auteur
Christophe Kuchly


Dé-Manager, qui parle dans Vu du Banc et écrit pour l'AFP et dans La Voix du Nord.


Du même auteur

Le journal du jeu #6 : un Messi virevoltant et une Vieille Dame solide

Tiens, Villarreal a enfin licencié Javi Calleja. • Messi: l'excellence permanente • Juventus: cohérence et inflexibilité • Chelsea: éloge de la prudence


Adoa de Formosa

11/12/2018 à 03h37

J'aime beaucoup le paragraphe sur Messi.

Ça reprend une idée que j'avais lue récemment dans le Guardian qui avançait que le génie de Messi, pourtant reconnu comme meilleur joueur du monde, était sous-estimé (https://tinyurl.com/y77c278g)

L'article reprenait en réalité l'idée provocatrice qu'un critique de musique avait formulée comme quoi le talent des Beatles était sous-estimé.

J'aime beaucoup ce concept.

Özil paradisiaque

11/12/2018 à 10h23

J'avais également lu l'article du Guardian et je lis avec plaisir cette mention dans l'excellent journal du jeu.

kinilécho

11/12/2018 à 11h17

Joli article.
Je ne savais pas que Messi était devenu si fort sur les CF, ça fait un peu penser à Pirlo qui était devenu complètement létal sur cet exercie à la fin de sa carrière à la juventus.

leo

11/12/2018 à 13h14

Merci pour cette partie sur Leo Messi.

On ne se rend effectivement pas compte de la chance qu'on a de pouvoir voir tous ses matchs en entier.

Merci également de mentionner Alfredo Di Stéfano.
Depuis quelques années (et la retraite de Xavi, principalement, qui a forcé Messi à prendre plus part au jeu), on lit souvent en Espagne (je crois que c'est Alfredo Relaño, directeur de As, qui a trouvé la formule, après un City-Barcelone) que Messi "distefanea" : son jeu remplit l'ensemble du terrain, depuis la création du jeu, où il est l'égal des meilleurs, jusqu'à la finition, où il marque autant ou plus que les meilleurs buteurs historiques. Un joueur total, dominateur, comme la Saeta Rubia à l'époque.

Messi, c'est le meilleur en tout, c'est absolument unique. C'est le meilleur de Cristiano Ronaldo+le meilleur d'Iniesta+le meilleur de Xavi. Je suis même persuadé qu'il serait le meilleur défenseur central du monde s'il jouait à ce poste !

Tricky

11/12/2018 à 20h58

Le meilleur de tous les temps n’ayant évidemment pas le moindre sens, il y a quand même de quoi discuter sur la comparaison avec Maradona.

Évidemment, son palmarès fait quelques pages de plus, mais ça me semble ne tenir compte (1) ni du fait que la logique ultra-capitalistique des clubs (et, par conséquent, leur tendance à empiler les stars) est nettement plus prononcée au siècle dernier. Autrement dit, Barcelone n’est bien moins que Messi que Naples n’était que Maradona (et on pourra toujours regretter de n’avoir vu Messi sous aucun autre maillot de club, l’apport tout de même pas complètement à la hauteur qu’il a eu en équipe nationale avec différents coaches laissant tout de même entrevoir que ça aurait été moins simple dans une conjonction moins parfaite) et (2) ni du fait que la sous-estimation dont tu parles n’est pas que liée, à mon humble avis, à la multiplication des matches visibles, et à l’anesthésie générale qui en résulte, mais que, bon sang, il n’y pas tellement d’histoire à raconter, pas tellement de légende à construire, et que (et c’est évidemment valable pour ce bon Cristiano, même si le côté supposément workaholic du garçon peut rajouter un supplement d’âme) finalement, tout ceci est admirable, mais peut-être un peu lisse.

Adoa de Formosa

12/12/2018 à 02h09

Tricky
11/12/2018 à 20h58
[…] (2) ni du fait que la sous-estimation dont tu parles n’est pas que liée, à mon humble avis, à la multiplication des matches visibles, et à l’anesthésie générale qui en résulte


Je crois justement que c’est le contraire. Le peu d’exposition des autres générations fait que l’on se souvient surtout des grandes performances dans les grands événements.

La magie de Messi, c’est qu’il reproduit ce genre de performance tous les weekends, même dans les matchs plus anecdotiques comme contre l’Espanyol.

