auteur
Jérôme Latta

 

Chef d'espadrilles.


Du même auteur

Le foot sans tête

L'arrivée et le départ de Charles Villeneuve posent une question que le football français laisse sans réponse: qu'est-ce qu'un président de club?

Qui me crame ce troll?

26/01/2009 à 07h21

Mouais cet article manque singulièrement d'exemples. Pour un article sur les Présidents de club, on en cite trois : celui de l'OM, celui du PSG et celui de l'OL. Il y avait quand même mieux à faire j'imagine en étudiant réellement le statut de ces dirigeants. On ne peut mettre dans le même panier Triaud (aux Girondins depuis 1996 il me semble), Martel (à Lens depuis 1988), Aulas (1987) et le duo stéphanois ou Watanabe.

CHR$

26/01/2009 à 08h23

Sinon, j'aimerais aussi savoir en quoi le "régime présidentiel aulassien" est "difficilement transposable". Est-ce parce que "there is only one Aulas" ? Parce qu'il est trop méchant pour qu'on puisse vraiment imaginer un autre du même genre ? Et puis à part les méthodes plus "managériales" et moins paternalistes, quelle est la différence de gouvernance entre un Aulas et un Martel par exemple ? Sans compter Sadran qui se réclame ouvertement de la méthode lyonnaise et qui sera bien heureux d'apprendre qu'il ferait mieux arrêter parce que ça ne supporte que l'air de la Croix-Rousse. Enfin, bref, je ne comprends pas bien cette phrase lapidaire.

Pierre Des Loges

26/01/2009 à 10h13

Je ne sais pas si on peut réduire le rôle de Charles Villeneuve à celui d'un simple pantin si on compare les résultats du PSG avant et après sa venue. Pour un gars qui n'y connaît rien en foot, il a tout fait pour tenter d'attirer les vedettes dont le PSG manquait, et pour un plantage (Kezman), il a quand même ramené Giuly, Makélélé... et quelques espoirs comme Sessegnon. Dieu sait que je n'aime pas le caniche préféré de Nicolas Sarkozy (j'ai encore en mémoire l'interview hilarante qu'il avait fait au TVmag: "Sarkozy ne m'a jamais demandé d'être complaisant!", comme si c'était nécessaire...), mais bon, faut avouer qu'il y a quand même eu pas mal de changement depuis sa venue, trop aux yeux de certains et qu'il a plongé car il s'est démarqué de son simple rôle de marionnette de Colony Capital... Finalement, Sébastien (et non Hervé, joli lapsus sur RMC hier matin) Bazin a pris la décision qui s'imposait: quitte à mettre un incompétent à la tête du PSG, autant que ce soit moi, ce sera beaucoup moins risqué...

Shura

26/01/2009 à 10h26

Pierre Des Loges lundi 26 janvier 2009 - 10h13 [...] il a tout fait pour tenter d'attirer les vedettes dont le PSG manquait, et pour un plantage (Kezman), il a quand même ramené Giuly, Makélélé... et quelques espoirs comme Sessegnon. --------- Oui enfin Sessegnon il n'en voulait pas (trop cher) c'est Le Guen qui a insisté lourdement. De même, Makélélé a dit que c'était Bazin qui était à l'origine de son arrivé (convoité depuis deux saisons déjà). Restent Giuly et Kezman. Ce ne sont pas des échecs cuisants, loin de là, mais je pense qu'il faut minimiser le rôle sportif de Villeneuve.

Hurst Blind & Fae

26/01/2009 à 10h37

Et Kezman n'a pas fini de nous faire rigoler. Lorsque le PSG sera obligé de sortir 4M€ en fin de saison pour lever l'option d'achat alors que Briand voudra venir, ça va être amusant. (Le contrat de Giuly, c'est combien de saisons au fait?)

Shura

26/01/2009 à 10h43

[Avocat du diable] Kezman c'est 1043 min jouées, (= 11,5 matchs), 6 buts, 4 passes décisives (stats piquées à un gars de planetepsg, qu'il m'en excuse). C'est quand même pas si mal non ?

Le_footix

26/01/2009 à 10h52

Voilà un article intéressant. J'aimerais en apprendre plus, d'abord, sur l'histoire de la gouvernance française des clubs. Quelle était la conséquence de la profonde implication des pouvoirs publics dans leur gestion et leur statut ? Ensuite, plutôt que de prendre comme éternelle référence le "manager à l'anglaise", j'aimerais connaître en détail les modes de gouvernance des clubs italiens, espagnols, allemands, néerlandais, portugais ! Quelles sont les différences avec la France ? Le manque de cadres de qualité a toujours été LE gros problème du foot français. Il provoque les cycles historiques de la D1. Reims n'a pas survécu au départ de Batteux. Saint-Etienne était fait par et pour Rocher. L'OM c'était Tapie (et un peu Leclerc). Le PSG n'a quasiment existé que sous Denisot. L'OL sans Aulas... bref. Manque-t-il une culture d'entreprise au football français, ou au contraire la faible pénétration culturelle du football en France explique-t-elle le faible intérêt des élites - et donc des chefs d'entreprise, des cadres financiers, etc - pour le foot ? On peut par exemple noter que le Français le plus riche, Bernard Arnault, déteste profondément le foot et n'a pas cherché à concurrencer Pinault dans ce domaine. Ou encore que le président de club français le plus couronné de succès, Bernard Tapie, était un exemple rarissime de self-made-man français, un homme issu des milieux populaires qui n'a pas fait de grandes écoles. Cela peut-il expliquer nos résultats insuffisants en Coupe d'Europe et notre manque de niac depuis 50 ans, par manque d'ambition et de volonté de réussir à tout prix ?

