter Svidler aux commentaires, au foot les gars expérimentés et intelligents deviennent entraîneurs, pas consultants. Si on avait la possibilité d'avoir Tuchel ou Guardiola aux commentaires, on apprendrait plein de choses, mais on ne l'a pas.

Explication 3: le foot va trop vite
Il y aurait des choses intéressantes à dire sur un match, mais pas en direct, où la succession des actions ne permet pas l'analyse immédiate. Peut-être que le foot se prête au debriefing plus qu'au commentaire?


Balthazar

18/04/2019 à 12h47

Explication 4 : l'ésotérisme. Les secrets du foot, comme les connaissances d'un alchimiste ou les trucs d'un prestidigitateur, ne se transmettraient que de maître à initié, et il ne serait pas question de les révéler au grand public.

suppdebastille

18/04/2019 à 13h20


" Les deux protagonistes rejoignent la télévision et Antenne 2 en 1974. Robert Chapatte, un ancien champion cycliste, avait déjà pénétré l’univers du commentaire sportif en devenant journaliste à Radio Monte Carlo puis à la RTF dans les années 1950."

Robert Chapatte était un ancien cycliste, champion me semble un poil exagéré.

Dans les grands consultants qui ont beaucoup apporté à leur sport, je pense qu'il y a Bernard Faure, rendons grâce à P.Montel d'être allé chercher un gars quasi inconnu du grand public.


Radek Bejbl

18/04/2019 à 14h04

Raspou
aujourd'hui à 11h37

Explication 5 : Le football est un sport compliqué, les journalistes n'y comprennent rien et les consultants ne font pas l'effort de s'intéresser à ce qu'ils regardent.

Sinon le coup des consultants sans journaliste ça existe sur la NBA, ça s'appelle "Players only" et tout le monde déteste parce que les gars ne font que discuter sans parler du match. Et encore, on est généralement sur des personnes charismatiques et qui travaillent leur sujet, j'imagine pas un Sagnol laissé en liberté.

Jamel Attal

18/04/2019 à 14h57

@Raspou
Explication 1: le football est un sport simple
---

Ça se tient assez bien, et l'idée que tout le monde peut comprendre le jeu est assez juste en théorie – en tout cas elle explique que n'importe qui se sent habilité à avoir un avis et à le donner (ce qui est à la fois sympathique et irritant).

Mais, s'agissant des commentateurs, je suis constamment frappé par certains qui, de toute évidence, ne sentent pas, ne *comprennent* pas le jeu (ni tel geste, ni tel choix tactique, ni tel profil de joueur), ne voient pas un match évoluer et se contentent de paraphraser le score. On sent derrière ça une absence de connaissances, d'intuition, de travail et/ou de méthode (pour compenser).

Il y a suffisamment de différences criantes de qualité entre commentateurs (journalistes ou consultants) pour en déduire qu'il s'agit avant tout d'un problème de compétence, à mon avis.

Quant à l'explication 3, oui, le dispositif crée un problème en soi, au travers de la nécessité (construite) de parler tout le temps et de faire de la nalyse en continu. En Allemagne – peut-être plus maintenant – fut un temps, il y avait un journaliste seul, sobre et non logorrhéique, et le consultant n'intervenait qu'à la fin des mi-temps.

Jamel Attal

18/04/2019 à 15h05

J'ajoute que commentateur est structurellement un métier difficile : il faut vulgariser en s'adressant à un téléspectateur "moyen", ce qui va nécessairement frustrer l'amateur averti. Le problème est quand on s'aligne sur le niveau le plus bas (avec des niaiseries, de la démagogie, des contresens, etc.).

J'attends un minimum de justesse dans les commentaires et, de temps en temps, une observation qui va m'apporter quelque chose dans la compréhension du match – un Habib Beye, par exemple, est généralement très bon dans l'exercice. Mais, conformément à l'explication 3, je pense que c'est dans le temps du débrief que l'on peut apporter l'analyse la plus pertinente.

dugamaniac

18/04/2019 à 15h47

Je pense que le foot est un jeu simple trop compliqué à expliquer.
C'est un jeu d'adresse, on cherche à l'oublier. Et collectif.
C'est comme si aux échecs de Raspou, on n'était pas certain que le cavalier va atterrir sur la bonne case et en plus tous les autres pions bougent en même temps.
Ajouté à cela qu'on a des humains qui ont leurs blessures physiques et morales.
Donc fastoche à expliquer les échecs à côté du foot. C'est pas demain que la Reine va s'embrouiller avec la Tour car elle a souri au Roi. Et va expliquer cela en plein match.

J'ai peut être eu une déception quand j'ai entendu Jacquet les 1ères fois après 1998. Il voyait comme moi, ne disait rien de génial.
Mais qu'il soit bon au micro ou pas, Jacquet, Platini, Wenger, Baup ... ce ne sont pas tous des bidons les mecs.

Finalement, j'ai admis que le foot était bien plus riche et subtil qu'une histoire de 4-4-2, de pressing ou pas durant 90 minutes. D'ailleurs ce serait fastoche sinon.
Pour moi on est donc plus proche du truc mystérieux, inexplicable, de Balthazar.

