auteur
Jérôme Latta

 

Chef d'espadrilles.


Du même auteur

Le match sans les yeux

Pourquoi regarder les matches quand on peut les imaginer? Essayons le journalisme de fiction avec une version homérique d'Olympiakos-ASSE.

pavlovitch

21/02/2009 à 11h47

Bel éloge des plantes vertes!

Arthur33

21/02/2009 à 14h49

Excellent article :) Lubo samedi 21 février 2009 - 08h48 Je me réjouis de constater que la concomitance, observée sur notre fil, entre la coupe de cheveux des joueurs et leur performance sportive commence à être admise. Mamadou Sakho et Guillaume Hoarau sont très performants l'un comme l'autre, à deux postes très différents, aussi différents que leur coiffure.

Mayoul Vonsalsz

22/02/2009 à 13h43

He bien, depuis qu'il est mort Goscinny c'est quand même moins marrant Astérix.

MarcoVanPasteque

23/02/2009 à 11h22

Pour saluer cette magnifique ribambelle de jeux de mots, je ne peux qu'évoquer le nom du plus grand joueur de foot grec de tous les temps : Milbravos

 

L'oeil était dans la tombe

23/02/2009 à 11h28

Mayoul Vonsalsz dimanche 22 février 2009 - 13h43 He bien, depuis qu'il est mort Goscinny c'est quand même moins marrant Astérix. Bien au contraire, je trouve l'hommage plutôt pas mal. On dirait un compte-rendu des commentaires de céjipus et jihaimèlus.