auteur
Jérôme Latta

 

Chef d'espadrilles.


Du même auteur

Quotas : comment plier l'affaire ?

Une balle dans le pied – Pour espérer sortir de la crise par le haut, il faut faire œuvre de pédagogie sans céder sur la réalité des torts.

Zof le dernier Dino

10/05/2011 à 11h19

Pascal Amateur lundi 9 mai 2011 - 20h02 Attend, tu as oublié un truc: BOUM BOUM *cymbales* Voilà.

José-Mickaël

10/05/2011 à 11h56

Dr_Evil_Hodzic lundi 9 mai 2011 - 15h50 > J'rappelle que le premier titre de Mediapart c'était: “Foot français: les dirigeants veulent moins de noirs et d’arabes”. Tout à fait. Depuis, on sait que c'était « juste » un débat au sein de la D.T.N., où certains se sont laissés embarqués (à leur tort), mais on ne sait toujours pas si oui ou non la proposition a été suivie d'effets. > Et c'est seulement ensuite, en analysant le verbatim, qu'on commence à voir que ça pouvait être des déclarations maladroites, que ça parlait de bi-nationalités, que le débat allait ptetre un peu loin.... J'approuve. Par exemple Blanc souhaite surtout diversifier la formation (pour qu'il n'y ait pas de grands costauds) mais se laisse entraîner par ses préjugés à mélanger le cas des grands blacks costauds avec le cas des binationalités. --------- Rigoboum Song lundi 9 mai 2011 - 17h11 > après une enquête que je qualifierais de solide [...] et recoupement de diverses sources, il leur est apparu qu’un processus discriminatoire (à l'égard des Français d'origine étrangère) était en cours d’application et de généralisation La longue enquête et le recoupement, j'en doute un peu puisque finalement tout repose sur l'enregistrement. Je propose plutôt l'hypothèse suivante : - La réunion de novembre dernier scandalise certains participants, d'où l'enregistrement à destination d'un des chefs. Grâce à ça, le projet de quotas est enterré (en tout cas les chefs le pensent, mais ils ont peut-être tort, je ne sais pas). - Les chefs ne souhaitent évidemment pas que ça soit médiatisé, donc on enterre l'affaire. Ainsi, Blaquart n'est pas mis à pied mais peut-être juste enguirlandé. Ce serait logique. - Les mois passent. Pour une raison inconnue, peut-être liée aux futures élections, quelqu'un envoie l'enregistrement à Médiapart. « Eux, ils révèleront sûrement l'affaire, le boss sautera et je prendrai sa place », quelque chose comme ça... - Médiapart n'a pas eu d'autre boulot que de vérifier l'authenticité de cet enregistrement, puis de le révéler. Pourquoi pas ?

Rigoboum Song

10/05/2011 à 12h48

Euh, José, si c'était si simple, si le truc avait été vraiment enterré, pourquoi les pontes de la FFF - ceux qui auraient, dans ton hypothèse, mis un taquet à Blaquart et déchiré son projet après avoir avoir écouté l'enregistrement de Mohamed Belkacemi - ne sont-ils pas immédiatement monté au créneau pour dire : "oh la les gars, on se calme, ça n'était que des pistes de réflexion jetées en l'air, on était au courant, on a pris connaissance de l'enregistrement, on a entendu Mohamed, on a réglé ça en interne et on a enterré tout ça, détendez vous" ? Sauf que non. Ils ont tous nié, bredouillé, marmonné. Mediapart l'a dit et répété : selon leur enquête, les alertes internes - relatives au projet de Blaquart et consorts - ont été au mieux ignorées, au pire balayées. On est libre de les croire ou pas. Chacun sa sensibilité. Moi j'ai choisi mon camp et, après avoir eu "la chance" de lire tous les éléments qu'ils ont mis à disposition de leurs abonnés, toutes leurs explications sur leur démarche, leurs justifications, j'ai arrêté de les soupçonner de gonfler cette affaire artificiellement. Autre mise au point par rapport à ce que tu dis : la réunion de novembre - qui faisait elle même suite à un séminaire de crise post Knysna au cours duquel, selon Mediapart, eurent lieu un certain nombre de dérapages verbaux faisant porter la responsabilité de la débâcle sud africaine à la génération "caîds" (Mohamed Belkacemi faisait aussi peut être référence à cela dans son communiqué, quand ils parlaient de propos inqualifiabes ?) - cette fameuse réunion de novembre, donc, a bel et bien eu une suite. Et là, j'en veux à Mediapart, encore une fois, de ne distribuer que trop chichement ses infos au public non abonné, prêtant ainsi le flanc aux critiques et aux soupçons... j'en veux également aux autres médias de ne pas reprendre tous leurs éléments et de ne présenter cette affaire que sous certains angles. Bref, la suite de la réunion de novembre, ça a été une autre réunion du 18 mars 2011, où la mise en oeuvre de la politique imaginée par Blaquart aurait été illustrée des tableaux statistiques et par la projection de photos soulignant la trop forte proportion - selon la DTN - de joueurs supposés d'origine africaine. Je me répète, désolé, mais un nombre important d'indices font fortement présumer qu'un processus était bel et bien en marche. Et je rappelle encore une fois, s'il en était besoin, que Blaquart, Mombaerts et Blanc ont été sollicités par Mediapart AVANT l'article qui a mis le feu aux poudres. Blanc n'a pas répondu. Mais les deux autres l'ont fait. Je n'ai plus exactement souvenir de ce qu'ils ont dit (j'ai lu tellement de papiers...) mais ça a conforté Mediapart dans l'idée que toute cette affaire n'était pas un gros ballon de baudruche. Pfiou, ça m'épuise.

