auteur
Jérôme Latta

 

Chef d'espadrilles.


Du même auteur

PSG : trois points de retard, un temps d'avance?

Une Balle dans le pied – La saison mouvementée du Paris Saint-Germain peut-elle être qualifiée d'échec, alors qu'elle place le club dans une position idéale pour la suite?


Oook

23/05/2012 à 16h48

L'arrivée d'Ancelotti est, pour le moment, un échec car le PSG n'a pas fini champion. Par contre, il était également reproché au PSG de Kombouaré de ne pas être assez offensif et spectaculaire. Là-dessus, il y a clairement du mieux avec Carlo : Kombouare : 31 buts marqués, 17 buts encaissés (par comparaison Montpellier 39, Lille 33) Ancelotti : 44 buts marqués, 24 buts encaissés (Lille 39, Montpellier 29) Bon, Carlo a probablement profité de l'effet "fin de saison" qui voit toujours le nombre de buts s'envoler, mais il y a quand meme un joli écart. Concernant l'arrivée des stars, le nom de l'entraineur ne fait pas tout. Si personne n'est venu à Noel, c'est avant tout parce-qu'on ne disputait pas la LdC à mon avis. On aura un début de réponse le 31 aout, mais je vois bien arriver 1 ou 2 vraies grosses stars cet été du fait de la LdC... et aussi sans doute de Carlo. Je ne pense pas que le nom de l'entraineur soit négligeable pour attirer des joueurs, ni, surtout, pour les encadrer. [Je défends un peu l'arrivée d'Ancelotti ici, mais je suis évidemment décu qu'on n'ait pas laissé sa chance à Kombouare. Ce qui ne m'empeche pas de comprendre le but de ce remplacement]

Jean-Noël Perrin

23/05/2012 à 17h23

José-Mickaël aujourd'hui à 16h02 Une demi-saison complète, ce serait encore trop court ? C'est la première fois que j'entends ça. Car on ne parle pas d'une équipe nationale qui se réunit une fois tous les deux mois, mais d'un club. --- Ça dépend. Une demi-saison complète avec une équipe dont la base joue ensemble depuis deux ou trois ans et où les ajustements se font par petites touches en ciblant les postes où il y a un réel besoin sportif (les "petites touches" pouvant inclure un joueur reconnu à un tarif à peu près raisonnable comme Gameiro à 11 M€), ce n'est pas trop court. C'est d'ailleurs ce que Kombouaré avait fait la saison précédente en se contentant de Bodmer, Nene et Tiéné, et ce qu'il était parti pour faire avec Douchez, Bisevac, Gameiro et Matuidi. En revanche, une demi-saison complète avec une équipe dont trois titulaires ont signé fin juin, deux ou trois autres entre fin juillet et la fin du mercato (donc après la préparation estivale voire le début du championnat) et deux ou trois autres durant le mercato hivernal, sachant que dans le tas l'entraîneur n'en avait réclamé à peu près aucun, et en ajoutant le fait que ledit entraîneur ait été débarqué en décembre alors qu'il était en tête du championnat, ça, oui, c'est indiscutablement trop court. De ce fait, oui, réussir à terminer 2ème avec 79 points et un jeu pas aussi en déliquescence que ne le laissent entendre certains médias qui réclament que Paris devienne le Barça en une semaine, ce n'est pas un échec de la part de Kombouaré et Ancelotti dans ce contexte. L'origine du fait que Paris n'ait pas fait mieux serait selon moi plutôt à chercher dans "le contexte" que dans "le boulot accompli par les entraîneurs en place".

Jean-Noël Perrin

23/05/2012 à 17h33

Jean-Noël Perrin aujourd'hui à 17h23 José-Mickaël aujourd'hui à 16h02 Une demi-saison complète, ce serait encore trop court ? C'est la première fois que j'entends ça. Car on ne parle pas d'une équipe nationale qui se réunit une fois tous les deux mois, mais d'un club. --- Ça dépend. Une demi-saison complète avec une équipe dont la base joue ensemble depuis deux ou trois ans et où les ajustements se font par petites touches en ciblant les postes où il y a un réel besoin sportif (les "petites touches" pouvant inclure un joueur reconnu à un tarif à peu près raisonnable comme Gameiro à 11 M€), ce n'est pas trop court. ---- (de fait, à Montpellier, quand Girard a récupéré l'équipe il y a trois ans, il a recruté quatre joueurs - dont un, Dernis, n'a quasiment pas joué - aux postes où le manque était réel dans l'équipe tel qu'il l'a concevait, et, pour le reste, s'est basé sur le travail déjà accompli par Courbis et les formateurs en place les saisons précédentes ; et là, il n'a fallu effectivement que quelques semaines pour que le jeu montpelliérain soit salué par les observateurs au point de mener le club à la cinquième place...)

