auteur
Jérôme Latta

 

Chef d'espadrilles.


Du même auteur

Canal+, le hors-jeu permanent

Une balle dans le pied - Où l'on découvre que pour juger un hors-jeu avec le révélateur (et condamner un arbitre au passage), c'est "le bas du corps" qui compte...


Moravcik dans les prés

05/10/2011 à 00h29

Il y a même encore autre chose, qui me frappe à chaque utilisation du "révélateur", en plus de la méconnaissance des règles, du hors-jeu au millimètre, et de la ligne placée n'importe comment : c'est le moment où Canal décide d'arrêter l'image. La moitié du temps, le ballon ne quitte réellement le pied du passeur que plusieurs images plus tard. Quitte à utiliser cet outil (et pourquoi pas, à condition de ne pas s'en servir pour raconter n'importe quoi), il vaudrait mieux le faire en utilisant une image ralentie (voire très ralentie), qui rendrait au moins un peu la réalité du mouvement d'une action de football.

José-Mickaël

05/10/2011 à 02h00

Encore un article qui dénigre le dénigrement des arbitres, ah la la ! J'imagine qu'on va vous faire ce genre de reproche... Mais je pense qu'il est indispensable de toujours être là pour rectifier. Comme le dit le proverbe, à force de marteler un mensonge, il finit par devenir une vérité. Ici, à force de marteler que la télé est plus compétente que les arbitres, on finirait par croire que c'est vrai. Sauf si quelqu'un est là pour contredire avec le même martèlement. Il ne suffit pas d'une fois, je crois qu'il faut le faire systématiquement. Tant pis s'il y en a que ça lasse : le combat est juste ! (De toute façon, le plus lassant dans l'histoire, ce sont ces polémiques inutiles.) Sinon, Lubomir, quand tu parles du moment où l'on arrête l'image, je pense que c'est très important. Ça fait plusieurs années que je le dis ici, malheureusement les journalistes de Canal ne me lisent pas, mais en 1/25è de seconde, la position relative de deux joueurs qui courent en sens opposé (sans sprinter à fond) peut atteindre 30 ou 40 cm (si ce sont deux sprinteurs qui courent le 100 mm en 10 seconde, ça donnera 80 cm ; donc si le défenseur remonte au petit trot et l'attaquant court vers l'avant, on doit être pas loin des 30 cm). Du coup le choix de l'arrêt sur l'image peut tout changer, or il est impossible de préciser au 1/25è de seconde près le moment où le ballon quitte le pied du passeur. Le révélateur croit être précis au cm alors qu'en réalité il ne l'est qu'à plusieurs décimètres près et je ne vois aucune raison de considérer qu'un arbitre expérimenté ne fera pas aussi bien.

Luis Caroll

05/10/2011 à 09h32

David Berger est certainement le pire de tous les commentateurs de Canal +. Ses commentaires dramatisants sont dramatiques, et les supporters de l'OM qui doivent le supporter deux fois sur trois lors des diffusions sur foot + sont maudits.

Omnale

05/10/2011 à 10h01

Sur le premier cas (Sainté-AJA), le révélateur est-il, en plus, vraiment bien perpendiculaire aux lignes de touche ? Ca m'avait choqué lors du direct, quand on voit la différence avec les lignes de tonte du gazon.

magnus

05/10/2011 à 10h16

Ce qui est dommage, et c'est souligné dans la suite de l'article, est que Grégory Nowak précise bien que le hors-jeu est TRES difficile à juger, son ton est sans équivoque et dédouane l'arbitre EVENTUEllE erreur d'appréciation...tout ça pour s'enfoncer dans la même phrase en affirmant que Le Tallec n'était pas hors-jeu et son but valable. Dommage. Ce que je trouve fou est que ces hors-jeu quasiment impossibles à juger occupent autant les discussions. Alors que les hors-jeu de Gomis face à l'OM et Diawara à VA, beaucoup plus nets sont tranquillement passés.

 

Pascal Amateur

05/10/2011 à 11h06

Dans son Réquisitoire contre le mannequin Inès de la Fressange, Pierre Desproges évoquait le destin d’Yvette Le Crouchard, tourneuse fraiseuse sur machine-outil à la Seine Saint-Denis, ajoutant "qu’à y regarder de plus près, elles sont étonnamment semblables". À ceci près qu'un centimètre par-ci, par-là, entre les deux yeux ou sur leur corps, distinguait les deux femmes, et le destin qui les attendit. Tout est question de centimètres, et de leur absence ou présence naissent toutes les interprétations du monde, même (et surtout) les plus bêtes...