auteur
BIG

Entretiens quadriennaux avec le monde

Elle revient tous les quatre ans mais laisse des souvenirs imprécis, fragmentés et parfois plus anecdotiques qu'autre chose. Récit à la première personne, de 1998 à 2014.


BIG

15/06/2018 à 06h50

NB : avant qu'on ne m'en fasse la remarque, je me suis aperçu entre la rédaction de ces lignes et leur diffusion que la présence de l'oiseau autour de Bixente Lizarazu était plutôt attestée lors du France-Arabie Saoudite. Je vous prie de comprendre que mes souvenirs d'enfant de 8 ans étant particulièrement parcellaires (et souhaitant le rester), je n'ai pas jugé nécessaire de demander une modification à la rédaction.

Josip R.O.G.

15/06/2018 à 10h50

Magnifique!
Si j'avais ton talent je me lancerais dans le même exercice pour la période 66-94..

 

Espinas

16/06/2018 à 15h09

Je suis un peu plus agé que toi, né en 85:
-1994: pas vu, dommage, je découvrais le foot télévisé au printemps 1995, un soir de PSG- Real Madrid en 1/4 retour de C1

-1998: 12 ans et demi: j'ai tout vu ou presque. J'étais sur Lyon tout au long, on allait jouer au foot sur la bien nommée pelouse aux Ebats du parc de la tête d'or sauf la finale vue du camping municipal de Feurs (42) où nous allions déposer mon frère à son stage de foot qui débutait le 13 juillet. J'avais chanté tout le match, partageant enfin ma passion avec d'autres que mon frère cadet et la télé 45 cm du salon familial. En stress dès que le Brésil passait la ligne médiane, heureusement, c'était le triomphe de Zidane.

- 2002: timing idéal: le bac de français écrit était avant France- Sénégal et mon oral commençait à 8h30, je n'ai raté qu'un 1/4 d'h. France maudite et ces matchs qui se terminent avant 14h. Me rappelle des "Go go go goooo Korea", d'Edmilson, Ronaldinho, Rivaldo et Ronaldo avec sa coupe de cheveu mochissime. L'arbitrage maison des koréens contre l'Italie puis l'Espagne. Un Khan au sommet d'une pâle Manneschaft relevée par Ballack et le jeune Klose.

-2006: étudiant à Grenoble sans télé à la maison. Beaucoup de radio et l'excellente émission de Pierre-Louis Basse et son générique sur " Don't let me be misunderstood". Je deviens résident fréquent du bar en bas de chez moi à coté de la bien nommée Place aux Herbes.
On vit France-Espagne, France-Bresil, France-Portugal sur le campus au milieu des Erasmus et redescendant triomphalement Jean Jaures en chantant.
Finale vu à Musilac, à Aix les Bains avec ma soeur sur écran géant. Thomas Fersen et Louise Attaque auront connu leur pire public ce soir là.

-2010: fin des études, je rate pas mal de matchs du premier tour. Je vais à Genève passer mon entretien d'embauche 3 jours après Espagne- Suisse, mon futur manager a le sourire jusqu'aux oreilles. Le bus arrive pendant que je prépare ma présentation de jury de diplôme. Finale vue avec un ami grenoblois sur Paris, 4 ans après nos soirées en Dauphinée.

-2014: Mon rêve est réalisé: je pars 3 semaines au Brésil, à Cuiabá, Manaus, Rio, Belo Horizonte et Brasilia.
3 semaines de rêve, tours au Pantanal et sur le fleuve Amazone, le Chili de Sanpaoli impressionne contre l'Australie et les "Chi Chi Chi Le Le Le Viva Chile" animent la ville. Quand le Brésil joue, tout s'arrête, même le tourisme, impressionant.
La fanzone de Copacabana est magique et l'enchaînement "Je vais à Rio" de Claude François et "Passement de Jambes" de Doc Gyneco à la mi temps du France-Suisse du 21 juin est un moment gravé dans ma mémoire.
J'assiste à France-Nigéria dans la chaleur étouffante de Brasilia à 15h (merci la programmation de la fifa). Fête en français à la maison France avec les supps qui suivent les Bleus et retour à la réalité genevoise juste après Argentine-Suisse, dont je rate la fin par absence de télé dans la "zone internationale" de l'aéroport de la capitale brésilienne, en vrai un terminal minuscule qui ne dessert presque que Lisbonne.

Il pleut 2 semaines à Genève pour ce début juillet 2014.
Finale vue aux Vernets, avec un argentin, à côté de la patinoire du club de hockey grenat.

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)