auteurs
C. Zemmour et Toni Turek

Cruyff 1974, la symphonie inachevée

Les héros malheureux de la Coupe du monde - Johan Cruyff et les Pays-Bas marchent sur le Mondial allemand de 1974. Avant que le destin ne leur tourne le dos.


pelecanos

12/07/2014 à 19h57

Incroyable première action jusqu'au péno. Echange de passes entre les défenseurs oranges sans pression allemande. On voit JC revenir en footing jusqu'à Krol (?) et lui prendre la balle dans les pieds, sprint de Krol vers l'avant (!!!), passe de JC à l'autre DC qui porte le ballon dans le camp des BRD. JC reste seul dans le rond central, tout le monde loin devant y compris les DC orange (!!!). Le ballon lui revient et il perce jusqu'à la surface adverse, accélération et prestance magnifique.

Ba Zenga

12/07/2014 à 20h17

Il y a très longtemps, j'avais vu un documentaire dans lequel Cruyff raconte l'action. Il détaillait tous ses gestes et avec le sourire et les yeux d'un gars à la fois fier, sûr et passionné, expliquait pourquoi son accélération était imparable et décisive. Dans une autre interview, il affirmait préférer perdre en jouant bien que gagner petit. Principe, quand tu nous tiens.

Schizo retourné

12/07/2014 à 22h08

Magnifique. En revanche, je vois avec étonnement que le gardien batave a le numéro 8. Moi qui m'énerve souvent face à l'attribution "bizarre" des numéros, mettant ça sur l'influence notamment de la NBA, j'ai tort ?

Ba Zenga

12/07/2014 à 22h16

Il me semble que c'est l'ordre alphabétique qui déterminait le numéro à l'époque. Avec quelques exceptions pour certains, bien sûr.

Ba Zenga

12/07/2014 à 22h16

(Et merci.)

Ba Zenga

12/07/2014 à 22h16

(Et merci.)

Raspou

13/07/2014 à 11h38

Du coup, je me regarde tous les résumés de match de la Hollande 74 - quel régal. Une question "arbitrage": contre la Bulgarie, après avoir déjà obtenu deux pénos, la Hollande obtient un coup franc indirect dans la surface pour ce qui aujourd'hui serait aussi un péno (or les commentateurs ne semblent pas choqués): est-ce la règle qui a changé? C'est à la 5e minute de la vidéo ci-dessous: https://www.youtube.com/watch?v=Ns1culwBtGo

Ba Zenga

13/07/2014 à 12h45

Je serais bien incapable de te répondre, Raspou. Et bien curieux aussi de connaître la vérité.

emink

13/07/2014 à 14h11

Les coupes du monde sont pour les gamins qui aiment le foot des sources intarissables de souvenirs et de frustrations (quand c'est pas leurs héros qui gagnent). Celle-ci a été pour moi la première d'une longue série difficile, parce que j'étais un fan absolu des hollandais, véritables rock-stars (Neeskens dans un groupe de Rock, il n'aurait pas dépareillé). Ça jouait vite, à fond (le fameux foot total). J'étais tout gamin, et ils étaient mes héros. Cette finale a été un crève-coeur, tellement ils méritaient de gagner. Le début de la détestation des allemands au foot, (pour les plus jeunes, la détestation de l'Allemagne à cette époque était encore assez vivace, on n'est que 30 ans après la fin de la guerre, ceux qui l'avaient vécue très nombreux), avec, me concernant, une spéciale dédicace à Muller, aussi laid que Neeskens était beau, avec ses grosses cuisses, sa "petite" taille et ses buts de raccroc (oui, aucune objectivité). Cette détestation a atteint son paroxysme en 76, avec Glasgow, ce Bayern dominateur, arrogant, et ces p... de poteaux carrés. Alors, on a tous attendu 78, pour la revanche. Et là aussi, une finale volée, encore pire que celle de 74 (là aussi, ne cherchez aucune objectivité, ce ne sont que les souvenirs d'un ado malheureux). Je me souviens de ces hollandais qui refusent d'aller serrer la main de Videla, le dictateur. Quelle classe. 74, 76, 78, 82, 86... Je n'ai pas été souvent du côté des vainqueurs.

Jean Luc Etourdi

13/07/2014 à 14h35

@ Schizo Retourné : tu as raison pour ce qui concerne le foot de club, où l'on a adopté une numérotation typique des sports américains (avec nom figurant sur le maillot) pour des raisons strictement commerciales. Autrefois les maillots étaient numérotés de 1 à 11 SAUF pour les grandes épreuves d'équipes nationales. Lesquelles s'amusaient parfois avec des numérotations aberrantes, genre 2-3-4 pour les attaquants (Portugal à l'Euro 84), ou numérotation alphabétique avec des gardiens qui portaient du 2, 5, 7 ou 8, et des joueurs de champ avec le 1.

 

José-Mickaël

13/07/2014 à 15h22

Raspou aujourd'hui à 11h38 > la Hollande obtient un coup franc indirect dans la surface pour ce qui aujourd'hui serait aussi un péno (or les commentateurs ne semblent pas choqués): est-ce la règle qui a changé? Le commentateur parle d'obstruction. Il me semble qu'en effet une obstruction est passible d'un coup-franc indirect et non direct, et je ne crois pas que la règle ait changé. Mais c'est vrai qu'on ne siffle plus de coups-francs indirects dans la surface.

Sur le fil

Une frappe à bout portant, une joueuse qui enlève son bras, mais un penalty qui décide d'une qualification. Encore… https://t.co/q38UcK5tyx

RT @jeromelatta: "Les réseaux sociaux ont ouvert une sorte d'espace de rencontres libertines entre marques et journalistes, où l'on transgr…

RT @R_Direktor: VAR : Requiem pour mon foot. https://t.co/22m28sZXQK

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

Alliance Arena

"Quand un arbitre assistant demande sa collègue en mariage." (lequipe.fr)

Prendre les shots les uns après les autres

"Hugo Lloris, le mister penalties de Tottenham." (lequipe.fr)

Milieu de tableau

"Rembrandt s'invite sur le ballon du Championnat des Pays-Bas." (lequipe.fr)

Trafic de coquines

“Football : la Colombie rattrapée par le mouvement ‘Me too’.” (ouest-france.fr)

Veuvage

"Pepe cherche à trouver la solution en solitaire." (lequipe.fr)