auteur
Jérôme Latta

 

Chef d'espadrilles.


Du même auteur

Nasri, le doigt où ça fait mal

Une Balle dans le pied – Le geste de Nasri parle moins des footballeurs que de leurs rapports avec les médias...


zorrobabbel

13/06/2012 à 15h42

Article intéressant. Il manque pour moi une donnée essentielle, c'est l'impact du geste sur le public. Suite aux récents déboires sportifs et extra sportifs de l'équipe de France, je crois que le public, moi le premier, n'attend qu'une chose, pouvoir s'identifier et s'enflammer pour cette équipe, afin de faire table rase du passé récent. Et ce geste n'aide pas. J'aurais aimé des sauts de cabri pour exprimer sa joie de buteur, et une rebellion globale et groupée de toute l'équipe afin d'aller chercher la victoire et bouter les anglais hors d'Ukraine. Après, est ce que la responsabilité en incombe plus au geste de Nasri ou au manque d'allant offensif de Blanc, difficile de trancher.

magnus

13/06/2012 à 16h04

Comme le dit l'article, parmi tous les vampi...ouch, intermédiaires qui gravitent autour des joueurs, je ne comprend pas qu'il n'y en ait aucun capable de les aider à relativiser les critiques des journalistes. Surtout quand elles sont aussi soft que celles concernant Nasri.

Gouff

13/06/2012 à 16h08

J'ai l'impression qu'il y a pas énormément de réactions condamnant le geste de Nasri. Au final, j'ai pas l'impression que "l'opinion publique" soit si choquée que ça mais plutôt que beaucoup de médias ont décidé que ce serait un fait majeur susceptible de choquer "l'opinion publique".

Alexis

13/06/2012 à 16h47

Oui Gouff, et pour cause : Nasri a visé des acteurs des medias (et le plus important de son domaine qui plus est). D'où l'acharnement médiatique alors que je n'aipas le sentiment que le public s'en offusque réellement, en tout cas il ne juge pas cela suffisamment important pour en faire une telle histoire (personne ne l'évoque dans mon entourage, tout le monde ne m'a parlé que du terrain). Imaginez maintenant si Nasri avait fait ce geste à l'adresse d'un quidam en tribune : aucun journaliste ne l'aurait relevé. On aurait parlé que du match. Mais le journaliste de l'Equipe semble être une catégorie de personne pour le moins suceptible...

Patate Sauzée

13/06/2012 à 17h14

Ce qui me gêne quand même dans le geste c'est qu'à aucun moment il ne montre de la joie. Duga avait ressenti un mélange de joie et de haine. Lui y a que la haine. Donc je trouve ça très moyen vis à vis des ses coéquipiers, du staff et du public.

visant

13/06/2012 à 18h02

Pas grand chose de choquant dans ce geste. Pas grand chose de choquant dans les critiques des médias envers Nasri non plus. C'est juste triste de voir une fois de plus l'individualisation d'une "célébration" de but. Franchement, les mecs qui se sont déplacés en Ukraine et les autres plantés devant leur poste dont je fais partie s'en contrefoutent de cette guéguerre Nasri-Kiplé. Il aurait eu tout le temps de régler ça après. Dommage de ne faire qu'apparaître, à ce moment, du ressentiment et de la rage là où un peu de joie aurait été tellement plus jouissif. Ouai, je suis rêveur...

sansai

13/06/2012 à 18h10

zorrobabbel aujourd'hui à 15h42 Article intéressant. Il manque pour moi une donnée essentielle, c'est l'impact du geste sur le public. ----- Et vice-versa.

Sens de la dérision

13/06/2012 à 18h47

Ce qui est dommage, c'est qu'on retiendra surtout son geste plus que son but. Alors que c'est son quatrième en 32 sélections. Ce qui le base sur des hautes sphères : il fait presque aussi bien que Govou (10 buts en 49 sélections). Je comprends sa réaction : il a bien fait de montrer qu'il est le patron de l'équipe de France et que sa présence est nécessaire (pas pour rien qu'on a perdu la finale en 2006 : il n'était pas là). Non franchement des gestes de classe comme celui-ci, on en redemande. Vivement qu'il inscrive le but de la qualification.

François-Youssouf Hadji-Lazaro

13/06/2012 à 22h35

Personnellement, la réaction de Nasri ne me surprend ni ne me choque: le mec n'a pas la possibilité de s'exprimer posément dans un article/droit de réponse, donc il profite de ce petit moment pour s'exprimer sur son terrain et donner rapidement sa version des faits. Après, il s'est assez vite retourné vers ses coéquipiers pour célébrer il me semble. Des buts célébrés avec un doigt sur la bouche, il y a eu des camions avant celui-là sans que ça n'émeuve personne. Mais là, c'est un journaliste de l'Equipe, t'as pas le droit...

Sens de la dérision

14/06/2012 à 08h15

Sans que ça n'émeuve personne ? Il me semble qu'on parle quasiment toujours de ces gestes.

 

irreversible

14/06/2012 à 14h45

"Le principal reproche que l'on fera à Nasri est bien d'avoir réveillé les moralistes." Le principal reproche que l'on fera à cet article est bien d'avoir réveillé les moralistes des moralistes.