auteur
Jérôme Latta

 

Chef d'espadrilles.


Du même auteur

Quand on n'appelait pas Charlie par son prénom

Si nous avons toujours veillé à voir constamment ce que le football avait de politique, nos excursions hors des terrains ont été rares, et datées: 11 septembre, 21 avril et désormais 7 janvier.


Josip R.O.G.

09/01/2015 à 11h18

Classico aujourd'hui à 10h52 ---- A reproduire et à diffuser tel-quel, sous forme de tract au besoin. Jamais un post n'a aussi bien et aussi précisément retranscrit le fond de ma pensée. Merci.

Sir Sourire

09/01/2015 à 11h53

A toutes fins utiles, rappelons que dans notre beau pays laïc qui a su reléguer la religion catholique au rang de curiosité marginale, la loi Debré permet à l'enseignement religieux (essentiellement catholique) de bénéficier de dizaines de millions d'euros d'argent public chaque année. J'ai rien contre les musulmans en particulier, mais ça va commencer à coûter cher si on doit les traiter comme les cathos.

OLpeth

09/01/2015 à 12h19

Je rebondis sur Classico (sans lui faire mal j'espère) pour dire que ce qu'il souhaite est bel et bien bon, mais actuellement les thèses qui ont le vent en poupe médiatiquement sont celles du Grand Remplacement et du Péril Islamique. L'idée s'instille gentiment dans la société française que l'Islam est par essence non soluble dans la laïcité française, incompatible avec les valeurs de la République et que tous musulmans est un conquérant prosélyte en puissance. Alors que je crois comme toi que si la République a maté le catholicisme (qui était autrement puissant en France : relais politiques, place des curés dans la société rurale, etc.), elle pourra sans trop de peine créer un Islam républico-compatible. Et j'ajouterais sans états d'âme qu'il faudra dire à tout musulman résidant en France (y compris les Français) que si cet "Islam à la française" ne leur convient pas, libre à eux d'émigrer vers un pays dans lequel la place de l'Islam dans la société est plus compatible avec leur vision de la religion.

Josip R.O.G.

09/01/2015 à 12h26

Il y a actuellement trois écoles musulmanes sous contrat sur les 30 recensées (8500 catholiques et 280 juives très majoritairement toutes sous contrat) Ça irait pas bien loin.

Pascal Amateur

09/01/2015 à 12h30

OLpeth aujourd'hui à 12h19 (...) elle pourra sans trop de peine créer un Islam républico-compatible. > Mais enfin, il existe déjà ! Il me semble surtout qu'un violent refoulé n'a toujours pas surgi, et qui est lié à la colonisation du Maghreb et des populations arabes. Comment peut-on aujourd'hui interroger le terrorisme arabe sur notre sol sans envisager un instant l'histoire pluriséculaire qui nous lie, pour le meilleur et le pire, à l'islam, nord-africain en particulier ? Je suis incapable de formuler davantage que des spéculations évasives, mais enfin, ne pourrait-on tenter d'ajouter l'histoire à la lecture de nos drames contemporains ?

Sir Sourire

09/01/2015 à 12h31

3 vs 8 500. Brrr. La laïcité est mise en danger par l'islam, c'est certain.

grattepoil

09/01/2015 à 12h35

Je ne comprenais pas par quels mécanismes « l’islamophobie » pouvait faire le lit de l’intégrisme, je le comprends maintenant avec les commentaires de Jamel. Pourtant, comme Moravcik, le raisonnement me semble fallacieux. Il me semble que personne n’a « décrété » que la « critique de l’islam est le point de ralliement de Charlie », mais que ce malaise procéde plutôt d’une lecture soit des événements vu de l’intérieur (Cyran) soit de l’évolution du journal, qui a pu être analysée comme une sorte de banalisation de la stigmatisation d’une population pauvre, désaffiliée et reléguée. Cette lecture me difficilement contestable, mais on pourra en discuter longtemps, parce que je crois aussi que c’est un aspect qui échappait pour beaucoup aux rédacteurs du journal qui ne sont probablement pas individuellement islamophobe ou raciste. Selon quel principe Charlie faisait ça ? « Se moquer des dieux est un droit inaliénable », explique Jamel. Comme je l’ai dit dans mon premier commentaire, il me semble que c’est une erreur de tout rabattre sur la question religieuse. En se moquant de l’islam, on ne se moque pas des mêmes personnes que lorsqu’on se moque des catholiques. En se moquant du catholicisme, Charlie se moquait aussi de l’État et des gouvernants (de droite), des chefs d’entreprises, du Pape, des puissants, des dominants. En se moquant de l’islam, Charlie se moque de migrantes et de migrants, d'enfants de migrants, qui sont au contraire non représentés, invisibles, si ce n’est sous le qualificatif de « délinquants ». Et qui ne font pas tous les jours l'éloge de l'ensemble des médias. Ce n’est pas la même chose. Pour moi, à partir de ce basculement, Charlie a incarné une pensée dominante, parce que leurs journalistes cherchaient (très certainement avec bonne foi, ce n’est pas la question) à défendre une laïcité quelle que soit le contexte. Or le contexte n’est pas le même, socialement comme je viens de le dire, ou même historiquement (par rapport à la loi de séparation des Eglises et de l’État). Ça nous amène pour moi au point central : qu’est-ce qu’on doit défendre quand on défend la laïcité ? Je ne suis pas certain de pouvoir répondre à cette question, il faudrait un cours de sociologie historique de l’État pour comprendre comment la domination politique s’est imposée en dehors de la légitimité spirituelle (papale ou royale absolutiste). Mais ce qui est sûr c’est que l’histoire de la laïcité n’est pas univoque. La belle histoire de la France que raconte Classico, celle de Candide et de Brassens, semble magnifier un État laïc idéal. Peut-on si facilement oublier que l’État, qui se dit laïc, est garant d’un ordre politique, social et économique, qui est largement un ordre patriarcal, raciste et capitaliste ? Peut-on si facilement oublier que la République laïque s’est aussi construite dans les colonies ? (je passe sur le devoir d’intégration et « La France tu l’aime ou tu la quitte » que je suis un peu effaré de lire dans ce forum). Ce que je vois c’est qu’aujourd’hui, en défendant la laïcité, on défend un peu trop vite la « République ». Or comme le disaient Renaud, Cavanna et la clique de Charlie, la République, moi j’la tringle.

