auteur
Christophe Kuchly


Dé-Manager, qui parle dans Vu du Banc et écrit pour l'AFP et dans La Voix du Nord.


Du même auteur

Le mythe de la compétitivité du football anglais

Si la Premier League réussit mal cette année en Europe, ce n’est pas qu’à cause de la malchance. Le déclin du championnat le plus riche du monde est celui de ses locomotives, mais les problèmes structurels sont réels.


Zorro et Zlatan fouillent aux fiches

23/03/2015 à 10h45

Cet article est bieng. Merci. À noter que s'il y a quelques années on avait peur d'une confiscation de l'intérêt de la PL par le Big 4, cette année a quand même montré quelques outsiders intéressants en Southampton et West Ham (qui n'aura pas vraiment passé l'hiver). Allié à des équipes têtues comme Stoke, quelques seconds couteaux qui vont et viennent (Everton, Totthenham) et des favoris qui se cassent la gueule, le championnat a quand même une dynamique assez intéressante qui ne se limite pas aux raclées ponctuelles que Chelsea ou City peuvent parfois coller aux autres. Je sais pas à quel point c'est à mettre en relation avec les résultats européens. Bon au niveau tactique c'est assez souvent pénible à regarder, mais en un sens ce championnat assez dense justifie un peu l'énormité des droits TV (j'aimerais que ce soit le cas pour la L1 aussi qui promet une belle fin de championnat).

Charterhouse11

23/03/2015 à 11h59

Très bon article, très fouillé, très précis, merci. Ah et merci aussi d'avoir descendu l'argument tarte à la crème du "Boxing Day", argument utilisé à tort et à travers par les défenseurs de la PL (dont je suis vu que ce championnat me passionne, mais que je ne rejoins pas sur ce point là) depuis les éliminations conjointes de Monaco, City et Chelsea.

Le Meilleur est le Pires

23/03/2015 à 13h33

Je tiens, malgré la qualité et l'intérêt indiscutables de l'article, à corriger une faute que je ne saurais laisser passer: Chelsea n'a mis "que" 7 buts à Maribor, dont surtout les 6 à Stamford Bridge. Ca ne laisse qu'un seul de marqué à Maribor (pour une égalisation à 1-1). Ce qui permet de relativiser la qualification de "saloon" (et un peu l'argument évoqué), ou sinon que dire du Shakhtar... (saloon.. Non mais oh quoi). Et merci pour tout le reste de l'article!

Radek Bejbl

23/03/2015 à 13h40

Au temps pour moi je corrige ça, j'avais décalé d'une ligne avec la raclée mise à Schalke. Qui est un peu saloon aussi puisque le Sporting leur en a mis 7 sur l'aller-retour.

AKK, rends tes sets

23/03/2015 à 15h57

Très bon article, bien développé, à faire lire impérativement aux détracteurs des autres ligues majeures !

KL

23/03/2015 à 17h02

Très bon article bravo Je le ferais bien lire aux "analystes" de Canal+ dont les réactions se résument à "La PL c'est trop fort, 7 milliards de droits TV tout est dit". Sans non plus tomber dans le tout aussi rapide "La PL c'est pourri", j'ajouterais aux propos de Radek que malgré tout, c'est souvent à travers les locomotives que l'on juge la santé des championnats. En ne s'attardant que sur le révélateur européen, je ne pense pas que le niveau des championnats ait fondamentalement changé depuis 10 ans, je pense que la PL a surtout bénéficié d'un contexte très favorable pour briller en C1 jusqu'à 2008 et de la présence d'une seule (voire zéro) "superpuissance" à écarter (par exemple : Milan AC d'Ancelotti, Barcelone de Guardiola) pour quatre clubs de PL qui pouvaient alors se faufiler jusqu'au dernier carré en tirant à chaque fois des clubs grecs, danois ou roumains, puis des seconds couteaux allemands ou portugais avant éventuellement les grosses cylindrées mais qui étaient très loin de leur niveau actuel (Real Madrid, Bayern, Dortmund...) lors des phases à élimination directe. Aujourd'hui, toutes ces équipes ont laissé leur place aux très grosses cylindrées qui sont bien trop nombreuses et que les clubs anglais doivent affronter dès les 1/8 (si ce n'est avant) : Real Madrid, Barcelone, Bayern, éventuellement l'Atletico et Paris en attendant de voir sur le plus long terme. Et ce n'est certainement pas les équipes anglaises actuelles qui sortiront toutes ces grosses équipes. On attendra de voir comment les clubs anglais vont gérer la manne financière des droits TV: est-ce qu'ils vont en profiter pour bâtir des grosses équipes qui seront du niveau du Bayern ou du Real Madrid actuel ou est-ce qu'ils vont poursuivre leurs travers et payer 40 pour un joueur qui vaut 10 et qu'ils ne payaient "que" 20.

