auteur
Pierre Barthélemy

Pierre Barthélemy est avocat au Barreau de Paris, spécialiste de droit public et conseil de certains supporters parisiens. @Pierre_B_y


Du même auteur

La disparition programmée des Ultras

Réagissant aux violences en marge de Nice-Saint-Étienne, la Ligue a semblé sonner le glas d’un mouvement Ultra déjà moribond en France. Quelles chances de survie lui reste-t-il?


C. Moa

26/11/2013 à 17h59

fabraf aujourd'hui à 17h32 ___ C'est la question à un million. Pourquoi dissoudre une association de supporters si c'est pour pointer ensuite un manque d'interlocuteurs ? Pourquoi mettre 13 000 personnes à la porte alors que les 500 (en comptant large) "fauteurs de troubles" sont identifiés par les RG implantés dans le sous-sol même du stade ? Pourquoi prononcer des IDS à l'encontre de gens qui font un sitting ? La logique des pouvoirs publics échappe à toute personne s'intéressant un tant soit peu au problème. Quoique : répression, répression et répression (c'est Thiriez qui doit être content). Quant à parler d'arrêtés préfectoraux liberticides... ("je vous jure monsieur l'agent, ma grand-mère habite Lille et il y avait déjà un autocollant PSG sur la voiture quand je l'ai achetée...")

Chantôminho

26/11/2013 à 18h04

@Bouderbala Le Livre Vert du Supportérisme est un rapport remis en 2010 à Rama Yade (alors Secrétaire d'Etat au sport) par des sociologues pour faire un état des lieux et propositions d’actions pour le développement du volet préventif de la politique de gestion du supportérisme. A cette occasion, il a notamment dressé une typologie de la population en tribune. Il n'a jamais été vraiment exploité, malheureusement.

balashov22

26/11/2013 à 18h07

fabraf aujourd'hui à 16h19 Je confirme qu'à Lyon, la plupart des déplacements d'ultras se font en bus, pour peu qu'ils soient assez nombreux pour éviter que ça les ruine (parce qu'un bus, c'est plus économique qu'une voiture, mais à condition qu'il soit suffisamment rempli). Bouderbala aujourd'hui à 17h49 Il ne faut pas non plus prendre cette définition (qui a cependant le mérite d'exister et d'essayer de poser certains faits) pour une généralité s'appliquant à tous les ultras. Quand en plus les instances ont tendance à élargir cette définition (et la répression qui va avec quand des faits répréhensibles sont commis) aux groupes de supporteurs, c'est d'autant plus problématique.

Tetsuo Shima

26/11/2013 à 18h32

Merci déjà à l'auteur pour son intervention. Pour info, le livre vert du supportérisme peut se télécharger librement ici : http://tinyurl.com/qetap75 Pour ma part, je souscris totalement à la définition donnée des ultras et j'ai toujours du mal à comprendre la mansuétude envers les violences commises par ces groupes, qui seraient compensées par le fait qu'ils ont "éteint les supporters adverses pourtant 50 fois plus nombreux". Maintenant je n'ai jamais compris le comportement des forces de police. Parce que si les abords du Parc ont été le théâtre de fights et autres ratonnades à chaque match, ce fut sous les yeux sinon complaisants du moins absolument aveugles des forces de l'ordre. Tout comme là de lire partout qu'il n'y a eu aucune arrestation lors de ce Nice/ASSE, c'est assez incompréhensible. Et je ne comprends toujours pas pourquoi les acteurs les plus violents des ultras, supporters, indépendants, peu importe le nom qu'ils se donnent sont toujours impunis quand les plus constructifs d'entre eux sont les premiers bannis (cf effectivement le sit-in du Parc des Princes). Du coup on arrive à cette situation totalement ubuesque avec un mouvement ultra qui s'estime pur, la quintessence du supportérisme en évacuant toute la violence associée sous prétexte qu'il ne s'agit que d'individus ("how convenient !" comme diraient les anglo saxons" et des pouvoirs publics qui ferment les yeux depuis des années sur les faits les plus graves pour mieux punir ceux qui auraient eu l'audace de brandir une écharpe, une banderole ou encore de manifester pacifiquement. Je ne comprends décidément ni les uns, ni les autres...

JL13

26/11/2013 à 19h05

Ca continue : "Pour éviter les débordements que l'on a pu voir avant la rencontre Nice – Saint-Étienne de la dernière journée de championnat de France, le déplacement des supporters marseillais à Lille (mardi 3 décembre) sera sous haute surveillance. Ainsi un arrêté qui "interdit l'accès au stade (Pierre-Mauroy) et le regroupement sur la voie publique des supporters de l'Olympique de Marseille sur les communes de Villeneuve d'Ascq et Lezennes de 14h à minuit le 3 décembre 2013" a été officiellement pris. De son côté, le Losc vient d'annoncer que 44 000 places sont d'ores et vendues. Le record d'affluence pour les Lillois cette saison !" (La Provence). Sans véritable explication... à part Thauvin, je ne vois pas ce qui va pousser les uns et les autres à se battre ? Non ?

grognon

26/11/2013 à 21h01

Je sais pas si ça éclairera beaucoup fabraf mais les histoires de violence entre Nice et Sainté sont légions et y aurait peut être même de quoi écrire un bouquin. Je ne connais pas l'origine de la rivalité. Je crois qu'il y a une histoire dans les années 70 avec un arbitrage contesté par les niçois. Après ça ressort dans les années 90 avec plusieurs violences notamment une attaque du train transportant les niçois à Saint Chamond par les ultras de l'ASSE. J'ai fait un déplacement à Nice en 99 (avec un groupe non ultra) et la réception était bien chaude, les ultras étaient arrivés à la bourre parce qu'ils avaient essayé de se battre avec les niçois. Bref ces conneries-là durent depuis 20 ans et ces gars-là n'ont pas besoin d'une raison pour tenter d'en découdre avec des groupes rivaux. La plupart du temps la sécurité arrive à les canaliser mais dimanche c'est parti. Je suis à peu près sûr que ce qui s'est passé dimanche est considéré comme un fait d'arme par le monde ultra.

