auteur
Richard Coudrais

 

Pionnier du foot sur le Web avec Kick'n'Rush, historien pour les Cahiers et Footichiste pour son compte.


Du même auteur

Platini 1985, un tir dans la nuit du Heysel

Un jour un but – Le 29 mai 1985, Michel Platini inscrit sur penalty ce qui aurait dû être le but le plus important de sa carrière. La Juventus remporte en effet pour la première fois la Coupe des clubs champions. Mais nous sommes au stade du Heysel...


Maniche Nails

01/06/2015 à 08h34

Mince j'ignorais complètement que le drame avait eu lieu avant le match, merci pour cette cure de rattrapage, même si c'est encore plus glaçant que je croyais. Tu dis que les tribunes éloignées ne se sont comme rendu compte de rien et que les joueurs ont su/dû faire abstraction du contexte, mais qu'en est-il des commentateurs et du ressenti des téléspectateurs d'alors sûrement abreuvés d'images choc ?

Maniche Nails

01/06/2015 à 08h36

"que ce que je croyais"*

peter panderlecht

01/06/2015 à 09h08

Il ressort du reportage de la RTBF diffusé il y a qq jours que les gens au stade et les commentateurs étaient en fait les derniers au courant. A l'époque pas de GSM, les commentateurs ne pouvaient quitter leur poste et donc les infos arrivaient au compte goutte. Et quant il s'est avéré qu'il y avait des morts, ils ont été évacué en toute discrétion vers un hôpital militaire. Par contre les joueurs avant le coup d'envoi étaient au courant d'un certain nombre de mort et on a fait pression sur eux pour qu'ils jouent de peur que l'annulation du match ne provoque une bagarre entre supps italiens et anglais encore plus meurtrière. Les responsables et témoins de l'époque aujourd'hui encore estiment que c'était la meilleure solution...

Richard N

01/06/2015 à 09h21

En terme de ressenti de téléspectateurs, je peux te donner le mien, mais je pense que chacun à pris le truc à sa façon. De mémoire, je me souviens que dès sa prise d'antenne, juste avant le match, Thierry Roland annonce qu'il se passe des choses graves. Les caméras sont déjà braquées sur les tribunes. TF1 se met en mode "édition spéciale en direct", on reçoit toute sorte d'infos contradictoires, on voit des images de confusion, de panique, de violence. En fait, on voit bien qu'il se passe quelque chose, mais on ne comprend rien. Larqué et Hidalgo (consultant pour ce match) expriment leur colère. On est scotché devant la TV, on pense que le match est annulé mais on reste devant le poste. Lorsque le match a débuté, on a ressenti ça comme une trêve, une petite respiration entre deux moments de violence. Comme je l'exprime dans le texte, la joie de Platini m'a un peu surpris. Et, dois-je l'avouer, je m'étais dit que s'il avait cette réaction, c'est que ce qui s'était passé avant n'était pas si grave que çà. C'est surtout dans les jours qui ont suivi qu'on a pu avoir les infos sur le déroulement du drame. Comme les joueurs, en somme.

Ba Zenga

01/06/2015 à 09h25

En effet, il est bien difficile de savoir ce qu'il aurait fallu faire dans de telles conditions. Merci à Richard pour cet article sur ce but que je n'ai pas vécu en direct, mais qui a toujours suscité en moi des interrogations.

Maniche Nails

01/06/2015 à 12h10

Merci pour vos réponses. Ça a dû être une "expérience live" (heureusement) unique.

Gouffran direct

02/06/2015 à 03h41

C'était la confusion en effet, je me rappelle d'un manque d'infos claires et beaucoup d'attente. Quand j'ai vu les images de Furiani plus tard, ça m'y a fait penser. Mon père m'avait promis que si Bordeaux battait la Juve en demie, on irait voir la finale. Il aimait Bordeaux et la Juve, étant Turinois d'origine il était quand-même content de les voir en finale. On est pas allés la voir et on a regardé la télé. Mon père ne savait plus quoi penser entre l'incompréhension, l'effroi, la peur, le doute et puis ya eu le match. Je ne m'en rappelle plus du tout et on en a jamais vraiment reparlé.

lotbur

02/06/2015 à 10h50

Idem pour moi Gouffran. En tant que supporter de Bordeaux, mon père m'avait promis de m'y envoyer si Bordeaux battait la Juve en demi. A l'époque, le journal l'équipe organisait des voyages avec aller/retour en bus et entrée au stade pour pas (trop) cher. Mes parents avaient hésité à prendre le billet pour la finale quand même malgré l'élimination de Bordeaux... Ça tient à peu de choses...