Radek Bejbl

12/12/2018 à 03h22

Sur le côté "regret qu'il n'ait joué qu'à Barcelone", j'ai un avis que je voulais développer mais que j'ai fini par couper de l'article pour éviter de m'étaler. Je trouve ça assez contradictoire avec le fait de regretter que le football ultra-capitaliste pousse tout le monde à changer de club et tue l'amour du maillot. Constat général qui ne te concerne pas directement évidemment Tricky (et tout le monde ne cumule pas ces deux avis) mais je trouve ça assez égoïste et finalement vain de le vouloir ailleurs pour juger de ses qualités. D'autant que, vu le jeu du Barça actuel, qui consiste comme le dit leo à attendre qu'il fasse le match, on a quand même vu ce que ça donnait dans une conjonction moins parfaite. Tu le mets à la Juventus ou à City, il double ses stats actuelles. Le truc, c'est qu'il fait du Maradona sur le tard après avoir sublimé une machine de guerre, donc ce n'est pas "logique" d'imaginer qu'il est désormais dans une équipe très mal huilée. Mais l'échantillon est suffisamment grand pour qu'il n'y ait plus trop de doutes sur son adaptation au sein de son équipe comme aux adversaires.

Que Messi ne raconte rien, je suis assez d'accord. D'ailleurs je ne suis pas spécialement fan, parce qu'il est beaucoup trop fort dans tout pour susciter en moi une quelconque identification – et je le regarde bouche bée comme un film de super héros. Mais c'est paradoxal (même si assez habituel peu importe le sport) de se dire qu'il n'y a pas de légende à construire parce qu'il est tout simplement au top tout le temps depuis tant d'années, sans problème personnel ou sportif.

Depuis que j'ai commencé à étudier le football d'avant, j'ai vraiment été surpris par deux choses : la force et maturité collective de certaines équipes qui n'avaient pas les effectifs surdimensionnés de maintenant + le fait que les matches de légende de tous ceux qu'on considère comme les meilleurs de l'histoire soient souvent du niveau d'une performance "normale" de Messi.

leo

12/12/2018 à 10h40

Sur les "Messi est très fort mais il n'a pas gagné la Coupe du Monde" ou "... mais en équipe d'Argentine..." ("pas complètement à la hauteur" dit Tricky) qu'on entend souvent : c'est du football. Sûrement le sport le plus aléatoire et celui dans lequel un joueur, aussi prodigieux soit-il, suffit le moins à assurer la victoire dans un match, encore plus dans une compétition aussi aléatoire qu'un tournoi de 7 matchs en plein été après des saisons éreintantes.

Messi peut parfaitement être le meilleur joueur du monde, même de très loin, sans que son équipe soit la meilleure. Et heureusement, c'est aussi pour ça qu'on aime autant ce sport.

Les superstars ayant remporté des trophées internationaux ont aussi besoin de coups de pouce, ce n'est jamais limpide : le Portugal remporte la finale de l'Euro sans Cristiano Ronaldo ; même le Platini divin de 84, s'il marque en prolongations, a besoin de deux buts de Domergue pour tenir tête au Portugal en 1/2 ; Brown, Valdano et Burruchaga marquent en finale 86 (et Maradona se voit valider son but de la main en 1/4) tandis qu'Higuain rate son face-à-face avec Neuer. Cette année, la France égalise contre l'Argentine, justement, sur une frappe de Pavard qu'il ne reproduira plus jamais dans sa carrière.

L'Argentine de Messi joue 4 finales internationales avec l'Argentine dont deux qu'il perd aux tirs au but et une en prolongation et, beaucoup plus qu'au Barça même dernièrement, c'est vraiment lui qui porte l'équipe à bout de bras, le danger venant presque exclusivement de lui. J'ai bien l'impression qu'il a été à la hauteur en sélection.

Où il n'est pas spécialement bien entouré, d'ailleurs (Lavezzi (!) et Biglia (!!!) titulaires au milieu en 2014 + Enzo Perez en finale...). Si tout le monde se rappelle la qualification difficile de l'Argentine pour la dernière Coupe du Monde, je vous invite à comparer les points pris quand Messi était présent à ceux pris en son absence : 2.1 points par matchs avec Messi, 0.875 sans lui.

 

leo

17/12/2018 à 11h14

Et encore un match où Messi a tout fait ou presque pour le Barça avec ses 3 buts et 2 passes décisives contre Levante...

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)