auteur
Etienne Melvec

Du même auteur

Drame mineur sous les projecteurs

Si France-Algérie n'a pas fini comme il aurait dû, les pires conséquences de ces gestes stupides sont les indignations disproportionnées et les amalgames instantanés que certains ne manquent pas de faire, au lieu de désigner les responsabilités d'adultes sains d'esprit.

me_myself

08/10/2001 à 00h11

c clair que la foire aux amalgammes est ouverte. les jeunes arrêtés ne prendront pas 10 ans de prison ferme. sachez juste que la jurisprudensce Alliot Marie gratifie tout envahissement de terrain de 6 mois de prison ferme.. je suis curieux de voir ce qu'il va se passer. (roland et larqué ont été briefé avant match, pour qu'ils ne soulignent pas l'hymne nationale sifflé, ceci expliquant cela).

fabest77

08/10/2001 à 04h50

Finalement, c'était plutôt sympa cet envahissement, ça a fait de l'animation dans un match qui tournait à vide et sans interêt. C'était juste des jeunes qui voulaient vivre leur moment de gloire en foulant cette pelouse et en passant à la télé. Y auraient juste pu attendre 15 minutes de plus, mais vu qu'y se faisaient chier comme nous, ils en ont eu marre.

GMAN

08/10/2001 à 06h29

LE FIASCO Le match de trop Ce qui s’est passé hier au Stade de France tient plus de l’émotion que de la réelle catastrophe: un match arrêté pour envahissement de terrain est, somme toute, un épisode banal qui se produit couramment un peu partout, y compris dans l’Hexagone. Les annales du football regorgent de ces petites et grandes tragédies que ne retiennent finalement que les esprits chagrins. Mais voilà, ce match n’était pas comme les autres, et son interruption brutale prend rapidement les allures d’une exceptionnelle déconfiture dont on redoute déjà les effets sur l’image de notre pays ou de ce qui en reste. On a voulu que ce match ne ressemblât à aucun autre, outrageusement bâti sur l’évocation douloureuse et quelque deux ou trois motifs à nostalgie qui ont vite fait de transformer une banale joute sportive en un extraordinaire choc des souvenirs. Comment alors se plaindre qu’il ait été conforme aux utopies qui l’ont entouré : sportivement, il n’avait évidemment aucun intérêt, surtout du fait de l’écrasante supériorité des Bleus, mais politiquement, dans les gradins, il avait les allures d’une compétition décisive entre deux pays qui n’avaient pas terminé de régler leurs comptes. Alors, un envahissement de terrain qui a l’outrecuidance de briser une utopie devient un intolérable outrage à l’étalage des bons sentiments et les gamins qui ont foulé avec jovialité le gazon du Stade de France seront bientôt tenus pour de nouveaux Ravaillac. C’est à ce travestissement fatal que conduit la politisation abusive du football : il faut résolument le laisser aux footballeurs et s’interdire de l’utiliser comme « outil de rapprochement » entre les peuples et autres fadaises qui ont nourri les discours démagogiques des hommes d’Etat qui parlent de sport quand le destin de leurs peuples vient à les ennuyer. Ce match-là était déjà précoce et inutile, on l’a rendu plus risqué en le politisant et, au final, on ne sait s’il faut se lamenter d’avoir encaissé quatre buts au Stade de France ou d’y avoir laissé une partie de notre dignité. Par Mohamed Benchicou (dans Le Matin) Toute l’Algérie était derrière son poste de télévision. Toute la France n’avait d’yeux que pour ce match de foot. C’était la première fois que les deux pays regardaient dans le même sens. Mais comme le football recèle beaucoup de surprises, il y eut un envahissement , sympathique il faut le dire, du terrain par un certain nombre de supporters des Verts qui voulaient vivre de plus près la fête. Il est vrai que c’était un dépassement inadmissible qui a gâché la fête, mais à un aucun moment il ne fallait céder aux amalgames. Les jeunes sont imprévisibles, alors autant leur accorder des circonstances atténuantes. Par Azeddine Hammou (dans El Watan) C’était le «5 Juillet» La capitale française a vécu une journée particulière hier à la faveur de l’empoignade des Verts et des Bleus engagée dans la soirée. Cette rencontre «amicale», surdimensionnée