Pascal Amateur

10/05/2011 à 16h24

@ Rigoboum, qui écrit : Et là, j'en veux à Mediapart, encore une fois, de ne distribuer que trop chichement ses infos au public non abonné. Euh... Tu es au courant que la presse, problèmes financiers, autocensure érigée en principe, mainmise des financiers, concurrence notamment avec les "journaux" gratuits, besoin de trouver de nouvelles offres, tout ça ? Parce que bon, à partir de là, on peut en vouloir à notre boulanger de vendre des pains au chocolat, parce que quand même, ça serait mieux qu'il les donne gratos. Les soucis de la presse vont croissant, ceci dit.

José-Mickaël

10/05/2011 à 17h18

Rigoboum Song mardi 10 mai 2011 - 12h48 > [précisions] Je me rends compte que je n'étais pas au courant de tout ce qu'avait divulgué Médiapart (je ne savais pas que les stats de Blaquart correspondaient à une réunion récente). Donc effectivement, l'hypothèse comme quoi un processus de mise en place de quotas était en cours me paraît la bonne. Je pense que tu as raison : le fait de réserver les infos aux abonnés (de Médiapart) + la déformation du problème par les médias (en gros, Blanc est-il raciste ?) empêche monsieur tout-le-monde (dont moi) d'avoir une idée claire de ce qui se passe.

Rigoboum Song

10/05/2011 à 18h18

Oui Pascal, je te passe les détails mais étant moi même du métier, je suis très bien au courant de ces problématiques. Je comprends bien évidemment leur démarche mais je trouve que ce système de presse payante sur le net atteint ses limites dans ce genre d'affaires. Le fond de ma pensée est un peu long à expliquer mais pour faire court, je pense qu'un dossier complet dès le départ dans un canard en libre accès - ou alors payant mais en version papier (parce que, j'ai peut être tort mais, je reste persuadé que le lecteur internet lambda a horreur de payer pour avoir accès à de l'info) - aurait moins prêté le flanc aux soupçons de « sensationnalisme forcené » (un mur de défense bien confortable pour balayer le fond de l'affaire, sur lequel se sont adossés nombre d' "observateurs"). Je veux dire, là, on nous a balancé un scoop et tous les éléments qui étayent ce scoop (et sont donc propres à, sinon balayer, au moins atténuer les soupçons) sont mis en accès payant et qui plus est au goutte à goutte (cf. le happening pour faire sortir Blacquart et consorts du bois avant de balancer le verbatim puis les graphiques), disséminés dans des articles successifs (avec dedans, pour certains, un peu de gonflette qui nuit au papier comme quand ils se mettent à délirer autour de la couleur jaune des graphiques de Blacquart). Et comme ces éléments n'ont pas été repris - qui a parlé de la réunion du 18 mars 2011 ? qui a parlé du colloque post Knysna de juillet 2010 ? - dans le détail par les médias de masse (sites internet, radios et télés en particulier), qui n'ont bien voulu retenir que ce qui pouvait aller dans le sens de l'angle qu'ils ont choisi (bien aidé, il est vrai, par le titre piégeux du premier art. de Mediapart), sans chercher à - ou sans pouvoir - creuser un peu (on remarquera que, pratiquement, seul André Mérelle a ouvert sa bouche et "tourné" dans les médias pour évoquer le fond de l'affaire)... Bref, même si je comprends la logique économique qui a guidé leur façon de divulguer leurs informations, je ne peux que simplement regretter, en tant que lecteur averti de leurs articles, que, voyant se développer les soupçons contre leur intégrité et constatant que le débat public se cristallisait autour de la simple question du racisme/de la démission de Blanc plutôt que sur le fond, Mediapart n'ait pas pris le parti de publier en libre accès ne serait ce qu'un article de synthèse ré-expliquant leur démarche / la chronologie des éléments qu'ils ont récolté, reprenant quelques éléments phares de leurs articles, bref, ce que je me suis échiné à faire durant des jours sur ce forum, post après post, avec leurs différents papiers sous les yeux. Plenel a bien pondu un édito sur son blog mais ça n'était manifestement pas suffisant. C'était le sens de mon propos et je sais pas si j'ai été clair.

 

visant

11/05/2011 à 11h25

Merci M. Latta, très bon article, comme les précédents!