Classico

09/01/2015 à 12h50

OLpeth aujourd'hui à 12h19 Je rebondis sur Classico (sans lui faire mal j'espère) pour dire que ce qu'il souhaite est bel et bien bon, mais actuellement les thèses qui ont le vent en poupe médiatiquement sont celles du Grand Remplacement et du Péril Islamique. ---- Retour du refoulé. Si on traitais l'islam de France conformément au génotype de la culture française (Molière - Voltaire - Brassens, pour aller vite et se comprendre), non seulement on respecterait les musulmans français en les traitant comme tout français intégré dans la nation, c'est-à-dire en se foutant de ses superstitions et en déconstruisant cyniquement ses certitudes tout en lui tapant amicalement dans le dos (ce qui serait plus sain, je pense, que de "respecter ses différences" exotiques en le maintenant dans le ghetto, hors les murs de la cité), mais en plus on réduirait la taille de la tumeur malsaine dont tu parles, qui se développe sur le terrain du déni de notre culture, sans même avoir à y mettre les doigts.

irreversible

09/01/2015 à 13h12

grattepoil aujourd'hui à 12h35 En se moquant de l’islam, Charlie se moque de migrantes et de migrants, d'enfants de migrants, qui sont au contraire non représentés, invisibles, si ce n’est sous le qualificatif de « délinquants ». ----------------- C'est précisément sur ce point que les avis divergent. Pour moi, il m'a toujours paru très clair que Charlie ne s'en prenait pas aux musulmans en général mais aux intégristes. Je ne comprends pas comment on peut faire l'amalgame avec les migrants.

OLpeth

09/01/2015 à 13h27

Pascal Amateur aujourd'hui à 12h30 OLpeth aujourd'hui à 12h19 (...) elle pourra sans trop de peine créer un Islam républico-compatible. > Mais enfin, il existe déjà ! ----------- Je ne suis pas aussi optimiste que toi. On est en pleine création de cet islam à la française, et ça ne se fait pas sans heurts parce qu'entre les différentes nationalités et les différents rites (malékites, hanafites, et les nouvelles modes wahhabites ou salafistes...), on peut pas dire que la communauté musulmane française soit une. Avec en plus des instances représentatives qui ne représentent qu'elles-mêmes et passent complètement à côté de la résurgence religieuse dans les banlieues et les prisons. Mais comme tu le dis, il suffit d'appliquer le même traitement qu'au catholicisme. Sauf que l'état n'a pas donné l'exemple, en n'ayant pas toujours montré une fermeté, une constance et une clairvoyance à toute épreuve en la matière. Alors qu'il suffit à chaque fois d'appliquer les principes républicains.

 

OLpeth

09/01/2015 à 13h43

irreversible aujourd'hui à 13h12 grattepoil aujourd'hui à 12h35 En se moquant de l’islam, Charlie se moque de migrantes et de migrants, d'enfants de migrants, qui sont au contraire non représentés, invisibles, si ce n’est sous le qualificatif de « délinquants ». ----------------- C'est précisément sur ce point que les avis divergent. Pour moi, il m'a toujours paru très clair que Charlie ne s'en prenait pas aux musulmans en général mais aux intégristes. Je ne comprends pas comment on peut faire l'amalgame avec les migrants ------------- Y'a certains dessins qui étaient généralisants. Le Prophète avec un turban en bombe par exemple. Moi je comprends ça comme ça : le Prophète = l'Islam = les Musulmans = terroristes. D'autant qu'il faut noter que dans les dessins du Jyllands Posten reproduits par Charlie, y'avait ceux d'un caricaturiste notablement d'extrême-droite. Sympa pour Charlie l'antiraciste non ? La prochaine fois une chronique de Zemmour dans Charlie ? Je m'en souviens d'un autre ou pour la journée de la femme un mec en turban (donc pas ostensiblement un islamiste) sort sa femme en laisse en disant "Aujourd'hui pour fêter ça, je la sors". Et y'en avait des caisses des comme ça.

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)