sansai

23/03/2015 à 20h00

Je suis en accord quasi-total avec cet article. J'ajouterais que les quelques bonnes idées qu'on a pu voir émerger en EPL se sont surtout manifestées chez des promus récemment (comme Swansea, effectivement), et que même chez ces clubs, elles ont tendance à s'émousser avec le temps et à ne pas perdurer. Il faut dire que ces mêmes clubs, qui ont eux aussi tendance à recruter leurs techniciens par le tour extérieur, sont sujets au pillage de leurs coachs, et qu'il n'est pas toujours évident de remplacer un Roberto Martinez, surtout en n'ayant jamais de meilleure solution que le recrutement externe. Non pas qu'il faille tomber dans la consanguinité, mais une base d'identité de club enrichie par les apports extérieurs me semble indispensable pour durer dans une idée du football. Une formation défaillante, c'est aussi une formation de techniciens défaillante : les deux vont de pair à mon sens, savoir former des joueurs et monter des projets de jeu sont les deux facettes d'une même pièce. Celle de l'identité de jeu, de la conceptualisation du football qui va permettre de produire autant de techniciens que de joueurs de haut niveau, capables de remettre leur football sur l'ouvrage en permanence, comme les héritiers de Rinus Michels ont su le faire, pour en arriver jusqu'à Guardiola (avec un détour enrichissant du côté de chez Bielsa). Aujourd'hui, on cherche les héritiers des Bill Shankly (la pénible tentative de Liverpool d'y revenir après les années Benitez n'a pas été qu'un échec), ou de Brian Clough. Le foot anglais actuel est en grande partie une page blanche remplie sur la base des antiennes du "football moderne" et du management, et dont la mémoire manque. J'ajouterais aussi que, vers le milieu des années 2010, à une époque où dans mon souvenir, l'écrasante majorité s'entendait sur le fait que les footballs du type "à la nantaise" étaient une chose du passé, que le football moderne ne permettait plus ce type de football élaboré dans la durée, pro-actif et joueur, l'émergence du football de Guardiola a été un tournant bien compris et bien pris non seulement par l'Espagne dans son ensemble, décomplexée par le Barça et la sélection Espagnole sur la viabilité de projets de jeu élaborés face à l'hyper-intensité athlétique des clubs britanniques, mais aussi en Italie (Juventus, Roma, Napoli, Fiorentina, Udinese à divers degrés), en Allemagne (Bayern, Dortmund, Moenchengladbach, Wolfsburg...), peut-être même à Marseille, et complètement raté par l'Angleterre qui n'en a pas compris l'essence (acheter les meilleurs joueurs et les plus grands techniciens du Monde n'étant toujours pas suffisant pour reproduire la même chose en 6 mois, sans cohérence dans la durée). Derrière l'échec des clubs anglais, il y a la question de qui dirige ces clubs, qui décide in fine de la politique sportive, des conditions matérielles, structurelles et temporelles allouées à cette politique sportive, et sur la base de quelles convictions... Pas sûr que les milliards alloués au football anglais lui donnera plus de patience et d'intelligence, en effet. Peut-être qu'une succession d'échecs y parviendra. Mais combien de temps pour reconstituer un tissu d'éducateurs, de joueurs et de techniciens de haut niveau ?

Ba Zenga

24/03/2015 à 17h51

Excellente et pertinente analyse, merci Christophe.

 

Nom de Zeus

25/03/2015 à 15h37

Très bon article, très intéressant. Bravo !

Le forum

La vie et l'avis des coaches

aujourd'hui à 04h36 - Lucho Gonzealaise : forezjohn15/10/2019 à 22h21Comme ça a été dit je pense qu'il ne veut être coach qu'à ses... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 03h16 - djay-Guevara : Chouine pas chopine. Après s’il réussit, ça voudra dire que le problème à l OM est bien plus... >>


CdF Omnisport

aujourd'hui à 01h42 - narcoleps : Le profil des 21 étapes en une image (merci La Flamme Rouge). ASO a vraiment tapé... >>


Toujours Bleus

aujourd'hui à 01h11 - Redalert : À ce propos, depuis que cette histoire est devenue un des mèmes du site, on a pas beaucoup revu... >>


Et PAF, dans la lucarne !

aujourd'hui à 01h07 - Redalert : Tout pareil je crois et pas client des marvelleries depuis quelques années déjà donc vrai bonne... >>


Lost horizons

aujourd'hui à 00h55 - Redalert : Y a pas eu quelques agressions ces derniers temps à Berlin (plus les élection, lles Turcs,... >>


L'empire d'essence

aujourd'hui à 00h34 - Run : Je ne suis absoluement pas d'accord. Qu'il y ait course d'equipe a partir de la mi saison parce... >>


Observatoire du journalisme sportif

aujourd'hui à 00h22 - Yoop2804 : Dédie mon Stückaujourd'hui à 15h11Et pour les commentateurs, à moins de poser la question... >>


Espoirs, des bleus et des verts

aujourd'hui à 00h09 - Yul rit cramé : Oui, de source sûre, je crois que Kombouaré serait pour sa réintégration au sein de l'effectif... >>


Foot et politique

15/10/2019 à 23h54 - Gilles et jeune : (et je tique trop aussi sur "victime".) >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)