auteur
Jérôme Latta

 

Chef d'espadrilles.


Du même auteur

6 idées fausses sur les règles

Le "dernier défenseur", la "main décollée du corps", le "tacle par derrière" et autres lieux communs aussi faux que répandus. Un article d'utilité publique.


Parisiano

29/01/2013 à 07h56

Et sinon, ça donne vraiment mal à la tête, les règles? Plus sérieusement, merci pour ce petit récap, j'étais encore persuadé que le tacle par derrière était strictement interdit, faute ou pas faute.

CHR$

29/01/2013 à 08h38

"La question n'est pas de savoir où elle a commencé, mais où elle a fini..." Attention aux idées fausses. Cela n'est écrit nulle part. À coup sûr la recommandation citée dans l'article ne s'intéresse pas à un début ou une fin de la faute, mais à la règle de l'avantage : si le défenseur commence sa faute à l'extérieur et poursuit à l'intérieur de la surface, il y a une faute continue de l'extérieur à l'intérieur et l'arbitre siffle là où cela profite le plus à l'attaquant. On peut aussi considérer qu'il laisse l'avantage jusqu'au moment où le coup franc devient un pénalty. Dans la situation inverse, de l'extérieur vers l'intérieur, l'arbitre va évidemment siffler aussi pénalty, il n'a pas d'avantage à laisser. Sinon, il faudrait donner le conseil au défenseur d'agripper le maillot de l'attaquant - et l'attaquant tout entier au besoin - pour le faire sortir de la surface, même s'il est dans les six mètres, pour transformer un pénalty en coup franc. Par ailleurs, je suis assez interloqué par les deux derniers paragraphes de cette première idée fausse. "généralement sur une situation peu dangereuse puisque l'attaquant tourne le dos au but" laisse déjà entendre qu'on peut ne pas siffler pénalty pour une faute dans la surface parce que le joueur n'était pas en position avantageuse, ce qui est confirmé par le dernier paragraphe "Il appartient à l'arbitre, dans ce cas comme dans les autres, de réparer la faute en proportion non seulement de la faute, mais aussi de la nature de l'action". Comme dirait l'autre "les bras m'en tombent". Dans la surface, le coup franc direct devient coup de pied de réparation, même si le joueur est dos au but, et même si le ballon est à 50m de là (ça s'est déjà vu).

gurney

29/01/2013 à 08h43

Comme Parisiano, je m'attendais à un récap complet des pièges à éviter avec une femme qui est dans sa mauvaise période. Un peu déçu.

Full Metal Caennais

29/01/2013 à 09h07

Pour ce qui est du "dernier défenseur", je trouve que c'est quand même un corollaire du règlement. Dans le cas classique du dernier défenseur tous les critères sont remplis, on est dans le sens du jeu, le placement et le nombre de joueur c'est bon (il reste 0 défenseur après celui qui a commis la faute) et même en étant assez loin des buts, le fait de passer le dernier défenseur donnait probablement une avance assez importante à l'attaquant. J'ai du mal à imaginer une situation où un dernier défenseur fait une faute qui n’annihile pas une action de but (sauf si le jeu n'est pas dans le bon sens ou si le gardien va avoir le ballon)

Jamel Attal

29/01/2013 à 09h17

@CHR$ : "Cela n'est écrit nulle part." Cette phrase ne donne pas la règle, mais la commente. Quoique la recommandation citée est particulièrement explicite: "Si un défenseur commence à tenir un attaquant à l’extérieur de la surface de réparation mais poursuit son infraction à l’intérieur de la surface, l’arbitre accordera un coup de pied de réparation." Ainsi, aucune notion d'avantage n'est mentionnée, contrairement à ce que tu sembles entendre (même si c'est effectivement la logique). Pour le deuxième cas de figure, j'évoque une faute commise à la limite de la surface, sans qu'il soit facilement établi qu'elle est à l'intérieur ou à l'extérieur (ce que je devrais peut-être préciser): dans ce cas, l'arbitre a intérêt à prendre en compte l'absence de danger et donc à pencher pour le coup franc. On parle bien d'interprétation, intelligente. Si la faute est nettement commise à l'intérieur de la surface, il y a évidemment penalty.

PeMiPau

29/01/2013 à 09h38

Article très intéressant, qui montrent que la plupart des commentateurs, surtout les consultants (sauf Eric Di Meco qui est le seul assez souvent dans le vrai), ne connaissaient pas les règles quand ils étaient sur le terrain, et ne les connaissent toujours pas... Sinon, j'avais une question à propos des "6 secondes dans les mains du gardien" ? Quid de cette règle, qui semble totalement oubliée des arbitres (mais pas des jeux vidéos) ?