par l’héritage psychologique de la période coloniale et des turbulences subies entre les deux pays après l’indépendance, s’est donné un cachet spécial. La pression était donc évidente, et bien avant le début de la rencontre, les chemins menant au Stade de France avaient d’amusantes allures colorées. Le drapeau algérien était largement dominant et des processions en folie de jeunes des banlieues et d’ailleurs donnaient libre cours à leur enthousiasme, du départ de Saint-Denis aux tronçons autoroutiers environnants, l’occasion était à «l’expression identitaire» teintée d’un trop-plein de prosélytisme bon enfant. Les alentours immédiats du Stade de France avaient des «allures de 5 Juillet» les jours de grande affluence. Derbouka, saxo, chants et danses et les étendards nationaux portés à bout de bras par les supporters algériens qui croyaient dur comme fer que leur équipe allait faire mordre la poussière aux champions du monde. Combien étaient-ils hier, ceux que berçait ce rêve, a priori inaccessible ? 20 000, 30 000, 40 000 ? Dès l’ouverture des portes du stade, le drapeau national s’installait en conquérant sur la terre de France le temps d’une soirée. On s’occupait ainsi comme on pouvait dans les gradins quand, à la vue des joueurs de l’équipe de France venu tâter la pelouse, le stade explosa... de sifflets stridents et copieux. Les champions du monde n’en revenaient pas et avaient l’impression, pensons-nous, de jouer à l’extérieur. En tout cas, jamais pareille situation ne s’était produite. A l’opposé, l’équipe d’Algérie a été reçue par un tonnerre d’applaudissements, ce qui a dû réconforter nos joueurs, eux qui semblaient s’être présentés dans l’antre français pour limiter les dégâts. Quoi qu’il en soit, le préposé à l’animation du Stade de France ramènera un peu de sérénité dans les tribunes en souhaitant la bienvenue à la colonie intérieure algérienne en lançant à leur adresse un très diplomatique «salam alikoum». C’est la période d’échauffement des joueurs. Les champions du monde dégageaient une impression de sûreté et de grande confiance, alors qu’en face les Algériens étaient crispés, écrasés par la notoriété des grandes vedettes adverses. Toutes les couronnes mondiales sont là, ceux qui ont feint l’indifférence à l’égard du rendez-vous comme ceux qui ont fait part de leurs craintes dans cette conjoncture internationale un peu spéciale. Visiblement Goliath ne craint pas David mais ce qui gravite autour... Dans le camp des politiques, on vibre aussi. Un politicien de l’Hexagone se posait la question de savoir si le match allait être celui du rapprochement ou d’une fracture plus douloureuse encore entre la communauté algérienne en France, à cœur d’intégration, et la société française. Ça n’a pas été trop une impression de fraternisation à la lecture de la composition des deux équipes. Des joueurs algériens extrêmement applaudis et des joueurs français soudainement conspués à l’exception de Zinedine Zidane, chaleureusement applaudi par les deux camps. 20 h 40, heure française ; l’orchestre de blanc vêtu s’immobilise au milieu de la pelouse et les deux emblèmes nationaux sont déployés de part et d’autre à l’horizontale. 20 h 45. Les deux sélections se présentent, s’immobilisent en prélude aux hymnes nationaux des deux pays. Kassaman est entouré par 50 000 poitrines ; un moment d’émotion intense. La Marseillaise est, l’on s’y attendait un peu, sifflée. Pas vraiment méchant, mais allez retenir ces jeunes des banlieues qui n’attendaient que ça pour prendre une longueur psychologique sur l’adversité et la malvie de tout bord. Le match pouvait commencer. Quant au résultat... Après une heure de fête, tout bascule. Des jeunes pénétrent sur le terrain au moment où le service d’ordre était archi-dépassé. Les joueurs rejoignent alors les vestiaires pendant qu’en dehors du stade les CRS tentent de ramener le calme. Le président de la FFF ainsi que la ministre française de la Jeunesse et des Sports, Marie-Georges Buffet, intervenant au micro, n’ont pu ramener les esprits au calme. Un match, une fête gâchée. Dommage... Par O. Kharoum (dans El Watan)

