auteur
Jérôme Latta

 

Chef d'espadrilles.


Du même auteur

Quand on n'appelait pas Charlie par son prénom

Si nous avons toujours veillé à voir constamment ce que le football avait de politique, nos excursions hors des terrains ont été rares, et datées: 11 septembre, 21 avril et désormais 7 janvier.


Sens de la dérision

09/01/2015 à 21h09

Manx Martin aujourd'hui à 20h23 qu'il attend, le jeune de treize ans, que tu lui expliques comment il fait pour ne pas se sentir personnellement insulté, parce que pour lui c'est important, c'est sa religion, c'est tout le cadre de son éducation auquel on tend un miroir grotesque. ---- Non mais c'est simple. Tu lui dis que si son éducation se résume à la religion, ses parents sont des cons et lui aussi. Et hop tout se règle. Non ? Vraiment pas ? En vrai je suis assez d'accord avec Pascal. À 13 ans, on est déjà pas mal modelé par son entourage, en bien ou en mal. J'ai eu des échos de certains gamins dans l'école où enseigne ma copine (avec une mixité sociale et religieuse digne des beaux quartiers de Paris) : c'est assez effrayant (certainement pas nouveau, ni limité à ce quartier hein).

grattepoil

09/01/2015 à 21h11

c'est un bain de sang, ça me rend malade

liquido

09/01/2015 à 21h29

J'embrasse Manx. Je me sens incapable d'argumenter là maintenant. Mais d'autres le font très bien. Manx donc, et Joe Sacco: http://bit.ly/1tTG5VO

José-Mickaël

09/01/2015 à 21h31

Une réponse possible, ce serait quelque chose comme : en France, qui est un état de droit, lorsque des gens offensent une communauté par des caricatures, ils doivent rendre des comptes devant un tribunal, et Charlie Hebdo a souvent dû rendre des comptes au tribunal, et ils ont même parfois été condamnés. Mais ils n'ont pas été condamnés à mort, parce qu'on ne condamne pas à mort pour un dessin.

Pascal Amateur

09/01/2015 à 21h44

Ce qui est difficile à combattre, c'est le lien religion-race. Identifiés à leur religion, ces enfants le vivent comme une race, une appartenance hyper profonde. Dès lors, l'atteinte à la religion est vécu comme une agression raciste. Il ne faut sans doute pas oublier que l'attachement à l'islam est d'une autre nature que le catholicisme ou le judaïsme. Le Coran est censé avoir été, si je ne me trompe, écrit par Dieu. Et je me sens d'autant plus désemparé que je n'ai pas la culture nécessaire pour tenir un discours plus élaboré.

blafafoire

09/01/2015 à 23h12

Manx Martin aujourd'hui à 20h23 Tu ne crois pas que si un gamin de 13 ans en vient à parler de ça avec toi, c'est qu'il cherche une bonne raison de ne plus croire en Dieu ? Etant issu d'une famille de catholiques pratiquants, je me sentais, à 13 ans, offensé quand on me disait que le pape assassinait les africains en interdisant les capotes, ou que les curés sont des gourous pédophiles. Seulement on se frotte au monde et à un moment le vernis se décolle. M'est avis que c'est exactement ce qu'est en train de faire ton élève...

Josip R.O.G.

09/01/2015 à 23h18

Tu pourrais aussi dire à ton élève, Manx, que la caricature du prophète en mauvaise posture n'est pas faite en première intention mais en réaction à certains comportements autrement plus graves accomplis au nom du prophète caricaturé et lui expliquer que c'est plutôt contre ces comportements qu'il devrait se révolter. Lui faire comprendre que c'est une réaction somme toute mesurée et symbolique à une très grande violence physique et bien réelle. Et à ce moment là tu pourrais lui sortir les photographies des tours jumelles ou une vidéo de lapidation en Arabie Saoudite et conclure en lui rappelant que qui sème la tempête peut récolter le vent. Et c'est vraiment si difficile de lui affirmer qu'en aucun cas un dessin, même insultant et même si c'était gratuit, ne peut justifier un meurtre. Jamais. Et surtout pas en France au XXIele siècle. Et s'il fait toujours semblant de ne pas comprendre tu lui dit de s'arrêter de se foutre de ta gueule et tu l'envoies chez le proviseur. Voilà ce que je ferais et à mon sens ce que tu devrais faire plutôt que de chialer.

Pascal Amateur

09/01/2015 à 23h25

Je rejoins blafafoire. Lorsqu'il m'est posé une question qui m'étonne, je demande : "Pourquoi me demandes-tu ça ?" Cela permet d'orienter la conversation vers la demande, qui en général devient une autre demande, plus proche du ressenti intime. Quand je fais ça d'ailleurs, je pense souvent à la plaisanterie yiddish : "Schlomo, pourquoi les Juifs, quand on leur pose une question, ils répondent par une autre question ? - Et pourquoi pas ?"

GovouTheNight

10/01/2015 à 01h24

En tant que prof (primaire, CM2), je comprends ta détresse Manx. Et bon courage aussi, car visiblement, il y a du boulot: http://minilien.fr/a0nekt [... Ils auraient pu ne tuer que lui.]!

Joey Tribbiani

10/01/2015 à 02h07

GovouTheNight aujourd'hui à 01h24 ----- Les réactions recueillies sont ... atterrantes. Devant un tel tombereau de conneries, parsemé de quelques (trop rares) éclairs de lucidité, on se demande quelles valeurs ont bien pu leur transmettre leurs éducateurs (parents, profs). On dirait du mauvais Zemmour, pouah.

 

Sir Sourire

10/01/2015 à 02h17

Oui, bien souvent les pauvres sont cons, en plus d'être sales et de parler fort.

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)