auteur
Raphaël Cosmidis

 

Intéressé par la tactique, membre des Dé-Managers, il croit en la littérature de sport. 


Du même auteur

Parc life

Ambiance – Le Parc des Princes résonne encore, mais surtout de la ferveur disparue. C'était dimanche soir, porte de Saint-Cloud.


Gouffran direct

28/08/2012 à 05h55

Belle émotion. Sincère. Moi c'est le PSG de 1994-1996 (et le Parc bien-sûr) que j'aimais bien. Après ce fut une autre histoire. Faudrait pas passer sous silence les pétages de plomb, violences, racisme, implications politiques, appropriation/ racket des tribunes, menaces, caillassages, luttes internes entre factions rivales, jets de sièges et autres projectiles, promesses non tenues de viol collectifs sur plusieurs femmes/mères/soeurs d'arbitres... Ah c'était la belle époque!

Captain Rai

28/08/2012 à 08h14

Si les années 2000 n'étaient belles qu'en tribunes, les 90's avaient comme avantage d'avoir aussi une vraie équipe sur le terrain. Certains mettront en avant les dérapages sur-médiatisés par la place Beauvau et des organes de propagande hostiles aux méchants supporters limite terroristes, néanmoins c'est durant cette période que le stade c'est fait un nom qui faisait perdre les moyens à ceux qui devaient si rendre. Triste de constater qu'on prit pour des vieux cons quand on évoque une période que les moins de vingt ne peuvent même pas imaginer (les sites de vidéos ne rendant que l'image et le son et pas les vibrations) la Bohème...

Tetsuo Shima

28/08/2012 à 09h02

Tiens c'est marrant, j'ai connu exactement la même période que l'auteur du texte. Mon premier match du PSG était un PSG/Nantes en 2000 ou 2001 et je suis abonné depuis la saison 2001/2002. Il y a quelque chose qui me gêne énormément, c'est de parler de période pré-Leproux / Qatar, post-Leproux / Qatar. Je parlerais plutôt de période pré-Yann Lorence, post-Yann Lorence, histoire de remettre les choses dans leur contexte. Des grands moments il y en a eu mais j'ai tout autant de mauvais souvenirs : les insultes en Boulogne et Auteuil, ça a duré plus que 2-3 matchs, hein ? Les insultes parfois très violentes envers les proprios successifs, envers aussi les supporters adverses, c'était monnaie courante, les violences aux abords du Parc aussi. Les encouragements pour Erding quand il ratait une action, je dis pas que c'est jamais arrivé mais il s'est fait largement conspué aussi, et pas seulement depuis les latérales ! Le soutien indéfectible envers l'équipe tient aussi plus du mythe que d'autre chose : grèves des encouragements, les fameux "une équipe à Paris !", etc. cela vient bien des virages aussi. Dans le genre une chose m'avait choquée, c'est que Cayzac à l'époque soit obligé d'aller voir les supporters pour demander l'union sacrée quand on a failli être relégués, j'avais trouvé ça incroyable mais moins que la réaction des groupes d'ultras qui à la fin de la saison s'étaient gargarisés sur le thème du "vous avez vu ? même quand ça allait mal on a quand même encouragé l'équipe et le PSG s'est maintenu grâce à nous !". Après on peut toujours critiquer le plan Leproux, hein ? Notamment parce que si les problèmes avaient été pris en amont, notamment par les pouvoirs publics, on n'en serait jamais arrivés là. Un dernier point. Si les gens ne venaient pas voir un match de foot au stade, s'ils ne voulaient que chanter, ils auraient peut-être mieux fait de monter une chorale, non ? ou un spectacle pyrotechnique ?

Tonton Danijel

28/08/2012 à 10h19

Si vous les avez ratées, voici les banderoles qui ont valu des applaudissements aux ultras bordelais: http://tinyurl.com/97glfu7

 

Yapéno

28/08/2012 à 10h22

Mes souvenirs sont encore bien plus anciens (seconde moitié des années 70), à l'époque où le public du Parc était bon enfant, comme sur un terrain de rugby au fin fond du Gers, où Hechter était un dieu vivant et Dahleb son prophète. Un PSG fantasque, capable de se prendre de belles branlées à domicile (Nice 0-3, 1977) mais aussi d'atomiser certains adversaires (5-0 au Laval de Kéruzoré/Le Millinaire, 8-2 contre Troyes...). Je n'y suis pratiquement plus retourné après la venue de Strasbourg (futur champion, 1979), m'étant retrouvé seul avec mon gamin de 5 ans au milieu d'une bande de jeunes loubards menaçants qui m'ont forcé à quitter l'enceinte avant la fin du match.

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)