tat

08/10/2001 à 08h27

Franchement, des p'tits jeunots qui viennent s'amuser sur la pelouse je ne vois pas ce que ca a de "grave", "attristant" et "irrespectueux" comme l'on balance tout ces pseudos journalistes a 2 balles, Francis Marotto (ca s'ecrit comment?) en tete (il devrait se mettre au melodrame...). C'etait meme plutot rigolo et sympa en fait! Moi ce que je trouve beaucoup plus "grave", "attristant", et tout ca, c'est la rentree du "Snake" a la mi-temps!!! Mais bordel de bordel, quand est qu'on va le foutre a la porte pour de bon, hein Roger ?!? A+, Tat

houbahouba

08/10/2001 à 10h27

Ni grave, ni anodin. Les débordements de la fin de match n'étaient qu'une façon de se montrer sans revendication particulière. Plus un excès d'enthousiasme dopé, hélas, à la bêtise ordinaire. Mais le contexte politique actuel nous démontre que tout est possible et qu'il était normal d'être vigilant. Cependant, vigilance et vigiles ce n'est pas la même chose. car il semble très facile de se retrouver sur la pelouse du SDF. Alors bien sûr l'éternel débat sur grillage ou pas grillage va ressurgir. Et comme souvent, c'est une minorité irresponsable qui dictera sa loi de la connerie à une majorité respectueuse des joueurs. En parlant de respect, je suis toujours choqué que l'on conspue l'hymne national d'un pays que l'on accueille dans son stade mais bizarrement je n'ai pas été surpris que ce soit la Marseillaise qui récolte sa bordée de sifflet. Est-ce parce que le fossé est si grand entre les jeunes français d'origine étrangère et ce pays qui n'est pas une terre d'accueil mais aussi LEUR pays parce qu'ils y sont nés ? Je n'ai pas dit qu'ils s'y sentaient bien…mais j'espère qu'ils s'y sentent chez eux parce que c'est autant chez eux que pour un breton, un bourguignon ou un antillais.

me_myself

08/10/2001 à 10h40

houbahouba, soit tu vis sur mars ou tu vis dans ce beau départment de la lozère (quoiqu'il y a des zup à Mende..) ces gars sont de la troisième génération, ils sont perdus, et ils n'aiment pas la France. on ne peut rien pour eux. le fossé est là et rien ne pourra le combler. s'ils aiment tant ce pays qu'ils ne connaissent pas (l'Algérie), qu'ils y retournent? désolé pour le non politiquement correct. franchement nous avons une équipe de France qui respire l'intégration, le METISSAGE et ils préfèrent l'autre?

marco

08/10/2001 à 11h18

Quand même Marotto était grandiose. Il a failli me faire pleurer.

CELTIC BHOY

08/10/2001 à 12h27

L'EdF respire l'intégration, OK. Mais c'est pareil dans le reste de la société ? non. Ya du progrès, certes mais c'estg pas encore ça. L'EdF n'est pas représentative de la société, et ces jeunes n'espèrent pas jouer un jour en EdF. Donc ce n'est pas pur eux. Quelque part, ils ne se sentent pas entièrement acceptés par notre société, ni même par leur pays d'origine. C'est la dure condition d'étranger, dans un pays qui accepte difficilement que tu aies un passé, une culture, une religion différente. L'expression de ce malaise est peut-être maladroite, mais on ne va pas améliorer les choses en renforçant le rejet. La France n'est pas un régime totalitaire, certes, mais essayer un peu d'être arabe, musulman, pauvre dans la société, et vous constaterez que vous n'avez pas les mêmes chances que les autres.

ibrahima bakayoko

08/10/2001 à 16h32

100 % d'accord avec Etienne Cet envahissement de pelouse c vraiment pas la fin du monde, quand on voit me_myself nous parler comme le premier lepeniste venu ca devient saoulant

magic luis

10/10/2001 à 10h27

t'as rien compris... le pb c'est pas l'envahissement de la pelouse par quelques centaines de jeunes trop enthousistes et inconscients. Ca a la limite tout le monde s'en fout... c du deja vu... ce qui est grave c que les mecs aient sifflé leur hymne! Ca c'est chaud et inexcusable, et ça justifie l'acharnement mediatique...

