auteurs
Gilles Juan et Jérôme Latta

7 mesures pour sauver la Ligue 1

Inutile de lutter avec les armes de championnats dont on n'aura jamais les moyens économiques: il faut sauver la Ligue 1 par le jeu, le spectacle, la beauté, l'audace et l'amour du football. Notre programme en sept points. 


osvaldo piazzolla

23/05/2016 à 00h57

Si je peux me permettre, si l'objectif du dernier point est d'éviter le relâchement, il vaut mieux accompagner le grand nombre de rélégables d'un système de playoffs comme en belgique sinon il y a des équipes qui vont terminer très tôt la saison... Et pour le premier point, ça serait carrément pertinent si le nombre de points marqué pour une victoire dépendait de la différence de points entre les équipes au coup d'envoi (comme aux échecs ou au tennis non?)...mais le problème serait les différences entre début et fin de championnat. peut être tenir compte des championnats passés ? en tout cas, tout ça n'est pas du tout déconnant ;)

José-Mickaël

23/05/2016 à 01h10

Ouf, j'avais eu peur d'un énième article humoristique, mais non : tout cela est très sérieux (notamment la mesure concernant la coupe de la Ligue, que j'adore !). Du coup la première mesure m'a fait penser à un truc : on pourrait moduler les 3 points de la victoire en fonction d'un coefficient calculé par rapport au nombre de points gagnés par l'équipe perdante. Ainsi une victoire contre un club bien classé rapporterait nettement plus qu'une victoire contre un club mal classé. Metton qu'on attribue à une victoire non pas 1+2 points, mais 1+2C points où C est un coefficient qui pourrait être égal au rapport entre le nombre de points de l'équipe perdante et le nombre de points moyen à ce moment de la saison. (Il ne faut pas attribuer 3C points, car si l'équipe perdante a très peu de points, la victoire pourrait rapporter moins de 1 point.) Exemple : à un moment, PSG mène avec 60 points, Metz est dernier avec 9 points, et la moyenne est de 30 points. Si Bastia bat Nice qui a 39 points, le coefficient vaut C=1,3 donc la victoire leur rapporte 3,6 points. Dans le même temps, Lyon bat PSG et gagne (C=2) 5 points, tandis que Monaco bat Metz et gagne seulement (C=0,3) 1,6 points. Ce serait compliqué !

José-Mickaël

23/05/2016 à 01h29

Je me corrige : on multiplie le nombre de points (0, 1 ou 3) par ce coefficient C. Ainsi même un match nul est modulé en fonction de la qualité de l'adversaire. Je joue contre PSG, C=2 (60 points au lieu de 30 en moyenne) donc un match nul vaut 2 points. Je joue contre Metz, C=0,3 (9 points au lieu de 30) donc une victoire vaut 0,6 points.

Roger Cénisse

23/05/2016 à 08h56

2 clubs relégués + des play downs à 4 pour la dernière place de relégué (+ barrage ?), ça pourrait en effet être sympa.

Julow

23/05/2016 à 09h28

C'est très rigolo. Pour le lectorat mondial et la gloire de la langue, deux coquilles, je me permets (vous pouvez effacer cette réaction après) : - le choix de la beauté : "les équipementiers devront obtenir et payer très cher une licence" est bizarre ("payer très cher pour obtenir", ou juste "payer très cher une licence") - dernier paragraphe : "aura faire du chantage"

Back-T-Oblak

23/05/2016 à 13h37

Je propose une mesure pour booster le bas du classement : -Pénalité d'un point à chaque fois qu'un entraîneur parle de l'objectif des "42 points".

djay-Guevara

23/05/2016 à 16h12

Deja virer la coupe de la ligue et revenir a une victoire a 2 points. En France, on a plus l'impression que l'on risque de perdre 3 points en cas de defaite que de gagner 3 points en cas de victoire. Et puis on pourrait passser a un championnat a 16 clubs avec 4 relegations (2 relegations + 2 barragistes) pour dedramatiser la descente. Et aussi 2 groupes de L2 (et suppression du national).

djay-Guevara

23/05/2016 à 16h12

Deja virer la coupe de la ligue et revenir a une victoire a 2 points. En France, on a plus l'impression que l'on risque de perdre 3 points en cas de defaite que de gagner 3 points en cas de victoire. Et puis on pourrait passser a un championnat a 16 clubs avec 4 relegations (2 relegations + 2 barragistes) pour dedramatiser la descente. Et aussi 2 groupes de L2 (et suppression du national).

osvaldo piazzolla

23/05/2016 à 16h25

Pour ajouter un comm superflu, je voudrais attirer votre attention sur le fait qu'à l'époque ou je lisais les résultats des championnats étrangers dans france football (ie dans les années 80), il existait en Bulgarie la règle de 0-0 => 0 points pour les deux équipes. ça m'a toujours paru mille fois plus intelligent que la victoire à trois points.

Roger Cénisse

23/05/2016 à 16h49

J'ai pas suffisamment confiance dans les footeux pour cette règle du 0-0 = 0 points. Je suis sûr qu'on verrait plein de matchs à 1-1 avec des buts "bizarres" dans le premier quart d'heure.

 

dugamaniac

23/05/2016 à 22h39

Je propose la création d'une division "élite" ou "super ligue 1" constituée du PSG. Et pour le reste on garde la ligue 1 classique, le vainqueur ayant le droit d'affronter le PSG, à la condition évidemment que Laurent Blanc trouve une place dans le calendrier pour ce match de prestige.

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)