La classe de Florian Albert

Si le vidéodrome aime les beaux gestes d'actualité, il aime aussi se plonger dans le passé. Revenons donc dans les années 60, à l'époque du noir et blanc, pour une compilation vintage.


Manx Martin

07/02/2018 à 14h49

« Les moments les plus rayonnants de mon existence de supporter sont liés au Fradi [diminutif de Ferencvaros] et à Albert. Florian Albert, le Flori, est le 9 incarné, descendu du ciel ; en 1968 il a été le footballeur de l’année en Europe, on le saluait bien bas, même au Brésil. Conformément aux clichés, j’allais aux matchs avec mon père, le goût du hot-dog, celui de la mauvaise et pourtant bonne moutarde, la puanteur de la bière amère sont des souvenirs présents aujourd’hui encore, comme c’est écrit dans Proust. Mais je garde surtout ce mouvement, qui m’avait fait lever, comme les dix-mille supporters du stade, sans savoir où cela allait conduire, si nous allions nous mettre debout, nous mettre sur la pointe des pieds, en allongeant le cou, la bouche entrouverte, et tout le gradin soupire ou simplement inspire l’air au même instant (mon Dieu, ça fait une éternité que nous n’avons pas entendu ce bruit magique, ce murmure doux et fort, ce déchaînement délicat, ce bruissement enthousiaste, objectif et intime des supporters). Et tout ça pour quelle raison ? Parce que le Flori a reçu un ballon à mi-terrain et, après avoir légèrement basculé le buste en avant, a levé ses mains, ses bras, surtout son bras gauche, telle une aile, nous pouvions supposer à juste titre qu’il allait se lancer, qu’il se mettrait à /slalomer/, n’ayant devant lui /que/ cinq défenseurs. Dans le cas de quatre, le but était certain, dans le cas de cinq, on ne savait pas, il fallait l’espérer. C’est l’espoir qui nous avait fait nous lever. Ça n’existe plus. Ce geste et cette /élévation/ ont disparu de l’univers. Montrez-moi quelqu’un qui ne continuerait pas à grignoter ses graines de tournesol quand les joueurs lambinent à mi-terrain ? »

Peter Esterhazy, /Voyage au bout des seize mètres/

Dino Dini

11/02/2018 à 21h03

Merci pour les images. Impressionnant cette succession d'accélérations plein axe et cette qualité dans les contrôles orientés, on dirait un Iniesta grand et sec. Le marquage était certes lâche mais le premier pas d'Albert, c'était la grande classe.

 

Charterhouse11

12/02/2018 à 01h07

Oui, très chouette vidéo (trop courte et trop coupée dès qu'il n'a plus la balle, j'en aurais bien pris plus). Et quelle belle conduite de balle.

Sur le fil

RT @Inafr_officiel: Foot féminin et misogynie, le florilège ⚽ https://t.co/a4l7ryjgmV

Coupe du monde féminine U20: bilan du premier tour et présentation des quarts - https://t.co/NIsnIEFAHu https://t.co/hL6OxOxNFq

La formidable Ligue 1 a repris, notre formidable Gazette de la Ligue 1 aussi - https://t.co/Iys3Xuwn7V

Les Cahiers sur Twitter