 

west brom

11/10/2001 à 02h01

Je pense que votre article manque de merure, il est clair que il ne fallait pas aller trop loin, mais moi je trouve que vous allez trop loin dans l'autre sens. En effet il apparait incontestable que les chantres du "securitarisme" y ont trouve leur compte et que manifestement, ils avaient deja prepare leur texte. Neanmoins vous ne semblez pas faire autre chose dans votre article: a la rethorique droite repressive, vous opposez la rethorique gauche molle (celle qui est vouee a perdre les prochaines elections). Bien sur il n'y avait pas lieu d'avoir peur samedi au stade de france mais il parait incontestable que vous minimisez franchement les huees que la marseillasie a du ecoper. Moi ca me choque, si un stade de France empli de francais de souche (si cela existe) avait hue l'hymne algerien, j'aurais eu honte, de meme que j'ai honte quand Le Pen fait 15 pour cent. ou quand certains supporters de mon club, le PARIS sT GERMAIN traitent Ben Arbia de sale bougnoul (pour moi c'est la meme chose que sale francais) Ainsi, j'ai trouve cette attitude (de la part d'une majorite du public du SdF)au mieux xenophobe, au pire raciste. Moi je ne trouve pas ca normal et ca doit etre condamne comme tel. Le genre de discours que vous tenez alimente justement le racisme car c'est du "2 poids, 2 mesures". Je pense d'ailleurs que si les francais de souche avaient hue l'hymne algerien, vous auriez condamne cela fermement et sans equivoque, ce qui aurait ete normal. mais la franchement votre reaction est decevante. enfin c'est une democratie, chacun a ses opinions. pour finir je tenais a vous feliciter pour cet excellent site qui est rapidement devenu un must. oN est pas d'accord sur tout mais ca ne m'empeche pas de me rgaler a lire vos nombreuses chroniques Paris Till I Die

Le forum

Qui veut gagner des quignons ?

aujourd'hui à 20h30 - Mevatlav Ekraspeck : Ça va de soi.Sinon j’étais persuadé qu’un Sakapis avait été un footballeur professionnel... >>


Observatoire du journalisme sportif

aujourd'hui à 20h12 - Classico : suppdebastilleaujourd'hui à 17h53A ce sujet Estelle Denis devrait se faire dezinguer par les... >>


Les pseudos auxquels vous avez échappé ...

aujourd'hui à 20h10 - Delio Onnisoitquimalypense : Ah Youri de me voir si Bale en ce miroir >>


CdF Omnisport

aujourd'hui à 19h51 - fabraf : Sauf si les diffuseurs demandent un rabais suite au mauvais temps (plus rien ne me surprend... >>


LdC : La Ligue des Cahiers

aujourd'hui à 19h14 - balashov22 : Merci quand même pour la tentative Rabbi.Perso, je suis plutôt partant pour la solution proposée... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 19h12 - balashov22 : Runaujourd'hui à 17h56Koné est actuellement blessé (ou pas suffisamment remis) et a priori... >>


L'empire d'essence

aujourd'hui à 18h31 - fabraf : Mouai... Concrètement pouvait-on vraiment appliquer la nouvelle réglementation technique en 2021... >>


Bréviaire

aujourd'hui à 17h49 - Delio Onnisoitquimalypense : C'est vraiment trop injuste"Mercato PSG : Leonardo bloque Kalimuendo"paristeam.fr >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 17h22 - djay-Guevara : 300 kEur/mois >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 17h20 - Mallardeaufraiche : Bancs en plastique, joueurs en bois, dirigeants en carton... Recyclons le Bordeaux Girondins en... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)