suppdebastille

26/01/2009 à 11h35

"Le_footix lundi 26 janvier 2009 - 10h52 Le PSG n'a quasiment existé que sous Denisot." Francis Borelli doit se retourner dans sa tombe

rom's

26/01/2009 à 11h46

Ben oui, mais le footix l'avoue lui-même, il n'a quasiment existé que depuis 98.

Bowthan

26/01/2009 à 11h55

Il me semble pour Villeneuve, le sujet principal de l'article malgré son titre plus large, que ce qui l'a fait ce fut aussi, et surtout j'ai envie de dire, ses amitiés avec Arsène Wenger. D'ailleurs au passage, je vois dans l'abdication de Charles II, un peu les mêmes ingrédients que le départ d'un autre proche de Wenger. Celui qui fut numéro 2 d'Arsenal : David Dean. Si je me souviens bien ce dernier militait pour une ouverture du capital du club aux investisseurs étrangers pour qu'Arsenal puisse rivaliser avec les autres qui eux ne se genaient pas pour accepter des capitaux étrangers. Ce à quoi les proprios d'Arsenal étaient opposés car tenaient à leur système et le trouvait bien tel qu'il était. Pour Villeneuve et le conseil d'adminitration du PSG c'est un peu la même chose. Il a été prospecter au proche et au moyen Orient. Il voulait que d'autres investisseurs arrivent pour financer son projet pour le PSG. Et de l'autre coté ils n'ont pas acceptés. L'affaire de la lettre a été l'étincelle qui a fait qu'une décision devait être prise. Et le plus fort s'est imposé. Ensuite on peut voir que le timing a été assez rapide, trop rapide même. Aussi "brillante" tout ça, que fut la première partie de saison du PSG avec Villeneuve président, il n'a pas attendu d'avoir terminé une saison, d'avoir gagné un titre. Bien sur on ne peut pas repprocher d'anticiper la suite, de vouloir préparer le terrain à moyen et long terme. Ce qui change de la logique habituelle. Mais quand même, même Caysac est plus titré que Villeneuve en tant que président avec une coupe de la ligue. Et dans 10 ans rare seront ceux qui se souviendront de Villeneuve président du PSG en 2008/2009 pendant 8 mois. Ceci est pour répondre au contre poid "sportif" un peu développé dans l'article. Après pour la question qu'est ce qu'un président de club, de la gouvernance. C'est paradoxalement avec une organisation un peu comme ça avec Canal proprio de Paris et Denisot président délégué que Paris a connu son heure de gloire. Vous n'allez pas me dire qu'un Denisot avait fondamentalement plus de pouvoir, plus de moyens que Villeneuve, Caysac et cie ? C'est parce que Canal était derrière qu'il y avait un consensus que Denisot a eu des moyens mais il ne déviait pas de la ligne de Canal. En fait si je devais comparer le role de président délégué avec les institutions. Je dirais qu'être Président de Club délégué c'est jouer le role du premier ministre. Et on le voit, ce rôle dépend de la personnalité à la fois du président et de celle du premier ministre. Pour un club c'est pareil. Président délégué est un role qui dépend à la fois de la personnalité des proprios et de la personnalité du présidennt délégué en question. Ca n'était pas la même présidence entre Caysac et Villeneuve. Caysac fut beaucoup plus paternaliste, Villeneuve beaucoup plus franc tireur. De même personnellement je vois une différence entre la première année de Graille où ce dernier pensait avoir une vrai chance de racheter le PSG à Canal. Et sa deuxième année où l'affaire a sentit de plus en plus le paté pour lui. Il est étonnant de voir la symétrie avec les résultats sportifs d'ailleurs. (saisons 2004 et 2005). Au moins dans cette affaire le PSG a éviter une chose : que les divergences ne se cristalisent et que la situation de pourrire. Pas sur le PSG aurait été grandit avec d'un coté Villeneuve Président avec un projet en têtre et les proprio du PSG une autre vision. Ca aurait éclaté à un moment donné. Le caractère de Villeneuve aura abrégé les choses.

 

charbo

26/01/2009 à 16h52

Les questions du footix sont pertinentes. Et même si l'OL apparaît comme le club le plus capable de fonctionner sans son président, il faut reconnaître que l'Ol, c'est Aulas malgré la belle machine de guerre de la SASP. Pour connaître l'histoire stéphanoise, Rocher, à la fin des années 70, proclamait son but de laisser l'ASSE capable de bien fonctionner avec ou sans lui par des structures administratives, financières et sportives saines. On connaît la suite. Un n° spécial des CDF sur le sujet est indispensable... le plus tôt possible dans 2-3 ans.

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)