auteur
Jacques Blociszewski

 

Chercheur et spécialiste des technologies audiovisuelles, il est partisan d'une réflexion critique sur la mise en scène du spectacle sportif. Auteur de Le Match de football télévisé (éd. Apogée).


Du même auteur

Vidéo : le rugby dans l’engrenage

“L’arbitrage vidéo, ça marche dans le rugby!” croient savoir ses partisans pour le football. Ça marche si bien que l’IRB en a étendu l’application… et que les polémiques explosent.


Di Meco

30/08/2013 à 18h49

(Je voulais dire irréversible)

la rédaction

30/08/2013 à 19h08

Non tonton, ce n'est pas du tout un postulat de base, c'est un seul des volets des risques que l'on pointe quant à l'application de l'arbitrage vidéo. Risque qui procède de deux facteurs bien identifiés: - dans le football, on ne peut pas délimiter aussi fermement et logiquement que dans le rugby un périmètre d'application. - le "désir de justice" des partisans de la vidéo impliquera que lesdites limites seront immanquablement contestées et repoussées, parce qu'une application partielle sera absurde et injuste (pourquoi une action cruciale entrera dans ce champ sera vidéo-arbitrée et pas une action tout aussi cruciale 1,50 mètre plus loin ou 1,5 seconde plus tôt?). Vous, les gars d'ici, vous être raisonnables et rationnels, et l'accepteriez probablement. Pas le vrai monde du football. La majorité de nos autres arguments ne relève pas de cet aspect. Encore une fois, quand on considère la problématique dans son ensemble, l'arbitrage vidéo présente une telle série d'effets pervers, d'incohérences dans son application, de nouveaux problèmes et de conséquences négatives sur le jeu qu'on devrait vraiment comprendre que cette solution est profondément illusoire et néfaste. Là où on a perdu d'avance, c'est que quasiment personne n'est en mesure (ou plutôt n'a le temps ni l'envie) de considérer la problématique dans toutes ses (nombreuses) dimensions, et d'assimiler tout l'argumentaire nécessaire à démonter une "solution" vers laquelle tout le monde va spontanément bondir en n'en considérant qu'une portion. Il faut deux secondes pour être pour le vidéoarbitrage, dix minutes au moins pour comprendre que c'est une impasse. Combat d'autant plus perdu d'avance sachant qu'ici on est dans un espace où le dialogue est de qualité*, et que dans le monde du football, le débat est régi par les Thiriez, Ménès et autre éditorialiste de L'Equipe. * C'est justement pour avoir ici, année après année, affûté nos arguments et dû répondre à toutes les objections ou réfutations possibles que notre conviction n'a fait que se renforcer. Si quelqu'un devait organiser un procès équitable et exhaustif du vidéoarbitrage, on serait sûrs de le gagner :)

Tetsuo Shima

30/08/2013 à 21h24

Tiens, parfait exemple de l'inanité de la vidéo lors du match Stade Français / Biarritz. L'arbitre va accorder l'essai mais comme il ne voit pas le ballon, il se ravise et demande la vidéo. Là, sur les images, on ne voit rien. Aucun angle ne permet de voir le ballon mais les commentateurs sont unanimes : l'essai doit bien être validé. Comme on ne voit rien, c'est donc à la discrétion de l'arbitre qui dans le doute, donne l'avantage à la défense : mêlée à 5m. Et excellent ! Le temps que j'écrive ce message, situation similaire avec encore un coup la vidéo qui ne tranche absolument pas... du coup que va décider l'abitre ? Ah ben là, il l'accorde... Et un des entraîneurs, narquois, "il faut faire confiance à la vidéo, c'est les nouvelles règles..."

Tetsuo Shima

30/08/2013 à 21h56

Intéressants aussi, les commentaires des "spécialistes rugby" de Canal+ à la mi-temps. Le problème pour eux n'est pas que la vidéo ne sert à rien, c'est juste l'arbitre qui ne pose pas les bonnes questions... Ah ça, il est aidé l'arbitre, grâce à la vidéo ! Surtout que le 1er essai (refusé) et qui semble être valide, il l'aurait accepté sans la vidéo (on le voit clairement lever son bras avant de se raviser) et le 2eme (validé) alors qu'il n'est manifestement pas aplati (de l'avis des tous les "spécialistes"), il a été accordé "par compensation". Un dernier mot, Fabien Pelous ? "C'est scandaleux". CQFD.