plumitif

02/06/2015 à 15h28

Déjà dans la journée, il régnait une atmosphère d émeute à Bruxelles. En fin d’après midi le sol de la Grand Place était recouvert de verre cassé et le centre vile semblait livré aux supporters de Liverpool, et était devenu une zone de non droit abandonné par les forces de police aux bagarres et aux beuveries. Au stade, la tension a explosé d’un seul coup. Les supporters de la Juve occupaient un virage. Celui d’en face était divisé en deux. Une moitié pour les supporters des Reds, l’autre réservé aux détenteurs de billets en vente libre, achetés en grande majorité par les italiens ou descendants d’Italiens résidant en Belgique et donc supporters de la Juventus. Le cocktail infernal était en place. Chaleur, supporters anglais entassés (beaucoup étant entrés en force) et pour beaucoup très alcoolisés, barrières fragiles entre les deux parties du virage, présence côte à côte des supporters des deux camps, frustration des anglais d’être entassés, hooligans en première ligne pour attaquer l’autre camp occupé essentiellement par des familles et des gens pacifiques. Il n’a pas évident tout de suite dese rendre compte de l’effet de l’attaque des supporters anglais. Car ils n’ont pas véritablement occupé l’autre partie du virage et il y a eu peu de confrontations directes. Ce sont les jets de pierre.et du revêtement friable du sol des virages et quelques charges qui ont provoqué l’entassement des supporters italiens vers le bas du bloc Z. L’inaction et l’inertie des services de police et de gendarmerie ont été constants. Pas de réaction immédiate afin d’établir une séparation entre les deux parties du virage. Pas d’intervention dans le virage côté italien afin d’essayer de desserrer la pression en bas du bloc Z. La seule intervention notable aura été celle d’un gradé à cheval, incapable de maitriser sa monture sur la piste d’athlétisme devant la tribune officielle, désertée, où les supporters italiens cherchaient désespérément un téléphone afin d’appeler leurs proches. Du stade, on voyait bien qu’en bas de la tribune Z, il se passait quelque chose. Faute de pouvoir y accéder et afin de se rendre vraiment compte de la situation, il fallait sortir de la tribune de presse, descendre un escalier, tourner à droite et au bout de 50 mètres découvrir la véritable ampleur de ce qui s’était passé. Le long de la tribune, prostrés, les blessés légers, sous des tentes, les blessés graves, en transit pour les hopitaux par un va et vien incessant d’hélicoptères. Et sous d’autres tentes, l’espace entre les toiles s’entrebâillant découvraitl’horreur : des corps sans vie. Et ce soir de finale de Coupe d’Europe des Clubs champions, à l’heure où aurait dû commencer le match, derrière une tribune, entre trois tentes occupées par des cadavres, un commandant de gendarmerie commençait ainsi son point presse : "Il y a eu un phénomène de blocage le long d’un mur, l’autre s’étant écroulé. La majorité des victimes a été écrasée. Le blan provisoire s’établit à 35 morts que nous avons dénombrés sous les tentes et plus de cent blessés. En ce qui concerne Michel Platini. Il a dit ceci le lendemain, dans l’avion qui ramenait la délégation de la Juventus de Bruxelles à Turin. « Notre première réaction à nous tous a été de dire que ce n’était pas possible. (dejouer). On est venus pratiquement tout de suite nous dire ce qui s’était passé. A ce moment là il semblait impensable d’aller disputer un match de foot. Et puis une autre interrogation s’est imposée à nous. Qu’estc e qui se serait passé si le match n’avait pas eu lieu ? La décision de l’UEFA était la seule possible.Il était prévisible que les supporters de la Juve auraient voulu se venger si on avait remis la rencontre. C’est ce que nous sommes allés leur dire lorsque nous sommes sortis pour aller leur parler. En leur expliquant que certaines décisions étaient difficiles, mais que pour des raisons de sécurité, il n’y avait pas d’autre possibilité ». A propos de son geste après le penalty et son comportement pendant et après la rencontre. « Cela pouvait paraitre anormal de ne pas sembler ressentir des retombées émotionnelles. Mais cela s’explique. Nous sommes des professionnels et tout le monde était préparé à jouer un match. Pour nous, se plonger dans la rencontre, la disputer à fond, c’était un moyen d’oublier. C’est comme au cirque, le spectacle doit continuer. C’est la vie et elle n’est pas belle ».

 

CELTIC BHOY

03/06/2015 à 14h39

Dans cette triste histoire, le chat noir s'appelle Kenny Dalglish. Dans les tribunes pour l'Ibrox Disaster, sur le terrain pour le Heysel et sur le banc pour Hillsborough.

Le forum

Absolutely UEFAbulous - absolutely FIFAbulous !

aujourd'hui à 09h36 - Tricky : Depuis le temps qu'il est en poste, tu peux l'appeler papa, ça lui fera plaisir. >>


Feuilles de match et feuilles de maîtres

aujourd'hui à 09h27 - Balthazar : Est-ce que Milan (ou quelqu'un qui comprend vite) pourrait dire ou redire : 1) jusqu'à quand on... >>


Fussball chez nos cousins germains

aujourd'hui à 09h27 - Dédie mon Stück : Le Bayern a quand même semblé particulièrement attentif à ne pas vraiment dire non, je me... >>


Le fil dont vous êtes le héros

aujourd'hui à 09h19 - dan : Ligue des Branquignols:Mardi 13h : inamoto - Breizhilien (P6B, J3)Mardi 21h15 : Devikink -... >>


Le Palet des Glaces

aujourd'hui à 08h58 - theviking : J'ai entendu dire qu'il y avait 166 joueurs en LNH qui n'étaient pas nés le jour où il a fait... >>


Les jaunes, héros zen

aujourd'hui à 08h55 - Toni Turek : C'est normal, les D*ha d'honneur sont interdits. >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 08h53 - Flo Riant Sans Son : Ola le Café ! Avis au connaisseur de foot amateur marseillais. Ça fait un moment que ça me... >>


Les pseudos auxquels vous avez échappé ...

aujourd'hui à 08h47 - Di Meco : Hasan Sas de l'Hapoel-Leeds ?Djetou oubliait, quand Yilmaz oubliait >>


Etoiles et toiles

aujourd'hui à 08h41 - blafafoire : @PascalPour moi "dystopie SF" rappelle tout de suite la SF des années 60/70 tout à fait... >>


La vie et l'avis des coaches

aujourd'hui à 07h48 - Le génie se meurt ? Ah mais l'mage rit : Après je dis ça, mais comme le premier fan venu, j'ai une photo à Madeire de moi et la statue de... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)