auteur
Philippe Rodier

José Mourinho, soldat sans bataille

Honteux face à Séville la saison passée, désobligeant la majeure partie du temps face aux gros en championnat, Mourinho a été limogé de Manchester United. Le Special One va devoir se réinventer pour survivre…. Mais comment?


Monsieur Jo

21/12/2018 à 08h22

Très très intéressant. Une seule réserve : "Las Antas a déjà été violé une fois, certainement pas deux…"
Est-ce nécessaire de l'exprimer ainsi?

la rédaction

21/12/2018 à 09h28

Non, en effet. Ça a échappé à l'éditeur, c'est corrigé. Avec nos excuses.

Ba Zenga

21/12/2018 à 11h13

Excellente analyse, merci. Cela m'attriste un peu de voir à quel point le Mou est fatigué... Voire obsolète, comme décrit dans l'article. Mais qu'il reste quand même loin du Real hein, je n'ai pas du tout aimé sa dernière année à Madrid notamment.

Raspou

21/12/2018 à 15h56

Quel dommage, son Porto était si beau, et son premier Chelsea était sympa aussi, celui avec Drogba, Duff et Robben... Quelle décrépitude dans la qualité de jeu de ses équipes, par la suite...

Espinas

21/12/2018 à 16h43

Je me rappelle, outre Frisk, d'un but sur corner très litigieux lors d'un Chelsea -Barça de 2004-2005 ou 2006-2007. Pour l'aspect cynisme et "la fin justifie les moyens".
J'ai détesté le nouveau riche Chelsea dopé au fric mais admiré le rouleau compresseur du Chelsea 2004-2006 qui n'était jamais dominé. Son Real bien que brutal en classico savait aller agresser l'adversaire.
Le virage du jeu ultra défensif, même quand ce ne paraît pas la meilleure option (Chelsea Atletico 2014, Man U Seville 2018) font penser à un déclin dans l'évaluation des forces en présence.

Pour moi, Mourinho avait été brillant dans le contexte où il devait faire grandir des joueurs qui n'étaient pas encore des stars et qui devaient leur arrivée au top niveau à Mourinho, les Drogba, Terry, Lampard, Essien, Milito, Deco, Derlei.
Là où il pouvait à son arrivée à Chelsea en mode chéquier illimité se payer les vraies stars de l'époque.

ManU où il a choisi peu de monde et où il a des joueurs jeunes et pas forcément des leaders, malgré leur prix.

Espinas

21/12/2018 à 16h47

ManU pas le meilleur contexte et pas de main ferme sur le recrutement.

Peut être paye-t-il la banalisation des équipes sous perfusion financière et de la richesse de la premier league, qui rend son discours de "seuls contre tous, on veut nous voir tomber" bien moins mobilisateur

 

Daijinho

21/12/2018 à 23h19

Les "mens", goodness me...

Sur le fil

RT @Birdace: Je viens de mettre à jour mes classements statistiques de Ligue 1 (équipes et joueurs) avec Expected Goals avec la 20ème journ…

RT @AlmarssadNouh: Jaouad Zairi est encore en pleine forme https://t.co/34yScngAyX

RT @LenaBred: Après la plainte d'une ex-salariée pour harcèlement sexuel et tentative d'agression sexuelle contre un directeur de la Fédéra…

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

L'hutu sportif

"Le houblon rwandais derrière Arsenal." (lequipe.fr)

Un p'tit jaune, Wayne ?

"Rooney arrêté pour ivresse publique." (lequipe.fr)

L'origine du Mondial féminin

"Ada Hegerberg, Ballon d'Or féminin : 'Il y aura toujours des cons'." (lequipe.fr)

Saint Gland

"La cinglante réponse de Franck Ribéry à ses détracteurs." (lequipe.fr)

Et on baise à 13?

"Neymar et 'ses' 26 femmes : la photo polémique." (elle.fr)