"Double peine": comment sanctionner les joueurs qui annulent des buts ?

Une Balle dans le pied – Alors que tout le monde réclamait la suppression de la "double peine", tout le monde a semblé la regretter quand Jörgensen a échappé à l'expulsion lors de Croatie-Danemark.


Danishos Dynamitos

03/07/2018 à 14h37

Alors on en revient à la première proposition: n'abolir la double peine (sous condition) que pour les gardiens...

Jeune Mavuba Vaincu

03/07/2018 à 15h34

Je ne suis pas certain que le but de pénalité soit vraiment la solution, mais je ne trouve pas que les arguments employés dans l'article soient très pertinents.

Le problème de la double peine, c'est que un carton rouge à la 10ème minute de jeu et un à la 89ème ne pénalisent pas du tout l'équipe de la même manière. Donc un carton rouge/penalty transformé en début de match (ex: Colombie - Japon) affecte démesurément tout le match, alors qu'un rouge/penalty manqué en fin de match (ex: Ghana - Uruguay) ne répare pas un but tout fait.

Mais tout ça découle d'une confusion regrettable : les cartons sont là pour pénaliser les joueurs fautifs (et dépend donc de la nature de la faute), les coups de pieds de réparation pour compenser l'équipe lésée (et dépendent donc de la situation). Les deux décisions devraient être complètement indépendantes l'une de l'autre.

A partir du moment où un penalty a un taux de réussite de, disons, 80%, toute occasion qui présente un taux de réussite plus élevé (mettons 95% dans le cas de l'attaquant seul face au but, 100% dans le cas du Ghana) appelle forcément la faute puisque la compensation est moindre que l'occasion. Donc pour sur-compenser cette compensation, on a voulu rajouter un carton rouge, qui est par nature une sanction, et non une compensation, et qui donc résout mal le problème.

C'est de ce point de vue que, sur le principe, il y a besoin d'une compensation avec un taux de réussite de 100%, but de pénalité ou penalty sans gardien comme vous voulez.

Le cœur du problème, c'est qu'il est probablement très difficile de définir clairement qu'est-ce qu'une action qui a un taux de réussite de 90-95%, que cela rajouterait certainement une responsabilité d'interprétation à l'arbitre et qu'une mauvaise définition peut facilement avoir les biais et effets indésirables craints. C'est plutôt sur ces bases que l'on peut argumenter contre le but de pénalité je crois.

Maintenant, je ne suis pas certain que ce soit une difficulté insurmontable en soi.
Pour la différence entre penalty et coup-franc, on s'accommode de la limite de la surface de réparation, même si un attaquant fauché en dehors de la surface alors qu'il part seul au but a clairement plus de chance de marquer qu'un gars de dos dans le coin de la surface alors que la défense est bien placée.

En tout cas, je ne trouve pas que ce soit une hérésie de se poser la question. Ce qui est une hérésie pour moi, et qui me pourrit mon visionnage du foot, ce sont précisément que les joueurs et équipes puissent jouer avec les règles, faire des "fautes intelligentes" (sacrée oxymore, qui montre bien que ces fautes ne sont pas assez pénalisées), simuler, gagner du temps, bref en un mot, ne pas jouer le jeu. Les règles sont là pour encadrer le jeu, le guider, pas à être utilisées à son bénéfice, sinon c'est qu'elles sont mal faites (et je sais de quoi je parle, c'est mon métier).

Et il n'y a pas besoin de règles mal faites pour avoir de la dramaturgie, de belles histoires ou des injustices. Celles du tennis par exemple ne présentent pas ce problème, sans que ça nuise à la dramaturgie que je sache.

Jeune Mavuba Vaincu

03/07/2018 à 15h37

A la réflexion, j'aurait peut-être dû me relire et poster sur le fil Changer l'arbitrage, mais ça se saurait si on réfléchissait avant de poster.

José-Mickaël

03/07/2018 à 16h09

Jeune Mavuba Vaincu
aujourd'hui à 15h34
> Le problème de la double peine, c'est que un carton rouge à la 10ème minute de jeu et un à la 89ème ne pénalisent pas du tout l'équipe de la même manière.

Un carton rouge n'est pas là que pour pénaliser l'équipe, mais aussi pour pénaliser le joueur. Par exemple il pourra être suspendu pour le match suivant.

> Mais tout ça découle d'une confusion regrettable : les cartons sont là pour pénaliser les joueurs fautifs (et dépend donc de la nature de la faute), les coups de pieds de réparation pour compenser l'équipe lésée (et dépendent donc de la situation).

Voilà ! Très bien dit !

C'est pour ça que, pour moi, annihiler une occasion manifeste de but (comme pour Croatie-Danemark) doit valoir un carton rouge, que ce soit le gardien ou un joueur de champ qui ait commis la faute. Il y a faute, on estime que ça justifie un rouge : carton rouge ! De plus il faut "réparer" la faute : coup de pied de réparation.

Je pense qu'une annihilation d'occasion manifeste de but (comme dans le Croatie-Danemark) mérite un rouge. Ce n'est pas un geste violent, mais c'est une faute grave puisque le moindre but peut faire la décision. J'estime qu'il faut décourager les joueurs de commettre ce genre de faute, et pour àa un carton jaune me paraît insuffisant. (Mais c'est discutable.)

Danishos Dynamitos

03/07/2018 à 16h34

Le truc c'est que si le gardien fait faute, il sera toujours expulsé alors.

José-Mickaël

03/07/2018 à 16h45

Du coup ça découragera les gardiens de faire ce genre de faute.

Jeune Mavuba Vaincu

03/07/2018 à 17h07

Mais ça ne résout pas le problème de Suarez que le rouge n'a pas dissuadé (à raison).

Ce que mon post cherche à démontrer, c'est justement que les cartons, jaune ou rouge, ne peuvent pas résoudre le problème car c'est une sanction individuelle, et que ça ne compense pas l'équipe lésée de façon appropriée.

Danishos Dynamitos

03/07/2018 à 17h30

Et bien tant pis, j'ai envie de dire !

Attilio

05/07/2018 à 12h28

C'est fou, mais avec cette (nouvelle) règle et celle régissant une main dans la surface, on dirait que le Board de la FIFA fait tout pour démontrer que le recours à la VAR est inique...

 

Loul

06/07/2018 à 00h07

La réparation idéale pour l'annihilation d'une occasion manifeste de but ne devrait-elle pas être simplement... un pénalty tiré sans gardien pour l'arrêter ?

On préserverait la symbolique et l'on aurait une sanction dissuasive qui limiterait l'anti-jeu tout en autorisant les gestes défensifs effectués dans l'esprit des lois du jeu.
Evidemment si l'intervention est grossière l'arbitre pourra sanctionner le défenseur de façon idoine .

Sur le fil

Alerte rouge, les Bleus sont favoris - https://t.co/hR805piHrN (comment faire pour se faire peur?) https://t.co/PV7ge4c6hQ

RT @MickaCQFD: ⚽️👨🏾‍🌾Mais d'où vient le foot ?👨🏾‍🌾⚽️ De l'amusement paysan à la discipline des aristocrates anglais, enclosures et ratio…

RT @corcostegui: Les fan-zones en mode drive-in ou devant un écran plat dans le majis, les travaux pharaoniques (500 millions de dollars pa…

Les Cahiers sur Twitter