José-Mickaël

30/08/2013 à 22h14

Puisqu'on a encore abordé le cas du hors-jeu (un peu plus haut), je vais de nouveau démontrer que le hors-jeu introduit un facteur d'incertitude qui, comme l'incertitude quantique, est inévitable. Oui, j'en ai déjà parlé il y a quelques années mais ça a eu le temps d'être oublié... Le hors-jeu se juge au momment où le passeur fait la passe. Ce moment est flou. Logiquement, la passe, c'est l'instant précis où le pied quitte le contact avec le ballon. Mais il continue de l'accompagner à faible distance, du coup cet instant précis est à peu près indétectable. D'autant que souvent, l'autre jambe, ou même le ballon (s'il est au sol), masque le contact. J'affirme qu'il est impossible de détecter cet instant précis à 1/25è de seconde près (c'est-à-dire de choisir *la* bonne image arrêtée). Soyons optimistes et admettons qu'il est possible de n'hésiter qu'entre deux images arrêtées, séparées de 1/25è sec. (c'est vraiment optimiste !) Quelle est la distance parcourue par l'attaquant qui file vers l'avant ? Il n'est pas aussi rapide qu'Usain Bolt, mais il est sûrement capable de courir le 100 m en 15 secondes (ce n'est pas rapide, par exemple du temps où je passais le bac on n'avait pas la moyenne avec 15 secondes). 100 m en 15 secondes, ça donne 26,7 cm en 1/25è de seconde. Si on hésite entre deux images arrêtées, on modifie la position de l'attaquant, donc la ligne de hors-jeu de plus de 25 cm (nettement plus si par ailleurs la défense remonte en sens inverse). Ça c'est avec seulement une hésitation de 1/25è de seconde sur le moment où se fait la passe, mais si en pratique l'hésitation est par ex. de 4/25è de seconde, l'incertitude sur le hors-jeu devient de 1 mètre ! L'erreur fondamentale, c'est de vouloir juger au cm près à partir d'une ligne dont la position n'est en fait pas définissable à mieux que plusieurs décimètres (à cause du choix incertain de l'image arrêtée).

José-Mickaël

30/08/2013 à 22h20

Tiens, je viens de trouver une image qui me paraît pas mal : - On ne peut pas définir à la minute près le moment où un tétard est devenu une grenouille. - De même, on ne peut pas définir au centimètre près la position où le joueur devient hors-jeu.

Van Der Wiel Age People

31/08/2013 à 15h39

José-Mickael, ton exemple du hors jeu illustre très bien la théorie de l'absolu qui prévaut actuellement dans cette décision arbitrale : le directeur de jeu et ses assistants ignorent totalement quelle est la distance impliquant que l'attaquant est hors jeu ou pas. Donc, ils sifflent selon leur interprétation. Le fait que le joueur soit présumé ou pas hors jeu pour moins de 50 cm est un faux problème puisqu'il faut de toute façon trancher, et ce encore plus au ralenti... Sur un but marqué en situation interprétable, j'ai toujours autant de mal à voir ce qu'une utilisation cadrée de la vidéo induirait comme problème supplémentaire ou comme information en moins par rapport à la situation actuelle. Il suffit juste que la DNA dise dans tel cas l'arbitre vidéo doit se prononcer en faveur de l'attaque ou dans tel cas en faveur de la défense. Alors admettons que Dame Rédac et toi ayez raison, je me fais l'avocat de la défense contre l'utilisation de la vidéo : le cas de l'en avant lors d'un essai dans le rugby aujourd'hui. J'admets que l'interprétation actuelle de l'arbitre vidéo est une plaie. Si cela ne change pas, il est évident que le progrès présumé n'en sera pas un et qu'il sera impératif de revenir en arrière. Mais je souhaiterai que nous en reparlions à la fin de la saison de top 14 car si vous êtes convaincus que la situation n'évoluera pas dans le bon, je suis convaincu du contraire.

Coach Potato

31/08/2013 à 17h18

LES ÉLÉMENTS je suis désolé les gars mais si vous êtes politiquement majoritaires, vous avez géométriquement tort. Et c'est mon pote Euclide qui le dit. Rappel: La loi 11 ne prévoit pas de donner avantage à l'attaque ou à la défense mais de signaler un positionnement illicite d'un joueur dans le camp adverse au départ d'une passe vers l'avant d'un partenaire. Géométrie: L'arbitre assistant est chargé de se déplacer le long de la ligne de touche et de s'aligner sur le dernier défenseur. Sa capacité à le faire suffisamment vite et à répéter l'effort est évaluer en stage et fait partie de la notation. Ainsi, il peut vérifier que le joueur attaquant est ou non aligné avec la droite qui passe par lui et le dernier défenseur et coupe la ligne de touche à angle droit. En conséquence, tout angle en azimut et en site (élévation)induit une apparente modification de la position du sujet observé. Tout instrument de mesure autre que les yeux de l'arbitre (qui se trouve aussi à la hauteur idoine) mesurera une position fausse de hors-jeu ou non. Les tenants de la vidéo empruntée à la couverture télévisuelle pour tout ce qui relève d'une position émettent un avis dont la méconnaissance de la géométrie euclidienne disqualifie la source du droit. En conclusion, c'est rapport à l'angle fait par rapport au cercle dont l'observateur mal placé forme le rayon dont le dernier défenseur constitue le centre et dont la tangente sera ? sera? la ligne de touche! Samedi prochain, vous me ferez 2 heures pour la peine!