Jamel Attal

18/04/2019 à 16h18

@dugamaniac

Le football n'étant ni les échecs, ni une loterie, il me semble que dans la tension entre l'aléa et tout ce qu'une équipe met en œuvre pour le réduire ou le mettre de son côté, il y a une infinité de choses passionnantes à analyser – sans prétendre tout expliquer, ce qui est effectivement illusoire (je sens une petite tacticophobie dans ton propos, mais je me trompe peut-être).

leo

18/04/2019 à 16h41

Balthazar
aujourd'hui à 12h47

Explication 4 : l'ésotérisme. Les secrets du foot, comme les connaissances d'un alchimiste ou les trucs d'un prestidigitateur, ne se transmettraient que de maître à initié, et il ne serait pas question de les révéler au grand public.
---

Je penche pour ça. Mais plutôt par contrainte imposée par les chaînes/journaux (dites pas des trucs trop compliqués, on va perdre du monde) que par ésotérisme.

Les consultants, au moins certains d'entre eux, sont capables d'apporter beaucoup d'information. Je me rappelle, je crois au cours de la Coupe du Monde 2002 et sa catastrophique emission animée par Jean-Pierre Pernaud, d'un débat, assez intense, entre Paul Le Guen et Didier Deschamps où ils ont complètement oublié qu'ils étaient à l'antenne et ont commencé à échanger "entre entraîneurs". C'était, dans mon souvenir, passionnant et très loin de ce à quoi on est habitué.

J'imagine sans mal Pernaud débriefer la séquence et leur expliquer qu'ils sont allé trop loin.

Balthazar

18/04/2019 à 16h42

dugamaniac
aujourd'hui à 15h47
Pour moi on est donc plus proche du truc mystérieux, inexplicable, de Balthazar.
---
A vrai dire, je ne crois pas à ma propre hypothèse, mais elle me vient souvent à l'esprit quand il faut rendre compte de l'écart entre la supposée compétence d'un entraîneur et la banalité de ses propos : "Il ne nous dit pas tout, il cache son jeu, il ne veut pas éventer ses petits secrets"... Mais je trouve ça plus séduisant que crédible, comme explication.

 

leo

18/04/2019 à 16h44

dugamaniac
aujourd'hui à 15h47

Ajouté à cela qu'on a des humains qui ont leurs blessures physiques et morales.
Donc fastoche à expliquer les échecs à côté du foot. C'est pas demain que la Reine va s'embrouiller avec la Tour car elle a souri au Roi. Et va expliquer cela en plein match.
---

Les analyses psychologiques, pour le coup, c'est complètement bidon. On n'a aucune idée de ce qui se passe dans la tête des joueurs sur le terrain et très peu d'info sur les relations entre les joueurs d'une équipe. Ce qu'on demande aux "experts", c'est d'analayser ce qu'on voit sur le terrain.

Au tennis, c'est une catastrophe de ce point de vue, quasiment tout est "analysé" uniquement sur le plan psychologique (de comptoir) et émotionnel.

Sur le fil

Alexandre Ruiz pointing fingers at things, a collection. https://t.co/GxkD6WxkZ2

Ivan Ergić, footballeur et "dernier marxiste" - https://t.co/YsxXFwAQbH

RT @BilelGhazi: Le message du KVN contre la réforme des coupes européennes #OLSMC @lequipe https://t.co/yguyWRHJuF

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Feuilles de match et feuilles de maîtres

aujourd'hui à 00h52 - Etienne Mattler : Pas grave, on peut le prendre entre deux feux(ceci dit, c'est du Nouveau Roman, ton truc, non ?... >>


CdF Omnisport

aujourd'hui à 00h41 - El Mata Mord : Golf USPGAKoepka s’impose après avoir fait 2l d’huile sur le retour ce dimanche (4 bogeys... >>


Paris est magique

aujourd'hui à 00h31 - gurney : Ceux qui décryptent semblent dire qu'il veut définitivement la place de 9, définitivement le... >>


Tu sais ce qu'il te dit Casimir ?!

aujourd'hui à 00h27 - Tricky : Metzallica19/05/2019 à 16h19Ivan Balliu———Très très classe, je trouve.J’aime bien ce... >>


Cacamiseta 2019

aujourd'hui à 00h27 - Utaka Souley : J'imagine la séance de brainstorming sous mélange LSD / cocaïne / white spirit / Destop qui a... >>


Etoiles et toiles

aujourd'hui à 00h06 - Aristofan : Jeune Mavuba Vaincu17/05/2019 à 15h37______________________A mon avis, il y a beaucoup mieux à... >>


Santiago Bernabeu

19/05/2019 à 23h46 - Hok : Et ce serait sympa du coup de nous solder Benzema, pour un retour au bercail. >>


Dans le haut du panier

19/05/2019 à 23h29 - fabraf : Tu as trouvé sur ce week-end ? Franchement je n’ai pas vu la différence avec la NBA : des tirs... >>


Gerland à la détente

19/05/2019 à 23h26 - Hok : Et nous apprennent qu'il s'est marié !Alors, Charlize ou pas Charlize ? >>


Aimons la Science

19/05/2019 à 23h23 - Utaka Souley : @SocRaïtesSur les 2CV et les 4L, le chauffage était fait en dérivant l'air du circuit de... >>


Les brèves

Alliance Arena

"Quand un arbitre assistant demande sa collègue en mariage." (lequipe.fr)

Prendre les shots les uns après les autres

"Hugo Lloris, le mister penalties de Tottenham." (lequipe.fr)

Milieu de tableau

"Rembrandt s'invite sur le ballon du Championnat des Pays-Bas." (lequipe.fr)

Trafic de coquines

“Football : la Colombie rattrapée par le mouvement ‘Me too’.” (ouest-france.fr)

Veuvage

"Pepe cherche à trouver la solution en solitaire." (lequipe.fr)