auteur
Jérôme Latta

 

Chef d'espadrilles.


Du même auteur

Maillot 2017/18 du PSG : le décryptage

À l'instar du Beaujolais, les maillots nouveaux sont présentés avec leur lot de métaphores marketing: il faut bien leur donner un goût de banane pour les faire avaler. Notre cellule sémiologie s'est penchée sur celui du PSG.

 


Pascal Amateur

05/07/2017 à 13h02

Mosquée un club, enfin !

bcolo

05/07/2017 à 15h14

Parfaitement ignoble. Bien content de ne pas être supporter de ce club... Et en plus il faut payer pour ça ?

jeronimo

05/07/2017 à 16h03

@Pascal : tout simplement parfait. @la rédac : merci pour le retour ce de cette rubrique oubliée ! (moi je ne trouve pas si mal le nouveau maillot de l'ASM...)

environ bâillonné

06/07/2017 à 17h22

En quoi le public serait-il captif ? Bien couillon probablement (et encore : les goûts, les couleurs et la définition d'un prix "raisonnable" se prêteraient à des discussions infinies)... mais captif ?

Milan de solitude

08/07/2017 à 02h59

Décryptage très drôle ! Sur le fond, on peut être contre le renouvellement des équipements à chaque saison, mais il faut le dire comme ça. Parce que le nouveau maillot parisien ou le nouveau maillot monégasque n'ont rien de hideux ni de très iconoclaste.

 

Redalert

11/07/2017 à 14h37

Effectivement, merci Jérôme pour ce retour, je pense que les gens de chez Puma en charge des Girondins de Bordeaux pourront diriger la chaire en bullshitologie. A quand le retour de Jean-Patrick Sacdefiel, il me manque et puis, après tout, Denis Balbir sévit encore !

Sur le fil

L’attitude des Argentins sur l’action du but, c’est juste impossible.

Les Cahiers sur Twitter