Larssonofthebeach

23/05/2012 à 22h48

Même si la puissance économique détermine de plus en plus les résultats sportifs, il est bon de croire que notre championnat peut encore ménager une place aux aventures comme celle de cette saison. Tant pis s'il faut souffrir les davidetgoliatheries usuelles, et si ce sentiment est largement illusoire ************************************************** Je trouve regrettable qu'au début de cet article le modèle montpellierain, et plus largement de formation à la française, apparaisse comme une alternative sympathique, une "aventure" à qui il faut bien laisser une place de "temps en temps" alors qu'il reste le seul modèle économiquement viable pour le football français et qu'il nous a permis de remporter une coupe du monde. A l'heure où même un Barça finit en déficit, j'ai toujours du mal à comprendre comment on peut annoncer comme illusoire ce type de modèle. Pour moi l'illusion c'est de croire qu'on peut injecter des millions chaque année, amasser une dette colossale et croire que ça continuera comme ça à vie.

 

gurney

23/05/2012 à 23h33

Remarque au combien juste Larssonofthebeach. C'est pour moi le coeur de l'exception culturelle française, et toute la richesse de notre football (si si, la richesse). On se fait peut être piller chaque année par l'étranger, mais je n'échangerai pas notre spécificité pour avoir la réussite des clubs anglais, espagnols, italiens ou allemands en coupe d'Europe. Rien à faire si le sommet européen de la saison est un 1/8e de finale de C1. Au moins on a un championnat normal. La vraie question que je me pose, moi, c'est de savoir: jusqu'à quand les systèmes étrangers vont ils tenir. Prenons l'exemple de Chelsea. Maintenant que Abramovic a eu son joujou, la ligue des champions, what's next ? J'ai entendu je ne sais plus où qu'il avait englouti dans Chelsea près d'un tiers de sa fortune personnelle. Il doit lui rester encore 7-8 milliards d'euros, donc on ne va pas le plaindre, mais a t'il vraiment l'envie et la fraicheur pour redépenser 2 milliards d'euros lors des 10 ans à venir ? Où alors maintenant qu'il a eu ce qu'il voulait, va t'il se lasser de son joujou. A l'heure où la spécificité française va être mise à mal par Paris, puis, probablement d'ici deux ou trois ans le temps de monter en puissance, par Monaco, quid du fair play financier et des vrais sanctions de l'UEFA et Platini ? J'ai entendu 2013 pour la mise en place. Est ce qu'un jour on regardera tout ça en se disant "ah la la, les années 2000-2015 c'était quand même n'importe quoi, y avait 10 clubs dans le monde dirigés par des milliardaires et qui se partageaient le gâteau, heureusement que ça a changé". Ou alors est ce qu'on aura une généralisation de cette catastrophe pour les valeurs du sport ? J'ai un peu peur que d'ici 15 ans, on continue de voir toujours les mêmes clubs en Europe, et qu'en France on assiste à une bataille rangée de milliardaires, entre Paris, Monaco et les autres clubs qui auront trouvé un riche repreneur. D'autant plus peur que ça va se faire dans l'euphorie générale médiatique, avec des journalistes avides de stars qui désertent notre ligue 1, avides quoi qu'on en dise sur le davidgolliath d'une vraie hiérarchie respectée qui interdit à un outsider de se mêler durablement à la course au titre. Avides d'avoir des buteurs qui se battent autour de 40 buts/ an pour le titre de meilleur buteur, avides de clubs capables de gagner la C1 tout en atteignant les 100 points en Ligue 1 comme ça se fait en liga... Une part de moi appréciera sans doute que nos clubs ne se fassent plus pillés, que nos équipes de ligue 1 gagnent enfin la C1, et pas une fois tous les 50 piges. Mais je ne m'empêcherai pas de regretter que ce soit le monde du foot qui s'adapte aux valeurs de la ligue 1 plutôt que l'inverse.