Tonton Danijel

02/09/2013 à 14h57

la rédaction 30/08/2013 à 19h08 Là où on a perdu d'avance, c'est que quasiment personne n'est en mesure (ou plutôt n'a le temps ni l'envie) de considérer la problématique dans toutes ses (nombreuses) dimensions, et d'assimiler tout l'argumentaire nécessaire à démonter une "solution" vers laquelle tout le monde va spontanément bondir en n'en considérant qu'une portion. - - - - - - - - - - - - - - Ceci dit, pour l'instant, pas l'once d'une mise en application de l'arbitrage vidéo, donc c'est aussi loin d'être gagné pour les partisans de la vidéo...

 

C. Moa

04/09/2013 à 15h37

José-Mickaël 30/08/2013 à 22h14 Puisqu'on a encore abordé le cas du hors-jeu (un peu plus haut), je vais de nouveau démontrer que le hors-jeu introduit un facteur d'incertitude qui, comme l'incertitude quantique, est inévitable. Oui, j'en ai déjà parlé il y a quelques années mais ça a eu le temps d'être oublié... (...) ____ Tu as bien fait. Il y a un point que vous n'avez pas abordé dans l'article ni dans les commentaires : pourquoi n'y aurait-il que la vidéo pour "aider à la décision" (restons dans le politiquement correct) ? Le problème des images, c'est qu'il faut les interpréter. L'avantage, au hasard, d'un ordinateur, c'est qu'il sait décider si on lui donne les règles et les bonnes informations. Et qu'on peut calculer la marge d'erreur. Des puces RFID dans les chaussures des joueurs (ou dans leur cerveau si vous préférez) et dans le ballon pour commencer. Un dispositif sur le bord du terrain qui sera toujours au niveau du dernier défenseur (se déplaçant comme les caméras qui filment le 100 mètres par exemple). On peut imaginer beaucoup de choses, qui coûteront beaucoup d'argent. Je vais de ce pas envoyer un CV à la dream football league, tiens. Deux remarques pour finir : - j'aime le principe de "Ai-je une raison d'annuler l'essai" ou "Ai-je une raison d'accorder l'essai" évoqué auparavant. La vidéo doit avancer une raison de déjuger l'arbitre, et non décider à sa place. - marquer l'emplacement du coup-franc et du mur à la bombe comme on peut le voir en Amérique du Sud, je trouve ça génial.

Le forum

Gerland à la détente

aujourd'hui à 17h16 - environ bâillonné : Votre punk de président écoute trop les Clash : Rudy can't fail !!! >>


Messages de service

aujourd'hui à 17h09 - Cure d'azote : Je ne peux que faire mon mea culpa : je fais partie des (nombreux j'en suis sûr) lecteurs qui... >>


Manette football club

aujourd'hui à 16h59 - sehwag : Jeanroucasaujourd'hui à 15h15Je l'ai si tu veux que je te la prête pour faire l'extension. J'ai... >>


Toujours Bleus

aujourd'hui à 16h54 - Citron Merengue : Nicordioaujourd'hui à 16h40Émotions positives : trezeguet 2000, wiltord 2000, France argentine... >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 16h52 - Sidney le grand Govou : Promis je me mets en boule dans un coin et je ne bougerai pas. >>


Paris est magique

aujourd'hui à 16h41 - Portnaouac : Dites, c'est pas pour déranger hein mais si, parmi vous, il y en a qui ont encore des stocks de... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 16h36 - Sergent Louis Garcia : je pense également que Pelosi lance la procédure d'impeachment pour les 2 raisons, aucune raison... >>


Au tour du ballon ovale

aujourd'hui à 16h08 - Mevatlav Ekraspeck : Tu t’infuses le stade Français en ce moment... Viens faire un câlin... Ça ira mieux. >>


Bréviaire

aujourd'hui à 15h59 - De Gaulle Volant : Les foux de la rampe"Cette rampe d'accès dans le stade de football de Milan rend fous les... >>


Le fil éclectique

aujourd'hui à 14h36 - Utaka Souley : Juste un (petit) commentaire là-dessus. La visio-conférence, c'est exigeant en termes de bande... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)