Paul de Gascogne

29/01/2013 à 09h51

Full Metal Caennais aujourd'hui à 09h07 Pour ce qui est du "dernier défenseur", je trouve que c'est quand même un corollaire du règlement. Dans le cas classique du dernier défenseur tous les critères sont remplis, on est dans le sens du jeu, le placement et le nombre de joueur c'est bon (il reste 0 défenseur après celui qui a commis la faute) et même en étant assez loin des buts, le fait de passer le dernier défenseur donnait probablement une avance assez importante à l'attaquant. J'ai du mal à imaginer une situation où un dernier défenseur fait une faute qui n’annihile pas une action de but (sauf si le jeu n'est pas dans le bon sens ou si le gardien va avoir le ballon) *** Il faut se rappeler qu'aux premiers jours de l'application de la règle (et pendant plusieurs saisons), la "règle du dernier défenseur" était réfléchie par les journalistes sportifs comme par les acteurs du football amateur dans le même esprit pseudo-scientifique que le révélateur de hors-jeu de C+. Il n'était pas rare que l'absurde pousse certains à réclamer des fautes proches du poteau de corner sous prétexte qu'aucun défenseur ne si situait derrière le fautif. Il est donc toujours bon de rappeler la règle pour éviter des interprétations ineptes. A titre personnel, j'aurais bien aimé voir figurer la pseudo-règle du "jeu au sol" qui fleurit encore avec une belle régularité sur les terrains amateurs (beaucoup moins dans les médias j'ai l'impression, certainement dû au fait que ces phases de jeu brouillonnes sont caractéristiques du foot amateur).

Pascal Amateur

29/01/2013 à 09h51

Enfin le retour du "foot expliqué à ma femme" !

hnrh2

29/01/2013 à 09h58

Dans l'esprit, le hors-jeu doit sanctionner un attaquant qui tire avantage de sa position. Cela renvoie à l'imbécillité centimétrique du "révélateur", qui suppose qu'un joueur ayant une épaule hors-jeu soit empêché d'aller au bout de son action. Dans l'esprit, pour moi cela signifie que le gars qui fait un appel dans le couloir laissé libre par la défense et se retrouve de 1m derrière le pénultième défenseur au moment de la passe ne doit pas être sanctionné. Mais cette logique aboutirait à réduire de façon spectaculaire le nombre de cas de hors-jeu et introduirait une part d'arbitraire qui, si elle ne me gène pas, serait quand très lourde pour les arbitres.

Portnaouac

29/01/2013 à 09h58

Full Metal Caennais aujourd'hui à 09h07 --------------- La question du "dernier défenseur" peut effectivement sembler un corollaire du règlement, mais il doit être admis qu'il n'est que cela et, surtout, que le règlement ne parle pas de "dernier défenseur". Dans la pratique, il est vrai que très souvent, le type qui se trouve en position de dernier défenseur et qui commet une faute sur un attaquant qui filait vers le but, annihile une action de but manifeste et que, du coup, il va recevoir son carton rouge ; mais il sera exclu, non pas parce qu'il était dernier défenseur, mais parce qu'il a annihilé une occasion de but manifeste. Bien sûr, des gars que la nuance n'intéresse pas trop te diront que ça lui fait une belle jambe, qu'il l'ait été pour une raison ou pour une autre, vu que de toute façon, il est sous la douche avant les autres ; cette remarque est assurément très conne, bien qu'assise sur un constat parfaitement exact. La remarque est très conne parce que s'il avait pris le soin de s'intéresser à la cause réelle de l'exclusion, son auteur aurait pu s'éviter de pousser des cris d'orfraie la prochaine fois qu'un défenseur, pourtant en position de dernier défenseur, commet une faute sanctionnée d'un simple carton jaune, au motif que l'arbitre aura jugé (par exemple, en raison de la distance entre le lieu de la faute et le but) que la faute n'avait pas annihilé une occasion de but manifeste ; de la même façon, ça pourrait lui éviter de crier au scandale parce qu'un défenseur vient d'être exclu pour une faute (non dangereuse) alors même qu'il n'était pas en position de dernier défenseur, sans considération du fait que la faute est venue annihiler une occasion de but tout à fait manifeste. Donc oui, souvent, la faute du dernier défenseur va annihiler une occasion manifeste de but et on va donc souvent avoir le corollaire "faute du dernier défenseur -> carton rouge" ; mais comme la règle n'est pas celle-là (et c'est là que c'est important), ça signifie aussi qu'il y a des cas dans lesquels le dernier défenseur commettant une faute ne sera sanctionné que d'un avertissement et qu'il y a des cas dans lesquels la faute commise par un gars qui n'était pas en position de dernier défenseur pourra lui valoir un carton rouge, le tout sans qu'il soit besoin de crier à l'injustice ou à l'erreur d'arbitrage.

 

Full Metal Caennais

29/01/2013 à 10h27

Ouais bon, c'est vrai que je partais du postulat que les gens n’étaient pas neuneux quant à l'interprétation des règles mais il faut toujours se méfier des journalistes.

Sur le fil

RT @FansEurope: "Lancement saison UEFA 2018-19: FSE réitère son appel pour des prix raisonnables en secteur visiteur" ➡️ Modification du r…

Comment le PSG résistera-t-il au pressing agressif de Liverpool? La nalyse de @rcosmidis (abonnés) - https://t.co/ZY4cBlhuSa

RT @StanTouchot: La VAR n'a quasiment pas été utilisée depuis le début de saison en Serie A. Du coup, deux réactions comme ici dans la Gazz…

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

Onanapa

“L'Ajax refuse de laisser partir Onana à l'OM.” (foot01.com)

Monaco 2004

“Ils ont failli rejoindre l'OM.” (lequipe.fr)

Sans-Gênes

"Le PSG offrirait un pont d'or à Ivan Rakitic !" (madeinfoot.com)

José fourrait

"Mourinho, l'amour dure trois ans." (lequipe.fr)

Alcolo décanté

"Wenger en 'cure de désintoxication'." (lequipe.fr)