auteur
Jérôme Latta

 

Chef d'espadrilles.


Du même auteur

Football Leaks : ce que le football est devenu

Une Balle dans le pied – Les Football Leaks obligent à considérer frontalement ce que les évolutions économiques du football ont fait de lui… et à quel point il est le symptôme de pathologies plus globales. 


osvaldo piazzolla

07/12/2016 à 18h01

Ce que j'essaye d'exprimer (mais je m'y prends mal), c'est que les évasions fiscales des millardaires du foot sont un épiphénomène par rapport à ce que contient football leaks sur la marchandisation des êtres humains. Pour faire court, Doyen et Gestifute sont à la base et au coeur d'un système de propriété de joueurs qui les transforment en esclaves, et que mêmes des joueurs très connus et très riches sont, de ce point de vue, concernés. Guilavogui a été vendu comme du bétail, en 48h, et contre son gré, à Doyen, qui l'a refourgué à un club (l'Atlético Madrid) qui n'en voulait pas du tout. On parle d'un joueur qui était déjà international français à l'époque.

Khalil Gibran

07/12/2016 à 18h11

osvaldo piazzolla aujourd'hui à 16h02 +1 avec "et alors" et dans le cas de LLoris, il n'était effectivement pas titulaire à ses débuts à Tottenham. ------ On sait de quel contrat il s'agit ? Car il en a signé un en 2012 puis il a prolongé en 2014. Les clauses ne sont peut-être pas les mêmes entre les deux. En tous les cas, comme vous, je ne trouve pas spécialement choquant le fait que les contrats des joueurs comportent des "primes d'apparition". Ca n'en fait pas pour autant des primes de défaite, clairement. On meinau score 06/12/2016 à 15h51 Les primes c'est du salaire aussi, hein. ------ Les primes sont une rémunération mais, en général, elles sont exonérées des charges salariales, non ? C'était le cas à une époque, en tous cas, mais je ne suis pas expert en fiscalité. Du coup, elles entraient dans le cadre de l'impôt sur le revenu, étaient concernées par la CSG, je crois, mais pas par les autres cotisations types retraite ou chômage ou maladie. D. Gullit 06/12/2016 à 10h41 ------ L'argument du manque à gagner pour les crèches et les hôpitaux est tout de même un peu mensonger et très moralisateur. L'évasion fiscale donne un manque à gagner pour l'Etat, ce qui, en cette période d'austérité, est dommageable. Mais sur l'utilisation du budget par l'Etat, nous ne nous exprimons pas (ou, à la rigueur, via notre vote aux élections législatives). Le fils de l'ami pourrait très bien te répondre : "ça fera des sondages en moins commandés à Patrick B." ou "ça nous obligera à virer des députés / sénateurs" ou toute autre utilisation un peu étrange du budget de l'Etat. La façon dont l'argent public est dépensé est, il me semble, plus une question de choix politiques que de quantité d'argent disponible, non ?

 

osvaldo piazzolla

07/12/2016 à 18h29

@khalil gibran c'est clair que le fabrice arfi il a pas dit "vous vous rendez compte le nombre de porte avions qu'on pourrait s'acheter avec ça?" :D comme après, il insistait sur "ce sont des faits", t'avais envie de lui dire "arrête ton char, Eugène Kabongo"