auteur
Jérôme Latta

 

Chef d'espadrilles.


Du même auteur

Les clubs riches se payent en Euro

Une Balle dans le pied – L'UEFA indemnise les clubs pour la mise à disposition de leurs internationaux, et gavent les plus riches avec un artifice très peu "fair-play financier".


José-Mickaël

03/10/2012 à 01h39

Tonton Danijel 02/10/2012 à 11h01 > tu es dur avec Platini, Josémi. La réforme de la LdC permets de voir quelques clubs comme Nicosie ou Copenhague de faire de bons parcours [...] En ce moment il y aussi BATE Borisov, étonnant... Effectivement, il y a du positif dans ce que fait Platini, mais on dirait que ce qu'il donne d'un côté, il le reprend de l'autre. Imaginons un ministre du Front Populaire (1936) qui dirait : OK, on établit 2 semaines de congés payés ! Mais on supprime le dimanche chômé. Je pense qu'il ne peut pas faire tout ce qu'il veut, du coup il ne tient pas ses promesses.

José-Mickaël

03/10/2012 à 01h49

Je viens de lire le texte de Raspou. 1) Je ne suis pas sûr qu'il soit interdit de refuser une sélection. Pas mal de joueurs français, par le passé (mais les règles ont peut-être changé ?) l'ont refusée à un certain moment de leur carrière, notamment Chiesa et la moitié de l'équipe de France de 1986. 2) Le métier de footballeur est un métier particulier, un métier où il existe des compétitions internationales - on joue pour son pays. C'est contraignant ? Peut-être, mais les joueurs le savent avant de choisir ce métier. Pour moi, ce qui légitime l'existence des sélections internationales, ce n'est pas le côté patriotique, mais le fait que c'est une compétition encore plus relevée, et qui fait encore plus rêver les footeux.

Raspou

03/10/2012 à 10h23

Si si, il est interdit de refuser une sélection (je te mets l'article des règlements généraux de la FFF ci-dessous). Enfin, on ne va pas te mettre en prison, mais le joueur peut être suspendu en club. Ensuite, il y a la règle et la pratique: nombreux sont les joueurs qui "annoncent leur retraite internationale", ce qu'ils n'ont pas le droit de faire (ils peuvent arrêter de jouer au foot, mais pas arrêter de jouer en sélection). Article - 175 Obligations des joueurs sélectionnés 1. Tout joueur retenu pour un stage, un match de préparation, de sélection ou une rencontre internationale est à la disposition de la Fédération. 2. Il est tenu de répondre aux convocations adressées par l'intermédiaire de son club et d'observer les directives qui lui sont données. a) S'il est malade ou empêché, il doit, dès qu'il est dans l'impossibilité de se rendre à la convocation qui lui est adressée, avertir personnellement ou par l'intermédiaire de son club, l'entraîneur national responsable de la sélection concernée. S'il le juge utile, ce dernier alerte le médecin fédéral national et le charge de s'assurer, par tous les moyens, de l'état de santé du joueur et de lui en rendre compte. En l'absence de cette procédure ou en cas de maintien de la convocation, le joueur est susceptible d’être suspendu pour une ou plusieurs rencontres officielles de son club. b) Si son absence est consécutive à un autre motif, il est susceptible d’encourir, de la même manière que précédemment, une suspension lors des matchs officiels disputés par son club. [...] 3. Sauf dispositions particulières, le joueur sélectionné ne peut également disputer une rencontre officielle ou amicale dans les trois jours qui précèdent la date du match pour lequel il a été sélectionné.

Raspou

03/10/2012 à 10h43

Cela étant, en y repensant, on peut argumenter que l'obligation de répondre aux "convocations" en équipe nationale n'est pas liée à la dimension patriotique et n'a pas de rapport avec la "logique de conscription" que j'évoquais hier. On peut se dire que c'est une obligation conçue par les fédérations pour assurer la qualité de leurs produits phares: les équipes nationales et les compétitions qu'elles disputent. Car, après tout, ce n'est pas l'Etat qui impose à certains citoyens de représenter la nation à la coupe du monde ou à l'euro: c'est la fédération, c'est-à-dire une structure associative rassemblant les clubs pros et amateurs. Du coup le sportif convoqué ne servirait pas son pays, mais les intérêts de sa fédé. Bon, là où ça devient compliqué, et où je vais m'arrêter, c'est que la fédé a une délégation de l'Etat pour organiser et promouvoir la pratique sportive, cela incluant l'objectif de figurer au mieux dans les compétitions internationales... Alors? Les équipes nationales, vitrines patriotiques ou produits phares (et lucratifs...) des fédérations? Vous avez quatre heures.

 

José-Mickaël

03/10/2012 à 23h17

Raspou aujourd'hui à 10h43 > après tout, ce n'est pas l'Etat qui impose à certains citoyens de représenter la nation à la coupe du monde ou à l'euro: c'est la fédération Bonne remarque ! Pour moi ça balaie définitivement l'hypothèse patriotique. Sinon, concernant l'obligation de venir en sélection, je n'imaginais pas que c'était si strict. Comme tu le soulignes, ça n'empêche pas que des joueurs ont pu annoncer leur retraite internationale. Peut-être que la règle est stricte pour éviter qu'un club refuse la sélection de son joueur ?