Tonton Danijel

27/11/2013 à 10h49

Tetsuo Shima 26/11/2013 à 18h32 Pour ma part, je souscris totalement à la définition donnée des ultras et j'ai toujours du mal à comprendre la mansuétude envers les violences commises par ces groupes, qui seraient compensées par le fait qu'ils ont "éteint les supporters adverses pourtant 50 fois plus nombreux". - - - - - - - - - - - - Il ne s'agit pas de mansuétude, attention de ne pas déformer les propos. Quand 2-3 imbéciles choisissent d'aller à la baston contre des supporteurs adverses, cela consterne une grande majorité des supporteurs présents. Quand le kapo dit qu'il ne faut répondre à aucune provocation, puis se précipite pour aider le service d'ordre à séparer les protagonistes qui se battent, personne n'en parle pourtant c'est un ultra qui est intervenu dans une baston dont on ne sait si elle impliquait des ultras. Après, je rejoins chépuki sur le fait que les sanctions devraient justement venir des groupes de supporteurs eux-mêmes: un mec se bagarre, interdit de matchs pendant un temps. Il faut voir que Grenoble a pris 3 points de pénalité pour des heurts entre supporteurs la saison dernière (plus un de la DNCG pour des soucis financiers qui dataient d'il y a deux ans...), certains ultras paranos y ont vu un grand complot, mais la majorité a parfaitement conscience que tout débordement va à l'encontre des intérêts du club. Après, selon le théorème de Thierry et Jean-Mimi, il suffit d'un ou deux excités... Et ce n'est pas simple de gérer tout le monde (surtout quand, en CFA, les clubs vendent de la vraie bière sans se préoccuper de l'éthylisme des spectateurs).

Tetsuo Shima

27/11/2013 à 11h22

Tonton Danijel aujourd'hui à 10h49 --- Je ne dis pas que c'est simple à régler. Et je n'ai jamais effectivement entendu un kapo ou un responsable d'association appeler explicitement à la violence. C'est le genre de truc qui se déclenche spontanément : chambrage, énervement, effet de groupe, etc. Par définition, dans le dictionnaire, un ultra c'est quelqu'un "d'exagéré dans ses opinions, extrémiste". Ce mouvement ne s'appelle pas "ultra" par hasard et revendique ce côté "exagéré" et "extrémiste". Et je pense, peut-être naïvement, que c'est cette posture qui contient les germes de la violence qui finit inévitablement par éclater, comme dans tout mouvement extrémiste. La définition donnée dans le livre vert du supportérisme relève bien justement cet aspect. Notamment le fait que les membres de ce mouvement finissent par faire passer leur association DEVANT le club en s'estimant légitimes non seulement pour faire ce qu'ils veulent mais également pour dire s'ils doivent, par exemple, supporter ou non leur propre équipe ! Je ressors toujours cet exemple mais je le trouve éloquent. On arrive même à attendre des kapos gueuler dans leur mégaphone : "On n'est pas là pour regarder le match, on est là pour montrer qui on est !" Et là, pour moi, on n'est plus dans le foot. Parce qu'à partir du moment où tu ne viens plus au stade pour voir un match, ni pour encourager ton équipe mais juste pour faire plus de bruit que les supporters adverses, ce n'est plus du foot. Du tout. Même si c'est sympa pour les autres spectateurs qui ont de "l'ambiance"...

Tonton Danijel

27/11/2013 à 11h41

Tetsuo Shima aujourd'hui à 11h22 Je te rejoins sur l'extrêmisme des ultras où l'équipe passe avant le football, beaucoup de kapos sont ainsi plus souvent dos au match tant ils contrôlent surtout qu'il y ait du mouvement dans la tribune. C'est ce qu'il peut y avoir de fascinant: voir des individus prêt à sacrifier leurs propres conforts personnels (après avoir fait des heures de bus) pour que leur équipe soit la plus poussée possible, conscient qu'en chantant, en hurlant, ils participent au match en tant que "douzième homme". Après, je t'avoue que sacrifier sa vie pour du football, au-delà de toutes considérations personnelles, cela me semble idiot et je ne suis évidemment pas près à ce genre d'extrémités. Mais pour un ultra qui sacrifie sa vie à son équipe, je peux comprendre qu'à la fin il demande à ses dirigeants s'il présente une utilité ou non. Réponse à laquelle peu ont le courage de répondre, tant le "douzième homme" leur semble essentiel.

 

Mama, Rama & Papa Yade

27/11/2013 à 23h06

Je veux pas sodomiser les diptères mais please essayez de mettre un c plutôt qu'un k au terme capo. D'une part, ça sera en ligne avec l'origine réelle du mot (Italie) et d'autre part, voilà, vous voyez ce que je veux dire.

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)